Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 07:17


Dans la lignée de l’article du 10 juin 2007, Marie - Noëlle LIENEMANN analyse le second tour des législatives.
 
 
 
Je rappelle que Marie- Noëlle est à l’initiative avec d’autres de Gauche Avenir
 
 
A suivre,
 
 
 
DH
 
 
 
Par Noëlle LIENEMANN
 
 
 
 
 

Une fois de plus les sondages se sont trompés. La vague bleue n’a pas eu lieu même si la gauche n’a pas gagné, l’échec est moins cinglant que prévu et il était difficile aux candidats de gauche de rattraper la lourde défaite des présidentielles. Une fois de plus le " microcosme parisien " bruissait de l’ouverture réussie par Nicolas Sarkozy et les français se préoccupait de leur emploi, leurs revenus et de l’avenir. Cette répétition est usante et j’espère qu’elle fera réfléchir les socialistes qui se sont parfois laissé égarer par cette machine médiatique bien huilée.

 
 
 

Tirons d’abord quelques leçons politiques de ce scrutin et de l’écart entre les trois votes des 6 mai, 10 et 17 Juin :

 
 
 

- l’importance déterminante de la question économique et sociale

 
 
 

- le choix des alliances à gauche et le refus de l’accord avec le centre

 
 
 

- la gauche, c’est le collectif et chaque fois qu’elle joue collectif, qu’elle met en mouvement les élus et les militants, elle va mieux !

 
 
 

L’importance de la question sociale. Laurent Fabius a bien fait, dés le soir du premier tour, à la télévision, de mettre au pied du mur Jean-Louis Borloo sur la TVA sociale. Cela a permis à notre campagne de se placer résolument sur le terrain des attentes prioritaires de nos concitoyens. Cela a permis de démasquer la politique de Nicolas Sarkozy : la dureté sociale. Il a essayé de camoufler cela derrière la pseudo ouverture politique à laquelle manifestement la plupart des français est totalement indifférente. Je n’exclus pas d’ailleurs que cette stratégie ait été refusé par une partie des électeurs de droite qui ne sont pas venu voter ! 

 
 
 

Les grands titres des journaux n’ont pas été consacrés à l’absence de coup de pouce au SMIC, mais les salariés (tous même ceux qui ne sont pas smicards) ont parfaitement compris que leurs salaires stagneraient et que le « gagner plus » ne serait pas pour eux.

 
 
 

La TVA sociale viendrait percuter leur pouvoir d’achat, comme d’ailleurs la hausse des loyers prévus à 3,5%. Ajoutons à cela les franchises médicales et le bilan était édifiant pour nos concitoyens. L’élection passée, il va falloir reprendre ce combat.

 
 
 

Une fois de plus, la droite se fait élire en faisant croire qu’elle va appliquer la ligne Guaïno (dite gaulliste sociale) et elle fait une politique libérale. Déjà Chirac avait fait le coup avec la fracture sociale. Sarkozy a joué la carte de la défense des travailleurs et des usines. Et si l’imposture a marché c’est que la candidate socialiste lui a laissé un boulevard en n’occupant pas avec force le terrain social et économique, en n’assumant aucune des propositions offensives du PS et en demeurant en permanence dans la confusion la plus totale. Sarkozy invoquait Blum et Jaurès, Ségolène Royal en appelait à Blair et Prodi ! Comment s’étonner de notre défaite !

 
 
 

Les alliances à gauche et le refus des accords au centre

 
 
 

Le Bureau National du PS a bien fait d’apporter son soutien unanime  à la position de François Hollande qui refusait un accord avec le Modem et désapprouvait cet étrange message téléphonique envoyé à Bayrou, d’ailleurs resté sans réponse et de confirmer l’accord avec les verts et le PCF. J’ai toujours dit qu’il fallait respecter les électeurs du Modem (dont je persiste à penser qu’il s’agit plus d’un électorat flottant que centriste). Le modem dit n’être ni de gauche, ni de droite. Ne faisons pas comme si ils étaient de gauche. Rien ne justifie un accord surtout lorsqu’on sait que Bayrou dit être en désaccord avec le PS sur l’économie (cf ci-dessus !). Il dit refuser la confiscation de la démocratie. Qui aujourd’hui confisque tous les pouvoirs ? Il était clair qu’un bon nombre de ses soutiens voteraient contre les candidats de Sarkozy. Nul besoin de danse du ventre ou de je ne sais quelle compromission. N’oublions pas enfin que Bayrou vise l’élection de 2012 et qu’il ne va pas nous faire de cadeaux car il sait que nous seront face à lui alors !

 
 
 

Mais le rassemblement à gauche ne doit pas se faire à minima et il est clair qu’il faut ouvrir une ère nouvelle d’union des forces de gauche.

 
 
 

Le collectif. Nul besoin d’insister mais qu’on en tire les leçons et qu’on privilégie le travail de fond, l’élaboration de propositions nouvelles, au sein du PS et de la gauche.

 
 
 

Ne croyons pas qu’une refondation n’est pas nécessaire, elle ne doit pas être de surface, de forme et servir de prétexte à je ne sais quel coup d’état à la tête du PS. Elle suppose en effet des changements de pratiques, et surtout des clarifications idéologiques et la reprise  d’un combat culturel, civilisationnel, la défense de propositions fortes qui incarne ce projet.

 
 
 

Nous devrons organiser une opposition incisive, déterminée et à chaque fois, affirmer fortement nos contrepropositions, nos perspectives politiques. Faut il encore en définir le cap et qu’on ne s’imagine pas le trouver ailleurs qu’à gauche, ailleurs qu’en puisant dans les racines et les forces du socialisme français !

 
 
 

Le vote d’aujourd’hui conforte l’analyse que je faisais au soir du 6 Mai...

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 06:54

 


RESULTATS DES ELECTIONS LEGISLATIVES


DIMANCHE 17 JUIN 2007    

BOUCHES DU RHONE (13)


Résultat d'une commune :
Cliquez sur la lettre correspondant à l'initiale


A  B  C  E  F  G  I  J  L  M  N  O  P  R  S  T  V 

 

Résultat d'une circonscription

1ère circonscription
2ème circonscription
3ème circonscription
4ème circonscription
5ème circonscription
6ème circonscription
7ème circonscription
8ème circonscription
9ème circonscription
10ème circonscription
11ème circonscription
12ème circonscription
13ème circonscription
14ème circonscription
15ème circonscription
16ème circonscription

 

Dans les Bouches du Rhône il faut signaler les victoires pour le PS de Sylvie ANDRIEUX, Henri JIBRAYEL, Michel VAUZELLE, et Michel VAXES pour le PC.

 

A suivre,

 
DH
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 09:10

 



Pour le quatrième dimanche d’élection, pour moi c’est la plage !!!

 
 
 
 
 

Chaque dimanche d’élection, je suis Président de Bureau de vote à Vitrolles dans ma ville en tant qu’adjoint au maire.

 
 
 

Comme c’est une expérience toujours intéressante, et parfois méconnue, cela avait fait l’objet de plusieurs billets sur ce blog.

 
 
 

Comme mon ami 1er Adjoint de Vitrolles, candidat pour le PS, Jean – Claude DENJEAN n’a malheureusement pas passé le 1er tour des législatives, et bien aujourd’hui j’irai à la plage (*) !

 
 
 

Pour une fois depuis très longtemps, je fais pouvoir assister à la  soirée électorale à la télévision ce soir à 20 heures. Depuis 1997, cela n’a pas été le cas, en étant  dans les bureaux de vote à toutes les élections, en tant que colistier à la municipale de 1997, puis en tant qu’assesseur, et/ou délégué de liste jusqu’en 2002, et Président depuis l’élection municipale d’octobre 2002 !

 
 
 

Ceci dit, j’aurai quelque part préféré tenir encore aujourd’hui le bureau de vote…

 
 
 
DH


(*) L'exemple n'est à suivre que pour les électeurs dont le député a été élu au 1er tour, pour les autres, ce n'est recommandé qu'après avoir rempli sont devoir de citoyen...
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 07:05

 



La défense de l’accès au soin est essentielle. Le gouvernement avance encore masqué sur ce sujet, mais d’ores et déjà le projet de mise en place d’une franchise est la première étape vers une remise en cause de soins de qualité pour tous.
 
L’association Convergence s’engage sur le sujet.
 
A suivre,
 
DH
 
 
 
 
 
 
 

Convergence Nationaledes Collectifs

 

de Défense et de Développement des Services Publics

 
 
 
Hôtel de Ville - 23000 GUÉRET
 

Tél : 06 81 98 94 46 - Courriel : nosfuturs@tiscali.fr

 
Internet : http://www.v-s-p.org
 
 
 
 
 
 
 
Pour la défense de l’accès aux soins de qualité pour toutes et tous
 
 
 

Avant les élections présidentielles, le plan Douste-Blazy de 2004 sur la réforme de l’assurance maladie avait apparemment ramené une dynamique d’équilibre. Après les élections, N. Sarkozy et son gouvernement « découvrent » un dérapage des dépenses et, une nouvelle fois, la dramatisation du soi-disant « trou de la Sécu » leur sert à justifier des mesures dites inévitables, comme celle de la franchise de soins (médicaments, consultations, analyses et hôpital).

 
 
 

Il s’agit d’une somme forfaitaire que le malade devra acquitter avant de pouvoir prétendre au remboursement de la Sécu ou de la mutuelle complémentaire. Sarkozy a même annoncé que cette franchise sera modulable selon l’état des comptes de la Sécurité Sociale. Comme pour la voiture, avant de faire jouer l’assurance pour la réparer, il faut commencer par payer la franchise ; pour la santé, Sarkozy veut d’abord la carte bleue avant la carte vitale et la carte de mutuelle !

 
 
 

Le but réel est, paraît-il, de responsabiliser le malade en le contraignant à payer de sa poche, et toujours plus, pour pouvoir se soigner ; mais il s’agit surtout de le pénaliser suffisamment pour le faire renoncer aux soins pris en charge par la Sécu. Or, déjà aujourd’hui, un français sur cinq renonce à des soins faute d’argent ! La mise en place de cette franchise aggravera donc encore cette situation pour les travailleurs pauvres, les retraités, les jeunes… Pour les plus pauvres, ose dire Roselyne Bachelot, des mesures d’accompagnement sont envisagées : que se passera-t-il pour ceux juste au-dessus des minima sociaux ?

 
 
 

La franchise est dangereuse et aberrante d’un point de vue sanitaire : en retardant les soins précoces, elle entraînera une détérioration et l’aggravation de l’état de santé du patient, et donc, des soins plus importants, plus coûteux et, peut être, une dégradation irrémédiable.

 
 
 

La franchise est injuste et scandaleuse d’un point de vue social : elle approfondira encore plus les inégalités devant la maladie, tout comme leur projet de TVA sociale d’ailleurs.

 
 
 

La franchise est une mesure illégale d’un point de vue comptable : elle participera à la transformation de notre Sécurité Sociale (payée par notre salaire) en compagnie d’assurances.

 
 
 

Notre Santé ne relève pas de leur système marchand et assurantiel et nous refusons cette nouvelle étape de la privatisation de l’assurance maladie.

 
 
 

La Convergence Nationale des Collectifs de Défense de Développement des Services Publics s’oppose fermement aux franchises et participe, avec ses partenaires syndicalistes, associatifs, professionnels et politiques, à la mobilisation pour construire un système de santé public pris en charge à 100 %.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 07:21

 


Législatives 2007 : Les électeurs ont fait primer l’intérêt national sur le local…

 
 
 
 
 

Le résultat des législatives n’est pas vraiment une surprise. Pour moi, homme de Gauche, le résultat est un peu dur, et je suis triste que mon camarade du PS Jean – Claude DENJEAN ait raté le second tour pour 500 voix.

 
 
 

Je suis d’autant plus triste, que ces 500 voix qui manquent sont à chercher dans les plus de 40 % d’abstentionnistes…

 
 
 

Un sondage BVA fait une analyse de ce 1er tour des élections législatives. On peut y trouver quelques points intéressants :

 
 
 

- 58 % des français ont fait primer le national sur le local. La personnalité des candidats a peu compté pour 38% des sondés.

 
 
 

- Le résultat d’hier est sans surprise pour 75 % des français de droite comme de Gauche. Un tel résultat « acquis d’avance » ( ?)  n’a- t – il pas joué sur l’abstention ? Le problème, c’est que si tout le monde raisonne à partir des sondages, plus personne ne se déplace effectivement pour voter…

 
 


Il faut rappeler à tous que c’est le vote physique qui prime sur le sondage !!!!

- Enfin un dernier chiffre qui me surprend toujours, c'est celui des 12 % d'électeurs qui se déterminent le jour du vote...


Pour finir je souhaite bonne chance à Gaëlle LENFANT pour son combat politique dans la XIème circonscription des Bouches du Rhône, sans oublier ma camarade Marie-Arlette CARLOTTI dans la 1ère  circonscription…

 

 
 
 
DH
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 07:38

RESULTATS DES ELECTIONS LEGISLATIVES

 
DIMANCHE 10 JUIN 2007    

BOUCHES DU RHONE (13)
 
 
Résultat par  commune :

Cliquez sur la lettre correspondant à l'initiale

A  B  C  E  F  G  I  J  L  M  N  O  P  R  S  T  V 
 
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 22:31

 


Résultats de la XIIème circonscription des Bouches-du-Rhône (+ Vitrolles)
 

 

 

XII ème

Vitrolles

Inscrits

109083

23636

Exprimés

59559

12202

Nuls

1167

175

Abstention

44,33%

47,63%

 
 
 
 
XII ème
Vitrolles
Nb voix 
Vitrolles
Eric Diard
UMP
50,49%
44,44%
5423
Jean-Claude Denjean
PS
21,78%
27,09%
3305
Gérald Gérin
FN
7,38%
6,29%
768
Suzanne Catelin
PCF
5,62%
4,77%
582
William Carrulla 
MoDem
4,66%
5,52%
674
Christophe Barnier
LCR
2,07%
2,24%
273
Bruno  Mégret
MNR
2,03%
3,54%
432
Julien Zloch
VERTS
1,53%
1,52%
186
Christophe Pistoresi
DVE
1,35%
1,23%
150
Marie-Laure Scifo
CPNT
1%
0,61%
74
Saïd Merabti 
SE
0,74%
1,50%
183
Christian Lecat ,
LO
0,54%
0,66%
80
Jean-Claude Ruder ,
DIV
0,47%
0,43%
53
Jean-Claude Marie
SE
0,23%
0,16%
19
Patrick  Richard
DVD
0,09%
0%
0
 
    Eric DIARD, Député sortant UMP est réelu au 1er tour.

DH



Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 06:14

 



Et de trois (*) …

 
 
 
 
 

C’est reparti pour un troisième dimanche en tant que Président de Bureau de vote. La journée sera encore longue avec la belle météo annoncée !

 
 
 

Si tenir le bureau de vote fait partie de mes devoirs d’élu, je salue les militants de tous bords qui tiennent avec moi le bureau en tant qu’assesseurs et délégués de liste. Ils prennent sur leurs loisirs, et consacrent 1,2, 3 ou 4 dimanches cette année pour soutenir leur candidat, à la présidentielle comme aux législatives.

 
 
 

Je n’oublie pas les scrutateurs qui le soir participent au dépouillement. Ce ne sont pas forcément des militants politiques contrairement aux assesseurs et délégués de liste. C’est en général une expérience citoyenne appréciée.

 
 
 

Pour l’ensemble des intervenants c’est une longue journée de travail qui commence vers 7h00 pour finir vers 21h00 voire plus !

 
 
 

C’est pour moi l’heure d’y aller, et à bientôt pour un «  A VOTER, CITOYEN ! »

 
 
 
DH
 
 
 
 
 

(*) Le 22 avril 2007 et Le 6 mai 2007

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 13:06

Daniel SIMONPIERI et Eric DIARD…


 
 
 
Daniel SIMONPIERI, le Maire de Marignane, est un ardent soutien d’Eric DIARD, Député sortant UMP, pour la législatives 2007 dans la XIIème circonscription.


 
 
Pour mémoire Daniel SIMONPIERI a été élu Maire de Marignane en 1995 avec l’étiquette FN, passé un temps au MNR de Bruno MEGRET, il était sans étiquette depuis 2002, avant de rejoindre la majorité de Jean – Claude GAUDIN en 2004 (lire les articles du journal Le Monde et de Libération, ci-après).


 
 
Dans la XIIème circonscription Eric DIARD pour sa réélection s’appuie donc sur le soutien à Vitrolles de Christian BORELLI, le responsable UMP, qui au travers de Vitrolles Unie recycle les ex colistiers de Catherine MEGRET et à Marignane sur Daniel SIMONPIERI maire d’extrême droite aujourd’hui apparenté UMP, recyclé par Jean – Claude GAUDIN.


 
 
Tout le monde a le droit d’évoluer. Mais il suffit de naviguer sur les sites et blogs des ex - élus de Catherine MEGRET, pour très vite comprendre, qu’ils ne renient en rien leurs idées passées et qu’elles restent d’actualité. Il suffit de voir ci-après que Daniel SIMONPIERI refuse de s’exprimer sur son passé politique….

 
 
A chacun ses amitiés…


DH
 
 
05-2007-droite-extreme-pessin-.gif


 
 
Dans les Bouches-du-Rhône, l'ex-FN Daniel Simonpieri rejoint le groupe UMP

 
par Michel Samson

 
 

Journal Le Monde du 3 Avril 2004

 
 

L'ancien membre du FN et du MNR, Daniel Simonpieri, maire et conseiller général de Marignane (Bouches-du-Rhône), a intégré, mercredi 31 mars, le groupe UMP du conseil général des Bouches-du-Rhône, alors qu'il siégeait jusqu'à présent aux côtés des non-inscrits. Ce rapprochement politique s'est matérialisé lors de la séance d'élection du président, Jean-Noël Guérini (PS), jeudi 1er avril. Alors qu'il s'asseyait généralement seul en bout de la travée supérieure, M. Simonpieri s'est installé à côté de ses nouveaux amis.

 
 

La décision de l'UMP avait en réalité été prise, mercredi 31 mars au soir, lors de la séance qui a désigné Bruno Genzana, conseiller général d'Aix, comme président du groupe de la droite du conseil général. M. Simonpieri a alors fait savoir qu'il serait membre du groupe mais qu'il n'adhérerait pas au parti.

 
 

André Guinde, président du groupe socialiste et apparenté, a déclaré n'être « étonné qu'à moitié car M. Simonpieri nous a habitués à passer d'un parti à l'autre ». « Avec les revers qu'ils [les candidats de l'UMP, NDLR] viennent de subir, ils sont prêts à tout », ajoute-t-il, précisant que « ce revirement n'aide guère la démocratie ». Quant au nouveau président du conseil général, M. Guérini, il se disait « surpris et choqué que le groupe UMP ait accepté cet ancien membre du FN sans la moindre repentance ». « C'est malsain », a-t-il ajouté.

 
 
GAGES DE RESPECTABILITÉ

 
 

Ce ralliement était dans l'air. Il a été initié par le maire (UMP) de Marseille et président de la Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole (MPM), Jean-Claude Gaudin. C'est au sein de cette dernière instance, dont M. Simonpieri est vice-président, au même titre que tous les autres maires de la communauté, que le rapprochement a été amorcé.

 
 

Mais il y a un mois, M. Gaudin a franchi un pas supplémentaire en inaugurant un équipement culturel de la ville de Marignane, auquel la communauté urbaine n'avait pas contribué. A quelques semaines de l'élection cantonale, où M. Simonpieri se représentait, ce geste avait été interprété comme une tentative de séduction, tant par les candidats de la gauche que par celui du Front national, Léonard Faraci, qui l'avait dénoncée.

 
 

L'offensive du FN, qui a aligné un candidat face à M. Simonpieri, a achevé de donner au maire de Marignane des gages de respectabilité. M. Gaudin lui-même a utilisé cet argument pour justifier l'intégration du conseiller général, que la préfecture classait encore le 28 mars à l'extrême droite : « Il a été élu contre un candidat du Front national », a expliqué le vice-président du Sénat et de l'UMP, qui n'oublie pas que le nouveau venu a fait un score « soviétique » dans le canton : 72,75 % des voix au second tour. M. Gaudin a aussi affirmé que « l'homme avait changé ». M. Simonpieri, qui refuse systématiquement de répondre à la presse, n'a en tout cas fait aucune déclaration exprimant un désaveu de ses positions politiques ou appartenances antérieures.

 
 

 
Daniel Simonpieri, ex-FN et ex-MNR, soluble dans la droite

 
par Michel Henry

 
 

Journal Libération du jeudi 8 avril 2004

 
 

Le maire de Marignane rejoint le groupe UMP-UDF au conseil général.

 
 

Cela s'appelle un recyclage en règle. Daniel Simonpieri, maire extrême droite de la ville de Marignane, a rejoint le groupe UMP-UDF au conseil général des Bouches-du-Rhône. C'est arrivé le 1er avril, mais ça n'a rien d'une blague. Les plus cyniques y verront une bonne nouvelle : au bout du compte, ça fera un canton et une ville de moins pour l'extrême droite. En théorie.

 
 

La droite locale n'y voit, elle, aucune malice. Car l'édile (ex-FN, ex-MNR) a, à ses yeux, obtenu un certificat de virginité. En s'écartant publiquement des thèses qu'il a toujours professées ? Que nenni : en gagnant, au second tour des cantonales le 28 mars, contre un candidat FN. Le premier facho qui bat l'autre n'est plus facho, voilà la règle qu'explique Bruno Genzana, président du groupe UMP-UDF : «A partir du moment où [Simonpieri] a battu un candidat d'extrême droite, il n'est plus d'extrême droite, car il a rassemblé au second tour les électeurs sur des valeurs républicaines.»

 
 

Un 21 avril au carré. La ficelle paraît grosse. Mais, dans cette cantonale, l'éclatement des candidatures de gauche a provoqué un 21 avril au carré. Au second tour, n'étaient qualifiés qu'un candidat d'extrême droite (le candidat FN) et un candidat ... d'extrême droite (Simonpieri). Si bien que, catalogué DVD (divers droite) ou DVEXTD (divers extrême droite), ce dernier a été réélu avec 72,75 % des voix, meilleur score du département.

 
 

Un tel enracinement local ne pouvait laisser la droite indifférente, elle qui rêve depuis des années de recycler l'homme de Marignane, élu maire en 1995 et réélu haut la main en 2001. L'affaire aurait pu se passer plus tôt, Simonpieri étant sans étiquette depuis 2002. Mais son soutien à Le Pen au second tour de la présidentielle, qui l'a vu défiler à Paris avec le FN pour la fête de Jeanne d'Arc, a retardé le processus. Pas trop longtemps. La semaine dernière, Simonpieri (1) a gentiment demandé son rattachement au groupe UMP-UDF. Qui l'a gentiment accepté.

 
 

La gauche, majoritaire, se demande comment on peut lui donner le brevet de droite républicaine sans qu'il exprime la moindre «repentance». Même s'il a évité les mesures provocatrices dans sa gestion de la ville de Marignane, affichant une posture d'«enfant du pays» qui lui réussit à merveille, le gaillard a un pedigree estampillé FN pur et dur. Adhérent au Front en 1974, il y a passé un quart de siècle avant de le quitter en 1999 dans les bagages du «félon» Mégret, dont il s'est à son tour éloigné deux ans plus tard.

 
 

Stratégie Gaudin. Peut-on effacer d'un coup de manche pareil CV ? Pour la droite régionale, oui. D'autant que Simonpieri, 53 ans, a été élu en 1989 au conseil municipal de Marignane sur une liste mi-FN, mi-droite libérale. A l'époque, Jean-Claude Gaudin gérait la région avec le Front, et, selon un de ses représentants dans la ville (Libération du 6 février 2001), on y appliquait «la stratégie Gaudin : le FN était soluble dans la démocratie, on le diluait dans les sables mouvants. Hélas, on n'a pas réussi à noyer le loup dans la rivière». Aujourd'hui, la droite régionale combat le Front, mais trouve au loup Simonpieri, qui souffle devant sa porte, un sourire présentable.

 
 

Recrue précieuse. D'ailleurs, ce rattachement «n'a pas fait l'objet d'un débat passionné» au sein du groupe, assure même Bruno Genzana, qui a requis d'abord l'assentiment de Jean-Claude Gaudin. Dans l'entourage du maire de Marseille et vice-président de l'UMP, on minimise en prétextant un rapprochement «pour des raisons administratives», le groupe DVD auquel Simonpieri appartenait avant les dernières élections n'existant plus. Et on souligne qu'il ne rejoint pas pour autant l'UMP. Chaque chose en son temps.

 
 

Mais la recrue est précieuse. Ayant échoué dans son rêve de prendre le conseil général à la gauche, la droite départementale entend retenter sa chance. Et en 2007, si la différence tient à un siège, elle dira merci qui ? Merci Simonpieri.

 


(1) Daniel Simonpieri n'a pas répondu à notre demande d'interview.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 07:18

 



Le PS sur le pont à Eurocopter avec Jean-Claude DENJEAN le candidat de la XIIème des Bouches du Rhône.

 
 


 

 
 
 

On reproche souvent au PS de ne négliger les entreprises et leurs salariés. Le 7 juin, le PS était aux portes d’Eurocopter pour soutenir Jean – Claude DENJEAN le candidat de la XIIème circonscription des BdR.

 
 
 

 

 

Aux cotés de Jean - Claude DENJEAN,  outre Alain TEISSIER le secrétaire de la section d’entreprise PS d’Eurocopter et ses militants, il y avait les militants de la section de Vitrolles, des militants de Gignac avec Christian AMIRATY, des militants de Marignane avec Jean – Louis PARENNIN, et des militants de Sausset Les Pins , de Chateuneuf les Martigues et de l’ensemble de la XIIème.

 
 
 

A ces militants, il ne faut pas oublier les élus Vitrollais, salariés d’Eurocopter, Claude MICHEL pour le MRC et votre serviteur !

 
 
 
DH
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article