Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 06:05





Préparons l'avenir !


DH

 



 

Communiqué du Front de Gauche du Jeudi 16 Juillet 2009



Les organisations politiques constitutives du Front de Gauche se sont réunies le vendredi 10 juillet 2009. Elles ont tout d'abord confirmé leurs larges convergences de vues sur la situation politique et sociale du pays.


La crise globale du système capitaliste, à la fois économique, sociale, écologique et démocratique continue de se développer avec des conséquences désastreuses pour les salarié-e-s et pour l'ensemble de notre peuple comme pour le devenir de notre planète. Nicolas Sarkozy a décidé de poursuivre et d'amplifier son offensive antisociale dans les secteurs privé et public, son soutien aux logiques financières et à un type de développement  uniquement tourné vers le profit maximum de quelques grands groupes au détriment des besoins sociaux et des équilibres écologiques.


Pour faire face à cette situation, le Parti Communiste français, le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire veulent contribuer aux luttes et à l'union la plus large autour des salariés pour l'emploi, les salaires et tous les revenus; la défense et le développement des services publics; le refus catégorique du recul de l'âge de la retraite; la bataille contre le réchauffement climatique de la planète et pour le respect des équilibres écologiques.


Tirant quelques leçons du scrutin des européennes, les trois partis ont souligné l'abstention massive des classes populaires et des jeunes dans cette élection ainsi que le recul en France et en Europe des forces qui se réclament de la sociale démocratie ou du social libéralisme. Ce vote confirme ainsi le désaveu des peuples à l'égard de l'Europe libérale et sanctionne à gauche les organisations qui se sont ralliées aux logiques libérales et capitalistes.


Dans ce contexte marqué d'une crise profonde de la gauche ils se félicitent du premier pas que constituent les résultats positifs du Front de Gauche. Ils considèrent plus que jamais indispensable de répondre aux attentes de toutes celles et de tous ceux qui, à gauche et dans le mouvement social, souhaitent une alternative politique à vocation majoritaire en rupture avec les logiques capitalistes et les modèles productivistes.


C'est pourquoi ils décident de poursuivre, d'élargir et d'enraciner la démarche du Front de Gauche afin de construire une alternative de transformation sociale et écologique et sur cette base, la majorité populaire et politique qui permettra de la mettre en œuvre et de battre la droite durablement.


Ils proposent d'ouvrir un grand chantier public de construction de cette alternative en s'adressant à toutes les forces, à toutes celles et tous ceux qui partagent et qui voudront participer à cette démarche.


Ce chantier devra travailler en particulier trois questions : l'utilisation de l'argent au service de l'intérêt général et du développement durable ainsi que la répartition des richesses; l'évolution des pouvoirs dans les institutions, dans les entreprises et dans la vie publique en relation avec la mise en place de nouveaux droits pour les salarié-es et les citoyen-nes ; la mise en place d'un nouveau mode de développement économique, social et culturel respectueux des équilibres écologiques de notre planète et permettant à toutes et tous de bien vivre.


 Les formes de cette élaboration mêleront le travail entre les organisations qui souhaitent s'impliquer dans la démarche du Front de Gauche, les auditions nécessaires et les initiatives publiques - dans l'esprit du forum débat tenu à la mutualité le 3 juillet : « trois heures pour une alternative de gauche » - permettant d'associer l'ensemble des citoyennes et des citoyens qui le souhaitent à cette construction : syndicalistes, responsables associatifs, personnalités du monde de la création et de la recherche.


Elles se conjugueront avec les campagnes d'urgences que propose le Front de Gauche tout d'abord autour des actions permettant de mieux faire connaître et partager les trois propositions de lois déposées par leurs parlementaires pour les salaires et l'ensemble des revenus, pour l'interdiction des licenciements dans les entreprises qui versent des dividendes aux actionnaires, pour la défense et le développement des services publics; ensuite pour travailler les convergences nécessaires à construire pour le droit et le financement des retraites dès l'âge de 60 ans et enfin pour la préparation du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique.


Enfin, en lien avec les différentes rencontres qu'elles viennent d'avoir, les organisations du Front de Gauche signataires de ce communiqué décident d'ouvrir un groupe de travail sur les prochaines échéances régionales. Ce groupe de travail aurait pour fonction de conduire, une réflexion sur les contenus à même de créer les conditions d'un rassemblement à vocation majoritaire porteur de mesures solidement et réellement ancrées à gauche Il serait proposé aux partis qui s'y sont déjà déclarés favorables, qu'ils se retrouvent ou pas au sein du Front de Gauche et plus largement aux forces qui se reconnaîtront dans un tel projet. Ils se réuniront à nouveau à la fin du mois d'août pour mettre en œuvre cette offre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article

commentaires

HUMMEL 20/07/2009 12:11

Honte au front de gauche et à ses alliés qui à Aix en Provence en ne réclamant pas de voter pour la liste PS au second tour à permis à 187 voix près l'élection du maire sortant qui a rassemblé les voix de l'Ump et du Fn.Plutôt l'Ump et le FN que le Ps en quelque sorte, persistez dans ce sens et vous ne serez bon que pour séjourner permette dans l'opposition mes amis......

Didier HACQUART 20/07/2009 12:43



Je ne peux que reprendre et synthétiser ce que j’ai déjà dit en réponse à des commentaires précédents dans
cette rubrique et dans d’autres.


 


Chacun a ses responsabilités dans cette défaite, mais il ne faut pas en faire porter plus à certains qu’à d'autres.
Il ne faut pas oublier aussi que ce sont les aixois qui votent.



On peut évidemment regretter que Medve ne soit pas élu, pour autant, il ne faut pas faire abstraction du pourquoi de la défaite ?


 


En 2008, Medve était à la tête d'une liste avec toutes les composantes de la Gauche. Il s'est battu contre l'UMP et
le MODEM et la victoire était proche.



En 2009, alors qu'il était prêt à repartir dans la même configuration, pour des calculs de tambouilles électorales, et
de perspectives nationales, le patron PS des BdR a imposé y compris contre une majorité des militants PS aixois, une liste PS-MODEM. Dans ces conditions,
cela excluait de fait, le PG, le PCF et d'autres, y compris pour le second tour.


De plus
est-il crédible de se battre assez rudement entre la liste de Gauche et la liste MODEM en 2008 et
faire amis-amis en 2009 ? Est-ce réellement crédible vis à vis des électeurs ?


 


Je pense que les Aixois de Gauche ont été victimes de la stratégie du PS
des BdR qui a voulu « jouer un coup » en tentant de démontrer que la voie pour le PS
c'était l'alliance avec le MODEM. Il a refusé que Medve reparte dans la configuration de la liste 2008 avec toutes les composantes de la gauche, y
compris contre l'avis des militants aixois. Qui dit que la configuration de la liste Medve de 2008
n'aurait pas conduit à la victoire ? Aucune voix à gauche n'aurait fait défaut, et ceux qui "ailleurs" étaient contre Joissains pour
diverses raisons, pouvaient voter pour lui.


 
Jean-Noël GUERINI, le patron du Conseil Général, mais en fait le vrai patron du PS13 après avoir soutenu PEILLON, le lâche aujourd'hui et semble se tourner vers VALLS. Aix était pour lui le bon test. De plus, il sauve le MODEM localement. Résultat, à force de brouiller les cartes et la lisibilité politique cela ne mène qu'à la défaite.



Pour cette campagne éclair, le principal leitmotiv était de faire de l'anti-Joissains. Cela ne peut pas marcher, et
cela renforce au contraire les pro-joissains. Un ex adjoint de Joissains, donc de droite, auteur du recours de 2008, soutenait au 2nd tour la liste PS-MODEM-VERTS.


 


Comme déjà évoqué, il est certain que Medve c'est mieux que Joissains, mais les électeurs n'en n’ont-ils pas marre
de voter "contre quelqu'un" et non pas "pour quelqu'un", une équipe, un programme ?



Pourquoi les maires PS et assimilés de la Communauté de Communes ne soutenaient pas clairement le candidat
PS-MODEM-VERTS, et étaient plus que "gentils" avec la Présidente de la CPA ? Craignaient-ils dès le départ qu'elle soit réélue et donc pour leurs subventions pour leurs communes respectives ? N'est -ce pas cela qui est vraiment déplorable ?



Comment aurait fonctionné l'attelage hétéroclite constitué à la hâte, par la volonté du patron PS des BdR,  par
des hommes qui se détestaient il y a tout juste un an ?



Ne vous inquiétez pas, le Front de Gauche Aixois, et donc le Parti de Gauche  fera aussi son autocritique par rapport à sa campagne électorale et son score modeste voire décevant dans cette élection !



Aux autres aussi, aujourd'hui de faire son autocritique sur cette victoire de Maryse Joissains...



Enfin, au delà des appareils et du microcosme politique, il ne faut pas
oublier comme déjà rappelé, que ce sont les électeurs citoyens qui votent (ou pas d'ailleurs !) en fonction de l'image que leur renvoie les hommes et femmes politiques.



DH