Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 23:07

Stop au Contrat Première Embauche

Non à la précarité !


La droite solde l’emploi des jeunes.

Les contrats de travail pour tous les jeunes de moins de 26 ans   pourront être rompus à tout moment, sans motif, pendant deux ans,     par les patrons.

Les jeunes deviendront des salariés jetables et corvéables à merci.

Comment construire sa vie dans ces conditions ? Comment les jeunes
pourront-ils offrir les garanties d’un loyer pour se loger ou trouver un prêt
pour financer leurs études ?

Avec le CPE, l’horizon des jeunes c’est la précarité.

Douze ans après le SMIC-jeunes de Balladur (CIP), la droite récidive avec le CPE.

Hier stigmatisée par Sarkozy, aujourd’hui précarisée par Villepin, la jeunesse est méprisée par le gouvernement.

En juin, Villepin annonçait que le Contrat nouvelles embauches serait réservé aux entreprises de moins de 20 salariés. En janvier, il l’étend aux jeunes. Demain c’est tous les salariés qui seront sous le régime des contrats précaires.

Il faut faire reculer Villepin comme hier Balladur pour empêcher la droite de mettre fin au régime du CDI.


LE TRAVAIL PRÉCAIRE, CE N’EST PAS MIEUX
QUE RIEN, C’EST PIRE QUE TOUT !


Avec les syndicats, les mouvements de jeunesse et tous ceux qui refusent une société de précarité, mobilisons-nous pour faire reculer le gouvernement !

Tous à  Marseille le 7 février à 10h30 au Vieux Port pour faire reculer la Droite des CHIRAC, VILLEPIN et SARKOZY !



         
         
   
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
7 janvier 2006 6 07 /01 /janvier /2006 21:08

    Il y a 10 mourrait Francois MITTERRAND. Agé de 47 ans, mon premier vote pour la présidence de la République a été pour lui. Certes avec le recul, il est clair que le personnage était complexe, mais il est certain qu'il a marqué son époque et que je ne regrette pas mon vote d'un certain 10 mai 1981...

    Ma collègue Christiane SOUCHON, adjointe PS comme moi à Vitrolles, m'a fait la gentillesse de me proposer un de ses dessins de l'illustre François. Vous le trouverez donc sur le blog et je la remercie bien évidemment, même si sa modestie doit en souffrir...
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 20:38
article publié en octobre 2005

 

Des militants socialistes Vitrollais

S’inscrivent dans le débat
 
Contribution Thématique
 
 
Premiers signataires :
 

Didier HACQUART Adjoint au Maire Vitrolles 13, Secrétaire du GSE National Aéronautique – Membre de la CNE, Pascale MORBELLI, Adjointe au Maire Vitrolles 13, Secrétaire Fédérale,  Mireille JOLLY Conseillère Municipale Vitrolles 13, Dominique TAGUELMINT, Conseillère Municipale Vitrolles 13, Robert TELLENE Vitrolles 13, Jean - Claude BERNARD Vitrolles 13, Gisèle BONGIANINO Vitrolles 13, Serge FABRE Vitrolles 13, Laurence CHAMPEAUX Vitrolles 13, Paul MONTOYA Vitrolles 13,  Henri JOLLY Vitrolles 13, Georges JOURDAN Vitrolles 13,…

 
 
A - 29 mai 2005, le message est clair !
 

Le 29 mai dernier, l’électorat de gauche a choisi majoritairement de voter NON au projet de Constitution Européenne.

 

Forts de notre expérience Vitrollaise, nous qui avons eu à faire face à la montée de l’Extrême- Droite, nous qui l’avons subit pendant plusieurs années à la Mairie de Vitrolles, nous qui avons lutté contre pour reprendre la Municipalité en 2002 et qui aujourd’hui travaillons à remettre sur pied une ville laminée par une gestion catastrophique, nous souhaitons contribuer au débat du prochain congrès !

 

En tant que Socialistes, il est de notre responsabilité d’entendre le peuple qui s’est exprimé et de renouer avec lui. Le déphasage entre le résultat du referendum et le vote en décembre des militants socialistes doit nous interpeller sur nos modes de fonctionnement internes et sur notre capacité à être au plus près des réelles préoccupations de nos concitoyens.

 

Le sens de notre action politique en tant que Socialistes doit donc être de répondre aux attentes des citoyens. Ces attentes sont simples et peuvent se résumer à « vivre décemment », c'est-à-dire « gagner sa vie, sans la perdre », pouvoir se loger, se soigner, et assurer un avenir à ses enfants. Sans l’accès à ces légitimes besoins de base que toute société dite « moderne » et digne de ce nom devrait offrir à ses concitoyens, l’accès au savoir, l’accès à la culture, l’accès à la société de loisirs, le lien social et la préservation de l’environnement deviennent des notions abstraites et lointaines.

 

Le débat sur le référendum sur la constitution a cristallisé notamment le décalage entre ce que vivent « les gens » au quotidien (recherche d’emploi, délocalisations, dégradation des conditions de travail, logements rares et trop chers, remise en cause de la retraite, remise en cause de la protection sociale, etc.) avec ce que font ou proposent les politiques.

 

Il appartient aujourd’hui aux Socialistes de redonner à la politique toute sa place. Les citoyens attendent d’elle des réponses aux multiples problèmes engendrés par les mutations économiques, sociales et environnementales.

 

B - Sortir d’une logique de gestion et redonner du sens à la politique :

 

Pour y parvenir, il faut sortir d'une  logique de « maîtrise comptable » qui devient dans le monde où nous vivons le prisme déterminant de la pensée politique. Les Elus à tous les niveaux, sont hypnotisés par la gestion, assimilée à la « rigueur » et à « l’efficacité ». Plutôt que de débattre sur l’organisation de la cité, la démocratie, le bien – être de la population, les finalités de l’existence humaine, ou le bien commun, le débat porte sur le taux de croissance, le montant des déficits publics, le montant des prélèvements obligatoires, le montant des impôts, etc. La crise politique que nous connaissons actuellement vient aussi de là.

 

La contamination de la politique par la gestion conduit à bouleverser la hiérarchie des valeurs et du sens de l’action. Lorsque la société est conçue comme une entreprise qu’il convient de gérer, lorsque les critères de gestion l’emportent sur l’analyse politique, on assiste à une inversion entre les moyens et la finalité, entre le poids des normes financières et les missions politiques des institutions.

 

A partir du moment où les hommes politiques choisissent de gérer plutôt que de gouverner, ils se mettent dans un piège. En effet, comme des actionnaires mécontents de leur PDG qui n’offre pas une rentabilité suffisante, le citoyen - gestionnaire exige une rentabilité immédiate à son bulletin de vote. Si la performance est jugée médiocre, il rejette les hommes politiques jugés incompétents. L’idéologie gestionnaire tue en fait la politique. En préconisant une exigence de résultats et d’efficacité, elle déplace la politique sur le terrain de la performance et de la rentabilité. Les valeurs se perdent alors.

 

Les concepts de la gestion contaminent le discours politique. Le débat est surdéterminé par le prisme de la communication. L’élu doit se vendre comme un produit, le discours entrepreneurial se substitue au discours politique : le bon sens contre l’idéologie, le pragmatisme contre les convictions, l’efficacité contre les principes, l’action contre le discours. L’élu devrait alors se mettre au service du citoyen comme l’entreprise au service du client. Mais, lorsque le citoyen est traité comme un client, il devient plus exigeant, plus il va exiger son dû et traiter le système politique comme un bureau de réclamation qui doit être à son service.

 

Il est donc essentiel pour les Socialistes de revenir aux fondamentaux, et de redonner à la politique son rôle premier. Il faut revenir au cœur du politique qui est de se préoccuper d’abord et avant tout de ce qui favorise le « vivre ensemble ». C’est agir pour une société dans laquelle les individus ne sont pas considérés comme des travailleurs et des consommateurs mais avant tout comme des citoyens, c'est-à-dire des sujets agissant ensemble.

 

Il est urgent de sortir du piège qui soumet la politique aux lois de la gestion en détruisant ce qui son fondement même.

 

La démocratie se construit tous les jours par l’établissement de relations humaines. Construire des solidarités concrètes, rendre le monde moins injuste, pacifier les relations entre les hommes, combattre les incivilités, célébrer les vertus d’hospitalité, contribuer au bien commun, apprivoiser l’altérité, c’est dans l’action quotidienne de chacun que la démocratie peut se renforcer la politique retrouve sa crédibilité lorsqu’elle se met au service d’un projet de civilisation respectueux de la dignité et du bien – être de chaque concitoyen, attentif à l’environnement, aux droits de l’homme, à une répartition équilibrée des richesses produites.

 

C - La fin de notre modèle économique 

 

Par ailleurs, notre modèle économique n’est-il pas à l’aube d’atteindre ses limites ? En effet, notre modèle de développement basé sur une croissance ne conduit – il pas à notre perte ? Il devient urgent de prendre en compte la dimension environnementale au niveau de la planète avant que le modèle de croissance en vigueur ne nous conduise dans une impasse dont l’humanité aura du mal à se remettre. La fin prochaine du pétrole conduit à l’inadaptation du modèle de développement actuel basé sur la finance et le profit au détriment du bien - être de l’humanité.

 

Si les financiers s’imposent sur le court terme et l’accumulation de profits au détriment du reste, il est urgent pour les Socialistes de s’emparer de ce sujet pour proposer au niveau local, national, européen et mondial les pistes d’un autre modèle de société. Les politiques ne doivent pas sombrer dans une seule logique financière, sachant que le modèle actuel sur lequel par facilité ils s’appuient n’aura plus de sens à plus ou moins brève échéance.

 

De plus dès aujourd’hui que signifie réellement d’habiter dans un pays riche comme la France avec près de 2,7 millions de chômeurs, soit plus de 10% de la population active, plus de 1 000 000 de Rmistes, des milliers de sans logement, etc. ? Il est de la responsabilité des politiques, et des socialistes dans un programme de gouvernement de prendre en compte cette terrible réalité…

 

D – Penser global, agir local

 

Les exigences des concitoyens sont énormes. Face à l’attitude d’un Président de la République qui bafoue le vote des français et la nomination d’un gouvernement Sarkozy / Villepin qui a choisi clairement une ligne d’affrontement avec le peuple, il est urgent de créer à gauche les conditions d’un nouveau rassemblement. Il doit s’effectuer sans exclusive, dans une opposition à la droite libérale. Il doit se nourrir de l’engagement civique de milliers de citoyens qui ont tenu à exercer librement et massivement leur devoir républicain le 29 mai dernier.

 

Répondre aux exigences des citoyens, c’est aussi se positionner clairement sur :

 

Sur les rapports Nord – Sud, pour mettre en place une véritable politique de développement des pays qui profite réellement aux peuples. A ce titre nous devons notamment agir pour lutter contre le SIDA sur le principe que les vies en jeu ne doivent pas être l’objet de marchandage et de profits !

 
  • L’Europe. Le NON Socialiste était clairement Européen. Les Socialistes doivent reprendre le combat pour la mise en place d’une véritable Europe Sociale, une Europe des peuples et non une Europe des élites.
 
  • La laïcité, véritable rempart contre les obscurantismes, quels qu’ils soient ! Cela signifie aussi de revoir le financement des écoles privées.
 
  • Une politique de l’emploi non basée sur les « baisses de charges », « l’allégement du code du travail », la stigmatisation des chômeurs, etc., mais avec une véritable politique industrielle prenant en compte les enjeux du futur (fin du pétrole, environnement, etc.). Il faut sortir de la logique actuelle qui veut que les dépenses des entreprises (recherche, aides diverses, etc.) soient publiques et financées par les citoyens alors que les profits sont privés et réservés à quelques uns ! Notre politique de l’emploi doit lutter contre le travail précaire et le temps partiel non – choisi.
 
  • La loi sur les 35 heures et la question des revenus. La finalité n’est pas de doubler sa feuille de paye pour ceux qui ont un emploi en travaillant 70 heures par semaine au détriment de sa santé, sa vie familiale et sociale !
 
  • Une politique de logement active qui assure un toit à chacun. C’est un minimum !
 
  • Une politique d’Education basée sur le développement des connaissances et l’émancipation des citoyens, auxquels doit s’associer une politique culturelle. Au-delà, l’essentiel est de se donner les moyens de cette politique !
 
  • Sur la défense des services publics avec notamment, la renationalisation de services essentiels à la vie comme l’eau, l’énergie (EDF-GDF), etc.
 
  • Sur la loi FILLON sur les retraites : La finalité de la vie est – elle réellement de travailler jusqu’à 65 ans et plus ? Le dossier des retraites est l’exemple type de dossier qui ne peut pas être traité sous le seul angle économique, mais au contraire sous l’angle sociétal !
 
  • Sur la protection sociale de chaque citoyen (accès aux soins, revenu minimum, etc.)
 
  • Une politique environnementale garante de notre avenir à tous antinomique avec le tout industriel et le profit à court terme.
 
  • Etc.
 

Au niveau des communes et des communautés de communes, cela signifie de :

 
  • Respecter et faire respecter les normes actuelles en termes de logements sociaux en s’opposant au niveau des communautés de communes les villes « hautes gammes » au détriment des villes « bas de gamme ».La Loi existe, il faut la faire appliquer.
 
  • De même les communes, communautés de communes Départements, Région doivent favoriser le développement industriel et économique. Les aides doivent être associées de contre – partie en termes d’emplois, retombées économiques etc. Dans le cas contraire les aides doivent être remboursées par les entreprises.
 
  • Préserver l’environnement en s’opposant au développement de mégapoles urbaines destructrices de bien – être. Après l’ère du tout béton et du développement industriel anarchique, il est temps de revenir à des villes à taille humaine, non soumises à la pollution atmosphérique et sonore. Le cadre de vie est un élément essentiel.
 
  • Repenser le rôle et l’objectif des communes vis-à-vis des citoyens. Cela signifie une vraie démarche de concertation avec les citoyens. Cela signifie aussi de repenser le service public.
 
  • Etc.
 
E - Revoir nos institutions
 

Aujourd'hui, il nous faut avoir une réelle représentativité élective, elle doit correspondre à la population Française. Elle est nécessaire pour ouvrir le monde de la politique à tous, et que celle ci ne soit pas l'affaire de spécialistes, d’élites, mais celle des CITOYENS.

  

Sans présager de ce que pourrait être une nécessaire refonte des institutions avec une nécessaire « dose de proportionnelle » pour assurer une véritable représentativité, nous proposons le mandat unique avec un renouvellement et une limite d’âge fixée par le parlement.

 
1 - Statut de l’Elu

                                

Avoir un véritable statut de l'élu c’est doter la République des meilleures conditions d'exercice du mandat. C'est une garantie de démocratie. Cela a un coût, pour rompre avec le clientélisme, les affaires, les faux emplois. Il nous faut de la transparence.

 

Pour cela nous proposons

 
  • L’Indemnisation de tous des élus majoritaires et d'opposition
 
  • La possibilité aux élus de se mettre en disponibilité professionnelle sans perte de salaire, couvert par l'Etat       

                          

  • La reconnaissance des compétences acquises dans le cadre du mandat validée via la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).
 
  • De rendre obligatoire des cessions de formation auprès des élus sur la connaissance du statut de l'élu, des codes des collectivités, des élections des finances.
 
 
 
 
 4 - La parité :
 

Nous sommes le parti qui a le moins de représentantes élues, alors que nous avons initié "la parité". Si la parité est une réalité pour les scrutins de listes, nous devons l’appliquer de manière plus volontariste pour les scrutins uninominaux (Législatives, cantonales, etc.).

                                                                                                                        

5 -  Les étrangers :
 

Nous sommes politiquement engagés depuis des décennies à l'accès au vote des étrangers il faut l'appliquer dès maintenant. C'est combattre la xénophobie, les dérives communautaristes à caractère cultuel, qui mettent en danger le principe de laïcité  et celle de l'identité du citoyen.

 
  • Accès au vote des étrangers hors CEE / conditions de résidence sur le territoire
 
  • Accès à la représentativité élective dans les collectivités locales
  
 6 -  Les communautés de communes
   

C'est une nouvelle échelle dans les collectivités locales, dotée depuis la loi sur la décentralisation de nouvelles compétences. Elle est devenue une collectivité à part entière, agissant dans la vie des communes. Pour développer l'esprit communautaire et non celui du plus fort ou des négociations hors cadre, nous revendiquons une représentation des citoyens, élue au suffrage universel.

 
7 - Les représentants associatifs :
 

La vie associative est une exception française et constituante: "le droit de s'associer". Aujourd’hui elle est un axe majeur dans les apprentissages et l'accès à la citoyenneté. Elle est de plus en plus spécialisée, dotée de nouveaux moyens. Les collectivités délèguent des missions via des conventions.

 

Outre le fait que nous devons être soucieux de la bonne utilisation des deniers publics, si nous voulons que la vie associative puisse se développer il est nécessaire de valoriser le bénévolat, et de doter ceux ci d'un véritable statut de l’élu associatif.

 
  
Conclusion
 

            Enfin tous les socialistes doivent prendre la mesure de ce qui s’est passé le 29 mai dernier. Ce n’est pas en fustigeant les électeurs du Non que le PS pourra construire pour l’avenir. Au contraire c’est en répondant aux attentes des citoyens que le PS retrouvera toute sa place. Pour cela le PS doit revoir ses principes de fonctionnement pour ne plus se retrouver en total déphasage avec l’électorat comme cela s’est passé entre le vote des militants en décembre dernier et le résultat du référendum le 29 mai. Il est plus que nécessaire pour le PS d’être à l’écoute des citoyens du plus haut niveau jusqu’au niveau local…  -

 
 
Contacts :
 
didier.hacquart@wanadoo.fr                    
 
           pascale13127@aol.com
 
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 20:33
 Article publié en décembre 2005

 

Après avoir défendu la contribution Trait d’Union, la logique conduisait à se retrouver dans la motion 2 défendue par Laurent FABIUS et Jean Luc MELENCHON. Il est clair que le rassemblement autour de Laurent FABIUS n’était pas simple, mais son positionnement politique lors du referendum sur la Constitution Européenne en faisait un candidat naturel pour défendre les couleurs du PS et de la Gauche du Non aux prochaines présidentielles. Il est le seul au PS à être en capacité de défendre la position des français exprimée le 29 mai dernier.

 

Ensuite est venue la synthèse du fameux congrès du Mans. Est-ce une bonne chose ou non ? Cette synthèse conduit forcément à un malaise chez nombre des militants socialistes…

 

Le contexte a certainement joué en faveur de la synthèse. Que n’aurions nous entendu si les socialistes n’avaient pas fait cette fameuse synthèse. Ceci dit elle a été faite mais qui y croit vraiment ? La clarification politique des orientations du PS sont - elles vraiment claires ? A voir une interview de Christophe CAMBADELIS, 2 jours après le congrès du Mans sur la chaîne LCP, manifestement nos amis n’avaient pas tous fait la synthèse sur le même texte !

 

Je pense qu’il va falloir attendre quelques temps pour voir comment les choses vont évoluer. Si on est positif, on peut dire que Laurent FABIUS a réussi à rester dans la course ce qui n’était pas gagné d’avance, avec la volonté des « majoritaires » de l’écarter. A priori, le vote du 29 mai a finalement été acté par les tenants de la motion 1, ce qui était loin d’être acquis. Les 54 % de militants socialistes qui ont voté NON au référendum le 29 Mai, ont peu être été pris en compte. Si on reste positif encore, il semble que François HOLLANDE pour arriver à la synthèse, se soit mis à mal quelques amis de sa motion lors de la « grande distribution » des postes !

 
Donc, pour le moment je reste un peu dans l’expectative, avec autour de moi, beaucoup de camarades, vrais militants qui ne renouvellerons pas leur carte en 2006…

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article