Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 04:49


Rien à ajouter !



DH


Elections régionales de 2011 :

Déclaration du Conseil National du Parti de Gauche

 


Samedi, 24 Octobre 2009

 

 

Les prochaines élections régionales auront une signification nationale. Car le débat de la campagne électorale et le résultat du vote prendront leur place dans le cadre de la crise économique et politique qui accable notre pays. Aujourd'hui nous vivons un paradoxe. Cette crise, les choix et les méthodes du gouvernement de Nicolas Sarkozy devraient placer la gauche comme un recours attendu par le pays. Ce n'est pas le cas.  Loin de là. C'est même le contraire souvent : la droite continue de gagner les élections partielles ou l'abstention devient abyssale. Si rien ne change, non seulement Sarkozy continuera de se sentir les mains libres mais il peut raisonnablement envisager sa réélection. Selon nous, il ne doit pourtant rien à ses propres forces mais tout à la carence de la gauche qui n'est pas à la hauteur.


Pourquoi en est-il ainsi ? Notre analyse nous conduit à constater que la domination du Parti socialiste sur la gauche est la principale cause de la difficulté à mobiliser le grand nombre. En effet elle cantonne toute les propositions dans le cadre étroit de l'accompagnement du libéralisme et elle diffuse dans toute la gauche le poison de ses querelles de personnes et compétition de carrière. Quand la politique de la droite frappe, le PS aujourd'hui est un étouffoir pour toute dynamique populaire qui voudrait remettre en cause le système et imaginer un autre futur. Comme si cela ne suffisait pas, avec les offres d'alliance au Centre, le PS annonce clairement qu'il n'entend pas aller plus loin que ce que le MODEM peut accepter. Cette confusion, dorénavant entretenue dans toutes les élections est un adversaire permanent de la mobilisation à gauche.


Dans ce contexte, notre responsabilité est de proposer un autre chemin, une autre méthode pour que notre peuple puisse faire un autre choix. Sinon comment en finir avec le libéralisme et le productivisme ? Nous ne nous satisferons jamais de la seule protestation contre l'ordre établi. Nous voulons le changer pour de bon. Il faut pour cela construire une nouvelle majorité de gauche autour d'un nouveau pôle de rassemblement à gauche. Notre stratégie est l'alliance de toute l'autre gauche pour y parvenir. Pour commencer cette nouvelle alliance, nous avons construit le Front de Gauche avec les communistes. Il est aujourd'hui le seul point d'appui unitaire disponible. Il a déjà reçu le soutien de 6,5 % des électeurs à sa première présentation devant les électeurs d'outre mer et de métropole. C'est un acquis précieux. Nous voulons le développer pour qu'il devienne la force de référence à gauche.. Et en même temps nous voulons que le front de gauche élargisse sa capacité à peser sur les évènements en concluant une alliance électorale stable avec toutes les autres forces de l'autre gauche, organisations, personnalités, groupement de dimension nationale où locale.


Le Parti de Gauche a travaillé depuis des mois en vue de ce résultat. Aujourd'hui existe un lieu qui permet le dialogue et les convergences, c'est le groupe de travail puisqu'il réunit à la fois les forces qui composent le Front de Gauche et des formations comme le NPA, les Alternatifs ou la Fédération. Bien sur il existe toujours des différents, parfois importants. Mais aucun ne doit être insurmontable pour peut qu'on en ait la volonté. D'ailleurs les avancées n'ont pas manqué au cours des trois premières réunions de ce Groupe de Travail. Le 28 octobre et 2 novembre deux nouvelles rencontres sont prévues. Nous voulons qu'elles permettent de conclure. Nous avons besoin en effet de passer rapidement a l'action et d'entrer tous ensemble de plain pied dans la campagne pour convaincre et entrainer nos concitoyens.


Le CN du Parti de Gauche présente à cet effet ses propositions :

 

1 - Nos listes devront être, aux premiers tours, autonomes et indépendantes vis-à-vis du PS et d'Europe écologie.

 

2 - Elles affirmeront que leur but est de réunir une majorité autour d'elles et de leur programme. Elles s'engageront, en conséquence, à défendre ce programme, quoiqu'il advienne dans les futurs conseils régionaux. Elles chercheront à les mettre en œuvre partout où le rapport de forces le permettra. Bien sur cette ambition suppose que notre programme ne soit pas uniquement déclamatoire et propagandiste ! Nous proposerons une politique cohérente, applicable dans le champ de compétences légales des régions, changeant réellement la vie des citoyens, l'exercice de la démocratie et modifiant le rapport de force avec les mécanismes de l'économie capitaliste en région.

 

3 - Nos listes s'engageront sans ambigüité sur le principe du rassemblement contre la droite au 2ème tour. C'est ce que nous nommerons des « fusions démocratiques » composées proportionnellement aux résultats du premier tour. Elles s'opéreront autour de la liste arrivée en tête : la notre, celle d'Europe écologie ou celle du PS. Nous demanderons solennellement le même engagement du PS et d'Europe Ecologie.

 

4 - En ce qui concerne la participation aux exécutifs nous serons également sans ambigüité. Nous voulons gouverner notre pays. Pourquoi ne voudrions-nous pas diriger une région ? Mais la participation aux exécutifs s'envisage comme un moyen d'atteindre nos objectifs. Ce n'est donc ni « jamais », ni « toujours ». Notre participation est donc liée aux conditions qui la rendent possible. Il s'agit du contenu du programme de deuxième tour, et du rapport de force permettant de l'appliquer. Bien sur, cette hypothèse exclut toute participation du Modem ou d'une quelconque organisation de droite. En raison du rapport de force entre les trois listes de gauche qui se disputeront les suffrages, la situation au soir du premier tour sera sans doute complexe du fait de la présence d'Europe écologie et de listes régionales.. C'est pourquoi nous proposons de ne pas nous enfermer dans un vis-à-vis avec le seul PS. Nous proposons de juger au cas par cas et en tenant compte aussi du déroulement de la campagne nationale et régionale.


Nous voulons rappeler que tout commence par un point incontournable. Un préalable à l'accord national que le Parti de Gauche est disposé à conclure sur ces bases : les listes de rassemblement de l'autre gauche au premier tour des régionales doivent être clairement autonomes du PS et d'Europe Ecologie. Nous savons qu'au moment même où nous adoptons cette déclaration, le CN du PCF travaille son « offre » nationale pour les Régionales. Nous espérons qu'elle contiendra clairement cette affirmation. Ensemble, nous pourrons ainsi continuer à mettre la dynamique du Front de Gauche au service du rassemblement unitaire de toutes les forces qui n'ont pas renoncé à opposer une alternative à la logique du système capitaliste et des modèles productivistes. Ce sera notre propre offre dès la prochaine réunion du groupe de travail de toute l'autre gauche.

 

Bagnolet le 24 octobre 2009.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 04:25





La politique c'est aussi débattre ! Le Parti de Gauche y prend sa place...


Alors à vos agendas...


DH

 



GRAND FORUM PUBLIC DE LA GAUCHE DE TRANSFORMATION SOCIALE ET ECOLOGIQUE



24 OCTOBRE à MARSEILLE FAC ST CHARLES (Amphi Fabry)

14H00 à 20H00



Face aux attaques qui se multiplient dans notre pays (destruction de la Poste comme service public emblématique de l’égal accès de tous aux droits élémentaires, réforme anti-démocratique des institutions, multiplication des atteintes aux droits et aux libertés publiques, allongement de la durée de cotisation pour la retraite, travail du dimanche..) et aux urgences planétaires (réchauffement climatique, déséquilibres Nord/Sud, épuisement des ressources...), il est temps pour les forces de la gauche de transformation sociale et écologique de travailler ensemble, de rechercher des convergences d'analyse et d'action, de mettre en débat avec les citoyens les alternatives à proposer au modèle économique actuel.

 

Organisé par les Alternatifs, la FASE, la Gauche Unitaire, le NPA, le Parti de Gauche, le PCF et les Verts 13, ce forum sera, dans notre département, un premier pas dans ce sens.


Au programme, deux tables rondes - débat :

 

- 14h30 à 16h30 - Crise économique, sociale, environnementale : comprendre pour agir

  Intervenants : Philippe Blache (universitaire, GU), Benoît Borritz (économiste, Les Alternatifs), Joël Martine (militant éco-socialiste),

                       Arlette Parola (médecin, FASE)

 

- 17h30 à 19h30 - Quelle(s) alternative(s) : propositions, projet(s), stratégie(s)

  Intervenants : Sophie Camard (Les Verts), Jean-Louis Marchetti (NPA), Isabelle Pasquet (PCF), René Revol (PG) [4x15']

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 05:40

Jean-Luc Mélenchon s'exprime dans le journal Marseillaise, avenir du Parti de Gauche, du Front de Gauche, les Régionales et plus, tout y est !


DH


Interview de Jean-Luc Mélenchon dans La Marseillaise - 16 octobre 2009

 

Samedi, 17 Octobre 2009 00:05 Jean-Luc Mélenchon

 

 

Interview de Jean-Luc Mélenchon dans La Marseillaise - 16 octobre 2009

 

Vous venez de déclarer que « les choses avancent bien » pour l'unité de la gauche radicale aux prochaines élections régionales. Quelles sont les raisons de cet optimisme?

 

Souvenez-vous. On nous avait prédit qu'il serait impossible de nous retrouver ensemble, que la fracture entre le Front de gauche et le NPA était trop profonde.  Or des réunions de toutes les organisations de « l'autre gauche » se sont tenues. Une nouvelle rencontre est prévue pour ce vendredi 16 octobre. Depuis les élections européennes, des rencontres bilatérales entre nos organisations ont défriché le terrain. L'esprit de responsabilité l'a emporté sur l'esprit de chicane.

 

Certes, je ne cache pas la réalité des difficultés à surmonter. La campagne des Européennes a laissé des traces. En outre, le décalage du calendrier politique de chaque formation ne facilite pas la démarche. Le Parti de gauche s'est prononcé dès le 13 juin pour des listes autonomes de l'autre gauche. Le NPA a pris position à la rentrée. Le Conseil national du PCF rendra publique une offre politique nationale le 24 octobre prochain. Mais il faut respecter le processus de décision de chaque partenaire.

 

Selon vous, ces handicaps peuvent-ils être surmontés?

 

Je le crois. Lors de la première réunion, alors que les discussions ont été vigoureuses, nous avons été capables d'adopter une déclaration qui rend possible un cadre commun pour les élections régionales.

 

Nous ne sommes pas au bout du chemin. Des questions restent en débat. Nous avons offert que le PCF fasse une proposition de texte pour la réunion de ce vendredi. Cela pourrait faciliter sa démarche.

 

Sincèrement, j'estime que les choses ne se présentent pas trop mal.

 

Quelles sont vos propositions ?

 

Au premier tour, nous sommes partisans de listes autonomes de l'autre gauche dans toutes les régions. Au second tour, du rassemblement de toute la gauche autour de la liste arrivée en tête.

 

Je considère que les points de vue sont moins éloignés qu'on ne le croit. Le PCF n'est pas partisan de participer partout à l'exécutif, comme il l'a montré dans la région Nord Pas-de-Calais. Quant au NPA, peut-il soutenir l'idée de toujours refuser d'y participer ? Même si la liste de l'autre gauche est en tête ? On ne doit pas s'enfermer dans le « toujours » ou le « jamais ». Avec les Alternatifs, le Parti de gauche propose d'utiliser trois critères pour répondre à la question de la participation aux exécutifs. Quel système d'alliance du PS au second tour ? Quel contenu du projet ? Quels rapports de force ?

 

Nous pourrions les examiner dans chaque région après le premier tour.

 

Après une période d'hésitation, le Parti de gauche a décidé de participer à l'organisation des Ateliers de la gauche. Où en est le Front de gauche aujourd'hui ?

 

A l'origine, les Ateliers ont été mal engagés.  Nous avons appris par le PCF quels en seraient les thèmes, les dates, les lieux. Dans ces conditions on ne pouvait parler de co-organisation. Le Front de gauche est une construction commune. Il n'y a pas un grand frère et les autres qui suivent.

 

De plus, une certaine ambiguïté subsistait sur l'objectif de ces Ateliers. Certains responsables du PCF expliquaient qu'il s'agissait de définir un projet commun avec ceux qui y participent.  Le PS ? , les Verts ? Pour nous, il ne peut en être question. Nous voulions une clarification.

 

D'abord l'élaboration d'une plate-forme partagée entre nous, ensuite une discussion avec les autres. Le périmètre du Front de gauche ne doit pas se diluer. Il ne peut s'élargir au PS. Ce n'est pas son but.

 

Mais cet épisode ambigu n'est pas l'essentiel. Ensemble, nous avons décidé la création d'un comité de liaison permanent du Front de gauche. C'est un événement de grande portée qu'il faut davantage valoriser.

 

Vous faites la proposition d'un « paquet électoral » liant régionales, présidentielle et législatives. Dans quel but ?

 

Pour le Front de gauche, nous devons construire des perspectives ambitieuses, de long terme. Il serait contre-productif de repartir à zéro après chaque élection. Au contraire, il faut créer des dynamiques d'une élection à l'autre.

 

Notre proposition vise à constituer un pôle stable de rassemblement, mais aussi de « décongestionner » la question de la présidentielle en la liant aux législatives. La présidentielle doit être un point d'appui pour aborder ces dernières.

 

Nous devons nous inspirer de ce que fait et réussit Die Linke en Allemagne.

 

Presqu'un an après sa création, quel est le bilan de santé du Parti de gauche ?

 

C'est très difficile de construire un nouveau parti. Mais globalement, la dynamique est bonne. Notamment depuis le bon résultat des Européennes.

 

Dans les prochaines semaines, nous allons être rejoints par un groupe d'écologistes animé par la députée Martine Billard. En décembre, nous tiendrons une convention nationale qui adoptera notre manifeste, un plan d'urgence social et écologique. Rude programme.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 05:39





La regrettée émission « arrêt sur image » de Daniel Scheidermann est désormais sur Internet avec abonnement payant.

 

Jean – Luc Mélenchon était l'invité de la dernière émission. Les « meilleurs extraits » sont en accès libre. Je vous livre la vidéo. La version complète de 74 'est sur le site :

 

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2399

 

DH

 

 


Mélenchon s'auto-décrypte :

"Mon intérêt est de disqualifier l'avis médiatique",

 

 

 

Dans une même journée, cette semaine, il a taclé la "pensée unique" d'Alain Duhamel sur RTL, la "propagande" de Bernard Guetta sur France Inter, et toute la fine équipe du Grand Journal (Canal+). Un des rares responsables politiques qui ose s'en prendre frontalement aux divinités de l'audiovisuel, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de Gauche, est néanmoins régulièrement invité dans les grandes émissions de radio et de télévision. Pourquoi ? Comment éviter le risque d'être enfermé dans le rôle du "pousseur de coup de gueule" ?

 

Avec lucidité, et après Cécile Duflot, Mélenchon décrypte de l'intérieur les règles des journalistes de l'audiovisuel, qu'il a parfaitement comprises, de la question enfermante à la fausse complicité. Lucide, il décrypte aussi son propre comportement, moins spontané, et plus attentif à ne pas blesser, qu'on ne pourrait (naïvement) l'imaginer.

 

L'émission est présentée par Daniel Schneidermann et déco-réalisée par François Rose.

 

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 06:11





Jean-Luc Mélenchon revient sur les élections en Allemagne, mais aussi au Portugal qui sont forts riches d'enseignements pour nous en France.

 

A méditer...

 

DH

 

 

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 05:53




Pris par des obligations professionnelles et syndicales avec un Comité d'Entreprise Européen lundi et mardi, un Comité Central d'Entreprise et une Comité d'entreprise mercredi, je n'avais pas eu le temps de réagir à la victoire du Die Linke en Allemagne dimanche dernier.

 

Je ne me réjouis pas pour autant de la défaite du SPD et de la victoire d' Angela MERKEL qui conserve le pouvoir qui plus est avec une coalition avec les libéraux.

 

Mais l'exemple allemand démontre qu'à perdre leurs valeurs et à gouverner avec la droite en coalition, les électeurs ne peuvent que se détourner des socialistes. Pourquoi voter pour le SPD si c'est pour gouverner avec la droite et accepter par exemple la retraite à 67 ans ? A contrario le bon score du Die Linke démontre que défendre des valeurs de gauche en restant ferme sur les principes est porteur d'avenir.

 

Même si les médias français s'évertuent dans leurs commentaires de classer à l'extrême gauche le Die Linke, il n'en est absolument rien. Die Linke, c'est la Gauche tout simplement !

 

A suivre !

 

DH

 


Elections en Allemagne

 

Dimanche, 27 Septembre 2009 Francois Delapierre

 

 

Communiqué du Parti de Gauche




Comme on pouvait le craindre la grande coalition rassemblant la droite et les sociaux-démocrates en Allemagne débouche ce soir sur la victoire électorale des conservateurs. Le SPD paie lourdement cette alliance contre nature. Il perd plus d’un tiers de ses voix et atteint son plus mauvais score depuis l’après-guerre.

 

La bonne nouvelle à gauche vient de Die Linke. L’autre gauche allemande connaît une progression magnifique. Elle améliore son résultat de 2005 de 50%. Die Linke se classe 4e devant les Verts à l’échelle nationale. C’est un bouleversement politique majeur en Allemagne mais aussi en Europe.

 

Face à la faillite politique de la sociale-démocratie, les salariés allemands sont en train d’ouvrir une autre voie. Le Parti de Gauche, qui s'est placé dès sa naissance dans les pas de Die Linke, reçoit ce vote comme un immense encouragement et une force nouvelle.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 05:46


Le Front de Gauche est né lors de l'élection européenne avec le Parti de Gauche, le PCF et Gauche Unitaire. La suite aujourd'hui ce sont les prochaines échéances électorales et toujours l'élargissement du Front de Gauche.

 

Les 3 organisations se sont réunies et ont fait une déclaration commune !

 

A suivre.

 

DH


Poursuivre, élargir, enraciner le Front de Gauche



Vendredi, 25 Septembre 2009 15:44

 

 

Déclaration commune du Parti Communiste Français, du Parti de Gauche et de la Gauche Unitaire

 

Réunis le 23 septembre, les formations constitutives du Front de Gauche ont tenu à réaffirmer leur volonté de poursuivre, élargir, et enraciner le Front de Gauche dans la durée, dans les luttes et dans les urnes.

 

Ils souhaitent tout d'abord contribuer aux mobilisations nécessaires contre la politique de Nicolas Sarkozy, politique de casse de l'emploi et des services publics, de régression du pouvoir d'achat, de chasse aux migrants, de remise en cause des droits démocratiques et d'alignement sur les politiques libérales et sociales libérales qui dans le monde, tournent le dos aux besoins humains et aux équilibres écologiques.

 

Ils ambitionnent de proposer un autre choix résolument à gauche. Le résultat du Front de Gauche aux Elections européennes confirme qu'il y a une attente dans notre peuple pour cela et que c'est possible. Rien ne peut  détourner de la nécessaire construction, la plus rapide possible, d'une alternative réelle aux politiques libérales et capitalistes, d'une véritable proposition de gauche ayant vocation à construire des majorités d'alternative à la droite dans notre pays.

 

Ils condamnent les tentatives de recomposition au centre autour d'alliances avec le MODEM qui sont vouées à l'échec, fondées sur la seule idée d'un front anti Sarkozy, incapables de proposer un programme alternatif à la politique de la droite et faisant, de fait, disparaître la gauche.

 

Ils condamnent tout autant l'organisation de primaires en vue des élections présidentielles qui nient la richesse de la diversité à gauche, enferme celle-ci dans une concurrence des égos bien loin des préoccupations de la majorité de la population en bute aux conséquences de la crise économique, en particulier des licenciements.

 

Ces constructions politiques délétères ont pour issue la victoire durable, électorale et idéologique, de la droite comme le prouve amplement la situation en Italie. Elles sont l'aboutissement logique du glissement progressif des politiques libérales et sociales-libérales suivies toutes ces dernières années en Europe et en France.

 

Il y a urgence à construire de véritables réponses à la hauteur de la situation !

 

Les organisations du Front de Gauche, le PCF, le PG et la GU sont déterminées à mettre toutes leurs forces dans la construction des mobilisations sociales face à Nicolas Sarkozy et au MEDEF, à prendre toutes les initiatives pour construire une véritable alternative de rupture avec le capitalisme libéral.

 

Elles décident déjà, en conséquence :

 

  • la création d'un «Comité de Liaison Permanent» du Front de Gauche permettant une coordination suivie de son activité au service de l'ancrage de sa démarche dans les luttes et dans les urnes afin de poursuivre ce qui a été engagé au moment des élections européennes

     

  • de contribuer activement à la votation citoyenne du 3 octobre sur l'avenir de la Poste

     

  • d'organiser de grandes campagnes publiques sur les urgences sociales et écologiques de l'heure, à partir des trois propositions de lois des parlementaires du PCF et du PG et de l'affirmation d'une réponse écologique et sociale conséquente lors du sommet de Copenhague sur le changement climatique

 

  • d'ouvrir immédiatement un chantier pour élaborer une plate forme partagée du Front de Gauche, contenant les grands axes de l'alternative de rupture nécessaire face à la droite et des propositions d'urgence permettant de répondre aux exigences populaire, aux dégâts de la crise capitaliste et du productivisme.

     

  • Les trois partis conviennent d'une première réunion de ce Comité de liaison dès la semaine prochaine afin de détailler, préciser et mettre concrètement en place ces premières décisions. Bien sur, ils devront prendre au cours des réunions à venir du comité de liaison toutes autres initiatives nécessaires aux objectifs du Front de Gauche; en particulier sur les moyens de porter leur plate forme partagée dans les luttes et les débats publics.

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 05:47

 



Et voilà le communiqué du Parti de Gauche après la grande fête de l'Humanité à La Courneuve riche en débats, prises de paroles et interventions diverses des responsables politiques.

 

A suivre, DH

 

 




COMMUNIQUE DE PRESSE 15 SEPTEMBRE 2009 :

 

APRES LA FETE DE L’HUMANITE,

FRONT DE GAUCHE

DANS LES LUTTES ET DANS LES URNES !

 

 

 

La Fête de l’Humanité a été un immense succès populaire. Une affluence remarquable, notamment dans les débats, a montré qu’il y a une attente forte dans notre pays d’une alternative de gauche. Elle a manifesté un grand potentiel de combativité contre la politique de la droite et de Nicolas Sarkozy. Elle a témoigné de l’espoir qu’a suscité la naissance du Front de gauche pour nombre de nos concitoyens.

 

Nous sommes heureux d’avoir pris toute notre part dans ce moment de mobilisation, de débats et de fraternité à travers un stand qui a constitué un des points forts de la fête grâce au dévouement de plusieurs centaines de nos militants.

 

La Fête de l’humanité a aussi été marquée par les initiatives et échanges des composantes du Front de gauche sur la manière de répondre à cette attente populaire.

Pour notre part, nous avons proposé que le Front de gauche pour les élections européennes devienne un Front de gauche durable, présent dans les luttes et dans les urnes, lors des prochaines élections régionales, présidentielle et législatives.

 

Cette grande ambition n’est pas compatible avec une alliance de premier tour avec le Parti socialiste. Car l’objectif du Front de gauche est justement de passer en tête de la gauche pour lui permettre de sortir de l’impasse des primaires et des logiques d’accompagnement du capitalisme portées par le PS.

 

En outre, les déclarations de Martine Aubry lors de la Fête ont rappelé que la première secrétaire du PS refuse toujours d’exclure les alliances avec le Modem notamment lors des prochains régionales. Ceci renforce la nécessité pour l’autre gauche de se rassembler pour mettre en échec ce tournant démocrate qui représente un grand péril pour la gauche et de conserver son autonomie par rapport aux listes du PS au premier tour.

 

C’est pourquoi nous avons dit que le Front de gauche ne tiendrait pas d’ateliers avec le PS qui auraient pour objet de discuter d’une ou de plusieurs plateformes partagées avec ce parti. Nous le réaffirmons. Cela serait en effet une source de confusion à une période politique où il est essentiel que les citoyens puissent choisir entre les deux lignes qui partagent de plus en plus nettement la gauche. C’est non seulement le seul moyen de changer la gauche mais également de mobiliser les électeurs pour battre la droite. Présent au premier tour, le Front de gauche s’alliera au Parti Socialiste et à Europe Ecologie au 2ème tour dans le cadre de fusions démocratiques pour que pas une région ne bascule à droite.

 

D’ici ces élections, nous proposons d’enraciner la démarche du Front de Gauche dans les luttes et dans les urnes, tel que nous l’avons initié avec nos partenaires au moment des élections européennes. Le Front de Gauche doit s’élargir à toutes les forces désireuses de construire une alternative politique à vocation majoritaire en rupture avec les logiques capitalistes et les modèles productivistes.

 

Pour cela nous allons proposer rapidement à nos partenaires du Front de Gauche, PCF et Gauche Unitaire :

 

  • - D’engager dans les régions des campagnes d'urgences, alliant débat et action, tout d'abord autour des trois propositions de lois déposées par nos parlementaires pour les salaires et l'ensemble des revenus, pour l'interdiction des licenciements dans les entreprises qui versent des dividendes aux actionnaires, pour la défense et le développement des services publics; sur les convergences nécessaires à construire pour le droit et le financement des retraites dès l'âge de 60 ans ; et enfin pour la préparation du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique.

 

  • - D’engager dès maintenant en vue de des élections régionales un travail sur le contenu de politiques régionales clairement ancrées à gauche. Le Parti de Gauche propose donc à ses partenaires du Front de Gauche d’activer sans tarder le « groupe de travail » sur les politiques de ruptures dans les Régions que le PCF, Gauche Unitaire mais aussi d’autres forces, notamment le NPA, ont évoqué ensemble ou séparément depuis juillet et à nouveau, favorablement, au cours de la Fête de l’Humanité. Le NPA vient de proposer un rendez-vous en ce sens, nous répondons positivement sur le principe et allons maintenant travailler à en définir les modalités. Ce groupe de travail doit être ouvert à toutes les forces qui entendent œuvrer à des mesures de rupture avec la logique du système capitaliste et du modèle productiviste dans les régions d’une part et qui refusent en conséquence toute alliance avec le MODEM.

 

 

Contact : Eric Coquerel – secrétaire national chargé des relations extérieures - 0614736814

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 06:07





Lors des dernières élections européennes, il y a quelques mois, le PS a basé sa campagne sur le « Manifesto » soutenu par l'ensemble des PS européens, et contre Barroso et sa politique.

 

Nous en sommes venus hier lors du vote aux actes. Grâce aux tenants du « Manifesto », Barroso a été élu !

 

Qu'en pensent les électeurs ? Que pensent-ils de ce double discours entre celui tenu en France, et les actes à Bruxelles ? Quelle est la cohérence ?

 

Il en est de même pour le MODEM, dont le groupe au parlement européen a voté pour la réelection de Barroso, dont l'orientation libérale ne fait aucun doute. (*)


Je vous livre le communiqué de Jean-Luc Mélenchon, Député Européen.

 

DH

(*) - Barroso. Un document d’orientation libérale

 

  - Texte d'orientation de Barroso pour la nouvelle mandature

 


 

Barroso réélu avec l'aide du PSE

 

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon du 16 septembre 2009


Député européen du Front de Gauche (GUE-NGL)
Président du Parti de Gauche

 

Encore Barroso ! Rien ne change ! Ni le désastre financier ni la catastrophe écologique n'y feront donc rien. Barroso encore et toujours! L'Union européenne est un monde aveugle et sourd au moment actuel de l'Histoire. Dans ce contexte, l'attitude du PSE, premier parti de gauche en Europe, est particulièrement odieuse.

 

Après avoir fait campagne contre l'Europe libérale de M. Barroso lors des élections européennes, les eurodéputés du PSE viennent, par leur abstention et le vote favorable d'un bon nombre d'entre eux de rendre possible la réélection de José Manuel Barroso à la présidence de la Commission européenne.

 

Pourtant rien dans les orientations présentées par Barroso aux eurodéputés ne montre le moindre changement dans la politique de la future commission européenne. Barroso se prononce en effet pour la « défense acharnée du marché unique et des règles de concurrence », il continuera donc la même politique qui ruine nos services publics et détruit nos droits sociaux. C'est pour cela qu'avec l'ensemble des eurodéputés de la Gauche Unie Européenne, j'ai voté contre la réélection de Barroso.

 

Le vote du PSE démontre, comme je l'avais annoncé, que les socialistes ont menti aux électeurs en les appelant à voter pour le PSE pour s'opposer à Barroso. C'est tout l'inverse. La politique libérale de Barroso va continuer en Europe grâce aux sociaux-démocrates.

 

Ce vote, après le soutien de 7 gouvernements sociaux-démocrates européens à Barroso, confirme la dissolution de la social-démocratie dans le social-libéralisme et son incapacité à devenir une alternative à la droite. En France comme en Europe, une autre locomotive est aujourd'hui nécessaire pour la gauche.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 05:29




Le Parti de Gauche a aussi tenu son université d'été, baptisée « remue -méninges » !

 

Voici la conclusion de Jean-Luc Mélenchon qui dresse la ligne pour les semaines à venir...

 

A suivre !


DH

 

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article