Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 04:20

 


 

 

Et voilà le discours de Jean-luc MELENCHON aux assises de l'Ecosocialisme du Parti de Gauche le 1er décembre 2012 !

 

 

 

 

 

Et bien sûr le site : http://ecosocialisme.com

 

Et les vidéos et autres sur : http://www.lepartidegauche.fr/

 

DH

 

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 04:40

Le Parti de Gauche a lancé le 1er décembre les assises de l'écosocialisme !

 

Pour en savoir plus, je vous conseil le site : http://ecosocialisme.com


et l'article paru dans la revue Politis...


 

DH


L’écosocialisme, réponse à l’impasse capitaliste

Vendredi 30 Novembre 2012

Corinne Morel Darleux et Mathieu Agostini

 

 

« Nous savons dorénavant que l’émancipation humaine ne peut être atteinte par la croissance sans fin : l’écosystème ne le permet pas. Ce constat nous oblige à repenser le système de production et d’échanges, et plus globalement l’ensemble de l’organisation sociale et politique. Dans ces conditions, nous proposons un nouvel énoncé de notre stratégie pour le futur de l’humanité : l’écosocialisme. Ses méthodes sont la radicalité concrète, la planification écologique et la révolution citoyenne. Il est fondé sur la répartition des richesses, la prise en compte des contraintes écologiques, le refus des dominations et des oppressions de toutes sortes, la souveraineté populaire et le caractère démocratique, républicain et laïque de l’État.

 

L’écosocialisme est la jonction d’une écologie anticapitaliste et d’un socialisme débarrassé du productivisme, dans un projet de société alternatif porteur d’espérance. Il n’est pas une utopie à laquelle le réel devrait se conformer, mais la réponse humaine raisonnée à la double impasse capitaliste et productiviste. Nos pensées et actions politiques sont radicales : elles vont à la racine des causes. Nous combattons donc les moteurs du système : le consumérisme sacrant l’accumulation matérielle, le creusement des inégalités sociales ; le productivisme qui épuise les écosystèmes, la mondialisation qui permet le dumping social et environnemental. Nous désignons les vrais coupables : l’oligarchie financière, les idéologues de la concurrence « libre et non faussée » et du libre-échange.

 

Nous devons sortir des mystifications socialistes et écologistes. Notre écologie à nous est sociale, liée aux combats historiques de la gauche. Elle est incompatible avec le libéralisme, qui, sous couvert de développement durable, fait perdurer la recherche du profit maximal, la dynamique impérialiste et le « court-termisme ». Elle réfute l’impasse sociale-démocrate qui voudrait que toute redistribution passe d’abord par la relance de la croissance. Les richesses existent, il n’y a pas lieu d’attendre pour les redistribuer. Et ce modèle d’expansion infinie est un suicide de notre civilisation. Nous n’attendons donc ni la croissance à tous crins ni les « bénéfices » de l’austérité, et ne croyons ni à l’une ni aux autres.

 

Notre projet implique, au contraire, une économie au service des besoins sociaux qui rompe avec la doxa libérale. Elle passe par la désobéissance aux directives de l’Europe libérale et engage la révision en profondeur du système productif par les « 4 R » : relocalisation, réindustrialisation, reconversion industrielle et redistribution du travail. Pour pallier les limites du PIB à mesurer le « bien-vivre », elle instaure la règle verte comme critère systématique d’empreinte écologique. L’écosocialisme est un combat internationaliste et universaliste, il reconnaît la dette écologique et sociale de l’industrialisation effrénée, et ses effets sur le climat, le pillage des ressources naturelles, l’accaparement des terres et la responsabilité des règles imposées par la Troïka.

 

Nous devons réaliser un « compromis inédit entre bleus de travail et souci de la planète [1] » . Des salariés en lutte sont porteurs de projets alternatifs impliquant déjà les principes de la planification écologique : prise en compte du temps long, contrôle des travailleurs et des usagers, maîtrise publique. Si la collectivité et l’État sont à refonder dans une VIe république assurant la souveraineté populaire, ils restent indispensables pour planifier la rupture, construire un cadre émancipateur et garantir l’égalité d’accès. Les biens communs comme l’eau, l’énergie, les services publics, qui jouent un rôle social et écologique essentiel, doivent être nationalisés en repensant l’articulation entre État, syndicats, associations et usagers.

 

Il faut lutter et résister pour inventer à travers des alternatives concrètes et des actions de désobéissance civique non-violente. En parallèle, il nous faut mener le combat idéologique par l’éducation populaire pour « décoloniser l’imaginaire » et dénoncer la vision d’un individu-consommateur docile. Nous en combattons les bras armés que sont la publicité, avec son cortège de marchandisation des corps et de sexisme, la mode et les médias, avec leur injonction d’achat permanente.

 

La remise en cause du système ne peut résulter d’une simple alternance électorale et de décisions venues d’en haut. Elle exige que les majorités parlementaires écosocialistes conjuguent leur action avec des mouvements d’implication populaire dans tous les domaines. Cette réappropriation de l’initiative politique dans le but de déterminer quel est l’intérêt général, c’est ce que nous nommons la révolution citoyenne. Elle est indispensable pour éviter que le désespoir et la colère ne basculent du côté de la haine, et pour faire fleurir la révolution écosocialiste. »


Corinne Morel Darleux, secrétaire nationale à l’écologie du Parti de gauche et Mathieu Agostini, responsable de la commission écologie cordonnent les Assises pour l’éco­socialisme.

 

Les Assises pour l’écosocialisme on lieu le 1er décembre à partir de 9 heures, à l’Espace Reuilly, 21, rue Hénard, 75012 Paris. Voir le programme.


 

 Chronique parue dans l’hebdomadaire Politis. N°1229.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 03:48

 

On avance doucement...


DH

 


Chaises musicales au débat énergie du gouvernement

Mercredi 21 Novembre 2012
 
Corinne Morel Darleux, Secrétaire nationale à l'Ecologie

Pascal Colombani vient d’annoncer sa démission du comité de pilotage du débat sur la transition énergétique. Son objectivité avait été à juste titre mise en cause du fait de ses liens avec Valeo et le CEA. 

Greenpeace et les Amis de la Terre avaient déjà claqué la porte du débat organisé par le gouvernement jugeant la présence de lobbyistes reconnus du nucléaire et de l’industrie pétrolière beaucoup trop affirmée en son sein.

Le Parti de Gauche se félicite de cette bonne nouvelle, ayant lui aussi réclamé ce départ*. Mais cela n’est pas suffisant. Il faut que le comité de pilotage soit rééquilibré : il est inadmissible que le nucléaire ait une présence prépondérante alors qu’il s’agit justement de préparer la transition énergétique avec une réduction du nucléaire !

Décidément, depuis la conférence environnementale, entre le report de la fermeture de Fessenheim, les ambiguïtés sur l’extraction des gaz de schiste et le soutien au projet inutile, nuisible et couteux de Notre Dame des Landes,  ce gouvernement PS-EELV  fait un pas en avant, deux pas en arrière lorsqu’il s’agit de transition énergétique. 

L’urgence est pourtant là ! Même la Banque Mondiale l’affirme : "il faut être plus offensif" contre le réchauffement climatique. Mais pour le Parti de Gauche la lutte contre le réchauffement climatique va de pair avec la sortie du nucléaire. "Ni nucléaire, ni effet de serre" : c’est tout le défi de la transition énergétique !

Planifier la bifurcation écosocialiste, s’ils ne savent pas faire qu’ils le disent, nous on peut ! 


Pour en savoir plus :  http://lepartidegauche.fr/actualites/communique/un-debat-sur-energie-qui-s-annonce-atomique-18404

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 04:51

 


 

 

Jean-Luc MELENCHON chez Laurent RUQUIER !

 

DH

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 04:35

 


 

Pour se faire une idée du pour ou contre l'Aéroport de Nantes, je voue renvoie à une tribune d'un journaliste des Echos, journal qui n'est pas vraiment classé gauchistre et éclo :

 

Cliquez ICI !

 

Pour suivre un peu le dossier, avec mon côté Aéronautique, je n'ai toujours pas trouvé une réponse claire, si l'aéroport actuel subsisterait ou pas ? Un des enjeux, c'est l'usine AIRBUS implantée en bordure et qui a besoin d'une piste pour le transfert des tronçons d'avions...

 

DH

 

NB : Pour en savoir plus sur le projet de Notre Dame des Landes , cliquez ICI

 

 


40 jours de répression pour une commission, le compte n’y est pas !

Dimanche 25 Novembre 2012

Alors que plusieurs milliers de citoyens, face aux lances à eau de la police, défilaient samedi soir à Nantes aux slogans de "Ayrault, démission", ce dernier a enfin jugé bon, après 40 jours d’affrontements, d’appeler "à l’apaisement". Las, les forces de l’ordre étaient de retour sur la zone et usaient à nouveau de gaz lacrymogènes dès 23h.


Où est l’apaisement ? Le Parti de Gauche demande le retrait total des forces de police de la ZAD, préalable à tout "apaisement" et réaffirme son soutien aux opposants.


Le gouvernement a annoncé le report de 6 mois des travaux de défrichement avec la création d’un comité scientifique et d’une commission chargée d’"entendre toutes les parties prenantes". Il reconnait donc à mi-mots que ce n’était pas le cas jusqu’ici. Le collectif d’élus Cédpa appréciera, lui qui a déjà commandité une étude alternative auprès d’experts indépendants et saisi la justice européenne pour un recours en matière de Loi sur l’eau.


Mais patatras ! Matignon indique, après ces bonnes intentions, que "le Premier ministre réitère l’engagement du gouvernement à contribuer au développement économique et social du Grand Ouest, dont le projet de transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes est une composante", soutenu par les trois Ministres de l’écologie, des transports et de l’agriculture.


Où sont le dialogue et l’écoute ? Qui peut croire, comme l’ont indiqué les trois Ministres, que "conforter les initiatives en faveur du respect de la biodiversité et de la préservation des terres agricoles" peut passer par le bétonnage de 1600 hectares de terres situées en plein bocage et zones humides ?


Le Parti de Gauche réitère son refus du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes et appelle à poursuivre la lutte juridique et militante pour que cet aéroport inutile, coûteux et nuisible ne voit pas le jour.

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 03:59

 

J'avais lu l'article dans l'avion la semaine dernière. le ton optimiste de François Hollande m'avait surpris. Finalement le Parti de Gauche a réagit officiellement.

 

C'est vrai que si Hollande n'y croit pas, cela pose problème, mais à contrario, il ne faudrait qu'il soit le seul à y croire !

 

DH


Le bateau européen coule, le capitaine crie que tout va mieux !

Mercredi 17 Octobre 2012

François Hollande dans une longue interview au Monde s’adonne à la méthode Coué : "la sortie de crise de l’euro nous en sommes près, tout près". Dans quel monde vit celui qui avait promis de renégocier le traité européen avant de le ratifier ?


Pas dans le même monde que le peuple grec, dont la situation " a été définitivement réglée" selon Hollande.


Pas dans celui des peuples espagnol et portugais qui subissent de plein fouet la récession.


Pas dans celui du peuple français qui commence à sentir quotidiennement ce qu’il en coûte.


Le Président de la République ne nous rassure pas sur les recettes. Il estime, comme tout bon libéral, que la crise vient des dettes souveraines. Nous lui rappelons qu’elles ne sont que la conséquence des nombreux cadeaux fiscaux octroyés aux plus riches, du transfert de la dette privée vers la dette publique et du système financier qui profite totalement de la dérégulation offerte par les traités européens pour spéculer sur les peuples.


Il est bien temps d’expliquer que ce qui "nous menace c’est autant la récession que les déficits". Sauf que la politique d’austérité appliquée en France comme en Europe ne fera qu’entraîner toujours plus le continent dans la récession. L’annonce confirmée d’un déficit ramené obligatoirement à 3% en 2013 et à l’équilibre en 2017, ce que nul traité n’exige, ne fait que confirmer la cécité de François Hollande sur ce sujet.


Le bateau coule et le capitaine crie que tout va mieux ! Pour le reste ce sont les habituelles fariboles de l’Europe sociale et politique qu’on construira… après le déluge sans doute

 

Eric Coquerel, Secrétaire national

________________

 

Nous vous signalons cette rediffusion du journal de 12h30 de france culture dont Eric Coquerel était l’invité, ce qui lui a permis de réagir à l’incroyable "nous sommes tout près de sortir de la crise de l’euro" de F. Hollande ce jour dans "le Monde" et de parler du FDG.

 


  Eric Coquerel, Secrétaire national


http://www.franceculture.fr/emission-journal-de-12h30-francois-hollande-au-monde-nous-sommes-tout-pres-de-la-sortie-de-crise-de-

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 03:15


Personnellement je suis mal à l’aise par rapport à la chute de François Hollande dans l’opinion française.

 

Je trouve que cela est très rapide mais aussi très inquiétant. Je ne le jouerai pas sur le registre, « on vous l’avait bien dit » car cette chute ne présage rien de bon. Je ne m’en réjouis absolument pas, bien au contraire. J’ai écrit à plusieurs reprises, que l’enjeu c’est le coup d’après avec une droite qui se radicalise et un FN en embuscade avec la fille de l’autre…

 

Ceci dit, cette chute n’est pas aussi une totale surprise et le Président avec le PS ont leur part de responsabilités. Il n’en est que pour preuve le vote du traité…

 

C’est désolant et encore une fois inquiétant pour l’avenir…

 

DH

 


 

La droite vous dit merci

 

Mardi 16 Octobre 2012

 

 

L’Assemblée nationale et le Sénat viennent donc d’adopter le TSCG. Malgré la manière brutalement antidémocratique dont a été expédiée la discussion parlementaire, il s’agit d’un tournant dont il faut prendre la mesure.

 

D’abord ce vote engage la France dans le cercle vicieux de l’austérité. La récession et le chômage frappent sous nos yeux tous les pays européens soumis à ce régime. Obéir à la règle d’or c’est se soumettre à une vis sans fin de réduction de l’activité. Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, vient lui-même de dire que l’objectif des 3% pour l’année prochaine est absurde. Mais alors n’est-il pas absurde de sa part de voter pour un traité qui impose une réduction du déficit bien plus sévère encore, à 0,5% ! Le gouvernement répète ne demander aucune modification de cette règle, mais on nous dit qu’il espère en secret qu’elle soit revue au niveau européen. La France doit-elle ainsi attendre que d’autres prennent l’initiative ? Faut-il qu’ils vivent dans la terreur de Merkel ou des banques pour se livrer à de telles contorsions ? Même Bartolone plaide que « les marchés seront autant attentifs à notre volonté de désendetter le pays qu’à le réformer » pour souligner qu’il est prêt à déposer sur l’autel des sacrifices la « modernisation des rapports sociaux ». Le résultat de cette brillante stratégie, c’est que nous avons à la fois des réformes structurelles libérales et une austérité sans précédent.

 

Ensuite, la continuité avec la ligne de Sarkozy selon laquelle la bonne santé de notre économie reposerait sur la « confiance des banques » puis l’allégeance au traité qu’il a écrit avec Merkel modifient le rapport de forces en faveur de la droite et du patronat. N’est-il pas rageant de voir le Medef à ce point sûr de lui quelques mois seulement après la défaite de son candidat ? Les gages donnés par le nouveau pouvoir sur la baisse des dépenses publiques, le coût du travail et la fiscalité du capital, les trois obsessions des libéraux, renforcent la détermination du patronat qui se sent en position de poursuivre son offensive contre les acquis sociaux et donnent raison idéologiquement à la droite qui relève la tête d’autant plus vite que le nouveau pouvoir la singe aussi sur le terrain sécuritaire.

 

Enfin, une ligne de faille s’est élargie au sein de la gauche. Le passage en force méprisant la demande de referendum formulée par le Front de Gauche et même la simple exigence d’un débat laissera des traces. La ligne démocrate épousée par le PS, hélas confirmée par un Congrès dans lequel sa motion de gauche a perdu à nouveau 5 points pour atteindre un niveau historiquement bas, divise profondément la gauche. Hollande n’est donc majoritaire sur le TSCG que parce que la droite lui apporte son soutien. Un soutien qui contribue fortement à la dégradation du rapport de forces.

 

Les dégâts sont déjà très lourds. Mais ce n’est pas fini. L’austérité ne dévoile sa dynamique mortifère que par petites rasades empoisonnées. Chaque plan d’austérité est le « dernier », avant qu’un autre ne vienne avec sa série de « mesures inédites » censées frapper les marchés à défaut de réduire pour de vrai les déficits. Derrière les chiffres réitérés de baisse des dépenses se trouvent des êtres humains qui se découvrent en chemin dans le viseur des « cost killers » austéritaires. Ce choc provoque souvent de la révolte. On assiste même à une européanisation des luttes anti-austéritaires. Un rendez-vous européen est fixé au 14 novembre. A cinq jours du vote du budget français.

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 05:12

 


 

 

http://zoomsurlemploi.files.wordpress.com/2012/05/erasmus.jpgPersonnellement, je suis sceptique sur la constitution d’une grande Europe. Les cultures sont trop différentes et la langue reste un obstacle. C’est peut – être aussi une question de génération. Les jeunes sont plus ouverts à l’extérieur et à l’autre.

 

C’est pourquoi je trouve aberrant la quasi remise en cause du programme ERASMUS qui permet justement les échanges d’étudiants dans toute l’Europe. L’Europe se fera par les nouvelles générations, et faire des économies sur les jeunes n’a pas de sens et va à l’encontre de la construction européenne…

 

DH

 


 

Erasmus : une nouvelle victime de l’austérité européenne 

                                                                                                         

Samedi 6 Octobre 2012

 

 Maëlle Dubois, Co-responsable du Réseau Jeunes du Parti de Gauche

 

 

Vendredi 4 octobre, Alain Lamassoure, président de la commission parlementaire des budgets, a déclaré que le programme Erasmus, qui existe depuis 1987, pourrait bientôt se retrouver en cessation de paiement.

 

Alors que les caisses du fonds social européen sont déjà vides et que d’autres programmes européens seront eux aussi bientôt en cessation de paiement, la situation du programme Erasmus est symbolique. 90 millions d’euros manquent pour boucler le budget de ce programme qui vient de fêter ses 25 années d’existence et qui est l’un des programmes les plus populaires et les plus connus en Europe. Chaque année près de 3 millions d’étudiants, ainsi que des enseignants, bénéficient de ce programme qui permet de découvrir d’autres pays, d’autres horizons, ainsi que d’apprendre des langues étrangères in vivo. Depuis quelques années, un effort de démocratisation avait été mis en œuvre pour permettre à une majorité d’étudiants d’en bénéficier. Les difficultés actuelles de financement remettent en cause cette démocratisation : pour cette année, le versement du second semestre de bourse n’est pas assuré. De plus, ces problèmes financiers viennent remettre en cause le programme « Erasmus for All » (Erasmus pour tous) qui devait débuter en 2014.

 

Le programme Erasmus en cessation de paiement, cela veut dire une masse importante d’étudiant-e-s européen-ne-s privé-e-s de partir à l’étranger. Cela signifie que les plus démunis d’entre eux verront l’horizon d’une ouverture culturelle se refermer et devront rester étudier dans leur pays d’origine, si tant est qu’ils aient réellement accès aux études au niveau national.

 

Le Parti de Gauche réaffirme son opposition aux politiques d’austérité qui, en entraînant l’économie européenne toute entière dans le mur, détruisent les maigres acquis sociaux et de démocratisation culturelle. Parce que nous ne voulons pas que le programme Erasmus soit une nouvelle victime de l’orientation austéritaire de l’Union européenne, nous continuerons, comme le 30 septembre dernier ainsi qu’au Parlement, à combattre ces politiques.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 04:28

 


 

 

Plus de 80 000 manifestants dans la rue à paris le 30 septembre pour manifester contre le traité européen et contre l’austérité

 

DH !

 

Tout connaître sur le traité…

 

Mardi 25 Septembre 2012

 

Vous pouvez trouver ici des documents sur le traité, des analyses et des déclarations expliquant notre "Non" au traité et l’exigence d’un référendum.

 

Texte de l’appel unitaire : Non à l’austérité permanente - Refusons le Pacte budgétaire, ouvrons le débat en Europe !

 

Ils auront tout dit

·                Traité européen : les 5 mensonges d’Ayrault (argument)

·                F. Hollande et les traités européens (vidéo)

·                A. Montebourg et le référendum (vidéo)

·                J.M. Ayrault et le référendum (vidéo)

·                Ayrault et le référendum, épisode 2 (vidéo)

·                L. Fabius et le référendum (vidéo)

·                B. Hamon et le référendum (vidéo)

·                Hamon et le référendum, épisode 2 (vidéo)

·                F. Hollande et le référendum (vidéo)

·                Hollande et le référendum, épisode 2 (vidéo)

 

Le traité décortiqué

·                À Gauche spécial traité austéritaire

·                Le traité décortiqué par Matthias Tavel du secteur Etudes et Arguments du

Parti de Gauche (vidéo)

·                La dérive austéritaire de l’Europe : formation proposée par Céline Meneses, secrétaire internationale du Parti de Gauche et assistante de Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen (vidéo)

·                Atelier de lecture pour comprendre le TSCG par Céline Meneses (vidéo)

·                Vidéo du groupe GUE au parlement européen sur le TSCG

·                « On vous fait un dessin » sur le Mécanisme Européen de Stabilité et le TSCG (vidéo)

 

Ce qu’ils pensent du traité

·                Dimanche, attaquons le verrou (édito)
Mardi 25 Septembre 2012

·                Tous à Paris contre le traité austéritaire et pour un référendum (édito)
Jeudi 6 Septembre 2012

·                L’Europe de Karlsruhe (édito)
Mercredi 12 Septembre 2012

·                Traité européen - Marc Dolez : « Un dessaisissement de la souveraineté nationale » (article)

·                Ils expliquent leur "Non" : Laurence Sauvage (article)

·                La « règle d’or », règle des ânes, par Jacques Généreux (article)

·                Pour l’économiste Benjamin Coriat, le traité expose l’Europe à « l’austérité perpétuelle » (article)

·                Jacques Généreux : Non à l’Europe austéritaire (vidéo)
Intervention de Jacques Généreux lors de la Fête de l’Humanité le vendredi 14 septembre

·                Pourquoi refuser le nouveau pacte budgétaire européen, ou TSCG (vidéo)
Des militant-e-s expliquent pourquoi ils refusent ce nouveau traité.

·                Militant-e-s LGBT contre le TSCG : « Nous voulons l’égalité sans l’austérité »

·                Appel de féministes contre le Pacte budgétaire

·                Appel unitaire de militant-e-s écologistes contre la ratification du traité européen TSCG

·                Réaction du PG
Vote du Conseil fédéral d’EELV contre le traité
Communiqué du samedi 22 Septembre 2012

·                L’agit’prop et l’éduc pop au rendez-vous !
Pour réussir la manifestation du 30 septembre contre le traité
Communiqué du vendredi 21 Septembre 2012

·                Parlement européen
Ahurissante alliance de la droite, des sociaux-démocrates et des verts parlement européen
Communiqué du mardi 11 Septembre 2012, par Jean Luc Mélenchon - Député Européen du Front de Gauche

·                Pas de changement de cap dans la marche forcée à l’austérité
Communiqué du dimanche 9 Septembre 2012, par Martine Billard, co-présidente du Parti de Gauche

·                Pacte budgétaire
Appel à mobilisation unitaire le 30 septembre
Communiqué du vendredi 7 Septembre 2012

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 04:04

 


 

 

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/affiches-NonTraiteAusteritaire30Septembre.jpg

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article