Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 04:05

 


 

Nous sommes soutenus par nos collègues européens, alors RdV à 14h30 place Castellane à Marseille pour une 8ème journée d’action !…

 

 DH

 


 

 

Solidarité avec la lutte des travailleurs et du peuple de France : Retrait immédiat de la loi sur les retraites !

 

Mercredi, 27 Octobre 2010

 

 

En France, en Espagne, au Portugal, en Grèce, en Angleterre, en Italie, dans les pays de l'Est les Gouvernements ont déjà annoncé des mesures qui vont dans le même sens: des milliards d'euros reversés par les gouvernements aux banques et aux grandes entreprises seront payés par les travailleurs et les salariés. Ils veulent nous faire payer pour leur crise, la crise du capital.

 

Mais les peuples résistent, en France et ailleurs.

 

En France, le mois dernier, des millions de travailleuses et de travailleurs ont manifesté contre la nouvelle loi contre la retraite à 60 ans. Des jeunes et les syndicats d'étudiants ont rejoint les manifestations et les actions de protestation des travailleurs à travers toute la France. Demain ils sortiront encore une fois dans la rue, ils feront encore une fois la grève pour revendiquer leur droit à des retraites dignes. Nous sommes avec eux, nous sommes solidaires avec leur lutte tellement juste.

 

Leur mobilisation est aussi la notre !

 

En même temps, nous exprimons notre protestation contre l'intervention des forces de l'ordre contre le mouvement de grève des travailleurs et des travailleuses, mais aussi contre les jeunes lycéens, et nous demandons au gouvernement français d'arrêter immédiatement toute répression du mouvement social.

 

25 GUE/NGL MEPs

 

Bisky Lothar, Chountis Nikolaos, Ernst Cornelia, Ferreira Joao, Figueiredo Ilda, Handel Thomas, Hadjigeorgiou Takis, Henin Jacky, Higgins Joe, Hoarau Elie, Klute Jurgen, Le Hyaric Patrick, Losing Sabine, Matias Marisa, Melenchon Jean Luc, Meyer Willy, Portas Miguel, Ransdorf Miroslav, Scholz Helmut, Svensson Eva-Britt, Tavares Rui, Triantaphyllides Kyriacos, Vergiat Marie Christine, Wils Sabine, Zimmer Gabriele

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 05:23


Il y a certainement des gens bien plus compétents que moi pour analyser le phénomène des  « Tea Party » aux Etats-Unis. J’ai trouvé l’article ci-après du Figaro.fr intéressant. Intéressant car justement c’est sur le site du Figaro et pas d’un autre site « plus à gauche »…

 

Ce phénomène est très inquiétant, même s’il n’a pas eu le résultat escompté dans les urnes. Il est inquiétant car il pourrait se développer en France sous une forme ou une autre. Pour moi c’est un peu différent du vote FN en France, même si on peut trouver des similitudes.

 

Ce qui m’hallucine par exemple c’est l’ignorance orchestrée avec le poids du créationnisme  inscrit dans les esprits (refus de l’évolution suivant Darwin).  Ce relève d’une société de l’ignorance et renvoie à l’éducation… Lorsque l’on voit se qui se passe en France avec une remise en cause de certaines matières comme l’histoire et autres, on a de quoi s’inquiéter. La gauche c’est l’émancipation du citoyen ; N’oublions pas cette valeur fondamentale…

 

Un autre problème aux Etats-Unis, ce sont les médias avec les Fox News and Co, sans oublier le poids phénoménal des puissances de l’argent qui sont derrière les partis politiques, y compris les Tea Party…

 

DH

 


Tea Party: La fièvre américaine (*)

 

Par Jean-Sébastien Stehli le 2 novembre 2010

 

 

Depuis des mois, on ne parle plus que de cela. Le Tea Party, une congrégation de gens qui croient dans le créationnisme, mais nient la réalité du réchauffement climatique, qui décrient un Etat trop intrusif, mais qui fouillent dans les archives des administrations pour traquer et publiquement dénoncer ceux qu'ils accusent d'être illégalement sur le territoire américain, qui font sans cesse référence aux Pères Fondateurs, mais qui bafouent l'esprit de la République désirée par Washington, Jefferson, Benjamin Franklin, James Madison et les autres. 

 

Ces bigots au tour de taille trop large et aux 4X4 dévoreurs d'énergie, occupent le devant de la scène alors qu'en réalité ils ne représentent qu'eux-mêmes, c'est à dire pas grand chose. Surtout, quels que soient les résultats du vote de ce mardi 2 novembre, ils sont une bulle sinistre qui finira par disparaître aussi rapidement qu'elle s'est formée. 

 

Parce que le Tea Party n'est rien d'autre qu'une de ces crises obsessionnelles que l'Amérique connaît régulièrement. Que ce soit les sorcières de Salem, la chasse aux sorcières de Joe McCarthy, la procédure d'empeachment contre Bill Clinton, la Prohibition ou encore les grandes déclarations du Contract with America, de Newt Gingrich, un pacte qui devait ouvrir la voie à des années de majorité Républicaine et qui a disparu en deux années, l'Amérique aime ces obsessions. C'est le côté fiévreux des Puritains. On aime la montée de fièvre pour la volupté du repentir qui suivra. 

 

Evidemment, derrière les fervents du Tea Party, il y a les gros intérêts financiers qui, eux, seront toujours là, mais le peuple des agités, des paranoïaques qui imaginent que l'Etat va bientôt envoyer ses commissaires politiques et qu'ils sont à la veille des purges staliniennes, ceux là finiront pas disparaître comme ils sont arrivés. On aurait aimé que ceux qui, actuellement, se réclament si fort et si souvent des grands principes de la Constitution aient la même indignation lorsque la Cour Suprême a ignoré leur voix et déclaré George Bush vainqueur d'une élection qu'il avait perdue, recevant au total 544.000 voix de moins que son adversaire, Al Gore

 

Les représentants du Tea Party vont donc sans doute faire leur entrée au Congrès où on n'entendra qu'eux pendant quelques mois. Et comme tous ceux qui les ont précédés, ils finiront par disparaître, victimes de leur incompétence, lorsque les électeurs auront repris leurs esprits. Pas trop tard, on espère. 

 

(*) http://blog.lefigaro.fr/obamazoom/2010/11/la-fievre-americaine.html

 

 

Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 04:50

  


 

Voilà au moins une bonne nouvelle du continent sud-américain. Au nord, c'est moins top...

 

DH


 

Victoire de Dilma Rousseff au Brésil

  
Dilma Roussef

 

Dilma Rousseff devient la première présidente élue au Brésil depuis 171 ans de République, avec 55,72% des voix contre 44,28% pour Jose Serra, le candidat du Parti de la social-démocratie brésilienne ( PSDB). Le taux d'abstention reste néanmoins élevé (21%) contre 17% au premier tour.

 

Les brésiliens ont été fatigués par une campagne faite de coups bas et de diffamations de la part du parti de Monsieur Serra. En particulier, le Parti de Gauche dénonce avec vigueur la campagne réactionnaire menée par la candidate du Parti Vert, Marina Silva, au premier tour, sur la question de l'avortement. Dilma Rousseff a très bien fait de rappeler que ce sont des dizaines de milliers de femmes qui meurent chaque année au Brésil du fait d'avortements clandestins. Nommée par le Président Lula Ministre des mines et de l'Energie depuis janvier 2003 puis chef de son Cabinet en 2005, le travail de Dilma Rousseff auprès de son prédécesseur laisse présager un avenir positif pour le Brésil.

Elle envisage de poursuivre l'élan donné par le Président Lula et axe ses priorités sur l'éradication de la pauvreté et sur l'Education dans un pays où seulement 1 brésilien sur 10 a accès à l'enseignement supérieur.

 

Le Parti de Gauche se réjouit de la victoire du PT brésilien et encouragera Dilma Roussef dans l'approfondissement d'une politique sociale et égalitaire pour le peuple brésilien. Le PG se réjouit également du fait que cette victoire va renforcer la stabilité politique à gauche en Amérique latine face aux Etats-Unis et à la droite latino-américaine.
 

 

 
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 05:52

 


 

Bien sûr, il ne s’agit que de coïncidences, puisque nous sommes en France dans un pays républicain et démocratique. Pour autant, 3 vols en quelques jours d’ordinateurs à des journalistes qui travaillent sur l’affaire Bettencourt, ce n’est pas banal et encore moins anodin.

 

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce sont les sources des journalistes qui sont recherchées et que c’est une forme d’intimidation, sauf si comme je l’ai dit en commençant cet article tout est fortuit… En attendant, attention car la démocratie est en danger.

 

DH

 


 

 

Affaire Bettencourt   : la chasse aux sources est ouverte

 

Après la saisie des relevés téléphoniques de journalistes, les rédactions de Mediapart, du«Point» et du «Monde» ont été victimes de vols d’ordinateurs.

 

Par KARL LASKE - 28/10/2010 (*)

 

 

Dans l’affaire Bettencourt, on n’attendait plus que les barbouzes. Et elles sont peut-être entrées en action. En l’espace de trois semaines, quatre journalistes de Mediapart, du Monde et du Point, travaillant tous sur l’affaire, ont été victimes d’un vol d’ordinateur ou de fichiers informatiques. Le parquet de Paris a indiqué, hier, qu’il faisait «le point sur l’ensemble des plaintes éventuellement déposées» avant de décider des suites à donner à ces cambriolages. «La simultanéité des vols est éclairante sur le fait qu’il ne peut s’agir de trois actions isolées», commente Me Jean-Pierre Mignard, l’avocat de Mediapart.

 

Gérard Davet, du Monde, est le premier à avoir révélé lundi un vol à son domicile. «Ils sont entrés par la cuisine, mais sans effraction, explique le journaliste à Libération.Ils ont volé un ordinateur portable sur lequel je stocke mes données et un GPS que j’utilise en déplacement, mais ils ont laissé un appareil photo numérique et une console de jeux.» La PJ a été saisie de la plainte de Davet, samedi.

 

Cédéroms. Au Point, l’ordinateur, pourtant attaché au bureau d’Hervé Gattegno, a été emporté avec celui d’un autre journaliste. L’hebdomadaire a fait savoir que d’autres vols d’ordinateurs étaient intervenus ces derniers mois. Hier enfin, Mediapart a annoncé un vol d’ordinateurs survenu dans la nuit du 7 au 8 octobre. «Il n’y a pas eu de traces d’effraction, et les locaux étaient restés fermés, explique François Bonnet, de Mediapart. Deux portables ont été volés, dans un bureau voisin de celui des journalistes Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme. C’est à l’annonce des vols des ordinateurs de Davet et Gattegno que nous avons fait un rapprochement.» En faisant l’inventaire de leur matériel, les journalistes ont constaté la disparition d’un disque dur, et de «deux cédéroms des enregistrements pirates de Bettencourt», révélés par Mediapart et le Point.«Ces cédéroms étaient rangés dans le bureau de Fabrice Arfi, explique François Bonnet. Mais les informations sensibles ne sont pas conservées dans nos locaux.» A Mediapart, le scénario d’un vol banal est désormais écarté au profit d’«une éventuelle opération de barbouzes». «C’est probablement un avertissement destiné à nos interlocuteurs, estime Bonnet. Une façon de faire savoir que tous les moyens seront bons pour les identifier.»

 

Les sources des journalistes du Monde qui suivent l’affaire Bettencourt ont déjà très officiellement mobilisé les services de l’Etat. Et ce malgré la loi du 4 janvier 2010 sur la protection des sources. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) s’est livrée à une enquête parallèle durant l’été, visant à identifier l’origine des fuites d’un article du quotidien paru le 18 juillet. Et, plus récemment, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, a directement requis les fadettes (factures détaillées des téléphones) des journalistes auteurs d’un article annonçant la perquisition de l’hôtel particulier de Liliane Bettencourt, le 2 septembre.

 

Hier, Michèle Alliot-Marie, interrogée sur France Inter, a justifié la réquisition par le procureur de Nanterre des fadettes des journalistes du Monde.«Certains ne font pas la même lecture d’une loi qui a été votée en janvier sur laquelle il n’y a aucune jurisprudence et des interprétations divergentes», a déclaré la garde des Sceaux. En gros, la loi a été votée, mais on attend encore la jurisprudence pour la respecter.

 

«Confidentielle». La réquisition des fadettes des journalistes du Monde est pourtant une première. «Ce ne sont pas les journalistes qui sont visés, s’est justifié samedi le procureur interrogé par le Monde. Le but de cette enquête est de vérifier si des personnes soumises au secret sont à l’origine de la fuite.» Courroye visait effectivement la juge Isabelle Prévost-Desprez. Mais il est bel et bien parti d’un article de presse, et des relevés téléphoniques de ses auteurs, pour remonter à la source présumée. La mise en cause de la magistrate, sur la seule base de ces fadettes, est à l’origine de la demande d’un dépaysement du procès du photographe François-Marie Banier annoncée par le procureur général de Versailles. Or la réquisition de ces fadettes contrevient à l’article 77-1 du code de procédure pénale, qui protège les documents issus des fichiers informatiques des journalistes, au même titre que ceux des avocats. «Recueillir les fadettes d’un journaliste c’est évidemment être en contravention avec la loi, explique l’avocat de Mediapart, Me Mignard. Tout ce qui émane de l’outil de travail d’un journaliste, par définition, est une source. Et elle est confidentielle.»

 

Durant l’été, la DCRI s’était elle aussi affranchie des règles de contrôle des interceptions de sécurité en récupérant directement les fadettes du conseiller pénal d’Alliot-Marie, David Sénat. Après avoir transmis ses éléments au procureur de Paris, le service de renseignement s’est retranché derrière le secret défense. La «jurisprudence» veut qu’il soit très bien protégé, celui-là.

 

 

(*) Libération.fr

 

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 05:46

No comment,

 

DH

 


Sous la réforme, la finance

Les récentes informations sur l'activité de Guillaume Sarkozy, frère de, dans l'assurance retraite privée, sont décidément précieuses. Elles expliquent l'objectif de la réforme : ouvrir le marché des retraites à la finance. Les mesures d'âge (62 et 67 ans) ratatineraient en effet la part des retraites liquidées à taux plein. Ce serait un argument massue pour pousser à mettre son argent dans une complémentaire privée. Elles éclairent aussi l'attitude bloquée du pouvoir.


En refusant de revoir sa réforme, Sarkozy n'oppose pas seulement sa légitimité à celle de la « rue » (en réalité l'opinion majoritaire des Français). C'est oublier qu'entre ses représentants et le peuple, seuls légitimes en démocratie, se sont glissé quelques intrus. Notamment les « marchés financiers ». C'est à eux que Sarkozy rend des comptes ! Tout en faisant mine de vouloir remettre la finance à sa place, le gouvernement n'a pas hésité à justifier sa réforme par la nécessité de mériter le « triple A » des agences de notation. Verra-t-on bientôt Sarkozy, comme Zapatero le mois dernier, rencontrer les financiers de Wall Street pour un compte-rendu de mandat et leur jurer « j'ai fait tout ce que vous vouliez » en matière de réformes ?


La financiarisation de l'économie, voilà l'enjeu véritable de la réforme des retraites. Et voilà notre ennemi ! C'est un ennemi mortel au plan économique et social. Ouvrir à la finance un gigantesque marché de l'épargne retraite encouragerait tout ce qui a conduit à la crise actuelle. Lisez les conseils du magazine Challenges pour préparer sa retraite : « d'abord être propriétaire, et souscrire une assurance-vie ». L'immobilier plus la finance, le cocktail dont les Etats-Unis se sont abreuvés avec le résultat que l'on sait. Aujourd'hui, leurs si modernes retraites par capitalisation sont au bord de la faillite. Le total des engagements non financés des caisses de la fonction publique des Etats atteint 3300 milliards de dollars, celui des municipalités et comtés 574 milliards, celui des 100 plus grosses entreprises privées 460 milliards ! Quant aux fonds de pension « à cotisation définie » (on sait combien on verse mais pas combien on touche), le taux de remplacement moyen des pensions versées a baissé de dix points avec la crise. Nous ne manquons donc pas d'arguments pour montrer que le bon vieux système par répartition, justement parce qu'il se passe des marchés financiers, est plus stable. Il est aussi moins cher : pour 40 ans de cotisation retraite atteignant un total de 120 000£ la banque britannique HSBC empoche une commission de 99 900£ soit 80% !


Cette financiarisation est aussi notre ennemi politique. Car le pouvoir qu'elle donne aux détenteurs du capital financier piétine la souveraineté populaire. Les marchés ont récupéré la souveraineté monétaire. Ils exigent maintenant de contrôler les politiques budgétaires. C'est à ce titre qu'on leur devrait des comptes quant au modèle social que nous voulons pour nos pays ! La finance a parachevé le caractère antidémocratique de l'Union européenne. C'est elle qui aujourd'hui renforce la nature oligarchique du pouvoir en France. Le pouvoir n'est ni dans les urnes ni dans la « rue », il est aux mains d'une petite poignée d'individus qui doivent au capital financier leur fortune et leur pouvoir. Chaque jour du mouvement sur les retraites renforce la prise de conscience populaire à ce sujet. Ce bras de fer prépare la révolution citoyenne contre les oligarques aussi efficacement que mille cahiers de doléances !

 


 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 05:47

 

 


 

Rapport Berès sur la crise: le PS et les verts pactisent avec la droite ! (*)

 

 

Pendant que nous manifestons dans les rues pour défendre nos retraites, il se passe de drôles de choses au parlement européen. Heureusement les élus du Front de Gauche veillent et dénoncent l’hypocrisie des positions prises devant les français au journal de 20h00 et celles prises réellement dans l’hémicycle strasbourgeois…

 

Le rapport de Pervenche Berès (PS) [1] sur les recommandations concernant les mesures et initiatives à prendre dans le cadre de la crise financière économique et sociale a été voté le 20 octobre 2010 au Parlement Européen.

 

Depuis des mois, les mobilisations syndicales et populaires se succèdent en France et en Europe, pour s'opposer à la casse des droits et acquis sociaux, à la privatisation des   retraites et de la sécurité sociale, au gel des salaires et des retraites, pour refuser de faire payer aux peuples une crise dont  ils ne sont pas responsables.

 

Si ce rapport  s'émeut de la crise et tente de "moraliser le marché" (article 6) , il soutient  les plans d'austérités dans les différents pays Européens. L'ensemble du rapport constitue en effet un éloge au pacte de stabilité et demande des mesures plus contraignantes encore,  assorties de sanctions aux  états membres et l'obligation de réduire les déficits (articles 68,92,101,103,etc.).

 

C'est pourtant tout le contraire qu'il faudrait faire. En effet, depuis de nombreuses années au nom de la recherche du profit, on a compressé les salaires, diminué les impôts et cotisations  des entreprises et des banques pour accroître la part des richesses revenant aux prélèvements financiers (intérêts et dividendes). Se faisant on fait grossir les déficits publics, on a recouru à l'emprunt sur les marchés financiers, on a favorisé l'essor  des placements financiers et de la spéculation. Pendant ce temps le crédit à été rationné pour l'emploi et les productions nationales tandis qu'il a été facilité pour les OPA et  les exportations de capitaux, la politique monétaire de la BCE n'ayant servit qu'à défendre le taux de profit. C'est cette logique qui est responsable de la crise systémique que nous vivons. 

 

La veille du vote, le 19 octobre, ce sont 3,5 millions de  personnes qui manifestaient en France contre la réforme des retraites imposée par le gouvernement Sarkozy. Pourtant le rapport "considère que le financement des pensions ne peut être entièrement laissé au secteur public, mais doit reposer sur des systèmes à trois piliers, comprenant des régimes de retraite publics, professionnels et privés, [...] considère que l'allongement de la durée de vie soulève des questions transversales en termes d'organisation de la société qui n'ont pas été anticipées" (article 77)

 

Ce n'est ni plus ni moins que la fin de la retraite par répartition et le soutien à la politique de Sarkozy que nous proposent les socialistes et les verts en votant ce rapport!

 

On ne peut pas s'élever contre ces mesures en France et les préconiser au niveau Européen ; Il faut  que cesse cette hypocrisie et qu'une clarification soit faite quant aux positions des uns et des autres.

 

Pour le Front de Gauche, nous soutenons plus que jamais les salariés européens et nous continuerons à dénoncer et lutter contre les plans d'austérités, les politiques néolibérales de l'Union Européenne et pour une profonde réorientation de la BCE. La crise sociale ne sera dépassée que par une utilisation de cet argent qui coule à flot en Europe, au profit des populations.

 

A suivre,

 

DH


[1] Rapport A7-0267/2010 de Pervenche Berès, Commission spéciale sur la crise financière, économique et sociale

 

(*) Article tiré de la déclaration de Jacky Henin (Front de Gauche) après le vote du rapport de la commission parlementaire sur la crise (extraits) 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 05:30

 


 

Après l'Ile de La Réunion en 2010, l'ouest du Canada en 2009 (Vancouver et +), voici une série sur le Québec en 2008... C'est l'occasion pour moi de me remémorer quelques souvenirs...

 

Je commence par l'Ontario, la ville à l'américaine de Toronto, avant de passer réellement au Québec plus sauvage avec le parc de la Mauricie, le lac St Jean, le Saint Laurent et les villes de Québec et Montréal...

 

A suivre !

 

DH

 

Suite-III 4824Le grand classique, ce sont les chutes du Niagara (au fond) et les chutes du coté de la frontaière avec les USA (sur la gauche).

 

Suite-III 4804Le grand frisson, c'est la balade en bateau au bord des chutes du Niagara.

 

Suite-III-4848.JPGToronto et ses buildings...

 

Suite-III-4897.JPGLa CN Tower à Toronto (553 métres)

 

Suite-III-4903.JPGLa ville de Toronto vue du haut de la CN Tower...

 

 

Suite-III-4909.JPGLe sol en verre à plus de 500 métres de haut, il ne faut mieux pas avoir le vertige..

 

Suite-III-4938.JPG.Un peu de verdure...

 


 


 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Québec 2008
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 06:12

 


 

Faut-il recommander aux visiteurs réguliers de ce blog l’émission de Daniel Mermet, « Là bas si j’y suis » ? Sinon vous avez aussi le site internet pour retrouver ses interventions.

 

Cette semaine 2 émissions ont été consacrées à Jean-Luc Mélenchon, alors…

 

Qu’ils s’en aillent tous ! - Entretien avec Jean-Luc Mélenchon
 
Qu’ils s’en aillent tous ! Deuxième partie

 

 

Si comme moi vous ne pouvez pas écouter en direct pour notamment des raisons d’horaire, vous pouvez « podcaster » les émissions sur votre Mp3 !

 

DH

 

La-bas-si-j-y-suis.jpg

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 05:56

 


 

Malgré la période des congés, la pression ne faiblit pas pour cette 7ème journée d'action et de mobilisation contre la réforme des retraites... Nous étions 150000 à Marseille !

 

Si le gouvernement reste encore sourd, il ne reste que la révolution citoyenne, ou révolution par les urnes telle que pronée par le Parti de Gauche !

 

Voici un mix du Parti de Gauche dans la rue à Marseille le 28 octobre et une nouvelle petite série d'affichettes...

 

GEDC0938.JPG

 

 

GEDC0939.JPGL'infatiguable Albert !

 

GEDC0913.JPG

GEDC0916.JPG

Désolé...

 

GEDC0921.JPGRecto

 

GEDC0922Verso. Désolé d'avoir coupé la tête de mon copain d'ATTAC, mais je visais l'affiche!!!

 

GEDC0924.JPG

GEDC0930.JPG

 

 

GEDC0931.JPG

 

GEDC0942.JPG

 

GEDC0920-1-.JPG

GEDC0944-1-.JPG

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Réforme des retraites
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 06:05

 


 

On n'a pas vraiment le choix, alors RdV à Marseille à 10h30 sur le Vieux-Port !!!!

 

DH

 


Retraites : face à la fin de non recevoir de l'Elysée, poursuivons la mobilisation !

 

Mardi 26 octobre, à l'appel du Front de Gauche, des élus du Parti de Gauche, du Parti Communiste, de la Gauche Unitaire et d'Europe Ecologie se sont rassemblés à midi à proximité de l'Elysée pour demander au Chef de l'État le retrait de la loi sur les retraites.

Une délégation composée de Martine Billard (PG), Pierre Laurent et Marie-George Buffet (PCF), Christian Piquet (GU), Cécile Duflot et Yves Cochet (Europe Ecologie) a été reçue par le directeur de Cabinet de Nicolas Sarkozy.

Ce dernier leur a opposé une fin de non recevoir, confirmant que la loi serait promulguée et refusant toute réouverture des discussions avec les syndicats au prétexte que ces derniers ont affiché leur désaccord avec le projet de loi.

Face à la surdité du gouvernement, les élus Front de Gauche et Europe Ecologie appellent la population à se mobiliser massivement lors des prochaines journées d'action initiées par l'intersyndicale, jeudi 28 octobre et samedi 6 novembre.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article