Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 21:01



Élections régionales : résultats du 2ème tour à Vitrolles

 

 



%
Inscrits : 23220

Votants 11138 47,97
Nuls : 308

Exprimés : 10830











Voix %
FN Jean-Marie Le PEN 2922 26,98
UMP Thierry MARIANI 2174 20,07
PS Michel VAUZELLE 5734 52,95

 

 


Pour en savoir plus :


Les élus de la région PACA :


- Les élus de la liste Vauzelle : cliquez ICI


- Les élus de la liste Mariani : cliquez ICI


- Les élus de la liste Le Pen : cliquez ICI

 

 

Vitrolles : résultats du 1er tour des élections régionales.

 

Résultats des élections européennes à Vitrolles : Cliquez ICI.

 

Résultats des élections européennes dans les BdR : Cliquez ICI.

 

Résultats de l'élection cantonale partielle : Cliquez ICI.

 

Tous les résultats : http://elections.interieur.gouv.fr/

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche Vitrolles
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 05:08




Nous sommes aujourd'hui le 21 mars, jour du second tour des élections régionales. Je me permet de reprendre et remettre à la « sauce PACA », une brillante intervention d'une militante, Claire Villiers, lors du meeting le 18 mars au Zénith à Paris.

 

DH

 

http://www.quebechebdo.com/imgs/dynamique/articles/gros/Election_1.jpg

 

 


 

Bonjour,

Tu t’appelles Jean-Pierre, Natacha, Samuel, Leïla … et tu n’as pas voté dimanche dernier pour le 1er tour des élections régionales.


Nous t’avons rencontré dans ton quartier, sur le marché, à la porte de ton entreprise, à l’antenne de Pôle Emploi…


Tu n’as pas voté et tu nous avais prévenus, vous êtes tous les mêmes, vous ne venez que quand il y a des élections,Je n’ai plus de logement, je vais être en fin de droits assedic : qu’est ce que vous faites pour moi ?


Tu n’as pas voté parce que tu n’es pas inscrit sur les listes : ça ne m’intéresse pas…


Tu n’as pas voté parce que ce droit de vote que nous t’avions promis, tu ne l’as toujours pas : depuis 40 ans Madame je suis ici…


Tu n’as pas voté parce que tu bosses ici, tu vis ici…mais tu n’as pas ces
foutus papiers !


Je ne sais pas si nous te convaincrons de choisir dimanche prochain de coller une claque magistrale aux Le Pen, Mariani, Sarkozy, Lefèvre, Copé et consorts.


Je l’espère parce que c’est de ta vie, de celle de tes enfants qu’il s’agit.


Nous avons le choix :


Concurrence mortifère ou coopération créatrice ?

Exclusion ou solidarité ?

Ségrégation ou égalité ?


Dans quel monde, dans quelle région allons-nous vivre ?


Je partage ton sentiment d’extrême urgence.


Je partage ton intuition que rien ne se règlera par de petits arrangements dans des salons feutrés.

Je ne te demande pas, nous ne te demandons pas de « nous faire confiance » pour que ça aille mieux.


Dans le suffrage universel, il n’y a pas de grandes et de petites voix.


Chacun, chacune compte pour un.


Mais comme le disait le grand Jaurès : cette révolution est inachevée car nous n’avons pas conquis la souveraineté populaire, Celle qui place les besoins humains non pas avant, mais à la place des exigences du capital.

 

Celle qui veut être maitre de son destin, individuel et collectif.

 

Celle qui ne veut déléguer à quiconque, patron, expert, ou élu le soin de décider seul.


La région PACA que nous appelons de nos vœux ne se fera pas sans toi,sans tes exigences, sans tes colères, sans ta participation.


Nous sommes lucides, du moins je l’espère, si nous ne voulons pas que cette région tombe aux mains des prédateurs, nous aurons besoin d’un affrontement de grande ampleur.


Frappons en, ensemble les 3 coups dimanche prochain.


Et tu verras ce sera de nouveau un joli nom camarade parce qu’il mariera cerise et grenade…

 

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche Vitrolles
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 05:47




Pourquoi je vote Michel Vauzelle ?

 

 

La semaine dernière, j'expliquai pourquoi je votais pour le Front de Gauche ? Cette semaine, je me dois d'expliquer pourquoi dimanche je voterai Michel Vauzelle ?

 

Pour cela je prendrai 2 exemples.

 

Nicolas Sarkozy veut à nouveau toiletter le code du travail. C'est tout de même la seconde fois depuis son arrivée à l'Elysée !

 http://www.legrandsoir.info/local/cache-vignettes/L400xH268/parisot_medef_saluant-3-2-2f42b.jpg

Pour ce faire, Xavier Bertrand met en place une commission composée de juristes, DRH, responsables patronaux, mais curieusement aucun représentant des salariés. La messe est dite. Si'il y a encore des salariés et employés qui croient que Sarkozy « travaille » pour eux, cela me désespère...

 

Autre point, je pourrai avoir des états d'âme à voter socialiste, car Michel Vauzelle est socialiste ! Pour autant, Michel Vauzelle était contre le Traité Constitutionnel Européen en 2005. Encore mieux, il est un des rares socialistes à ne pas avoir voté la ratification du TCE rejeté par une majorité de français. Si tous ses camarades en avaient fait autant, le TCE ne serait pas passé.

 

Alors pour ces raisons et bien d'autres, je voterai pour la liste de Michel Vauzelle le 21 mars !

 

DH

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti de Gauche Vitrolles
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 05:11

 




En préparant ce post, j'ai reçu un coup de téléphone de Mariani ! En fait, il s'agit d'un message pré-enregistré. Mon dieu qu'il a une voix triste ! Est-ce le résultat de dimanche dernier et celui prévisible de dimanche prochain !

 

Le point intéressant, c'est que j'ai appris que la région était responsable du chômage !!! Moi qui croyait que Sarko s'occupait de tout et qu'il s'était engagé justement à le réduire ? On m'aurait menti ? Remarquez c'est pas mal pour préparer les esprits pour 2012...

 

Finalement, je n'ai pas été convaincu et dimanche prochain je mettrai un bulletin pour Michel Vauzelle...

 

Plus sérieusement, je vous propose l'analyse du Parti de gauche du 1er tour des Régionales...

 

DH


 

Nouveau cycle

 

Mercredi, 17 Mars 2010

 

 

Le premier tour des régionales vient de faire sortir le pays de la trajectoire politique ouverte par l'élection présidentielle de 2007. En trois ans seulement, la participation record est devenue abstention record. La nette victoire de Sarkozy a laissé place à une désaffection historique de ses électeurs. Le surgissement du Modem s'est transformé en effondrement. Et alors que la candidate PS de 2007 cherchait l'alliance avec le Modem, les clins d'œil aux « démocrates » ont disparu des propos d'Aubry et Cohn-Bendit dès la soirée électorale de dimanche.

 

Le premier tour des régionales vient de faire sortir le pays de la trajectoire politique ouverte par l'élection présidentielle de 2007. En trois ans seulement, la participation record est devenue abstention record. La nette victoire de Sarkozy a laissé place à une désaffection historique de ses électeurs. Le surgissement du Modem s'est transformé en effondrement. Et alors que la candidate PS de 2007 cherchait l'alliance avec le Modem, les clins d'œil aux « démocrates » ont disparu des propos d'Aubry et Cohn-Bendit dès la soirée électorale de dimanche.

 

La nouvelle période qui s'ouvre est d'abord marquée par le retour au premier plan de la crise politique. L'assise du pouvoir est plus faible que jamais. Le rejet de sa politique s'exprime en premier lieu par l'abstention. Le vote vient seulement en second. On sait au terme de la campagne combien le vote PS a été majoritairement un vote par défaut. Le doute sur la capacité de la gauche, spécifiquement celle du PS, à gouverner autrement n'est pas réglé. Enfin, le succès du PS est aussi un contre-pied. Car ce n'est pas l'alliance prévue avec le Modem qui se réalise. C'est le retour à l'union de la gauche que ce parti décrétait dépassée. D'ailleurs c'est seulement en provoquant une triangulaire lamentable dans le Limousin que le PS qui lorgnait vers le Modem évite de se retrouver allié avec... le NPA !

 

Ce nouveau cycle est aussi caractérisé par une nouvelle géographie à gauche. Europe Ecologie est à la croisée des chemins. Elle n'est passée devant le PS dans aucune région. La voie de la recomposition au centre lui semble coupée. Reste son statut de deuxième force à gauche. Que va-t-elle en faire ? Une alliance privilégiée avec le PS, troquantla renonciation à un candidat à la présidentielle contre un petit volant de députés élus avec son appui ? Le recul électoral enregistré dimanche conduit de nombreux responsables Verts ou Europe Ecologie à prôner la revente rapide d'une récole électorale qui pourrait s'avérer périssable. Mais le débat est ouvert dans cet espace politique dont l'hétérogénéité s'est accrue depuis les européennes au lieu de se réduire.

 

Enfin, le Front de Gauche s'enracine. Nous sommes les seuls à avoir progressé en voix tout au long du cycle qui s'achève. Nous entrons donc dans le suivant en dynamique ascendante. L'adhésion est bien présente, souvent au-delà de nos électeurs. Reste à conquérir la crédibilité électorale. Celle qui nous donnerait aux yeux du plus grand nombre le statut d'un « vote utile ». C'est le déclic qui a manqué dans l'élection pour transformer notre progression en une poussée qui nous aurait permis de passer en tête. Il faut dire que nous avions la difficulté d'affronter des sortants de gauche. Europe Ecologie n'y a pas résisté alors que le Front de Gauche a tenu bon. Pour autant, le Front de Gauche n'est pas encore suffisamment fort pour se permettre des faiblesses. Ainsi chaque division du PCF a coûté cher, en Picardie, en Seine-Saint-Denis, en Pays-de-Loire... Ainsi chaque fois que nous sommes peu implantés, nous sommes emportés par le laminoir du « vote utile ».

 

De tout cela il faudra faire un bilan précis et détaillé. Harassement de l'entre-deux tours ne nous en laisse pas le loisir. Le premier tour ne s'est finalement terminé que mardi dernier à 18h ! Il aura fallu batailler ferme pour obtenir que le PS respecte le vote des électeurs. Nous n'avons pas présenté des listes autonomes pour nous soumettre au « vainqueur ». Pas de rapports féodaux à gauche ! Le PG ne connaît qu'un seul maître, le suffrage universel. Lorsque nous fusionnons avec la liste de gauche arrivée en tête au premier tour, nous le respectons. Nous ne nous soumettons à personne. Nous exigeons donc que le PS respecte le vote des électeurs qui ont fixé notre poids dans la gauche rassemblée. Cette fermeté a payé puisque la fusion proportionnelle a été effective presque partout. A quelques tristes exceptions. En Picardie, le président sortant a instrumentalisé les oppositions entre communistes pro-Hue, pro-Gremetz et pro-Buffet pour nous éliminer du second tour. En Limousin, le PS provoque une triangulaire. Fort heureusement, la droite ne peut l'emporter et les électeurs de gauche pourront voter sans réserve pour la liste Front de Gauche-NPA. Ailleurs nous soutiendrons les listes de la gauche rassemblée afin de terminer le travail si bien commencé au premier tour, qui permet d'espérer que dimanche prochain un vote de gauche unitaire et sans ambigüité balaye la droite dans tout le pays.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 05:17




J'ai pris un peu de retard pour en parler. Le « célèbre JB » me l'a reproché d'ailleurs. Mais bon, je reste maitre de mon blog et son avis je m'en moque !


Pour autant, Jean Ferrat est décédé, je me devais d'en parler. J'ai choisi un article du journaliste Guy Knopnicki que nous connaissons bien à Vitrolles...


DH




Jean Ferrat, c'était ma France


Les obsèques de Jean Ferrat ont lieu aujourd'hui, (17/03/10) en Ardèche. Guy Konopnicki revient sur « son » Ferrat, ce communiste indépendant qui chantait la France en associant le patriotisme à la révolte.


capture d'écran ina.fr


Jean Ferrat s’inscrit, presque à son insu, dans une longue histoire de métèques, de juifs errants, pâtres grecs pour la rime de son ami Moustaki. Ces immigrés, ces manouches, ces juifs qui firent la chanson française… L’amour des rues de Paris, chanté par Francis Lemarque , Montand et Mouloudji. Ou Joe Dassin, ou encore le Paris s’éveille, écrit par Jacques Lanzmann pour Dutronc. Parce qu’elle populaire, la chanson a attiré et accueilli les enfants d’immigrés, pressés de chanter leur pays d’adoption. Ferrat, comme ceux de la génération qui le précède immédiatement, Lemarque, Montand et Mouloudji, a connu l’apprentissage, il a travaillé tôt. Il vient de la France populaire, celle qui travaille en usine, à Créteil.

Lorsqu’il choisit un nom de scène, Jean Tenenbaum ne cherche pas à se cacher. Deux syllabes, que le public retiendra facilement, un  nom repéré au hasard sur la carte de France. Mais ce choix ne doit rien à la lâcheté ! Il est le premier à chanter la tragédie. En 1965, il fallait oser monter sur scène avec Nuit et Brouillard
. Le rock français domine, il est très loin de l’engagement des rockers américains. Jean Ferrat sait peu de choses de sa propre histoire, il avait neuf ans quand son père a été déporté et assassiné. Sa vision d’enfant juif est aux antipodes de celle qui domine aujourd’hui. Il se souvient de la France républicaine et des militants communistes qui l’ont pris en charge. Nuit et Brouillard ne s’attache pas particulièrement au sort des juifs. La chanson évoque la déportation, ce qui, répétons-le, pour l’époque est un exploit. Le marché veut des 45 tours pour les surboums et les juke-boxes. Des chansons qui passeront en boucle sur Europe 1. Jean Ferrat, découvert avec Ma Môme, récidive avec Nuit et Brouillard et, sur l’autre face, 400 enfants noirs. Puis, Potemkine.

LE COMMUNISTE INDEPENDANT


Le succès surprend d’autant plus que le chanteur n’est pas particulièrement soutenu par les réseaux militants. Il fera la Fête de l’Huma beaucoup plus tard, en chanteur reconnu. Bien après Claude François ! Jean Ferrat n’était pas le chanteur du parti. Lorsqu’il apparaît, le PC ne tient pas du tout à décerner ce titre. Montand est passé par là. Sa rupture a laissé trop de traces pour qu’on lui cherche un successeur. Au demeurant, Jean Ferrat ne demande rien. Il veut les grandes scènes du music-hall. Il sera la dernière vedette de l’Alhambra Maurice Chevalier, avec une première partie signée Jean-Christophe Averty. Au long de sa carrière, il a très peu chanté lors des galas de la CGT ou du PC. Il signait des appels, se montrait parfois, en militant dans les manifs. Mais il ne s’est pas lié à ce qui était alors un vaste réseau de show-bize, constitué par les fêtes militantes, les galas des comités d’entreprises et les spectacles des municipalités. Jean Ferrat n’a jamais fait de tournée en URSS. Les Soviétiques préféraient Mireille Mathieu, ils se méfiaient des artistes engagés.

Jean Ferrat était un communiste indépendant. Même quand ses chansons semblaient refléter « la ligne 
».

À sa mort, nous n’avons pas beaucoup entendu la chanson gouailleuse qu’il adresse, en 1968, aux gauchistes médiatisés, qu’il traite de « pauvres petits cons. 
» Il voit s’installer la nouvelle pensée dominante « On parle de vous sans cesse de vos opinions »… Cette pensée faite de mépris pour le peuple de France.

LA POESIE D'ARAGON


Jean Ferrat n’a pas seulement chanté Aragon, il l’a lu. Pour la scène, il puise essentiellement dans les Yeux d’Elsa
. La Diane Française est sans doute un peu datée. Il est difficile dans les années 70, de mettre en musique ces rimes, associant Roland sonnant du cor aux héros renaissant au Vercors. Mais c’est bien la France d’Aragon qui inspire Ma France de Jean Ferrat.

Aragon avait brisé un tabou. Le patriotisme républicain chantait la Révolution, le peuple en marche. La terre, le paysage, les villages relevaient du nationalisme maurrassien. Poète de la Résistance, Aragon ne veut rien laisser à Pétain, ni Jeanne, ni Roland, et pas même les jardins de France, ceux que l’on aperçoit quand on a traversé le pont de Cé.
L’évocation de la France par Jean Ferrat, commence avec La Montagne
. La chanson est très éloignée de l’univers communiste, celui des banlieues, où « il faut savoir rentrer dans son HLM manger du poulet aux hormones ».

LA TERRE ET L'HISTOIRE


Ma France reprend le mélange cher à Aragon. Les bruyères de l’Ardèche, les vallons et les collines, et ce peuple militant, par ce journal que l’on vend le matin d’un dimanche. La France, celle dont Monsieur Thiers a dit « qu’on la fusille
 ». Ferrat n’était pas Furet, elle répondait toujours du nom de Robespierre, sa France !

La terre et l’histoire. Jean Ferrat, fils d’immigré juif, avait choisi un enracinement. L’Ardèche n’était pas une villégiature, mais un choix de vie. Il est le dernier, au moins dans la chanson, à avoir porté ce patriotisme, adoptant tout à la fois la longue histoire des révoltes populaires et l’amour du terroir, la nostalgie du vin qui ne sera plus tire, horrible piquette qui faisait des centenaires…

La télé de Giscard avait interdit Ma France
, parce que Ferrat traitait les gouvernants d’usurpateurs. Plus tard, les manifs de gauche ont préféré la Douce France, celle que chantait Charles Trenet en Allemagne devant les prisonniers de guerre, et qui est, beaucoup plus ambiguë. La France de Jean Ferrat était tout à la fois terrienne, populaire et rebelle. La Môme en usine à Créteil et les paysans de l’Ardèche. Ce peuple, dont les « pauvres petits cons » de l’autre chanson refusent toujours d’entendre parler !

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Qui suis - je
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 05:58

 




Vitrolles détient un triste record avec 63 % d'abstention... C'est étonnant quelque part dans une ville qui par le passé a été très politisée avec justement de très forts taux de participation aux élections locales notamment à l'époque « Mégret »...

 

Pour autant, ce taux doit interroger toutes les forces politiques Vitrollaises. Les scores des uns et des autres doivent être relativisés avec ce très faible taux de participation.

 

Pour le Parti de Gauche, cela ne nous laisse pas indifférent. Il n'est pas anodin que les électeurs se détournent des urnes. C'est même grave pour la démocratie. Je considère que nous avons les « politiques que nous méritons ».

 

Nous sommes tous égaux dans l'isoloir ! Certes tout est fait pour détourner les citoyens des urnes. Il faut se poser la question de savoir qui y a intérêt ? « Tf1 and Co » ne nous aident pas et ne font rien pour l'éducation, l'information, etc. A contrario, il faut tout faire pour que les citoyens ne pensent pas par eux-même...

 

Une anecdote. Sarko était à Eurocopter il y a quelques jours. De part mes responsabilités syndicales, outre l'avoir rencontré pour lui poser une question, j'ai suivi ensuite le cortège de sa visite. Un salarié l'a pris par l'épaule. Sa demande c'était que Sarko, par ailleurs, Président de la République (au delà de l'homme, c'est tout de même la plus haute fonction de l'Etat) s'occupe du problème des supporters de l'OM interdits pour je ne sais plus trop quel match... Tout est dit !

 

DH

 


 

 

Régionales : Vitrolles, bastion abstentionniste

 

Publié sur La Provence.fr le mardi 16 mars 2010

 

 

Quand les chauffeurs de poids lourds pèsent leur chargement sur la bascule de la zone des Estroublans, ils prennent rapido un café à la guinguette attenante, tenue depuis 9 ans par Yves, un Vitrollais de 49 ans qui a tous ses tampons sur sa carte d'électeur. Sauf celui du premier tour des régionales.

 

"Il faisait beau", le temps a filé, il a oublié. Ou fait semblant, dans une commune où l'abstention grimpe à 62%. "Ils ont pris 50% d'abstention dans la gueule. Et dimanche, tout le monde était content !" Face à un parking en terre rempli de camions polonais, il sert le café au verre avec un soupçon d'amertume. "Les salariés n'ont plus un euro pour le petit noir du matin. La crise n'est pas pour tout le monde quand je vois les banquiers qui affichent des bénéfices extraordinaires" .

 

Les candidats aux régionales ne paieront pas toute l'addition de sa colère : au second tour, il ira voter. Laurent Dupont, ferronnier de 45 ans, était à son bureau de vote à 8h05. Seul passionné au milieu d'artisans et de commerçants démobilisés. "L'enjeu des régionales a été mal expliqué. Quand les dirigeants politiques en parlent, c'est ambiance cour de maternelle. Je ne connais pas la langue qu'ils causent. C'est sûrement que je n'ai pas fait assez d'études".

 

Laurent Dupont est un ironique. De l'autre côté de l'A7, Jonathan fêtait hier ses 18 ans sur le parvis de la gare routière. Deux jours trop tard pour voter dimanche prochain. Pas grave ! Sous sa casquette américaine vissée sur le côté, il a rêvé de mille cadeaux d'anniversaire, mais jamais d'une carte d'électeur.

 

À ses côtés, Quentin, 20 ans, sans emploi, qui ne vote pas "parce qu'il ne s'intéresse pas trop aux programmes politiques", Jean-Michel, 21 ans, lycéen, dans le même cas puisque "les candidats ne font pas ce qu'ils ont promis pendant la campagne", Christian, 18 ans, qui "s'en fout", Cyril, 17 ans, qui se demande, "honnêtement, à quoi ça sert de voter".

Jamais ils ne parlent entre eux de politique. Leurs parents les ramènent-ils parfois sur le chemin des isoloirs ? "Ma mère non plus ne vote pas", précise Christian, employé dans la restauration. Un beau-père l'incite à passer aux urnes. Il en tiendra compte. "À la prochaine présidentielle."

 

Il s'en trouve tout de même un pour annoncer qu'il se déplacera dimanche. Jean-Michel, le plus âgé. Pour le FN. Que Vitrolles -mais aussi Marignane- ait aussi peu voté dimanche n'étonne pas la politologue Virgine Martin (Euromed-Management). "Il y a une forme de radicalisme dans cette abstention. Ce n'est pas du désintérêt pour la chose publique."

Ces villes "à fort potentiel protestataire" s'abstiennent "pour les mêmes raisons qui les ont amenées à voter Front national". Les déçus du sarkozysme "s'extrême-droitisent ou finissent par jeter l'éponge", la droite parlementaire étant trop peu implantée pour les retenir.

 

Alors qu'en face, PS et Front de gauche sont mieux armés face à une liste écologiste "qui ne correspond à rien ici". Deux des trois candidats, Vauzelle et Le Pen, ont prévu cette semaine une halte à Vitrolles-Marignane. Dans l'espoir de rallier ce bastion abstentionniste.

 

Patrice MAGGIO

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 06:01

 


Le Front de Gauche gagne son pari, titre le journal Le Monde. Que dire de plus ?

 

DH

 


 

Le Front de gauche gagne son pari de l'unité

 

 

 

Pari réussi." Les dirigeants du Front de gauche et les partenaires des listes "Ensemble pour des régions à gauche, solidaires, écologistes et citoyennes" pouvaient afficher leur satisfaction. Avec 6 % des voix au niveau national (résultat calculé sur 22 régions alors que la liste n'était présente que sur 17), 6,55 % en Ile-de-France, l'alliance forgée par le PCF, le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et la Gauche unitaire de Christian Picquet (ancien du NPA), a réussi à asseoir son emprise sur la gauche radicale.

 

Le Front de gauche dépasse les 10 % dans quatre régions : le Limousin (13,13 % en alliance avec le NPA), le Nord (10,78 %), la Corse (10,02 %) et surtout l'Auvergne, où André Chassaigne atteint 14,24 %.

 

Dimanche soir, Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon pouvaient souffler. Les hésitations du début – surtout côté PCF – et les chamailleries de campagne semblaient loin. Les militants, rassemblés dans un café sur le canal de l'Ourq, à Paris, ont fait une campagne active et jubilaient à l'énoncé des scores.

 

Certes, le taux d'abstention, surtout dans les quartiers populaires, les inquiète mais leur choix de l'unité leur a permis d'éclipser le NPA d'Olivier Besancenot, et c'est cela qui compte. La "prime à l'union", que tous vantaient lors des européennes, s'est vérifiée lors du scrutin des régionales.

 

"DEVANT LE MODEM"

 

"Le Front de gauche est un rassemblement politique désormais identifié. C'est un espoir qui se lève à gauche", lance Pierre Laurent, chef de file en Ile-de-France. "On s'ancre durablement et on a réussi à passer devant le MoDem", se réjouit Eric Coquerel, tête de liste parisienne. "Le paysage à gauche est chamboulé", veut même croire François Delapierre, bras droit de Jean-Luc Mélenchon.

 

Les chefs de parti sont plus prudents. Marie-George Buffet se dit "satisfaite" mais assure qu'"il faut encore solidifier et donner au front une assise populaire". Jean-Luc Mélenchon, lui, constate que "l'épreuve du feu a été franchie" et que le Front de gauche est "conforté".

Tout comme les écologistes, ils espèrent maintenant que le PS saura entendre ce signe des électeurs. Il s'agit bien sûr d'"amplifier la victoire de la gauche au second tour", selon les mots de Mme Buffet, ou "d'imposer une défaite la plus cuisante à la droite", selon son numéro deux, Pierre Laurent. Mais aussi de peser sur les majorités de gauche dans les régions.

 

En s'imposant à la gauche du PS, les amis de Mme Buffet et de M. Mélenchon espèrent se faire mieux entendre de Martine Aubry. D'autant qu'ils sont passés devant le MoDem. "Il n'est plus question d'alliance avec le MoDem vu les résultats. C'est clairement un virage à gauche auquel nous avons assisté", insiste M. Coquerel. C'est ce que M. Laurent souhaite faire valoir dans les négociations du second tour.

 

Reste à voir comment ce front, que tous, publiquement, disent vouloir poursuivre, va se maintenir au-delà des régionales. "La gauche unie a été préférée à la gauche solitaire", déclarait Jean-Luc Mélenchon.

 

La remarque vaut tant pour le NPA que pour les partenaires du Front de Gauche. Notamment pour les échéances électorales à venir.

 

Difficile maintenant pour le PCF de revenir à des alliances avec le PS. C'est pourtant la tentation qu'il pourrait avoir pour les cantonales, afin de préserver ses élus.

 

Compliqué aussi, pour M. Mélenchon, de poursuivre son jeu trop personne lcomme il en a souvent la tentation. S'il veut être le candidat de la gauche protestataire en 2012, il faudra qu'il convainque les communistes qui tiennent leur congrès en juin. Mme Buffet n'a pas fermé la porte à une candidature unique.

 

Sylvia Zappi

 

Le Monde.fr du 15/03/10

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 20:52




Elections régionales : résultats du 1er tour à Vitrolles

 


   







1er tour : 14 mars 2010














Inscrits : 23220


Votants 8634 37,18


Nuls : 250


Exprimés : 8384 36,11














%
1 NPA Pierre GODARD 256 3,05
2 FN Jean-Marie Le PEN 1822 21,73
3 LO Isablle BONNET 83 0,99
4 FRONT de GAUCHE Jean-Marc COPPOLA 673 8,03
5 MODEM Catherine LEVRAUD 211 2,52
6 Alliance Ecologie Indépendante Patrice MIRAN 213 2,54
7 Europe Ecologie Laurence VICHNIEVSKY 797 9,50
8 UMP Thierry MARIANI 1366 16,29
9 Ligue du Sud Jacques BOMPARD 232 2,77
10 PS Michel VAUZELLE 2731 32,57

 


 

Pour mémoire les Front de Gauche avait obtenu aux élections Européennes à Vitrolles le score de (9,25 % à Vitrolles,624 voix)  et 11,4% à la cantonale partielle de Vitrolles (742 voix). L'abstention était de 69,87 % aux Européennes de 2009 et de 71,4 % au 1er tour des cantonales et 71,7 % au second tour.

 

Pour en savoir plus :

 

Résultats des élections européennes à Vitrolles : Cliquez ICI.

 

Résultats des élections européennes dans les BdR : Cliquez ICI.

 

Résultats de l'élection cantonale partielle : Cliquez ICI.


 

Tous les résultats : http://elections.interieur.gouv.fr/

 

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche Vitrolles
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 05:24




Le passage intérieur entre Prince Rupert et Port Hardy dans l'ouest canadien..

 

 

Aujourd'hui c'est jour d'élection. N'oubliez pas d'aller aux urnes !

 

Voici finalement une nouvelle série de photos de Vancouver; Elles sont prises du ferry du « passage intérieur ». Il relie Prince Rupert (aux portes de l'Alaska) à Port Hardy sur l'île de Vancouver en 16 heures de navigation.

 

 

Le bateau évite l'océan Pacifique, pas toujours aussi pacifique que cela en passant « par l'intérieur », protégé par des iles. C'est une croisière fantastique si la météo est bonne. Cela a été notre cas, malgré un départ dans le brouillard qui ne s'est levé qu'en début de matinée.

 

Cette croisière reste un des beaux souvenirs de notre périple dans l'ouest canadien.

 

DH

 

Pour en savoir plus :

 

Dernières photos de Vancouver et de l'ouest Canadien

 

Paysages de l'ouest canadien

 

Rencontre avec les ours dans l'ouest canadien

 

Souvenirs de Vancouver

 

Orques, baleines, dauphins dans l'ouest canadien

 

 


 

 

GEDC0376.JPG

 

La traversée intérieure est une véritable expédition ! Ceci dit le bateau en 2009 était tout neuf, car le précédent s'est échoué...

 

P1010182.JPGLes paysages...

 


P1010202











 

 

 

On ne s'en lasse pas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1010168.JPG

 

Vue de l'arrière du bateau avec votre serviteur à la balustrade !

 

P1010245.JPG

 

Aux premières loges, dans nos fauteuils, nous avions la nature "en grand écran"...

 

P1010276.JPG

 

N'oublions pas les nombreuses balaines à bosse aerçues du bateau ! Il y a en 2 sur la photos...

 

P1010224.JPG

 

P1010217.JPG

 

Sans commentaire...

 

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Vancouver 2009
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 04:23


logo Fdg régionales

 


La campagne des Régionales 2010 est terminée, au moins pour le 1er tour. La veille du scrutin est un jour de réflexion pour faire le « bon choix » demain dimanche.

 

 

Il n’est pas un secret que membre du Parti de Gauche dès sa création en novembre 2008, que je soutiens le Front de Gauche.

 

Si j’ai parlé de la campagne électorale, je n’ai finalement pas vraiment dit pourquoi je vote Front de Gauche ?

 

Ce choix n’est en fait que la continuité de mon action militante, qui il y a quelques mois m’a conduit à quitter le Parti Socialiste pour rejoindre le Parti de Gauche créé par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez. Le Parti Socialiste impossible à changer de l’intérieur ne fait que dériver vers la social-démocratie au nom du « réalisme » en oubliant les valeurs élémentaires de gauche. La conséquence, c’est qu’il n’est plus en mesure d’apporter une réelle alternative à la politique menée par Nicolas Sarkozy. Je n’oublie pas aussi le virage social-libéral pris en 2005 par le PS avec le TCE et la trahison lors de la ratification du traité de Lisbonne. Les doubles discours ne sont pas supportables et les citoyens s’en rendent compte.

 

Pour autant, le seul adversaire reste l’UMP et la politique menée par le gouvernement de Fillon et Sarkozy.

 

Le PS sortira sans doute vainqueur de ces élections régionales. Pour autant, cela ne doit pas faire totalement illusion, car fondamentalement, le PS n’a pas changé. J’en veux pour preuve les propos de Martine Aubry sur la retraite à 62 ans…

 

Je vote Front de Gauche pour prouver qu’il existe une alternative crédible à gauche. En moins de 18 mois d’existence le Parti de Gauche existe au niveau national et est un des éléments moteurs du rassemblement des forces de gauche. Le Front de Gauche est né avec les européennes,. Il s’est poursuivi, malgré tout ce que l’on pouvait dire sur nos camarades du PC avec les élections Régionales dans plus de ¾ des régions. A Vitrolles, nous avons même eu une cantonale partielle avec une candidature Front de Gauche. Ce n’est pas rien ! Bien entendu, l’aventure continuera et ceux qui refusent constamment l’unité risquent de la payer cher.

 

Rien n’est inéluctable dans le monde dans lequel nous vivons. C’est vrai pour la finance, l’économie, le social et l’environnement. Cette dernière question est aujourd’hui essentielle. Ce qui m’a aussi plu dans le Parti de Gauche, c’est que cette dimension a été inscrite dès le départ dans les fondamentaux du parti. Ce n’était pas forcément évident, et nous le devons à la richesse des différentes personnalités qui ont rejoint le Parti de Gauche !

 

Europe Ecologie fera certainement un bon score. Cependant, ce parti qui n’est pas un parti ne repose pas sur des bases politiques solides entre les Verts d’un coté et des personnalités de l’autre avec des positions parfois contradictoires. L’unité d’Europe Ecologie est le challenge de mois à venir et  Cohn Bendit lui-même reconnait que cela ne sera pas simple…

 

En fin je dirai que voter Front de Gauche dimanche, c’est renforcer la Gauche et la future majorité à gauche en l’écartant de la social-démocratie, source d’échec dans toute l’Europe…

 

A suivre !!!!!!!!

 

DH

 

 

Pour en savoir plus :

 

Régionales 2010, abstentionnisme et vote utile


Invitons les retraites dans les Régionales, par le Parti de Gauche


Meeting du Front de Gauche le mercredi, Sarkozy le jeudi...


Régionales 2010 : Meeting du Front de Gauche à Marseille le 3 mars


Tous devant la Poste de Vitrolles le 3 mars 2010 !


Le Front de Gauche en campagne à Vitrolles !!!!


La campagne du Front de Gauche à Vitrolles bat son plein...


Demandez le programme du Front de Gauche !

 

Le Front de Gauche à Vitrolles est en campagne pour les Régionales 2010 !


Front de Gauche : Les Élections Régionales 2010 en vidéo

 

Front de Gauche Vitrolles : Réunion publique sur les transports


L'ADSL haut débit pour tous à Vitrolles, le Front de Gauche monte au créneau !!!

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche Vitrolles
commenter cet article