Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 17:52





Quelques affiches de la manifestation Marseillaise. A méditer !







































Retrait du CPE : 2 à 2,6 millions de personnes dans la rue le 28 mars, et VILLEPIN reste « droit dans ses bottes » !

 

 

Hallucinant ! Malgré quatre manifestations nationales d’importance, avec 3 millions de citoyens dans la rue aujourd'hui,  sans compter les manifestations étudiantes et lycéennes, le 1er Ministre reste « droit dans ses bottes » et se refuse à retirer le CPE ! Sans avoir rien compris, il propose « une réunion pour aménager le CPE ». C’est un véritable mépris vis-à-vis des jeunes qui aspirent à autre chose qu’à la précarité, qui semblerait pour la bande CHIRAC – VILLEPIN et SARKOZY inéluctable !

 

Malgré ses tentatives de rompre l’unité syndicale, elle ne fait que se renforcer ! Très intéressant aussi, est le soutien de nombreuses organisations syndicales de pays européens qui soutiennent les syndicalistes français dans leur lutte.

 

Un nouveau contrat de travail avec une période d’essai de 2 ans va être mis en place en Allemagne. Cela a un petit gout de CPE / CNE.


Y – aurait – il encore derrière tout cela des orientations européennes inconnues des citoyens que nous sommes ? Nous avons eu raison de rejeter le Traité sur la Constitution Européenne. et il est temps maintenant de mettre en route une véritable Europe Sociale des citoyens !

 

Comme expliqué, dans une autre note, il faut se battre au-delà du CPE, mais aussi contre toute la Loi sur l’égalité des chances, sans oublier le CNE. Face à la déstructuration sociale et à la remise en cause du code du travail, il y a urgence !

 

Encore une fois, les élus Vitrollais de la Majorité de Guy OBINO étaient très présents dans le cortège.

 

Pour revenir à vie Vitrollaise, qu’elle est la position sur le CPE des UMP, des ex MNR reconvertis, et autres politiciens locaux sur le sujet ?

 

Ils sont très absents sur leurs blogs, si ce n’est, il faut bien le reconnaître, un édifiant communiqué du FN daté du 21 et 22 mars 2006 (http://www.vitrollesentete.com/). Le FN semble soutenir le CPE, sans soutenir le gouvernement, et joue comme d’habitude sur ses peurs ancestrales du « désordre » et des jeunes…

 

La gauche et le Droite ne défendent pas les mêmes valeurs, il faut toujours le rappeler !

 

            A suivre…



 


 


 


 


 


 


 


 



 

La section PS de Vitrolles dans le cortége. Michel RENAUDIN le Secrétaire de Vitrolles avec le patron de la Fédération, Eugène CASELLI, sans oublier nos charmantes militantes !


Et bien sûr toujours PRS, pour faire entendre sa différence !

Et en 2007, Votez, Eliminez ...

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 07:53



28 Mars élargissons le débat !

 
  

 Le CPE n’est qu’un des points de la Loi sur l’égalité des chances passée par le gouvernement de VILLEPIN avec le 49-3 !


 Au-delà du CPE, largement commenté, il convient de remettre en cause toute la Loi sur l’Egalité des Chances qui prévoit :

    Le travail de nuit et le dimanche dès 15 ans : C’est une véritable régression, puisque la 1ère loi interdisant le travail de nuit des enfants date de 1874 ! (Vive la mondialisation, vive le progrès social !) -


    De nouveaux cadeaux pour les entreprises sans contre partie, avec des exonérations fiscales pour celles qui prendront des apprentis juniors (article 4)   


   L’apprentissage dès l’âge de 14 ans qui enterre l’école obligatoire jusqu’à 16 ans (Articles 2 et 3)

L’intégration et la lutte contre les discriminations sous la coupe de SARKOZY. La question de l’intégration passe sous la coupe du Ministère de l’Intérieur et sera complètement diluée dans les politiques de sécurité (Articles 38 à 40)

La pénalisation des familles en difficultés avec une remise en cause des allocations pour un enfant trop souvent absent ou pour toute carence parentale. Cette mesure ne fera qu’enfoncer dans la précarité les familles qui ont déjà des problèmes (Articles 48 et 49)


La transformation des Maires en shérifs des cités avec le renforcement des pouvoirs des Polices Municipales. Pour certaines peines, les Maires pourront décider eux-mêmes de proposer aux délinquants des peines alternatives (Articles 50 et 51)


Sans oublier le CPE et le CNE, évidemment.

La Droite gouvernementale poursuit son action de régression sociale. Il faut  agir et se mobiliser pour la stopper !


RdV à Marseille à 10h30
au Vieux Port

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
24 mars 2006 5 24 /03 /mars /2006 22:54

La réunion Villepin - syndicats est un échec


La réunion du 24 mars 2006, convoquée par le Premier Ministre est un échec. Cet échec est de la responsabilité du Président de la République et du Premier Ministre.


Le Président de la République a pris la responsabilité avant même que la réunion ne se tienne d’expliquer de l’étranger qu’il maintenait le texte en l’état arguant d’un élément constitutionnel qu’il n’a lui même pas respecté notamment concernant le texte sur la colonisation.


Le Président et le Premier Ministre ont la possibilité au regard de la crise qu’ils ont provoquée dans le pays de retirer le texte sur le contrat première embauche.

On peut désormais se poser la question au regard de l’échec de la réunion de cet après-midi de savoir quelles sont les intentions réelles du gouvernement. Veut-il l’apaisement et le retour nécessaire à la tranquillité ou joue-t-il délibérément la stratégie de la tension et de la violence ? Le dialogue est nécessaire et il appartient aux responsables politiques d’en créer les conditions et de ne pas l’empêcher par des déclarations irresponsables.

 
Communiqué du parti Socialiste

 


Après les 1 500 000 français descendus dans la rue samedi dernier, la première réaction de notre 1er ministre lundi matin a été de rencontrer les patrons. Bravo pour la symbolique, qui prouve bien pour qui travaille ce Gouvernement.

 

Après des déclarations fermes toute la semaine, il se décide enfin à rencontrer les syndicats aujourd’hui vendredi. Mais VILLEPIN reste ferme sur ses positions en refusant de retirer le CPE. Il a fallu l’insistance des délégations syndicales pour qu’il daigne recevoir les syndicats étudiants et lycéens demain samedi.

 

Un tel comportement et un tel dédain pour les jeunes et les salariés, ne doit que renforcer notre motivation pour une grande démonstration de force mardi 28 mars.

 

Au-delà du CPE, il ne faut pas oublier le CNE et tous les dispositifs inclus dans la fameuse Loi sur « l’égalité des chances » comme l’apprentissage à 14 ans, le travail de nuit et le dimanche dès 15 ans, la pénalisation des familles en difficultés, la transformation des maires en shérifs des cités, etc… C’est toute la loi et pas seulement le CPE qui doit être abrogée.

 

C’est pourquoi, en tant qu’élu PS de Vitrolles, je vous donne RdV mardi 28 mars à 10h30 sur le Vieux Port !

 
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
19 mars 2006 7 19 /03 /mars /2006 12:03












1 500 000 personnes dans la rue en France pour le retrait du CPE, 150000 à Marseille.

Le gouvernement CHIRAC - VILLEPIN - SARKOZY vont -ils rester sourds à la grogne des français, qui majoritairement refusent la précartié pour les jeunes ?

Une fois de plus les Elus Vitrollais de la Majorité de Guy OBINO étaient   forts mobilisés ce samedi à Marseille avec la présence de Jean - Claude DENJEAN, Pascale MORBELLI, Jean Claude MONDOLONI, Claude MICHEL, Mireille JOLLY, MALEK MERSALI, Dominique YOUSEF, Cathy CAU,votre serviteur, etc...

Le débat continue à Vitrolles, avec à l'initiative de la section  PS de Vitrolles un débat sur le CPE dans le cadre des "mardis citoyens".

J'animerai ce débat,  ouvert à tous les citoyens, avec Tristan ROUQUIER, Président de la FIDL de 18h00 à 20h00 au local du PS (derrière l'espace Nelson MANDELA, place de l'Hotel de Ville).

A bientôt.


                                     150 000 manifestants à Marseille


    Mireille JOLLY, Conseillère Municipale à Vitrolles avec l'ami Robert



Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 18:46




Demander le retrait du CPE est une chose, proposer en est une autre. Vous trouverez ci-joint la plateforme de revendications des jeunes de PRS qui porte la parole de la jeunesse ouvrière et populaire. Il ne faut pas oublier que le CPE n'est qu'un des volets condamnables de la Loi sur l'égalité des chances...

Tous à Marseille samedi 18 mars à la Porte d'Aix à 15h00 !

 

Plateforme de revendications

pour la jeunesse populaire et les jeunes travailleurs


Le CPE doit être retiré. Mais le CPE n’est pas la seule régression prévue par la droite pour les jeunes travailleurs. La loi dite « Egalité des chances » (qui crée le CPE) et plus largement la politique de la droite depuis 2002 comportent d’autres reculs très graves qui touchent en premier lieu la jeunesse populaire et ouvrière. Outre l’abrogation du CPE et du CNE, nous devons donc aussi porter des revendications pour protéger et améliorer la condition des apprentis, des lycéens professionnels, des stagiaires …


Les apprentis ne sont pas des chiens – Des droits pour les apprentis !


Parce qu’ils travaillent en entreprise et qu’ils suivent en même temps une formation dans un centre de formation d’apprentis (CFA), les apprentis ont des conditions très dures de travail et d’études. La loi « Egalité des chances » va encore les aggraver.


· Non à l’apprentissage à 14 ans


En rendant possible le pré-apprentissage à 14 ans et l’apprentissage lui-même dès 15 ans, le gouvernement abaisse de fait l’âge limite de la scolarité obligatoire jusque là fixé à 16 ans. Or l’apprentissage est une voie très inadaptée aux jeunes les plus fragiles. Aujourd’hui déjà un contrat d’apprentissage sur quatre ne va pas à son terme. Dorénavant les sorties précoces de jeunes de moins de 16 ans sans qualification vont se multiplier. Soi-disant destinée en particulier aux jeunes des banlieues, cette mesure ne pourra que les exclure un peu plus du système de formation, en raison de la sélection au faciès des apprentis par les entreprises d’accueil et notamment des discriminations qu’elles appliquent. L’apprentissage à 14 ans est aussi une lamentable régression éducative et économique : on va ainsi cantonner un nombre croissant de jeunes à la préparation du CAP puis à la sortie vers le marché du travail alors qu’il faudrait s’atteler à en élever le plus grand nombre au moins vers le bac, notamment professionnel. C’est l’idée même de conduire 80 % au moins d’une génération au bac qui est ici enterrée.


· Interdiction du travail de nuit, le dimanche et les jours fériés pour tous les apprentis


Depuis la loi de Cohésion sociale de 2005 (loi Borloo), le gouvernement a élargi les possibilités de travail en entreprise des apprentis la nuit, les dimanches et jours fériés. Dans toute une série de secteurs, des dérogations permettent même de faire travailler la nuit ou le dimanche des apprentis de moins de 18 ans. Avec l’abaissement de l’age d’entrée en apprentissage à 14/15 ans, c’est aussi le travail de nuit et le dimanche des enfants qui est abaissé à 14/15 ans dans certains secteurs. C’est une régression qui fait retomber le pays au XIXème siècle puisque la première loi interdisant le travail de nuit des enfants date de 1874 et que des conventions internationales de l’OIT ont commencé dès 1919 à interdire le travail de nuits des jeunes de moins de 18 ans. C’est uniquement dans l’intérêt des entreprises que le gouvernement permet le travail de nuit, le dimanche et les jours fériés des apprentis. Pour les jeunes, la qualification acquise le dimanche ou la nuit ne diffère pas de celle exercée le jour en semaine, et ces conditions ne peuvent que rendre plus difficiles pour les apprentis la réussite de leur diplôme à l’issue de leur contrat d’apprentissage.


· Indemnité de précarité pour les apprentis virés par leur entreprise


Aujourd’hui en cas de rupture du contrat d’apprentissage dans les 2 premiers mois, l’apprenti n’a droit à aucune indemnité, alors même que la rupture peut être intervenue par pure convenance économique de la part de l’entreprise. Ces ruptures de contrat détruisent tout le parcours de formation des apprentis. Après plusieurs contrats rompus, certains renoncent logiquement à aller au terme de la préparation de leur diplôme et grossissent ainsi le flot des sortants sans qualification. Les ruptures de contrat peuvent également placer les apprentis dans une situation matérielle difficile, car beaucoup d’entre eux ont parfois fait le choix d’entrer en apprentissage pour accéder à une première autonomie matérielle ou pour subvenir aux besoins élémentaires de leurs familles. Dans la mesure où la rupture du contrat fragilise tant la formation du jeune que sa situation économique, en l’obligeant parfois à attendre plusieurs mois avant de retrouver une entreprise d’accueil, une indemnité de rupture (de l’ordre de 20 % de la rémunération) s’impose.


· Interdire aux patrons voyous d’embaucher des apprentis


Le fléau des ruptures de contrat d’apprentissage avant terme concerne en effet aujourd’hui près d’un contrat sur quatre. Cela fait de l’apprentissage une voie particulièrement précaire, sans qu’aucune mesure n’ait permis jusqu’à présent de s’y attaquer. Les taux de rupture considérables qui existent dans certains secteurs ou certaines entreprises, allant jusqu’à 50 % des contrats signés montrent que certaines entreprises utilisent l’apprentissage comme un simple outil pour employer une main d’œuvre docile et bon marché. Il n’est pas non plus normal qu’une entreprise que la justice a condamné pour non respect du contrat d’apprentissage puisse continuer à accueillir des apprentis. Il faut donc retirer à ces entreprises la possibilité d’accueillir des apprentis. Il faut aussi supprimer les énormes cadeaux fiscaux (450 millions d’euros en 2006) accordés par la droite aux entreprises qui embauchent des apprentis, alors que ceux-ci sont déjà payés en dessous du SMIC et donc très « rentables » pour les entreprises.


Les LEP dans la galère – Des droits pour les lycéens professionnels !


· Rétribution obligatoire des stages d’application en entreprise


Ces stages n’ont rien à voir avec les stages d’observation ou d’initiation que l’on peut faire au collège ou dans certaines formations. Appelés « Période de formation en entreprise » (PFE), les stages qu’effectuent les lycéens professionnels sont obligatoires dans leur formation. Ils sont d’assez longue durée (de deux mois environ en BEP à plus de 6 mois pour certains bac pro) et sont directement tournés vers l’application des qualifications acquises en formation. Dans la plupart des cas, l’entreprise d’accueil dispose donc d’une main d’œuvre en partie qualifiée qu’il serait normal de rétribuer obligatoirement, surtout là où sa contribution à la création de valeur ajoutée par l’entreprise est la plus manifeste (au niveau bac pro).


· Allocation de formation pour les lycéens qui préparent le bac pro


Cette proposition s’inscrit dans la revendication plus globale d’un revenu de formation, qui peut permettre de garantir aux jeunes une autonomie matérielle suffisante pour ne pas renoncer à une formation ou à une qualification plus élevée. C’est pour l’accès aux filières qualifiantes à tous les niveaux, que cette question de l’autonomie est la plus criante. Aujourd’hui seulement un jeune titulaire du BEP sur deux poursuit son parcours jusqu’au bac pro, essentiellement pour des raisons matérielles, car ces jeunes sont souvent majeurs et issus de milieux très modestes. Pour l’accès en BTS, ces freins matériels sont encore plus forts et la plupart des bacheliers professionnels qui en seraient capables renoncent aujourd’hui à faire un BTS pour gagner immédiatement leur vie. Il serait donc dans l’intérêt du pays et de la production, de sécuriser financièrement ces parcours qualifiants pour permettre au plus grand nombre de ces jeunes d’aller au moins jusqu’au bac pro.


· Relance de l’enseignement professionnel public


La stratégie du tout apprentissage soutenue par le gouvernement a comme revers logique le désengagement massif de l’Etat de l’enseignement professionnel public. Depuis 2002, le gouvernement a ainsi supprimé plus de 2000 postes d’enseignants en lycée professionnel alors que le nombre d’élèves inscrits a cru de 18 000 ! Dans cette stratégie libérale, l’apprentissage est utilisé comme un outil de privatisation progressive de toutes les voies d’accès à la qualification, comme le réclame les franges les plus libérales du patronat (assurances et finance qui dominent le MEDEF). Il y a donc urgence à relancer l’enseignement professionnel public, qui permet d’accueillir tous les jeunes quelque soient leurs origines ou leurs difficultés et qui permet de s’élever jusqu’au bac pro ou au-delà (BTS, licence pro). Là où l’apprentissage trie au contraire les jeunes et rend beaucoup plus difficile l’élévation de la formation.


Les stages dans la misère – Des droits pour les stagiaires !


· Rétribution de tous les stages d’au moins 1 mois au minimum à 50 % du SMIC

· Rétribution des stages de plus de 3 mois au minimum à 80 % du SMIC

Ces revendications sont communes à la plupart des mouvements de stagiaires diplômés qui se sont mobilisés depuis plusieurs mois pour dénoncer l’exploitation dont font l’objet les stagiaires notamment dans les grandes entreprises. Elles sont légitimes car un diplômé en stage dans son domaine est rapidement en mesure de contribuer à la production de valeur ajoutée par l’entreprise. On pourrait imaginer une grille de rétribution qui croit en fonction de la qualification du stagiaire et de la durée du stage.


· Embauche obligatoire à partir de 6 mois de stage


Cela semble une mesure de salubrité publique que de rendre obligatoire la transformation en contrat de travail de tous les stages de plus de 6 mois.


Les familles modestes pénalisées – Non au « Contrat de responsabilité parentale » !


La loi « Egalité des chances » prévoit aussi de pénaliser les familles dont un enfant serait trop souvent absent à l’école. Les allocations familiales ou d’autres aides pourraient leur être retirées. Cette mesure est injuste car elle ne peut qu’enfoncer un peu plus dans la précarité les familles qui ont déjà des problèmes avec leurs enfants. Elle est aussi absurde car elle pénalisera au passage aussi les frères et sœurs quand c’est un enfant d’une famille qui est trop souvent absent.

Les prestations doivent être accordées exclusivement en fonction des conditions sociales et pas en fonction du comportement des gens, sauf à instaurer un dangereux contrôle social.

 
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 21:54

Nicolas SARKOZY chasse la délinquance

 dès l’âge de 3 ans !
Arrêtons le délire…
  

Nicolas SARKOZY s’appuie sur un rapport de l’INSERM pour son projet de Loi sur la prévention de la délinquance.

Ce rapport préconise notamment «le repérage des perturbations du comportement dès la crèche et l'école maternelle». Les chercheurs stigmatisent comme pathologiques «des colères et des actes de désobéissance», et les présentent comme «prédictifs» d'une délinquance. «Des traits de caractères, tels que la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme, l'agressivité», mais aussi «l'indocilité, l'impulsivité, l'indice de moralité bas», sont ainsi mentionnés «comme associés à la précocité des agressions».

«Cette production de l'Inserm vient donner un vernis scientifique et médical à l'approche de la délinquance du gouvernement. C'est vraiment du pain bénit pour Sarkozy !» tranche Bruno Percebois, membre du syndicat national des médecins de PMI (Protection maternelle et infantile).

Le ministre de l'Intérieur n'hésite d'ailleurs pas à citer les travaux de l'Inserm pour promouvoir le plan sur la prévention de la délinquance, évoquant par exemple un carnet de développement de l'enfant qu'il nomme «carnet de comportement». Un projet qui devrait être présenté courant mars en Conseil des ministres.

Heureusement, la fronde s’organise ! Intitulée «Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans», une pétition a été lancée par des psys. Puis elle a grossi, recueillant près de 30 000 signatures, aussi bien des professionnels de la petite enfance que des magistrats, mais aussi de simples citoyens.


Tous s'inquiètent : «Faudra-t-il aller dénicher à la crèche les voleurs de cubes ou les babilleurs mythomanes ?» Selon Muriel Eglin, magistrate détachée auprès de la Défenseure des enfants, une même philosophie transparaît chez le ministre et à l'Inserm : «On analyse l'enfant sous l'angle du trouble à l'ordre public qu'il représente, plus que de sa souffrance.» C'est un air du temps qui nous vient des Etats-Unis, selon Percebois : «L'application du libéralisme au champ sociétal».

«Scientiste». Les promoteurs de la pétition s'insurgent contre le caractère «scientiste» et «prédictif» des approches de l'Inserm et du ministre. «On sent les volontés d'instrumentaliser les soignants dans des démarches mécanistes qui visent à prévenir des comportements délinquants», explique le pédiatre Pierre Suesser. «Dépister le plus tôt possible la souffrance d'un enfant, tout le monde est pour ! Mais quand on regarde le contexte et qu'on lit le rapport Bénisti et les projets d'un certain Nicolas Sarkozy...», lance Pierre Delion, chef de service de pédopsychiatrie au CHU de Lille.

Jacques-Alain Bénisti, député UMP du Val-de-Marne, ardent partisan de la méthode prédictive, était allé jusqu'à dessiner sur une belle courbe le «parcours déviant» du jeune qui «s'écarte du droit chemin», dans un rapport remis à Dominique de Villepin, fin 2004. Fin 2005, le syndicat des commissaires de police avait, lui aussi, suggéré d'identifier les comportements précurseurs de la délinquance «dès la crèche, la maternelle ou l'école primaire». Pierre Delion en déduit : «Avec tout ça, il y a de quoi être inquiet.»

  
 

 Dans quel monde veulent –ils nous faire vivre ?

  Peux – ton accepter une société qui traque
"les délinquants dès l'âge de 3 ans" ?

  Pour moi, c’est NON !
  
 

 Extraits d’un article de Libération paru le 28 février 2006, et autres analyses personnelles.

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 17:59
Le PRS dans l'action à Marseille !

Michel RENAUDIN, le Secrétaire de la Section PS de Vitrolles,
comme toujours au téléphone !



CPE: forte mobilisation

pour faire plier Villepin

 

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé mardi  contre le Contrat Première Embauche (CPE), réussissant à faire monter d'un cran, en étant largement plus nombreux que le 7 février, la pression contre un gouvernement toujours déterminé.

A l'Assemblée nationale, Le 1er Ministre UMP Dominique de Villepin reste sourd au message lancé par des centaines de milliers de manifestants dans toute la France

Ainsi à Marseille, entre 10 à 12.000 personnes, selon la police, et 100.000 personnes, selon les organisateurs, ont défilé dans la matinée. A leur tête des lycéens brandissaient des banderoles : "CPE = contrat pour esclave". Ils étaient entre 5 et 30.000 le 7 février.

Les Elus de Vitrolles encore une fois étaient une fois de plus présents dans la manifestation Marseillaise, avec notamment Marie - Thérèse THIBAULT, Jean - Claude MONDOLONI, Henri AGARRAT, Malek MERSALI, Philippe GARDIOL, Pascale MORBELLI et votre serviteur…

 

Le combat politique continue, et pour reprendre un slogan vu dans la manifestation,

 

« En 2007, Votez – Eliminez ! »

 

A suivre…


 

Le camarade du PC, Malek MERSALI, Adjoint à Vitrolles


L'autre camarade du PC Henri AGARRAT, Adjoint à Vitrolles
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 15:40
 



Contre la politique de précarisation de l’emploi menée par le gouvernement, contre le CPE, pour exiger le retrait de cette réforme antisociale, signez cette pétition.

Portée par des centaines de milliers de citoyen(e)s, elle obligera le Parlement à en débattre à nouveau.



Nous exigeons du gouvernement le retrait du « contrat première embauche » qui, s’il était mis en œuvre :

  • - Aggravera la précarisation de l’emploi des jeunes : avec ce contrat, les jeunes embauchés seraient soumis à une période d’essai de deux ans, pendant laquelle ils pourraient être licenciés immédiatement et sans motif. Avec ce CPE, impossible de se projeter dans l’avenir, de se construire une vie autonome, notamment d’accéder au logement...

  • - N’apportera aucune garantie de formation pour les jeunes.

  • - Ne créera aucun emploi supplémentaire, par contre, tout jeune qui aurait du avoir un CDI se retrouvera avec un CPE

Ce contrat, après le CNE, est une nouvelle étape de la politique de la droite et du MEDEF qui remet en cause le droit du travail.


 Pour signer la pétition à l'initiative de :

Alternative citoyenne, Les alternatifs, La Gauche Républicaine, LCR, Mars, MRC, PCF, PRG, PS, Régions et peuples solidaires, Les Verts


rendez- vous à l'adresse :
 
 
 

Et n’oubliez pas la manifestation du 7 mars à  Marseille, 10h30 au Vieux Port.

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 21:36


Le 1er mars 2006

 
 
 
Intervention de François HOLLANDE
au bureau national du PS
 


Le 11 février, Georges FRECHE a tenu des propos inacceptables à l’occasion d’un incident qui l’a opposé à une personne (lors d’une cérémonie d’hommage à Jacques Roseau).

J’ai appelé Georges FRECHE le lundi 13 février et je lui ai demandé de présenter des excuses publiques ce qu’il était décidé à faire. Et qu’il a fait.

 



Le vendredi 17 févier, une délégation de filles et fils de Harkis a été reçue à sa demande au siège du Parti socialiste.

 



La discussion a abouti à un communiqué du Parti Socialiste, dont les termes ont été acceptés par les associations de Harkis présentes.


 

Le Bureau national qui s’est tenu le 21 février a clairement et fermement confirmé la condamnation de ses propos et a pris acte des excuses publiques de Georges FRECHE qu’il a d’ailleurs réitérées, par lettre à mon intention.

 
 
 


Néanmoins, l’émotion est grande au Parti socialiste et en dehors du Parti ; je regarde les manœuvres de la droite, indécentes au regard de ce qu’on été les alliances entre elle et le Front national dans cette même région. Je ne tolèrerai aucune polémique entre nous là-dessus.

 



Je demande donc l’application de nos statuts qui prévoient que le Bureau national transmette les demandes à la Commission nationale des conflits seule compétente pour juger les actes individuels concernant l’un d’entre nous.

 



Dans l’attente de cette décision, Georges FRECHE ne siègera plus au Bureau national,

Je demande que le Bureau national adopte la démarche que je lui propose.


Encore une fois rien n'est inéluctable et même au sein de mon Parti le PS ! Les choses bougent notamment après les positionnements clairs de personnalités comme Laurent FABIUS ou celles des camarades de "Rénover Maintenant" et du PRS.

L'affaire n'est cependant pas finie. A suivre...



Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 17:47

Manifestation pour Ilan Halimi

Le Parti Socialiste s’associe à l’appel à manifester le dimanche 26 février lancé par plusieurs associations (LICRA, CRIF, SOS RACISME, etc.), suite à l’assassinat d’Ilan Halimi.


Le Parti Socialiste appelle l’ensemble des Françaises et des Français à se joindre au cortège afin d’exprimer leur émotion et leurs protestations après ce crime odieux.

 

 

Le MRAP a déclaré qu’il retirait son soutien à cette manifestation en raison de la présence annoncée du Front National qui a vu dans le meurtre d’IIan « le résultat de 40 ans d’immigration incontrôlée » et celle du MPF de Philippe de VILLIERS qui a demandé après le meurtre le « rétablissement de la peine de mort et dénoncé l’islamisation de la France ».

 

La LICRA et SOS RACISME assurent qu’il n’a jamais été question de tolérer la présence de l’Extrême Droite à cette manifestation.

 

La Ligue des droits de l'Homme (LDH) a maintenu son appel "parce qu'il est plus que jamais nécessaire de répondre ensemble à ces fléaux" mais ne veut "pas de xénophobes dans la manifestation contre le racisme et l'antisémitisme".


Pour le CRIF, « le FN n’est pas le bienvenu car il a été condamné par la justice pour de multiples agressions racistes et antisémites ». C’est un point à rappeler aussi, aux Responsables Politiques Vitrollais qui appartiennent toujours, ou qui ont appartenu ou soutenu le FN par le passé...

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !