Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 05:06

 


 

« On lâche rien »…

 

DH


http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/affiches-NonTraiteAusteritaire30Septembre.jpg 

 

Dimanche, attaquons le verrou

 

Mardi 25 Septembre 2012

 

Ces derniers jours confirment l’étendue de l’opposition au traité européen austéritaire, le TSCG.

 

Citons notamment l’appel à manifester le 30 septembre voté par la direction nationale de la FSU à plus de 70% et le vote tout aussi large du conseil national d’Europe Ecologie les Verts contre le traité. Chaque soutien à cette cause est précieux pour le 30, bien sûr, mais aussi au-delà. Car cette journée décisive sera un moment dans un bras de fer de plus longue haleine pour la reconquête de la souveraineté populaire des Français.

 

Le 30 doit d’abord obliger au débat interdit par le pouvoir. On comprend pourquoi ! Quand Jean-Marc Ayrault finit, au milieu d’entretiens complaisants, par tomber sur des journalistes (de Mediapart) qui lui demandent enfin pourquoi il ne reconnaît pas que le texte n’a pas été modifié d’une ligne, il répond piteusement : « D’un point de vue juridique, c’est vrai, le traité est le même ». Mais qu’est-ce qu’un traité sinon un document juridique ! Quand on lui cite son discours pour un référendum en 2008, il répond cyniquement : « C’est beau (sourire) ». Rapidement l’agressivité méchante revient. Nous cacherions que nous sommes en faveur de la sortie de l’euro assène-t-il sans appuyer sur rien son accusation. Ayrault préfère pourfendre des chimères inventées par ses soins que répondre à nos arguments.

 

Les principaux partisans du TSCG avancent donc à coup de contre-vérités et de procédés dignes d’une vente forcée. Alors dommage que le texte soit si compliqué et le calendrier implacable, entend-on parfois du côté du « non ». Oui, la liste des obstacles à la discussion est connue. Il est vain d’espérer de notre adversaire sans visage la finance un combat loyal.

 

Mais nous avons aussi des points d’appui !


Le texte n’est pas si long. A côté du projet de Constitution européenne, c’est un modèle de simplicité.


Quant au calendrier, il ne s’achève pas le 30. Le TSCG est la clé de voute d’un ensemble de mesures sans lequel il n’aurait pas d’effet. Une loi organique le complète, avec son objectif inamovible de réduction des déficits et son haut conseil des finances publiques chargé de mettre sous tutelle budgétaire le Parlement. La prétendue « règle d’or » qu’elle instaure est accompagnée d’une première programmation des dépenses publiques portant aussi bien sur la protection sociale que sur le budget de l’Etat. Cela fait trois textes.

 

Tout ceci ne se vote pas en quelques heures. Même si le règlement de l’Assemblée a été laissé dans l’état où l’avait rendu Sarkozy pour limiter la discussion, le débat parlementaire se poursuivra donc tout au long du mois d’octobre. Un mois entier pendant lequel nous pouvons, appuyés sur l’énergie du 30, faire échouer le passage en force antidémocratique.

 

Si nous travaillons bien, le TSCG s’avérera vite être la grande erreur des libéraux. En imposant un texte qui leur servira demain à refuser toutes les demandes de la société, ils ont fabriqué eux-mêmes la cible qui unira les oppositions multiformes à l’ordre austéritaire et fera converger l’aspiration démocratique et celle du partage des richesses. Le traité agira de la même manière que les « hommes en noir » de la Troika qui ont donné un visage à la prétention dictatoriale des marchés à renverser la démocratie dans les pays soumis au mécanisme européen de stabilité. Quand la pression monte, les verrous sont faits pour sauter. Le plus tôt sera le mieux. Car en attendant combien de personnes seront écrasées sur la porte ?

 

Le 30 il nous faut donc porter un bon coup.

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 03:48

 


 

 

 

Le WE dernier, c'était la fête de l'Huma et donc un discours de Jean-Luc MELENCHON !!!


DH

 

 

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 04:08

 


 

 

Jean-Luc MELENCHON était l'invité du grand Jury RTL le Monde le  septembre...

 

A ne pas manquer...

 

DH

 

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 01:03

 

Appel à mobilisation unitaire le 30 septembre

Vendredi 7 Septembre 2012
 

La ratification du Pacte budgétaire par la France début octobre serait un évènement grave. Elle imposerait durablement une politique d’austérité.


Nous, organisations associatives, syndicales et politiques, avons décidé de mener ensemble une vaste campagne d’éducation populaire et de mobilisation citoyenne, avec en particulier une grande manifestation unitaire le 30 septembre à Paris. L’intervention des citoyens dans le débat démocratique doit convaincre les parlementaires, particulièrement celles et ceux qui ont été élus sur la promesse d’une renégociation de ce Pacte budgétaire, de refuser sa ratification et de permettre ainsi la réouverture du débat en Europe.


L’appel ci-joint est ouvert en permanence à la signature de toutes les organisations qui souhaitent contribuer à ces objectifs. Une conférence de presse se tiendra le mardi 11 septembre à 14 h au 21ter rue Voltaire.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 03:29

 


 

 

Comprendre l'endettement des états, c'est si simple : même une enfant de douze ans y parvient et sait l'expliquer à un groupe de 600 personnes du Rotary Club...

 

 

 

 

 

NB :


Vous n'aurez pas manqué d'imaginer que si l'on peut remplacer


- 800 milliards de dollars de la dette canadienne par 1 079,5 milliards d'euros (Fin T1 2012),
- 160 millions de dollars par jour de la charge de la dette canadienne, soit 60 milliards de dollars par an, par
133.69 millions d'euros (pour 2011) soit 48,8 milliards d'euros l'an

Il suffit donc alors de changer Canada par France et c'est tout bon : son explication vaut pour tous les pays.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 01:44

 


 

 

Arnaud Montebourg tout d’abord et Delphine BATHO ensuite relance le débat sur les bienfaits du nucléaire. C’est triste et inconscient. Je les renvoie à la lecture du Nouvel Obs de la semaine dernière : Fukushima : et si le pire était à venir ?

 

C’est un article édifiant, pourtant publié dans un magazine proche du PS, et pas vraiment « gauchiste »…

 

Enfin manifestement, le lobby pro-nucléaire a réussi à convertir très rapidement nos ministres.

 

Une déception de plus,

 

DH

 


 

 

Delphine Batho attise le feu allumé par Montebourg

 

 

Mercredi 29 Août 2012

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4259812.png

Après la polémique déclenchée par Arnaud Montebourg c’est au tour de la Ministre de l’Écologie Delphine Batho d’attiser le feu. Loin de penser à l’urgente nécessité à changer nos modes de vie et leurs gaspillages, la nouvelle Ministre sombre dans tous les pièges du capitalisme vert !

 

Selon la Ministre, nous continuerons donc "d’avoir durablement besoin" du nucléaire et le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est "une infrastructure dont nous aurons besoin". Dans un contexte de crise sociale et environnementale, pourquoi le Parti socialiste aux manettes ne s’interroge-t-il pas plutôt sur les "besoins" réels du peuple français tels que la hausse du Smic, le refus de l’austérité, et la transition énergétique ?

 

Interrogée sur les "différences" avec la composante écologiste du gouvernement sur ces deux sujets, la Ministre déclare que ces différences sont "une richesse". Gageons que certains ministres doivent à ce compte-là être en passe de devenir milliardaires ! Le Parti de Gauche a une autre conception de la répartition des richesses...

 

Le Parti de Gauche réaffirme son opposition au projet inutile, coûteux et nuisible de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, comme il le fait depuis plus de trois ans aux côtés de la coordination des opposants, et sa défense d’une sortie progressive du nucléaire, rendue possible par la planification de la transition énergétique, qui passe par la sobriété et l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 04:05

 

On s'est fait avoir par Sarko sur le TCE, avec l'appui du PS, allons-nous nous faire avoir une seconde fois ? mobilisons-nous...

 

DH

 

 

 


L’heure est au rassemblement contre le traité européen

Mercredi 29 Août 2012

Le gouvernement a décidé de faire ratifier le traité européen tout début octobre par le parlement. Il s’agit d’une décision importante pour la France comme pour le devenir de l’Europe.


Le MEDEF vient d’appeler à la ratification sans condition du traité mis en place par Madame Merkel et Monsieur Sarkozy tout en continuant de réclamer de nouveaux cadeaux pour le patronat en termes d’allègement d’impôts et de cotisations sociales.

 

Le Front de gauche tient à rappeler son opposition totale à ce pacte budgétaire qui renforcerait encore toutes les politiques conduisant à la fois à la régression sociale, à l’aggravation de la crise écologique, au déni démocratique et à la récession économique en Europe comme en France. Il entend donc mettre tout en œuvre pour que la France ne le ratifie pas. Le Front de gauche, pour sa part, se prononce pour l’organisation d’un référendum permettant de respecter la souveraineté populaire.

 

Il salue les voix de plus en plus nombreuses qui à gauche, au Parlement, dans le monde syndical et dans la diversité du mouvement social s’élèvent contre la ratification de ce pacte budgétaire.

 

Il estime nécessaire de mener une campagne rapide, dynamique et pédagogique afin de souligner les enjeux et les dangers liés à ce pacte budgétaire et de mettre le Président de la République, le gouvernement et les parlementaires devant leurs responsabilités.

 

C’est dans ce cadre qu’il a lancé le principe d’une grande manifestation nationale contre ce traité afin de contribuer au rassemblement de toutes celles et ceux qui veulent défendre les chances d’une politique alternative aux logiques financières. Il propose cette initiative au « collectif de l’audit de la dette » dans la perspective de la réunion que celui-ci organise le 4 septembre prochain.

 

Il partage le souci d’inscrire cette action dans la durée afin de créer les conditions en France et en Europe de combattre les politiques d’austérité et de construire une autre Europe.

 

Il souhaite que la manifestation nationale, comme l’ensemble des initiatives prises, soit coorganisée par le maximum d’organisations associatives, syndicales et politiques. L’heure est au rassemblement, c’est la voix de l’efficacité et c’est urgent.

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 04:43

 


 

C’est maintenant la rentrée politique.

 

 

 

http://litinerantcitoyen.files.wordpress.com/2012/01/mc3a9lenchon.jpg

 

 

Jean-Luc Mélenchon a fait la sienne dans un entretien au Journal du Dimanche le juillet dernier qui a fait couler beaucoup d’encre.

 

Avant toute polémique, il faut je crois lire ce qui a été dit exactement (cliquez ICI), sans oublier l’analyse de Mélenchon lui-même…

 

DH


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 04:41

 

Si la Gauche lâche, alors attention au coup d'après camarades François et Jean-Marc...

 

DH

 


 

Aulnay ou la capitulation annoncée du social-libéralisme

 

 

Lundi 16 Juillet 2012 /   Lionel Bouton

 

Injuste. Irresponsable. Insupportable. Le verdict est tombé le 12 Juillet après des mois d’avertissements de la part de la CGT et de mensonges de la part de la direction du groupe PSA : 8000 suppressions d’emplois auront bien lieu (10 % des effectifs français !) sur 5 usines,  et le site d’Aulnay- sous- Bois, 3300 ouvriers, sera carrément sacrifié sur l’autel de la rentabilité financière.

 

C’est le plus grand plan de licenciement dans l’industrie depuis 30 ans ! Dans cette affaire, la crise a bon dos : même si l’on assiste à une baisse conjoncturelle des ventes de voitures en Europe, personne ne peut prétendre qu’une usine moderne située aux portes de Paris et à proximité des réseaux autoroutiers et ferroviaires desservant toute l’Europe ne soit plus viable économiquement.

 

Mais voilà, les actionnaires en ont décidé autrement , au premier rang desquels le milliardaire Robert Peugeot, parmi les premiers fraudeurs du fisc en Suisse (source : la Tribune décembre 2011), qui a touché des dividendes records en 2010 et 2011 (250 et 292 millions) et veut les augmenter encore en se débarrassant des salariés.

 

Peugeot allait donc bien jusqu’à l’an dernier, au point de pouvoir rembourser par anticipation un prêt généreux consenti par le gouvernement Sarkozy au début de la crise en 2008, sans parler des aides publiques comme la prime à la casse ou le bonus-malus  qui ont boosté les ventes de petits modèles pendant plusieurs mois et coûté 4 milliards d’euros aux contribuables. Peugeot n’en a cure et prend prétexte du ralentissement actuel pour augmenter la productivité dans l’optique d’un rapprochement avec le géant américain General Motors et sans doute d’une délocalisation d’une partie de la production vers des pays émergents plus profitables.

 

Pour se justifier, le président  du Directoire de Peugeot-Citroën Philippe Varin a avancé l’argument du coût du travail « le plus cher en Europe, alors que nous produisons  44 % de notre production en France, donc il faut baisser les charges qui pèsent sur le travail de manière massive. » (*).  Et tous les commentateurs de la presse économique d’enfoncer le clou du manque de compétitivité de l’industrie française, refrain repris aussi par JF Copé. C’est évidemment un mensonge car l’INSEE affirme que le coût du travail dans l’industrie automobile est supérieur de 29 % en Allemagne, pourtant présentée comme un modèle.

 

Tout ce petit monde « oublie » que les salariés français sont parmi les plus productifs du monde, ce que Toyota par exemple a su exploiter  en implantant son usine européenne de YARIS près de Valenciennes en 2001. Pourquoi la C3 ne serait-elle pas aussi rentable ?

 

Le problème, c’est que Hollande et Ayrault partagent cette vision patronale de la crise, comme ils l’ont montré il y a quelques jours en reconnaissant étudier la piste d’une augmentation de la CSG pour financer la SECU, ce qui reviendra à transférer sur l’ensemble de la population une partie de ce que doivent payer les employeurs. De quoi s’inquiéter  sur leur capacité de répondre à l’urgence sociale de s’opposer à la fermeture d’Aulnay…

 

« L’Etat ne peut pas tout » avait dit Jospin en 1997 face à la fermeture de l’usine de Vilvoorde par Renault, société où pourtant l’Etat garde un levier en tant qu’actionnaire. Ce renoncement est resté un symbole de l’impuissance de la gauche de gouvernement face aux choix du grand capital. Les socialistes au pouvoir ont-ils retenu la leçon ? Pas sûr quand on entend Claude Bartolone, président du Conseil Général de la Seine Saint Denis, s’insurger de l’héritage empoisonné de Sarkozy tout en rejetant l’idée de l’entrée de l’Etat au capital de PSA.

 

François Hollande, lors de l’interview du 14 juillet, a certes parlé de plan inacceptable et a demandé à Peugeot de le renégocier pour qu’il n’y ait aucun licenciement sec. Mais il n’a pas dit qu’Aulnay ne devait pas fermer et qu’il ferait tout pour l’empêcher, y compris en nationalisant.  C’est maintenant qu’il faut pourtant oser prendre des décisions volontaires pour stopper l’irréparable.

 

Si dans le cadre d’une économie libérale, l’Etat n’a certes pas les moyens de contrôler les stratégies des entreprises privées, il lui revient de fixer les grands caps de l’économie de demain et il se doit d’être vigilant au respect de l’intérêt général. Pour la banlieue Nord de Paris, le maintien d’un pôle automobile de cette taille est vital car il génère des ressources fiscales dont a bien besoin le département le plus pauvre de métropole et surtout 7 à 8 000 emplois indirects dans la sous-traitance, la logistique …  c’est souvent la seule perspective d’embauche (avec la plate-forme de Roissy) pour les jeunes des quartiers durement victimes du chômage et de la discrimination à l’embauche.  La fermeture d’Aulnay serait donc  une catastrophe sociale pour un  territoire où le taux de chômage monte déjà à  17 %.

 

Citroën Aulnay a été dans le passé le symbole des luttes pour les droits syndicaux des travailleurs immigrés contre un patron de choc, à la faveur des lois Auroux dans les années 1982. Un an plus tard, et la rigueur étant passée par là, Aulnay a connu hélas une des premières percées électorales du Front National à des élections locales, préfigurant l’installation du FN dans la vie politique. Le parallèle avec aujourd’hui est facile : laisser fermer Aulnay, c’est démoraliser les travailleurs, les décevoir de la gauche à nouveau, laisser le champ libre aux rancœurs de l’extrême droite...

 

Des solutions existent pourtant pour protéger les travailleurs de la recherche effrénée du profit mondialisé, à condition de ne pas adopter la ligne de moindre résistance face aux diktats patronaux comme Montebourg s’apprête à le faire avec un énième plan de soutien à l’ensemble de la filière automobile et des incitations à l’achat de voitures « made in France ». Pour le Parti de Gauche, l’Etat doit impulser avec les organisations syndicales la réorientation d’Aulnay, vers la production de petites citadines électriques  par exemple, ce qui permettrait de pérenniser l’activité : c’est possible dans le cadre de la planification écologique indispensable pour répondre aux enjeux du monde de demain.

 

Des outils juridiques doivent être mis en place d’urgence , comme la proposition de loi Warin contre les licenciements boursiers proposée au Sénat en février dernier par le groupe FDG, votée par les socialistes mais bloquée depuis. Le texte prévoit qu’une entreprise qui a distribué des dividendes au cours de l’exercice écoulé ne peut pas procéder à des licenciements économiques. Et si l’entreprise procède à des licenciements dans de telles conditions, elle devra rembourser toutes les aides publiques qu’elle a reçues. Les députés Front De Gauche entendent reposer cette proposition de loi à l’Assemblée dans les prochains jours, le gouvernement Ayrault osera t’il l’inscrire à l’ordre du jour ?

 

Quoi qu’il en soit, le Parti de Gauche soutiendra activement la lutte des salariés de Citroën Aulnay pour défendre leur emploi et l’avenir de la Seine Saint Denis, d’abord par le maintien de l’activité automobile sans céder aux mirages et aux promesses sur une prétendue « ré-industrialisation ».

 

 Rien ne repousse durablement  quand la terre est brûlée…

 

 

 

Voir aussi sur le site de l’Humanité: Les Français ne veulent pas d’un nouveau Vilvorde

 

 

(*) A lire :  Emmanuelli dénonce l'argument de Varin sur le coût du travail

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 02:41


 

Nous sommes repartis comme en 2007, avec l’adoption du TCE rejeté en 2005 sous couvert d’un relookage… Cela avait été possible sous une majorité UMP grâce au vote des socialistes...

 

François HOLLANDE, aujourd’hui Président de la République nous refait le même coup avec la règle d’or.

 

Pour le Parti de Gauche, il faut un vrai débat démocratique sur le sujet, car la question est bien trop grave car elle nous conduit vers toujours plus d’austérité au détriment des peuples…

 

DH

 


 

  

Non au tour de passe-passe : référendum sur le traité européen

 

Mercredi 25 Juillet 2012 /   Martine Billard, co présidente du Parti de Gauche


N’ayant pas de majorité à gauche au Congrès, le Président de la République rêve de ne pas avoir à modifier la constitution pour pouvoir faire ratifier le nouveau traité européen qui vise à graver le refus de tout déficit budgétaire ad vitam aeternam. Sa dernière trouvaille consisterait à modifier la constitution pour renvoyer vers une loi organique cette inscription.


De qui se moque-t-on : dans la Constitution ou dans la loi organique, c’est pareil. Ce qui est inacceptable, c’est l’austérité et l’obsession de la baisse des dépenses publiques.

 

Au lieu de chercher à cacher le contenu  du nouveau traité européen, François Hollande devrait au contraire organiser le débat public pour que le peuple français sache ce qui l’attend si ce traité est ratifié. Monsieur le Président, un peu de courage. Consultez le peuple. Organisez le référendum au lieu de chercher un minable tour de passe-passe.

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article