Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 06:29

 

 


 

J'aime bien le "camarade partisan" Gabriel !

 

DH

 

 


Marre du vote futile !


Le vote utile, c’est le vote Front de Gauche.

 
Pour sanctionner Sarkozy et sa bande du Fouquet’s qui s’enrichit sur notre dos, avec pour eux les milliards et les dividendes et pour le peuple les mauvais coups et le chômage, nous avons besoin d’une gauche radicale et concrète.


Ca suffit la gauche des promesses non tenues  et des trahisons (Traité de Lisbonne, FMI, retraite à 62 ans)!

> Le peuple a besoin d’une gauche qui défende ses intérêts


Partout en Europe, la sociale-démocratie porte des coups à l’unité de la gauche en faisant le jeu de la droite quand elle ne s’allie pas avec elle, ou qu’elle mène les politiques de droite à sa place…
En France, nous assistons à ce même triste spectacle !


> Sur la question des retraites, alors que le peuple, mobilisé par millions, avait besoin du soutien de toute la gauche, les représentants socialistes ou des verts ont dit qu’ils étaient favorables à l’allongement de la durée de cotisations.


> Sur les 35h, alors que la droite s’apprête à nous faire travailler plus pour gagner encore moins, des voix au PS s’élèvent pour dire qu’ils sont d’accord !


> Sur l’éducation, le projet socialiste fait de l’école un service public au rabais, en voulant mutualiser les enseignements du primaire et secondaire, en appauvrissant l’enseignement à l’apprentissage d’un socle commun, en prônant l’autonomie et donc la concurrence entre les universités… L’école ne doit pas se réduire à une transmission minimaliste et utilitariste des savoirs, c’est l’outil de l’émancipation et de la citoyenneté.

> Pour changer ces politiques, le peuple a besoin d’une gauche qui s’engage à sortir du Traité de Lisbonne.


Le PS et Europe Ecologie en votant pour la copie conforme du Traité constitutionnel européen ont trahi le vote majoritaire des français qui avaient voté « non » en 2005.


Pourtant c’est ce Traité qui est responsable de la marchandisation de nos services publics, la libre circulation des capitaux, le libre-échange, la concurrence « libre et non faussée », et qui permet aux marchés financiers et aux banques de se gaver, tout en rognant sur nos protections sociales et en baissant nos salaires.


D’ailleurs les députés PS et UMP votent de nombreuses directives européennes en commun. Jusqu'au point où les députés PS ont voté avec l'UMP à l'Assemblée Nationale contre la proposition de loi Billard, députée du Parti de Gauche, qui visait à refuser toute remise en cause de la souveraineté budgétaire des Parlements.


Nous ne partageons pas le double discours qui consiste à soutenir le Traité de Lisbonne tout en se plaignant de la fermeture d’un hôpital, des retards ou suppressions de RER, de l’augmentation du prix du gaz ou de l’électricité, tout cela étant la conséquence directe des directives européennes qui imposent privatisations, démantèlement et libéralisation !


Le Front de Gauche revendique la sortie du Traité de Lisbonne ! L’Europe ne se fera pas sans la France : construisons une Europe sociale et écologique.

> Le peuple a besoin d’une gauche en rupture avec les politiques libérales internationales


Nous refusons l’ordre mondial tel qu’il est.


Nous avons besoin d’une gauche conséquente, qui n’envoie pas ses dirigeants faire patrons du FMI (Fonds Monétaire International) ou de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), des institutions anti-démocratiques qui organisent la bonne marche du capitalisme en affamant les peuples, en leur demandant des plans d’austérité inhumains pour permettre au commerce et à la finance de se goinfrer !


Le vote écologiste c’est le Front de Gauche !
En ne remettant pas en cause le productivisme de l’Europe libérale, c’est le capitalisme vert que propose Europe-Ecologie-les Verts. Ils tentent de faire croire que l’écologie n’est ni de droite ni de gauche ! C’est faux.
C’est bien le capitalisme qui met en danger notre survie en provoquant désastres écologiques, crises alimentaires et gaspillage ou guerres pour le contrôle des ressources naturelles.
Dans le cadre du libre-échange mondialisé, toute mesure qui entraverait les échanges commerciaux, comme les normes sociales ou environnementales, est interdite par le Traité de Lisbonne, attaqué par l’OMC empêché par le FMI.


Les contradictions vertes deviennent des mensonges quand ils revendiquent « un futur 100% énergies renouvelables », sans remettre en cause la libéralisation du marché de l'énergie ni le marché des droits d'émission de gaz à effet de serre, ou encore imposer des barrières douanières, tout en votant des 2 mains le Traité de Lisbonne !


Le Front de Gauche propose la planification écologique.


Faire la transition énergétique, arrêter la course à l'exploitation pétrolière, sortir progressivement du nucléaire, investir massivement dans les énergies renouvelables et réduire massivement les consommations d'énergie... Ce n'est pas en faisant confiance au libre marché et à ses opérateurs, Total, AREVA et EDF, qu'on y arrivera !

Dans nos cantons, en France ou en Europe, nous avons besoin d’une politique qui défende l’intérêt du peuple ! Nous voulons rompre avec le système, avec des propositions claires, financés pour un nouveau partage des richesses.


C’est le sens des candidatures Front de Gauche, ce que nous défendons pour le pays, nous voulons l’appliquer dans nos cantons pour défendre les services publics et l’emploi, contre les pôles de compétitivité et donc les inégalités territoriales, pour des clauses de conditionnalité écologique et sociale pour les aides publiques, pour un haut niveau d’implication populaire.

 

Gabriel AMARD


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 05:26


La recomposition de la Gauche est en marche ! Le Parti de Gauche renforce ses force, mais au-delà c’est le Front de Gauche avec le Parti de Gauche, le PCF , Gauche Unitaire qui en sort gagnant.

 

DH

 


 

Après le congrès du NPA, Leilla Chaïbi, Maël Goepfert et leurs camarades rejoignent le Parti de Gauche

 

http://www.lepartidegauche.fr/images/stories/illustrations/leila.png

 

 

Le secrétariat national du Parti de Gauche réuni lundi soir a pris connaissance de la volonté affichée par deux dirigeants du NPA, Leila Chaibi et Maël Goepfert de quitter leur parti à l'issue de son 2ème congrès et de rejoindre le Parti de Gauche. Ces deux responsables annoncent qu'ils seront rejoints dans les jours à venir par d'autres camarades dont une partie de ceux qui animent le collectif « l'appel et la pioche » avec eux .

 

« Parti creuset », le Parti de Gauche se félicite de l'adhésion d'une nouvelle mouvance politique en son sein. Les raisons qui les conduisent à ce choix constituent un deuxième motif de satisfaction. Leila Chaibi, Maël Goepfert et leurs camarades, veulent œuvrer à l'unité de l'autre gauche et à la réussite d'un front de gauche toujours plus élargi ; Ils veulent pour cela travailler le plus efficacement possible contre la précarité, cause qui est au coeur de leur engagement militant.

 

Le Parti de Gauche a placé la lutte contre le « précariat » au centre de son programme et de ses axes de mobilisation. C'est pourquoi, en attendant l'intégration d'autres de leurs camarades qui devraient suivre leur appel, dans les instances dirigeantes, commissions thématiques et comités locaux du Parti de Gauche, le Secrétariat national du PG leur propose d'ores et déjà de rejoindre cette instance. Leila Chaibi devient secrétaire nationale à l'abolition du précariat du Parti de Gauche.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 05:42

 


 

C’est l’effet domino et surtout la soif de démocratie. Il ne faut pas oublier aussi les manifestations de Bahreïn…

 

A suivre !!

 

DH

 


Moyen-Orient : la contestation gagne l’Iran

 

Mardi, 15 Février 2011

 

La grande vague de soulèvements populaires qui a déjà eu raison de Ben Ali en Tunisie, puis de Hosni Moubarak en Egypte, gagne désormais l'Iran. Des manifestations se sont déroulées hier dans plusieurs grandes villes du pays (Téhéran, Shiraz, Qom, Tabriz, etc...) en signe de soutien officiel à la révolution égyptienne mais également en signe de contestation contre le régime des dirigeants en place.

 

Le vent de liberté et de justice sociale souffle à nouveau depuis les derniers évènements de juin 2009. Depuis plusieurs jours sur internet et dans les rues, les slogans fleurissent et se multiplient, hier et cette nuit les iraniens crient : « mort au dictateur », « n'ayez pas peur nous sommes tous ensemble », « à bas la dictature, vive la république ».

 

Le Parti de Gauche proclame sa solidarité avec ce mouvement, comme avec ceux qui l'ont précédé et condamne l'accélération des exécutions depuis fin décembre dénoncée par les organisations internationales, l'assignation à résidence de Moussavi et Karoubbi, les arrestations de nombre de dissidents, et les répressions brutales des forces de sécurité (police et milice Bassidjis) à l'encontre des manifestants, qui ont provoqué la mort d'un homme selon la source officielle de l'agence de presse iranienne Fars.

 

Les opposants au régime ont décidé de poursuivre le mouvement en se donnant un nouveau rendez-vous ce matin à 10h Place Azadi, bien qu'ils aient été forcées hier soir de la quitter.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 06:40

 

 

Le Pen KO, continuons le boulot

 

Lundi, 14 Février 2011 Francois Delapierre

 

 

Le débat qui opposait ce matin sur les ondes de RMC et de BFMTV Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen a mis cette dernière en grande difficulté.

 

Le nez dans ses fiches, coincée dans ses récitations de disque rayé, la présidente du FN n'a pas résisté au choc du débat argumenté. Point par point, une lumière dévastatrice pour les Le Pen a été jetée sur les conséquences désastreuses qu'auraient les propositions du FN pour la majorité travailleuse du pays. Comme Dracula, Marine Le Pen a peur des lumières de la raison qui la réduisent en cendres.

 

Chacun peut et doit contribuer à ce travail de désenvoutement. Nous vous invitons à regarder la vidéo de l'émission, à faire circuler les arguments qui ont fait mouche afin que chacun puisse s'en emparer. Le Parti de Gauche éditera une brochure qui démontera point par point le discours du FN afin de mettre nos arguments à la disposition de tous. Face au FN comme face à l'oligarchie au pouvoir, l'heure de la reconquête républicaine passe par l'implication populaire.

 


 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 05:33

 


 

Un “pacte de compétitivité” (*)

 

Olivier Dassault le jeudi, 10/02/2011

 

La crise accélère la prise de conscience de l’opinion de l’urgence des réformes à accomplir pour regagner notre compétitivité perdue. Notamment face à l’Allemagne.

 

La diminution rapide de nos parts de marché à l’étranger depuis dix ans, la destruction massive de nos emplois industriels et la comparaison entre notre taux de croissance de l’an dernier (1,6 %) et celui de notre puissant voisin (3,6 %, chiffre trompeur car la croissance allemande avait chuté davantage que la nôtre en 2009) ont agi comme un catalyseur.

 

L’analyse récemment remise par Michel Didier, le président de l’institut Coe-Rexecode, au ministre de l’Industrie concernant la comparaison France-Allemagne (lire Valeurs actuelles du 27 janvier) souligne les faiblesses structurelles que je n’ai cessé de dénoncer dans mes rapports sur l’évolution du commerce extérieur et l’attractivité française : fiscalité trop lourde sur les entreprises, effets ravageurs des 35 heures sur notre productivité, poids excessif des charges pesant sur le travail, ouverture trop naïve des frontières de l’Europe aux produits asiatiques…

 

Les Allemands ont engagé leur réflexion sur le Standort Deutschland, l’attractivité de l’Allemagne comme site de production, il y a plus de dix ans. Il s’agissait pour elle de redevenir compétitive après avoir absorbé le coût de la réunification. Ce fut l’Agenda 2010 du chancelier Gerhard Schröder, les lois Hartz assouplissant le marché du travail, la réforme des retraites… Au même moment, le gouvernement de Lionel Jospin imposait uniformément les 35 heures, mesure absurde contre laquelle les gouvernements successifs n’ont cessé d’apporter des palliatifs sans oser l’abroger. Résultat : alors que l’Allemagne ne cesse d’accroître ses excédents commerciaux, que son taux d’emploi est au plus haut et son chômage au plus bas, cependant que ses finances publiques redeviennent conformes aux critères de Maastricht, nous en sommes encore à lutter contre l’envol de la dette, le creusement de nos déficits et la stagnation de notre chômage à un taux de 9 %.

 

Pourtant, nous pouvons redresser la barre. Les réformes Schröder ont été lancées en 2003, celles de Nicolas Sarkozy en 2007. Malgré notre retard, les deux pays sont sur le même chemin de la croissance vertueuse. Ils parlent d’ailleurs d’une même voix à Bruxelles pour proposer un “pacte de compétitivité” qui inscrirait dans notre Constitution le plafonnement des déficits budgétaires, conduirait à une harmonisation européenne de la fiscalité sur les entreprises, à l’automaticité du recul de l’âge de la retraite en fonction des conditions démographiques, à l’interdiction de l’indexation des salaires… Preuve que la France n’est pas si éloignée de l’Allemagne, les agences de notation continuent à la situer parmi les meilleurs élèves de la classe avec une note triple A qui lui permet de bénéficier de taux d’intérêt à peine plus élevés que ceux de l’Allemagne.

 

Ne gâchons pas le délai dont nous disposons pour remettre notre compétitivité à niveau. Une harmonisation fiscale s’impose, la gauche elle-même en convient. L’ISF a donné naissance à un bouclier fiscal devenu indéfendable au moment où la crise réclamait de tous une participation à l’effort de redressement de nos finances publiques. Il ne faudrait pas que sa suppression, ou sa réforme, se traduise, au nom d’une idéologie destructrice, par un dispositif qui achèverait de faire fuir les capitaux et de décourager les classes moyennes en taxant les plus-values sur la résidence principale.

 

Tout le monde se rend compte que faire reposer le financement de la protection sociale seulement sur les entreprises et leurs salariés conduit, à mesure que le coût de celle-ci augmente, inexorablement, du fait du vieillissement de la population, à un handicap de compétitivité insupportable. Augmenter la TVA permettrait de faire supporter une partie de nos charges sociales par les produits importés et donc par nos concurrents. Attention, toutefois, à ne pas pénaliser la consommation des plus défavorisés et à ne pas augmenter le coût des produits de première nécessité !

 

Attention, surtout, à ne pas se laisser emporter par les apprentis sorciers qui, profitant du vent de la réforme, voudraient entraîner le pays dans une révolution fiscale qui ne serait rien de moins qu’une révolution tout court. Les travaux de certains économistes de gauche, comme Thomas Piketty, parés de diplômes des meilleures écoles américaines, voudraient nous convaincre d’aller vers un taux d’imposition sur le revenu de 60 % dès le premier euro pour les très hauts revenus, tout en maintenant l’ISF. Si l’on voulait perdre la bataille de la compétitivité, il suffirait de les écouter. Olivier Dassault          

 

(*) http://www.valeursactuelles.com/notre-opinion/notre-opinion/un-%E2%80%9Cpacte-de-comp%C3%A9titivit%C3%A9%E2%80%9D20110210.html

 

 


 

 

Non ne cherchez pas l’erreur, je n’ai pas viré à Droite ! Mais je pense qu’en lisant la profonde réflexion d’Oliver DASSAULT, on comprend ce qu’est la Droite de Nicolas Sarkozy…  C’est absolument écœurant de la part d’un homme qui doit tout à sa filiation. Autant le grand père était un génie de l’Aéronautique, autant Oliver il a fait quoi, sinon de profiter de l’héritage,

 

Alors bien sûr, selon lui,  il faut supprimer l’ISF, allonger l’âge de la retraite automatiquement pour ne plus avoir à repasser par une loi, graver dans le marbre le taux de déficit pour enlever tout levier d’action à la représentation du peuple. Ce n’est pas un démocrate mais un tenant des privilèges. Il faut augmenter la TVA qui impacte chacun d’entre-nous mais pas de la même façon suivant nos revenus. Il faut aussi maitriser le salaries des employés, etc.

 

Il dit quoi au fait Mélenchon, « qu’ils s’en aillent tous ! »…


DH

 

 

 

Repost 0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 05:42

 

 


 

Quelques informations en vrac…

 

 

Lundi matin, se déroulera le débat en direct sur BFM TV entre Jean-Luc MELENCHON et Marine Le PEN de 8h30 à 9h30. Il sera possible de  suivre en direct via le lien suivant :

 

http://www.20minutes.fr/article/668755/politique-en-direct-debat-entre-jean-luc-melenchon-marine-pen

 

 

Jean- Luc Mélenchon est désormais au guignols de l’info sur Canal+… Il y a fait sa première apparition vendredi soir (11/02/2011). Nul doute que nous le reverrons assez souvent !

 

Plus sérieux :

 

Mercredi 16 février à 18h30

à Marseille CMCI, rue Colbert 13001

Forum national du programme partagé

 

"Face à l'exploitation, au chômage et à la précarisation,

comment changer la place du travail ?"

 

en présence notamment de

 

Jean-Luc MÉLENCHON, Pierre LAURENT et Christian PICQUET

 


Un texte du Front de Gauche, sera distribué aux participants, afin d'entamer la discussion et l'échange avec les salles et les personnes invitées. Ce texte part du constat sur la situation du monde du travail où l'offensive du capitalisme depuis 30 ans a emprunté plusieurs voies de régression sociale et démocratique pour mettre à bas notre modèle social : intensification de l'exploitation, réduction des protections sociales, l'extension de la sphère des profits, le rétrécissement des capacités d'intervention et du projet de société commun par le démantèlement de l'État et des services publics.


Le tout pouvoir aux actionnaires, la mise en concurrence des travailleurs eux-mêmes, l'accaparement de la richesse produite rompt avec le compromis d'après guerre .La généralisation de la sous traitance et la casse méthodique du code de travail conduisent à une précarisation du travail accrue qui est la stratégie des libéraux afin d'installer au sein du salariat une situation de précarité grandissante. Force est de constater que les femmes sont les premières victimes de l'intensification de l'exploitation. Lors de la soirée de débat, cela sera un des temps forts de la discussions avec des interventions spécifiques sur ce sujet.


Face à cela, le Front de Gauche propose d'agir contre le capitalisme et de changer la place du travail. Nous devons redonner au travail la part qui lui a été volée par le capital. cela passera par une nouvelle redistribution des richesses. Mais dans le même temps, nous devons changer la place du travail dans notre société et dépasser la vision capitaliste du produire toujours plus.


Venez très nombreux !


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 05:49


Encore un recul social pour les salariés orchestré par la droite à la demande du MEDEF. Et je ne dis pas cela parce que j’ai passé ma visite médicale cette semaine !

 

DH

 

 


 

Communiqué : non à la destruction de la médecine du travail

 

Mercredi, 09 Février 2011

 

 http://www.lepartidegauche.fr/images/stories/medecine.jpg

 

Malgré le rejet unanime des syndicats lors des négociations paritaires, la droite a décidé d'aller contre leur avis et propose une loi qui revient à liquider définitivement la médecine du travail. Voilà encore une belle leçon du dialogue social vu par la majorité.

 

Les sénateurs centristes ont déposé une proposition de loi qui est l'exacte copie des revendications du MEDEF. Si elle était adoptée, c'est toute l'indépendance de la médecine du travail qui serait remise en cause. Les médecins ne seraient plus les garants de la santé des travailleurs mais des surveillants au service des employeurs.

 

A l'inverse, la médecine du travail aurait besoin de moyens supplémentaires et d'une indépendance renforcée pour protéger les salariés contre l'intensification des cadences, l'augmentation du stress ou les expositions nocives.

 

Le Parti de Gauche sera partie prenante dans cette défense d'un acquis social du Conseil National de la Résistance.

 

François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche était présent au meeting unitaire, ce jeudi 10 février à la Bourse du Travail de Paris.

 

Ce meeting est à l’appel des organisations suivantes : PG, PS, PCF, VERTS, NPA, LO, FASE, GU, CGT IEG, Solidaires, FSU, SNPST, SMT, Collectif médecins de Bourg en Bresse,UFAL, Attac, Copernic.

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 05:45

 

 


 

Mercredi soir Jean-François COPE sur Canal+ annonçait qu’hier jeudi c’était une grande journée de formation des candidats UMP aux cantonale. Pourquoi pas ?

 

Je ne sais pas si la candidate vitrollaise Christiane ALEMAN  a participé à cette formation. A mon avis elle en a besoin. J’espère qu’ils lui ont expliqué qu’une candidate UMP doit assumer d’être à l’UMP et de ne pas oublier de mettre le logo dans ses publications. Je comprends que cela ne doit pas être facile, mais bon…

 

Je suis toujours surpris par les candidats qui n’assument pas leur appartenance politique, y compris à gauche ! Ce fut le cas à Vitrolles…

 

En général, on brigue un mandat en fonction des convictions politiques que l’on défend. Je ne vois pas pourquoi on en aurait un peu honte, lorsque l’on se présente aux électeurs.

 

Sinon, pour en revenir à la candidate, UMP, on saura lui rappeler son appartenance au parti politique de Nicolas SARKOZY…

 

DH

 

NB : Jean-François COPE a aussi déclaré que les cantonales étaient un "tour de chauffe" pour l'UMP. Alors il ne faut pas le décevoir.


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Cantonales 2011
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 05:58

 


 

Laurent CAYROL a décidé, ce sera DSK et il fait passer le message dans les médias !


 

Hier soir en rentrant chez moi en voiture je tombe sur la fin de l’émission de Nicolas DEMORAND sur Europe 1. Ce qui m’a interpellé c’est Laurent CAYROL qui déclare sûr de lui, « les français attendent avec impatience la confrontation entre DSK et Nicolas SARKOZY » !

 

Ma foi, on ne doit pas rencontrer tous les jours les mêmes français. Quant aux camarades socialistes, arrêter de perdre votre temps avec les primaires puisque les français ont déjà choisi votre candidat comme l’affirme Laurent CAYROL le grand expert attitré des médias…

 

Ne laissons pas les pseudos experts décider pour nous , et ne laissons pas distiller dans les esprits via les médias, ce dont ils rêvent eux !

 

J’arrête de m’énerver, bonne journée !


DH

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 05:21


Intéressant pour la suite...

 

DH

 


Déclarations de Christian PICQUET, Marie-George BUFFET et Jean-Luc MELENCHON en conclusion du congres de gauche unitaire

 http://www.lepartidegauche.fr/images/stories/illustrations/congres-gauche-unitaire-2011.jpg

Dimanche, 06 Février 2011

 

Le premier congrès de gauche unitaire réuni ce week-end à Saint-Ouen a été un succès. Les 110 congressistes ont planché trois jours durant sur les fondations de leur parti mais surtout sur l'avenir du Front de Gauche. Nous avons retrouvé beaucoup de points communs avec les sujets, le vocabulaire, les perspectives tracés lors de nos propres congrès. Jusqu'aux références à Robespierre, Rosa Luxembourg et Jaurès qui servaient de décor à la tribune. Rien de bien surprenant : partenaires du Front de Gauche, nous partageons aussi l'objectif de fonder une nouvelle force à gauche.

 

Comme le Parti de Gauche l'avait fait pour son propre congrès en novembre, Gauche Unitaire a conclu son congrès par les prises de parole des responsables du Front de Gauche : Marie-George. Buffet pour le PCF, Jean-Luc Mélenchon pour le Parti de Gauche et évidemment Christian Picquet pour la Gauche Unitaire. Ces interventions marquent à notre sens un moment marquant de l'histoire du Front de Gauche.

 

Tout d'abord, nous nous réjouissons de la convergence forte qui en ressort tant en termes de contenu, de tonalité que de vocabulaire. Tout cela reflète l'homogénéité de plus en plus grande de notre alliance.  Plusieurs choses importantes y ont également été dites notamment sur les échéances de 2012 pour lesquelles Christian Picquet a tenu à indiquer une préférence pour Jean-Luc Mélenchon.. Verbatim croisé.

 

La situation

 

L'importance des révolutions tunisiennes et égyptiennes en cours a été pointée par MG. Buffet qui a demandé « pourquoi ce qui serait possible là-bas ne le serait pas en France ? »  Et qu'ainsi, a-t-elle déclarée en substance,  la France démarre un processus pour l'Europe toute entière ?

 

Les trois responsables ont repris le mot d'ordre « qu'ils dégagent ! » vis-à-vis de ce que Christian Picquet a nommé « l'oligarchie financière » et Marie-Georges Buffet « la bande du Fouquet»

 

Cette dernière prévenant « mais pas pour refaire ensuite  leur même politique de droite ».  C'est pourquoi, a-t-elle ajouté, « le Front de gauche doit proposer un chemin à tous les hommes et femmes de gauche sur une politique de transformation sociale. Les forums du programme populaire et partagé doivent répondre à cette nécessité ».

 

Pour Christian Picquet : « Le problème des problèmes c'est la gauche, la gauche majoritaire qui ne s'occupe plus du peuple depuis top longtemps. Nous sommes devant un choix vital qui pourrait conduire à l'effacement de la gauche comme en Italie et qui ouvrirait la porte à l'extrême droite ». D'où pour lui aussi la nécessité de proposer un programme qui s'adresse à tous les électeurs de gauche. « Un programme de radicalité concrètes » pour Jean-Luc Mélenchon, porteur de « remèdes radicaux » pour Christian Picquet, capable de « changer radicalement » la situation pour Marie-Georges Buffet.

 

Elargissement du Front de Gauche et implication populaire

 

Les trois leaders ont exprimé une volonté identique d'élargir le Front de Gauche et l'absolue nécessité de provoquer une forte implication populaire :

 

MG. Buffet : « Le Front de Gauche c'est le rassemblement de ceux qui sont du côté du peuple, avec le peuple pour rassembler une majorité populaire et politique ».

 

Christian Picquet : « notre méthode c'est l'élargissement du Front de Gauche à travers des comités locaux. Il doit susciter une dynamique populaire et militante dans les élections et les luttes (...) pour faire à terme du Front de Gauche une force politique à ambition majoritaire ». Jean-Luc Mélenchon a bien sûr dit la nécessité d'élargir le Front de Gauche à toutes les forces de l'autre gauche mais plus déterminant encore au peuple tout entier à travers des « comités citoyens ».

 

Les cantonales

 

Enfin, avant d'aborder la question de 2012, Jean-Luc  Mélenchon comme Marie-Georges Buffet ont souligné l'importance des cantonales : « nous devons y avoir l'ambition d'un score à deux chiffres » a martelé la députée de Seine St Denis car « le Front de Gauche ne sortira pas alors seulement renforcé des Cantonales, il entrera en position de force dans l'élection suivante ».

 

2012 et la candidature pour les Présidentielles

 

Ni Marie-Georges Buffet, ni Christian Picquet n'ont d'ailleurs contourné la question de 2012 pas plus que la proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon.

 

La responsable communiste a choisi pour cela l'humour : «  Aux journalistes qui me demandent si je ne crains pas que Jean-Luc Mélenchon se prépare pas à faire une OPA  sur le PCF, je réponds que ce pourrait bien être l'inverse. Que sans préjuger du vote des communistes, on peut aussi imaginer qu'en juin ce soit le PCF qui fasse une OPA sur Jean-Luc Mélenchon ! »

 

Christian Picquet  a pesé soigneusement ses mots dans cette dernière partie de son discours où il a tenu à indiquer sa « préférence » : « Il devra y avoir (en 2012) une mise en visibilité de la nature pluraliste du Front de Gauche (...). Il faudra mêler étroitement présidentielle et législatives. La candidature que nous devrons présenter en commun devra être choisie en fonction de deux critères et de deux critères seulement. Premier critère : que cette candidature soit la mieux à même de porter avec force notre voix à tous et nos propositions sur le théâtre électoral. Deuxième critère : que cette candidature puisse incarner avec le plus de volonté possible le caractère collectif de notre rassemblement.

 

Nos camarades communistes ont mis leur choix en débat parmi leurs adhérents. Nos camarades « pégistes » ont mis la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la disposition du Front de gauche, et c'est pour nous très important que ça se soit passé de cette manière là. Nous formulerons notre choix définitif sur l'ensemble du dispositif électoral à l'occasion d'une conférence nationale au début du printemps mais il est d'ores et déjà possible d'enregistrer la tendance qui se dégage et d'indiquer une préférence. Alors je le fais. Jean-Luc dont la candidature a été mise à la disposition du Front de gauche, peut être notre candidat. Il peut être le candidat du Front de gauche dans une campagne où chacun prendra toute sa place et pourra apporter sa contribution visible à l'entreprise commune, notamment à travers un collectif de porte-parole qui donnera à voir la pluralité et l'originalité de ce que nous avons entrepris pour que la gauche se hisse à la hauteur d'un rendez-vous littéralement historique."

 

Ces trois responsables se retrouveront à Lille mercredi 9 février pour un meeting de lancement de la campagne des cantonales du Front de Gauche.

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article