Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 04:57

 


 

On savait depuis l’affaire Woerth que la légion d’honneur, ce n’est plus ce que c’était, mais tout de même !

 

Le Président de l’ADIMAD ancien activiste de l’OAS, condamné à 5 ans de prison,  vient de l’obtenir…

 

C’est quelque part choquant, à moins que cela puisse être  vu par rapport au contexte de 2012 ?

 

DH

 

Pour en savoir plus, lire aussi :

 

http://humanite.fr/14_06_2011-des-nostalgiques-de-l%E2%80%99oas-paradent-dans-les-cimeti%C3%A8res-474238 

 


 


 

 

Jean-François Collin décoré de la légion d'honneur

 


Publié sur La Provence.fr le mercredi 06 juillet 2011

 

Le président de l'Adimad vient d'obtenir cette distinction

 

Il n'est pas marignanais. Mais il a été si souvent question de lui à Marignane, avec la fameuse stèle de l'Adimad (Association de défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l'Algérie française) dont il est le président, qu'il pourrait presque prétendre l'être.

 

Jean-François Collin a été décoré de la légion d'honneur, par décret du Président de la République en date du 5 mai 2011, pris sur le rapport du Premier ministre et du ministre de la défense et des anciens combattants.

 

"J'ai cru qu'on se fichait de moi"

 

Déjà détenteur de la croix de la valeur militaire avec palme, il a obtenu le grade de chevalier de la légion d'honneur, avec traitement, à titre militaire, en tant que mutilé de guerre en Algérie. "Au début, j'ai cru qu'on se fichait de moi. On la donne à des artistes, mais là c'est à titre militaire. C'est un ami, le président de l'union des parachutistes de Hyères, Jean-Pierre Carrio qui l'a demandée pour moi. Je ne pensais pas que je l'obtiendrais. Et pour tout vous dire, j'ai pensé à la refuser, mais il m'a dit que ça embêterait plein de monde, de la Licra, ou Gavoury (le fils du commissaire central d'Alger, assassiné par l'OAS, l'un des principaux opposants à la stèle, NDLR), alors j'ai accepté", s'amuse-t-il.

 

Si cet ancien conseiller municipal FN de la ville de Hyères, dans le Var, a été décoré, c'est donc pour son engagement militaire: "Je remplissais les conditions. J'ai été appelé à l'armée le 1ernovembre 1959. Et j'ai été blessé au combat en Algérie, dans l'Ouarsenis, en 1960, contre les fellagas, par un élément rebelle du Front de libération nationale, j'ai tué mon ennemi qui m'a grièvement blessé, mon biceps droit a été arraché et je suis devenu invalide de guerre . Puis il y a eu le putsch des généraux, j'étais content. Et après avoir été soigné, je suis parti à Paris. J'ai alors pris contact avec l'Organisation de l'armée secrète et j'ai intégré l'OAS métropolitain avec le lieutenant Godot. J'ai été arrêté le 5 février 1962 puis condamné à cinq années de prison que j'ai effectuées à la Santé, à Fresnes, et à l'île de Ré. Puis, le 14juillet 1968, De Gaulle a amnistié l'ensemble de l'OAS, mais la véritable amnistie avec réintégration des grades et des retraites, a eu lieu sous Mitterrand".

 

"Sarkozy, c'est un Gaulliste"

 

Cette légion d'honneur, il la recevra dans quelques mois, "dans le département des Bouches-du-Rhône", annonce-t-il. Mais il refuse catégoriquement de dire des mains de qui: "La chancellerie m'a demandé qui je voulais. J'ai choisi et c'était important que ce soit lui, mais je le dirai le jour où on me la remettra. Ce n'est pas quelqu'un de connu du grand public", lâche-t-il, avec un air mystérieux, qui semble bien lui plaire. Cette distinction est tout de même un peu paradoxale, dans la mesure où Jean-François Collin n'est parfois pas tendre, dans ses discours, avec l'État ou ses représentants. Il en convient d'ailleurs et l'affirme: "Je continuerai, on ne m'achète pas. Sarkozy, je ne l'aime pas, c'est un Gaulliste. Il est allé se recueillir sur sa tombe. J'avais jeté mes décorations à mes juges et la légion d'honneur, je ne la porterai jamais, tant qu'il y aura des Gaullistes au pouvoir".

 

Emmanuelle ELBAZ

 

http://www.laprovence.com/article/marignane-47

 

Repost 0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 04:43

 


 

Dans le genre, nous vivons vraiment un drôle d'époque...

 

DH

 


Les traders savent désormais combien ils peuvent vendre la nature

Une étude très scientifique a établi un prix pour l’écosystème national du Royaume-Uni. Jean-Pierre Alliot y voit une nouvelle marque de la marchandisation du monde et de l’emprise de la finance sur ses habitants.



(Wikimedia Commons - Agamitsudo - cc)
  
Sept cents savants du Royaume-Uni, dans un rapport de deux mille pages, ont évalué le prix de tout ce qui compose la nature britannique, des abeilles et autres insectes pollinisants (430 millions de livres) aux espaces verts (2,3 milliards de livres par an), en passant par les lacs, les forêts, les pêches marines, la diversité des espèces, et même le plaisir éprouvé à marcher sur une plage de sable … Bref, de tous ces joyaux de la Couronne, jusqu’à présent considérés comme inestimables. Présentée au début du mois de juin, l’étude dirigée par le professeur Bob Watson présente toutes les garanties du sérieux qui sied à un pays où la valorisation du risque et de l’assurance s’affirme comme une des sources de la domination financière dans le monde. Ce long travail a été financé par un programme, l’ « Estimation de l’écosystème national » où sont impliqués de nombreuses institutions gouvernementales, universitaires, non gouvernementales et du secteur privé.

 

Le ministre de l'Environnement, Mme Caroline Spelman, a exposé les motivations d’une telle recherche en expliquant qu’il fallait démontrer que la nature est précieuse et que « si nous la détruisons, cela nous coûtera très cher ».  Mais, dans un système économique et social où tout s’achète et tout se vend, de belles paroles ne suffisent pas, même si leur utilité idéologique n’est plus à démontrer. Pour aller jusqu’au bout, seule la contre-valeur monétaire peut parler aux financiers un langage qu’ils peuvent comprendre. Voilà pourquoi le ministre leur ouvre un champ de conquête en leur affirmant que « nous avons jusqu'à présent pris comme acquis ce que nous donnait la nature, sans comprendre que les services qu'elle nous rend ont un prix ». Et le marteau du commissaire priseur est tombé : la valeur cachée de la nature en Grande-Bretagne, représente « une manne de plusieurs milliards ».

 
Considération tragique, pour l’industrie financière qui s’aperçoit avec effroi que cette manne a échappé, jusqu’à présent, à la spéculation universelle. Mais la Providence veille et un gouvernement fait vraiment son travail et met la science au service de l’économie pour lui faire calculer, selon  « la vraie valeur de la nature » (« the true worth of nature »). Le temps des gloires de la poésie britannique, comme cet aimable Wordsworth qui chantait la beauté des jonquilles au printemps, a pris fin. Pas trop tôt ! À la City, les traders vont pouvoir s’attaquer aux questions sérieuses et appliquer à de nouveaux objets d’adoration leurs éternelles litanies : « Combien ça coûte ? ». « J’achète ! – Je vends ! ».

Jean-Pierre Alliot

 

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 04:46

 


 

Pas si faux le dessin trouvé sur le site de Bakchich et hélas très choquant sur le fond !

 

Je pense que l'on oublie un peu ce qui s'est passé dans la chambre du Sofitel de New-York.  

 

De victime présumée de viol, la femme de chambre noire est devenue une prostituée aguicheuse. Un sain retour à l’ordre normal des choses. Chacun dans sa case.

 

 

DH



jpg_dsk-case-rc-1-.jpg

 

Repost 0
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 05:44

Fukushima, c'est loin d'être fini...

 

DH

 

 


 

 

Nucléaire : c'est quoi ce nouveau bug à Fukushima ?


Trois mois après la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, ce samedi devait marquer le début de la phase de décontamination. Las, la découverte d'une radioactivité bien plus élevée que prévue a fait stopper net les opérations.


En seulement cinq heures, la radioactivité cumulée a atteint 4 mSv, dose qui devait être atteinte, selon les calculs des industriels sur place, en un mois. Tepco a annoncé la suspension des travaux dans l'attente d'une analyse des causes de cet imprévu. (Voir la vidéo)

 


 

Rappelons qu'à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars, l'urgence avait été de refroidir par tous les moyens les réacteurs, après la panne du système de refroidissement. Tout avait été tenté pour acheminer de l'eau : hélicoptères, lances incendie et, finalement, pompage d'eau de mer.


Au total, environ 100 000 tonnes (ou m3) d'eau radioactive seraient encore contenues dans l'enceinte. Il va falloir les évacuer avant un éventuel retour des travailleurs sur le site. Michèle Rivasi, députée européenne (EELV) et fondatrice de la Criirad, de retour du Japon, explique l'enjeu des travaux qui devaient commencer :

« C'est un souci majeur de récupérer cette eau radioactive, car tant qu'ils ne peuvent l'évacuer, ils vont continuer à en relarguer une partie dans le Pacifique.

D'autre part, cette eau rend impossible l'accès au cœur du réacteur. Or on n'a aucune idée dans quel état se trouve le combustible fondu, jusqu'où le corium s'est répandu. »

Areva ne peut commencer la décontamination

Début avril, l'opérateur Tepco avait demandé de l'aide à Areva et d'autres entreprises spécialisées pour monter une usine de décontamination de cette eau radioactive. Un porte-parole du géant français du nucléaire explique le plan de bataille mis en œuvre par ces entreprises venues du monde entier :

  • « La première étape est le “déshuilage” : l'eau s'est mélangée à des fluides présents sur place. Elle est huileuse. Toshiba a procédé à l'isolation de cette eau radioactive ;
  • la seconde est la “prédécontamination” : la startup américaine Kurion devait prédécontaminer l'eau en captant une partie du césium radioactif, mais la colonne d'absorption des cristaux s'est révélée mal dimensionnée pour supporter une telle radioactivité ;
  • ensuite, Areva et Veolia Water devaient appliquer leur technique de “coprécipitation” : ils devaient injecter des réactifs permettant de capter le reste du césium et le strontium. Les particules radioactives devaient se concentrer sous forme de boues, traitées ensuite comme des déchets ;
  • Hitachi devait procéder au désalement de l'eau de mer récupérée, afin que cette eau soit réutilisée dans le circuit de refroidissement, qui pourra fonctionner alors en circuit fermé. »

Cette station de décontamination concentrait tous les espoirs. Comme l'explique encore Areva, la radioactivité de l'eau devait diminuer « de 1 000 à 10 000 fois ». Sur le papier. Maintenant, « tant que Kurion ne trouve pas les pièces adaptées pour ce contexte particulier de radioactivité, toute l'installation est à l'arrêt ». Et tout espoir de reprendre en main la suite des opérations envolé.


Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 04:47

 


 

La Grèce, suite…

 

DH

 


 

 

Ne laissez pas tomber la Grèce : l'appel de Theodorakis

 

 

Le Comite Consultative du Mouvement de Citoyens Indépendants, créé à l’initiative du compositeur, penseur et homme politique grec Mikis Theodorakis, lance un appel aux Européens : en laissant la Grèce s'effondrer, c'est toute l'Europe qu'on assassine ! Marianne relaye bien volontiers cet appel.


Les journalistes seraient-ils enclins à apprécier « l’idéologie allemande » des PIG’S, qui nous présente le destin de la Grèce comme le résultat de la fainéantise et de la roublardise de son peuple ? En tout cas, un rideau de fer constitué de désinformation et d’ignorance, à tous les sens du terme, s’est édifié entre les évènements en Grèce et l’information du public.
Le premier mérite de l’appel de Mikis Théodorakis, que nous publions ci-dessous, est d’appeler à abattre ce mur. Oui, nous méritons d’être mieux informés sur ce qui se passe en Grèce. La puissance des manifestations notamment, a été occultée dans les médias.


Il existe une deuxième raison de diffuser cet appel. En exigeant des Grecs qu’ils vendent à l’encan – dans les pires des conditions - les trente plus grosses entreprises du pays, en attendant de solder le Parthenon et les îles, l’Union européenne est en train de massacrer le berceau de l’Europe, le pays qui est au fondement de sa culture et de ses arts.


L’aventure grecque n’interpelle pas seulement les Européens sur le manque de solidarité qui entoure son fonctionnement. Elle devrait remettre en question le poids tout à fait exorbitant des agences de notation, l’absurdité d’une politique monétaire qui s’aligne sur les pays les plus prospères au détriment de ceux qui suivent, la bêtise des règles d'un Traité européen qui plombe les pays en difficulté au lieu de les aider à sortir la tête de l’eau. Une phrase de l'écrivain résume tout : « Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit.»


Alors, vive Theodorakis !



Philippe Cohen



Merci à Gérard Filoche pour nous avoir signalé cet appel

 

 

Aux citoyens indignés de Grèce et d'Europe

 

 

« Nous saluons les dizaines de milliers, voire les centaines de milliers de nos concitoyens, jeunes pour la plupart, qui se sont rassemblés sur les places de toutes les grandes villes pour manifester leur indignation à l’occasion de la commémoration du mémorandum (accord cadre signe entre le gouvernement grec, l’UE, le FMI et la BCE, en Mai 2010 et renouvelé depuis régulièrement),  demandant le départ du gouvernement de la Honte et de tout le personnel politique qui a géré le bien public, détruisant, pillant et asservissant la Grèce. La place de tous ces individus n’est pas au Parlement, mais en prison.


Nous saluons les premières Assemblées générales qui se déroulent dans les centres de nos villes et la démocratie immédiate que s’efforce de découvrir le mouvement inédit de notre jeunesse. Nous saluons les travailleurs de la fonction publique qui ont entrepris manifestations, grèves et occupations pour défendre un Etat qui, plutôt que le démantèlement prévu par le FMI, a désespérément besoin d’une amélioration et d’une réforme radicales. Par leurs mobilisations, les travailleurs de l’Hellenic Postbank, de la Régie nationale d’électricité et de la Société publique de loterie et de paris sportifs défendent le patrimoine du peuple grec qu’entendent piller les banques étrangères, par le truchement de leur gouvernement fantoche à Athènes.


Le pacifisme exemplaire de ces manifestations a démontré que lorsque la police et les agents provocateurs ne reçoivent pas l’ordre d’intervenir, le sang ne coule pas. Nous appelons les policiers grecs à ne pas être les instruments des forces obscures qui tenteront certainement, à un moment donné, de réprimer dans le sang les jeunes et les travailleurs. Leur place, leur devoir et leur intérêt est d’être aux côtés du peuple grec, des protestations et des revendications pacifiques de celui-ci, aux côtés de la Grèce et non des forces obscures qui dictent leur politique au gouvernement actuel.


Un an après le vote du mémorandum, tout semble attester son échec. Après cette expérience, on ne peut plus s’autoriser la moindre illusion. La voie qu’a emprunté et continue de suivre le gouvernement, sous la tutelle des banques et des instances étrangères, de Goldman Sachs et de ses employés européens, mènent la Grèce à la catastrophe. Il est impératif que cela cesse immédiatement, il est impératif qu’ils partent immédiatement. Jour après jour, leurs pratiques révèlent leur dangerosité pour le pays. Il est étonnant que le procureur général ne soit pas encore intervenu contre le Ministre de l’Economie et des Finances, après les récentes déclarations tenues par ce dernier sur l’imminence de la faillite et l’absence de ressources budgétaires. Pourquoi n’est-il pas intervenu suite aux déclarations du président de la Fédération des patrons de l’industrie et de la commissaire européenne grecque Mari Damanaki sur une sortie de l’euro ? Pourquoi n’est-il pas intervenu contre le terrorisme de masse avec lequel un gouvernement en faillite, sous le diktat de la Troïka [UE - FMI - BCE], tente une nouvelle de fois d’extorquer le peuple grec ? Par leur catastrophisme, leurs allusions tragiques et tout ce qu’ils inventent et déblatèrent pour effrayer les Grecs, ils ont réussi à humilier le pays dans le monde entier et à le mener réellement au bord de la faillite. Si un chef d’entreprise s’exprimait de la même façon que le fait le Premier ministre et ses ministres lorsqu'ils parlent de la Grèce, il se retrouverait immédiatement derrière les barreaux pour malversation grave.


Nous nous adressons aussi aux peuples européens. Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. Ne croyez-pas les mensonges grossiers et absurdes de journaux compromis qui veulent vous convaincre que le problème est dû soi-disant à la paresse des Grecs alors que, d’après les données de l’Institut statistique européen, ceux-ci travaillent plus que tous les autres Européens !


Les travailleurs ne sont pas responsables de la crise ; le capitalisme financier et les politiciens à sa botte sont ceux qui l’ont provoquée et qui l’exploitent. Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle.

 

Il n’y a pas d’autre solution qu’une restructuration radicale de la dette, en Grèce, mais aussi dans toute l’Europe. Il est impensable que les banques et les détenteurs de capitaux responsables de la crise actuelle ne déboursent pas un centime pour réparer les dommages qu’ils ont causés. Il ne faut pas que les banquiers constituent la seule profession sécurisée de la planète !


Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance. Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches.Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes. Comment peut-on proposer un ancien collaborateur de la Goldman Sachs pour diriger la Banque centrale européenne ? De quelle sorte de gouvernements, de quelle sorte de politiciens disposons-nous en Europe ?


Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire a été le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe. Nous ne vous demandons pas un traitement de faveur parce que nous avons subi, en tant que pays, l’une des pires catastrophes européennes aux années 1940 et nous avons lutté de façon exemplaire pour que le fascisme ne s’installe pas sur le continent.

Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »

 
Le Comite Consultative du Mouvement de Citoyens Indépendants. « L’ Etincel » (*)
 
Athenes, 26 Mai 2011


(*) Créé à l’initiative de Mikis Theodorakis

 

Lundi 13 Juin 2011

Mikis Theodorakis

 

 

Source :

http://www.marianne2.fr

 

 

Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 05:46


 

 

Fête 2011 d'Attac des Bouches-du-Rhône samedi 11 juin à Vitrolles Fontblanche

 

 ATTAC.gif

 

Les Attac des Bouches du Rhône font leur Fête en 2011 le samedi 11 juin dès 11 heures, dans un site prestigieux, à vocation culturelle et artistique chargé d'histoire, le domaine de Fontblanche à Vitrolles.

 

Le thème « Quel Monde pour demain ?» irriguera les débats des ateliers à partir de 16H, en prise avec l'actualité politique récente (révolutions arabes, catastrophe nucléaire de Fukushima, mobilisation contre l'exploitation des gaz de schiste).

 

- l'Eau bien commun de l'humanité " avec Thomas Coutrot, Co-président d'Attac France.

- En route pour le Forum Alternatif Mondial de l'Eau en 2012 

- G8/G20, les peuples d'abord, pas la finance !

- Les printemps des peuples arabes.

- Energie: Gaz de schiste, nucléaire...quel monde demain ?

 

« Le monde en crise et l'altermondialisme » seront en débat en début de soirée avec Gustave Massiah, membre du Conseil International des Forums Sociaux Mondiaux et Thomas Coutrot, Co-président d'Attac.

 

La fête 2011 sera également pour Attac, une étape dans la préparation des grandes mobilisations à venir dans notre région :

 

- Mobilisations départementales contre le G7 finances le 9 et 10 septembre à Marseille,

- Forum des peuples à Nice contre le G20 qui va se dérouler les 3 et 4 novembre à Cannes

 

le Forum Mondial de l'eau qui va se dérouler également à Marseille en mars 2012. Évidemment, tout au long de la journée, on pourra rencontrer des associations, boire et manger dès midi, et écouter de la bonne musique.

 

C'est donc une journée champêtre, militante... et pleine de couleurs......

 

 

Programme de la Fête d'Attac 2011


La fête départementale d'Attac se tiendra cette année au domaine Fontblanche à Vitrolles, le 11 juin, à partir de 11 heures.

 

Le lieu : le domaine de Fontblanche

 

Situé en bordure du ruisseau de la Cadière, au sud de la commune, le domaine de Fontblanche fut un grand domaine agricole dans les années 1830. Il comprenait une bergerie, un moulin à vent, un moulin à eau. L'activité meunière cessa en 1960.

Racheté par la ville en 1989, sa vocation culturelle et artistique y démarra et perdure aujourd'hui...avec notamment un grand Festival de jazz qui se déroule chaque année début juillet Charlie Jazz Festival 2011 [14e édition] 1, 2 et 3 Juillet

 

Le déroulement est prévu comme suit :

 

11h00 : " Eau, bien commun de l'humanité " avec Thomas Coutrot, co-président d'Attac France

13h00 : Ouverture du marché paysan et des stands d'Attac et des associations.

 Déjeuner sur l'herbe......

15h00 : Espoir William, groupe musical

16h00 : LES ATELIERS

 

- En route pour le Forum Alternatif Mondial de l'Eau de 2012 avec la coordination de " Eau Bien Commun "

- G8/G20, les peuples d'abord, pas la finance avec Anne Marie Alary & Raphaël Pradeau

- Les Printemps des peuples du monde arabe avec Gus Massiah, Nacer EL Idrissi (ATMF) & Michaël B Ayari (Chercheur)

- Énergie : Gaz de schiste, Nucléaire...quel monde demain ? avec Rémy Carrodano(Vigilance gaz de Gardanne) et Dominique Pouyat

 

 Les Succulentes nous font déjeuner sur l'herbe.

 

20h30 Le monde en crise & l'altermondialisme avec Gustave Massiah, membre du Conseil International des Forums Sociaux Mondiaux & Thomas Coutrot co-président d'Attac France

 

22h30 Grand concert avec Macadam Bazar

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 05:23

 

 


 

 

La mondialisation expliquée par Pierre RABHI…

 

 

http://us.123rf.com/400wm/400/400/chode/chode0805/chode080500238/3064153-vitamines-citerne--camion-de-transport-de-la-nourriture-jouet.jpg

Dans le Supplément du Monde de ce Week End, il y avait un article sur Pierre RABHI, agriculteur, philosophe et essayiste français d'origine algérienne, inventeur du concept « Oasis en tous lieux »…

 

J’ai retenu une des histoires qu’il raconte et qui montre l’absurdité du monde dans lequel nous vivons !

 

« Dans les année 1990, en France, un camion chargé de tomates hollandaises gagnant l’Espagne a percuté un  camion chargé de tomates espagnoles destinées à, être vendues en Hollande- La preuve que cela est absurde »…

 

Sans commentaires…


DH

 


Repost 0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 05:25

 


 

 

http://www.sinehebdo.eu/wp-content/uploads/2010/05/sine-seme-sa-zone-home.jpg

 

Siné sème sa zone sur la toile internet !

 

 

Il faut en profiter sans modération !!

 

http://www.sinehebdo.eu

 

DH

 

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 06:01

 

 

 


 

 

Fukushima, on n’en parle plus et pourtant… C’est un « Tchernobyl japonais » comme le rappelle un article de l’Humanité, qu’on ne peut pas accuser d’anti-nucléaire…

 

DH

 

 


 

 

Fukushima, un véritable tchernobyl japonais

 

 

Variant suivant les zones touchées de 300 000 à 30 000 000 becquerels par mètre carré, la contamination aux césiums 134 et 137 égale celle des territoires les plus atteints d’Ukraine.

 

La catastrophe de Fukushima égale-t-elle dans son ampleur celle de Tchernobyl ?

 

Pour l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), « la comparaison est pertinente». À l’appui de cette affirmation, l’institut cite des niveaux de contamination observés dans la zone d’évacuation de 20 kilomètres autour de la centrale japonaise et au-delà qui atteignent ceux des territoires ukrainiens et biélorusses les plus touchés par la catastrophe de 1986. La cartographie des retombées établie sur la base de mesures réalisées par les experts du département de l’énergie des États-Unis pour le compte des autorités japonaises ne laisse aucun doute. Elle dessine une large bande de territoire longue de plusieurs dizaines de kilomètres, située au nord-ouest de la centrale et fortement contaminée au césium 134 et au 137. Les taux de radioactivité mesurés y varient de 300 000 becquerels par mètre carré pour les plus faibles jusqu’à 30 000 000 becquerels par mètre carré pour les plus élevées.

 

Les populations qui vivent dans les zones contaminées sont exposées à un double risque. Celui d’une irradiation externe en cas d’exposition au rayonnement du césium 134 et du 137 et celui d’une irradiation interne en cas d’ingestion d’aliments contaminés. « Les doses reçues par jour peuvent s’avérer très faibles. C’est la durée d’exposition qui pose problème », explique Didier Champion, directeur de l’environnement à l’IRSN. « Pour la première année, une personne exposée à un rayonnement lié au césium 134 et 137 de 600 000 becquerels par mètre carré accumule une dose de 10 millisieverts. » C’est la moitié moins que la dose annuelle autorisée pour un travailleur du nucléaire intervenant en zone contaminée mais c’est une dose à laquelle il convient de ne pas exposer des personnes fragiles comme les femmes enceintes ou les enfants.

 

Didier Champion précise que si un événement comparable à celui de Fukushima se produisait en France, l’IRSN conseillerait au gouvernement d’évacuer les populations vivant dans les zones contaminées par du césium 134 et 137 dès lors que le seuil de 600 000 becquerels serait atteint. L’application de cette règle par le Japon devrait conduire à évacuer des populations qui vivent au-delà de la zone de 20 kilomètres autour de la centrale. Selon un rapport de l’IRSN et cité par l’AFP, 70 000 personnes, dont 9 500 enfants de moins de quatorze ans, seraient ainsi concernées. Le rapport attire particulièrement l’attention sur le sort de 26 000 habitants qui risquent d’être exposés à une dose annuelle supérieure à 16 millisieverts.

 

Interrogé sur la mise en cause au Japon et en Europe de la sincérité des informations délivrées par les autorités japonaises et concernant les niveaux de contamination et les zones concernées, Didier Champion se montre sceptique. « La carte de la contamination au césium a été dressée par les Américains », explique-t-il. Quant aux mesures de radioactivité effectuées à Tokyo par des laboratoires indépendants, il juge les écarts avec celles annoncées par le gouvernement nippon pas suffisamment importants pour justifier un doute.

 

La situation peut-elle encore s’aggraver ? Tout dépend de la capacité de Tepco à sécuriser les piscines de stockage du combustible usé et les réacteurs endommagés de la centrale de Fukushima afin d’empêcher toute nouvelle contamination. L’opération devrait prendre encore plusieurs mois mais les autorités japonaises et Tepco espèrent parvenir à juguler les rejets radioactifs d’ici à juillet.

 

Pierre-Henri Lab

 

 

Pour en savoir plus :

 

Le Réseau Sortir du Nucléaire

 

Greenpeace

 

CRIIAD

 

Repost 0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 05:44

 


 

Non monsieur BHL , DSK est un justiciable comme un autre !

 

 

 

DSK a le droit à la présomption d’innocence. Il faut que la justice se fasse pour éclaircir les faits et les responsabilités. Dont acte !

 

Les faits reprochés sont très graves et s’ils sont avérés ils sont intolérables et encore moins inexcusables d’une personne comme DSK.

 

Je trouve par contre scandaleux les propos de Bernard Henri Lévy. Il sous –entend sur son blog  que DSK n’est pas un justiciable comme les autres :

 

« J’en veux, ce matin, au juge américain qui, en le livrant à la foule des chasseurs d’images qui attendaient devant le commissariat de Harlem, a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre. »

 

Et bien si DSK est un justiciable comme les autres ! La justice s’applique et doit s’appliquer indépendamment de son statut social. N’est-ce pas d’ailleurs un des fondements de notre République ?

 

C’est ce genre de propos qui laissent entendre que la justice ne peut pas être la même pour tous qui détournent les citoyens de la politique et qui aliment le FN…

 

DH

Repost 0