Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 04:47

 


 

La Grèce, suite…

 

DH

 


 

 

Ne laissez pas tomber la Grèce : l'appel de Theodorakis

 

 

Le Comite Consultative du Mouvement de Citoyens Indépendants, créé à l’initiative du compositeur, penseur et homme politique grec Mikis Theodorakis, lance un appel aux Européens : en laissant la Grèce s'effondrer, c'est toute l'Europe qu'on assassine ! Marianne relaye bien volontiers cet appel.


Les journalistes seraient-ils enclins à apprécier « l’idéologie allemande » des PIG’S, qui nous présente le destin de la Grèce comme le résultat de la fainéantise et de la roublardise de son peuple ? En tout cas, un rideau de fer constitué de désinformation et d’ignorance, à tous les sens du terme, s’est édifié entre les évènements en Grèce et l’information du public.
Le premier mérite de l’appel de Mikis Théodorakis, que nous publions ci-dessous, est d’appeler à abattre ce mur. Oui, nous méritons d’être mieux informés sur ce qui se passe en Grèce. La puissance des manifestations notamment, a été occultée dans les médias.


Il existe une deuxième raison de diffuser cet appel. En exigeant des Grecs qu’ils vendent à l’encan – dans les pires des conditions - les trente plus grosses entreprises du pays, en attendant de solder le Parthenon et les îles, l’Union européenne est en train de massacrer le berceau de l’Europe, le pays qui est au fondement de sa culture et de ses arts.


L’aventure grecque n’interpelle pas seulement les Européens sur le manque de solidarité qui entoure son fonctionnement. Elle devrait remettre en question le poids tout à fait exorbitant des agences de notation, l’absurdité d’une politique monétaire qui s’aligne sur les pays les plus prospères au détriment de ceux qui suivent, la bêtise des règles d'un Traité européen qui plombe les pays en difficulté au lieu de les aider à sortir la tête de l’eau. Une phrase de l'écrivain résume tout : « Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit.»


Alors, vive Theodorakis !



Philippe Cohen



Merci à Gérard Filoche pour nous avoir signalé cet appel

 

 

Aux citoyens indignés de Grèce et d'Europe

 

 

« Nous saluons les dizaines de milliers, voire les centaines de milliers de nos concitoyens, jeunes pour la plupart, qui se sont rassemblés sur les places de toutes les grandes villes pour manifester leur indignation à l’occasion de la commémoration du mémorandum (accord cadre signe entre le gouvernement grec, l’UE, le FMI et la BCE, en Mai 2010 et renouvelé depuis régulièrement),  demandant le départ du gouvernement de la Honte et de tout le personnel politique qui a géré le bien public, détruisant, pillant et asservissant la Grèce. La place de tous ces individus n’est pas au Parlement, mais en prison.


Nous saluons les premières Assemblées générales qui se déroulent dans les centres de nos villes et la démocratie immédiate que s’efforce de découvrir le mouvement inédit de notre jeunesse. Nous saluons les travailleurs de la fonction publique qui ont entrepris manifestations, grèves et occupations pour défendre un Etat qui, plutôt que le démantèlement prévu par le FMI, a désespérément besoin d’une amélioration et d’une réforme radicales. Par leurs mobilisations, les travailleurs de l’Hellenic Postbank, de la Régie nationale d’électricité et de la Société publique de loterie et de paris sportifs défendent le patrimoine du peuple grec qu’entendent piller les banques étrangères, par le truchement de leur gouvernement fantoche à Athènes.


Le pacifisme exemplaire de ces manifestations a démontré que lorsque la police et les agents provocateurs ne reçoivent pas l’ordre d’intervenir, le sang ne coule pas. Nous appelons les policiers grecs à ne pas être les instruments des forces obscures qui tenteront certainement, à un moment donné, de réprimer dans le sang les jeunes et les travailleurs. Leur place, leur devoir et leur intérêt est d’être aux côtés du peuple grec, des protestations et des revendications pacifiques de celui-ci, aux côtés de la Grèce et non des forces obscures qui dictent leur politique au gouvernement actuel.


Un an après le vote du mémorandum, tout semble attester son échec. Après cette expérience, on ne peut plus s’autoriser la moindre illusion. La voie qu’a emprunté et continue de suivre le gouvernement, sous la tutelle des banques et des instances étrangères, de Goldman Sachs et de ses employés européens, mènent la Grèce à la catastrophe. Il est impératif que cela cesse immédiatement, il est impératif qu’ils partent immédiatement. Jour après jour, leurs pratiques révèlent leur dangerosité pour le pays. Il est étonnant que le procureur général ne soit pas encore intervenu contre le Ministre de l’Economie et des Finances, après les récentes déclarations tenues par ce dernier sur l’imminence de la faillite et l’absence de ressources budgétaires. Pourquoi n’est-il pas intervenu suite aux déclarations du président de la Fédération des patrons de l’industrie et de la commissaire européenne grecque Mari Damanaki sur une sortie de l’euro ? Pourquoi n’est-il pas intervenu contre le terrorisme de masse avec lequel un gouvernement en faillite, sous le diktat de la Troïka [UE - FMI - BCE], tente une nouvelle de fois d’extorquer le peuple grec ? Par leur catastrophisme, leurs allusions tragiques et tout ce qu’ils inventent et déblatèrent pour effrayer les Grecs, ils ont réussi à humilier le pays dans le monde entier et à le mener réellement au bord de la faillite. Si un chef d’entreprise s’exprimait de la même façon que le fait le Premier ministre et ses ministres lorsqu'ils parlent de la Grèce, il se retrouverait immédiatement derrière les barreaux pour malversation grave.


Nous nous adressons aussi aux peuples européens. Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. Ne croyez-pas les mensonges grossiers et absurdes de journaux compromis qui veulent vous convaincre que le problème est dû soi-disant à la paresse des Grecs alors que, d’après les données de l’Institut statistique européen, ceux-ci travaillent plus que tous les autres Européens !


Les travailleurs ne sont pas responsables de la crise ; le capitalisme financier et les politiciens à sa botte sont ceux qui l’ont provoquée et qui l’exploitent. Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle.

 

Il n’y a pas d’autre solution qu’une restructuration radicale de la dette, en Grèce, mais aussi dans toute l’Europe. Il est impensable que les banques et les détenteurs de capitaux responsables de la crise actuelle ne déboursent pas un centime pour réparer les dommages qu’ils ont causés. Il ne faut pas que les banquiers constituent la seule profession sécurisée de la planète !


Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance. Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches.Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes. Comment peut-on proposer un ancien collaborateur de la Goldman Sachs pour diriger la Banque centrale européenne ? De quelle sorte de gouvernements, de quelle sorte de politiciens disposons-nous en Europe ?


Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire a été le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe. Nous ne vous demandons pas un traitement de faveur parce que nous avons subi, en tant que pays, l’une des pires catastrophes européennes aux années 1940 et nous avons lutté de façon exemplaire pour que le fascisme ne s’installe pas sur le continent.

Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »

 
Le Comite Consultative du Mouvement de Citoyens Indépendants. « L’ Etincel » (*)
 
Athenes, 26 Mai 2011


(*) Créé à l’initiative de Mikis Theodorakis

 

Lundi 13 Juin 2011

Mikis Theodorakis

 

 

Source :

http://www.marianne2.fr

 

 

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 06:17

 


 

Comment dit-on "que se vayan todos " en grec ?

 

DH


Grèce : FMI, Commission européenne et BCE, "Remballez votre plan d'austérité et dégagez !"

 

grece_15juin

 

 

Le mercredi 15 Juin, alors que le Parlement débat de la mise en place d'une nouvelle cure d'austérité, des dizaines de milliers de grecques et de grecs s'étaient donné rendez-vous pour une douzième grève générale.


 

Il y six jours, Giorgos Papandréou donnait son feu vert à l’adoption de mesures de rigueur supplémentaires du FMI et de l’UE. Celles-ci comportent, entre autres, une nouvelle hausse de la TVA de 13% à 23% et la présence obligatoire de garde chiourmes de la Commission européenne et du FMI dans les Ministères grecs. Un nouveau plan d'austérité pour rien. Les grecs ne peuvent pas payer. En un an, le déficit public de la Grèce s'est creusé de 12,9%, faisant la preuve de l'inefficacité des "plans de sauvetage" de l'UE et du FMI.


Hier, avant la réunion informelle des ministres de l'économie et des finances de la zone euro sur la restructuration, le rééchelonnement de la dette grecque n'a aboutit à rien. Il faut dire que peu avant le début de la réunion, l'une des trois principales agences de notation, Standard and Poor's, dégradait la note de la Grèce à "CCC", faisant de la Grèce le pays le plus mal noté du monde, et indiquait quelle considérerait tout rééchelonnement ou restructuration de la dette "de facto comme un défaut". CQFD, Standard and Poor's abaissera encore sa note sur la Grèce !


Les grec-que-s ont réagi comme il se doit. Ce mercredi matin, ils étaient plus de 80 000 place Syntagma, devant le Parlement. Indignés du 25 Mai, syndicats, politiques, ils étaient tous là pour protester contre ces saignées sociales imméritées. Leurs principaux mots d'ordre étaient les suivants : "Remballez votre plan et dégagez avec !", "Je ne paierai pas, je ne vous dois rien, je résiste !", "Votre dette n'est pas la nôtre !".


La manifestation a aussi été l'occasion d'engranger un grand nombre de signatures pour obtenir la mise sur pied d'une commission de contrôle économique indépendante. La pétition circule depuis plusieurs jours. Elle a déjà été signée par plus de 100 000 personnes. Il en faut 500 000 pour que le gouvernement soit obligé de d'exécuter la requête citoyenne. "On veut vérifier ce qu'ils ont fait avec l'argent de cette dette, à qui il est allé, et montrer qu'il est parfaitement illégitime de nous la faire payer" explique entre deux lacrymogènes notre camarade Aliki, militante de Synaspismos, jointe par téléphone pendant la manifestation.


Cet après-midi, laissant l'idée d'un référendum loin derrière lui, Giorgos Papandréou appelait à des négociations pour former un nouveau gouvernement d'union nationale. Le leader du Parti conservateur "Nouvelle Démocratie" (la deuxième force électorale du pays) a indiqué qu'il ne négocierait qu'à deux conditions: la démission de Papandréou et la renégociation du plan d'austérité. Synaspismos (parti de gauche grec) et le KKE (parti communiste grec) ont pour leur part refusé de négocier. Tous deux ont indiqué qu'ils restaient du côté du peuple en lutte et ont demandé des élections "pas des magouilles avec la droite au gouvernement". Synaspismos a aussi rappelé" son refus de tout paiement de la dette illégitime, c'est-à-dire "celle qui est allée aux banques et consort au lieu d'aller au peuple et à la production".


Le Parti de Gauche soutient le peuple grec en lutte contre son sacrifice sur l'autel du libéralisme européen et international. Amis grecs, votre combat est le nôtre ! Unis nous pouvons tout et l'oligarchie n'y pourra rien.

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 05:28

  


 

« Solar impulse » au Bourget

 

   solar-impulse-night-flight2-copie-1.png

 

Sachant qu’il n’y a pas que la politique dans la vie, je reste un passionné d’Aéronautique, ayant même été breveté pilote privé à 17 ans et demi… Je ne le suis plus aujourd’hui, me contentant de Flight Simulator.

 

Tout cela pour dire que je salue l’exploit de l’équipe de Solar Impulse et l’atterrissage au Bourget le 15 juin de cet avion qui préfigure l’aviation de la fin du siècle et du suivant…

 

DH

 

 

Pour en savoir plus : http://www.solarimpulse.com/

 

 

 

NB : Cela aurait pu faire une rubrique du dimanche, mais bon, il faut aussi coller à l’actualité !!!

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Chronique du dimanche
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 05:49

 

 


  imagesCAY1UAW4.jpg

Le PG salue la claque reçue par Berlusconi, moi aussi !

 

DH

 


 

Le Parti de Gauche salue la nouvelle claque reçue par Berlusconi

 

Mardi, 14 Juin 2011 Communiqué de Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

 

 

A peine deux semaines après la déroute de la droite aux élections municipales, le gouvernement Berlusconi enregistre un nouveau recul. Et pas n’importe lequel : une défaite d’initiative citoyenne au travers des 4 référendum de ces 12 et 13 Juin dont celui réclamé par les 1,5 millions de citoyen-ne-s qui ont signé la proposition du Forum citoyen des mouvements pour l'eau.

 

Pourtant les grands médias italiens à la solde du pouvoir ont tout fait pour empêcher que le quorum nécessaire à la validité des référendums soit atteint. Peine perdue, 57% des italien-ne-s se sont déplacé-e-s pour dire oui de façon écrasante aux 4 questions : 95,7% pour l’abrogation de la loi permettant la privatisation de l'eau ; 96,1% pour l’abrogation de la loi de tarification de l'eau en fonction des profits ; 94,6% contre la possibilité d’implanter des centrales nucléaires ; 95% contre la loi d’ "empêchement légitime ".

 

Le peuple italien vient d'exprimer clairement, et pour la seconde fois, que les heures de Berlusconi étaient maintenant comptées. Berlusconi ne pourra échapper à la justice et les lois anti-écologiques ont été rejetées. Le Parti de Gauche se félicite que l'intérêt général l'ait emporté avec une telle ampleur.

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 05:28

 


 

 

Le Front de Gauche s'élargit et c'est une bonne nouvelle !

 

DH



Communiqué du Parti de Gauche


 

Le Parti de Gauche salue les décisions importantes que vient de prendre à une très large majorité le CAN (collectif d'animation national) de la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE).

 


Constatant dans sa déclaration finale "que les organisations du Front de Gauche ont répondu nationalement de façon positive à une grande partie de ses demandes et qu’elles proposent elles-mêmes de dépasser le cadre d’un simple cartel d’organisations", la FASE s'affirme disponible pour participer à un Front de gauche transformé puisqu'élargi. Plus rien n'empêche désormais la FASE de construire le Front de Gauche aux côtés de ses actuelles composantes (PCF/GU/PG). Il s'agit du premier élargissement du Front de Gauche depuis sa création et d'autres mouvements devraient faire de même dans les jours à venir ce dont le PG se félicite.


Enfin la FASE a tenu à s'exprimer sur la candidature pour les Présidentielles : "Celle de Jean-Luc Mélenchon semble aujourd’hui en mesure de recevoir un accord large, à condition de construire ensemble une campagne collective, riche de la diversité du rassemblement. transformé". Après Gauche Unitaire et le Parti de Gauche, la Fase est ainsi la troisième organisation à approuver la même proposition de candidature pour porter les couleurs du Front de Gauche l’élection à la Présidentielle

 

 

Pour en savoir plus : Cliquez ICI.

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 05:23

 

 


 

Comme promis la suite...


DH

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782353410637.jpg

 

 


  1. À mon âge ce n'est plus moi qui vieillis, c'est le passé qui recule.
    (Les Euphorismes de Grégoire (408), p.61, Max Milo, 2006)

  2. Finalement l'égoïsme des autres est une bénédiction puisqu'il permet de justifier le nôtre.
    (Les Euphorismes de Grégoire (409), p.61, Max Milo, 2006)

  3. Il y a des gens tellement lents qu'ils n'arrivent même pas à aller le plus vite possible.
    (Les Euphorismes de Grégoire (421), p.63, Max Milo, 2006)

  4. Les experts sont des gens qui vous permettent de prendre des décisions en toute connaissance de causes mais dans l'ignorance totale des conséquences.
    (Les Euphorismes de Grégoire (452), p.67, Max Milo, 2006)

  5. Curieux, ces gens qui demandent qu'on se mette à leur place alors qu'elle est déjà occupée !
    (Les Euphorismes de Grégoire (483), p.71, Max Milo, 2006)

  6. Il détache tellement bien ses mots qu'on dirait qu'il parle en relief.
    (Les Euphorismes de Grégoire (492), p.72, Max Milo, 2006)

  7. On est toujours prisonnier des gens qui ont besoin de vous. La meilleure façon de s'en libérer c'est de se rendre inutile.
    (Les Euphorismes de Grégoire (505), p.74, Max Milo, 2006)

  8. Les Irlandais sont des gens très sympatrick.
    (Les Euphorismes de Grégoire (516), p.76, Max Milo, 2006)

  9. Ceux qui prétendent dire tout haut ce que les autres pensent tout bas feraient mieux de penser plus haut et de parler plus bas.
    (Les Euphorismes de Grégoire (522), p.77, Max Milo, 2006)

  10. Brûler de rencontrer la femme idéale, c'est de l'impatience fiction.
    (Les Euphorismes de Grégoire (580), p.84, Max Milo, 2006)

  11. La pluie c'est un fleuve en pointillé.
    (Les Euphorismes de Grégoire (598), p.87, Max Milo, 2006)

  12. Mais si parfois je suis en contradiction avec moi-même, cela n'autorise pas les autres à penser que je suis d'accord avec eux.
    (Les Euphorismes de Grégoire (616), p.89, Max Milo, 2006)

  13. Le manque de temps est le déguisement favori de la paresse.
    (Les Euphorismes de Grégoire (619), p.89, Max Milo, 2006)

  14. Essayer de vouloir est plus difficile que vouloir essayer.
    (Les Euphorismes de Grégoire (625), p.90, Max Milo, 2006)

  15. Le doute est aux esprits forts ce que le risque est aux courageux.
    (Les Euphorismes de Grégoire (626), p.90, Max Milo, 2006)

  16. Il y a dans toute bouteille un tesson qui sommeille.
    (Les Euphorismes de Grégoire (638), p.92, Max Milo, 2006)

  17. Viagra : la seule aide véritable à la réinsertion.
    (Les Euphorismes de Grégoire (682), p.98, Max Milo, 2006)

  18. Croire en Dieu c'est sacraliser une hypothèse.
    (Les Euphorismes de Grégoire (697), p.100, Max Milo, 2006)

  19. Ce qui est le plus pénible en politique c'est l'interdiction de douter.
    (Les Euphorismes de Grégoire (716), p.103, Max Milo, 2006)

  20. Les femmes ont définitivement gagné le combat des sexes le jour où elles ont pris conscience des concessions que les hommes étaient prêts à faire pour avoir la paix.
    (Les Euphorismes de Grégoire (725), p.104, Max Milo, 2006)

  21. Il est vraiment stupide mais comme, de plus, il est borné ça limite sa bêtise.
    (Les Euphorismes de Grégoire (737), p.106, Max Milo, 2006)

  22. Un virage, c'est une ligne droite qui change d'avis au dernier moment.
    (Les Euphorismes de Grégoire (755), p.108, Max Milo, 2006)

  23. Les suicidaires sont des gens pour qui mourir est un besoin vital.
    (Les Euphorismes de Grégoire (769), p.110, Max Milo, 2006)

  24. La compagnie des gens qui se croient cultivés peut être source d'un ennui de grande qualité.
    (Les Euphorismes de Grégoire (787), p.113, Max Milo, 2006)

  25. Pas besoin d'être artilleur pour savoir que les filles canon deviennent rapidement des boulets.
    (Les Euphorismes de Grégoire (834), p.119, Max Milo, 2006)

  26. Là où l'humour est partagé l'amité n'est pas loin.
    (Les Euphorismes de Grégoire (835), p.119, Max Milo, 2006)

  27. «Pourquoi moi ?» doit se dire en tombant la première feuille qu'un arbre lâche à l'automne.
    (Les Euphorismes de Grégoire (840), p.120, Max Milo, 2006)

  28. La vraie liberté, c'est quand personne ne vous attend. La vraie solitude, c'est quand vous attendez n'importe qui.
    (Les Euphorismes de Grégoire (876), p.124, Max Milo, 2006)

  29. Faire des projets c'est prendre l'avenir en otage.
    (Les Euphorismes de Grégoire (884), p.125, Max Milo, 2006)

  30. L'humour c'est ce qui évite à la lucidité de sombrer dans l'amertume.
    (Les Euphorismes de Grégoire (888), p.125, Max Milo, 2006)

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Chronique du dimanche
commenter cet article
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 05:20

 

 


 

J'aime bien...

 

La suite demain, car c'est enciore dimanche ou presuqe !

 

DH

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782353410637.jpg

 

 


 

 

  1.  
  2. Quand l'avenir est une jungle de points d'interrogation c'est avec la machette de l'humour et de l'esprit critique qu'il faut se frayer un chemin.
    (Les Euphorismes de Grégoire (Avant-Propos), p.9, Max Milo, 2006)

  3. Ce n'est pas la mer qui fait des vagues, c'est le vent...
    (Les Euphorismes de Grégoire (14), p.12, Max Milo, 2006)

  4. Le pire des crimes c'est de tuer le temps.
    (Les Euphorismes de Grégoire (67), p.18, Max Milo, 2006)

  5. Pourquoi faire les choses à moitié quand le quart suffit ?
    (Les Euphorismes de Grégoire (69), p.19, Max Milo, 2006)

  6. La colère c'est la violence des faibles.
    (Les Euphorismes de Grégoire (72), p.19, Max Milo, 2006)

  7. On n'est adulte que lorsqu'on a pris la mesure de son insignifiance.
    (Les Euphorismes de Grégoire (85), p.20, Max Milo, 2006)

  8. Je ne crois pas en Dieu et j'ai toutes les raisons de penser que c'est réciproque.
    (Les Euphorismes de Grégoire (102), p.23, Max Milo, 2006)

  9. La principale différence entre l'homme et la femme, c'est la femme.
    (Les Euphorismes de Grégoire (109), p.23, Max Milo, 2006)

  10. Être clairvoyant c'est trouver le juste milieu entre la simplification mutilante et le perfectionnisme paralysant.
    (Les Euphorismes de Grégoire (118), p.25, Max Milo, 2006)
  11. Quand la grande majorité d'une population est très au-dessous de la moyenne, il y a de quoi s'inquiéter.
    (Les Euphorismes de Grégoire (158), p.29, Max Milo, 2006)

  12. En amour comme en politique, il est inutile d'avoir raison, il suffit d'être convaincant.
    (Les Euphorismes de Grégoire (176), p. 31, Max Milo, 2006)

  13. Tout homme est à la fois le labyrinthe et le promeneur qui s'y perd.
    (Les Euphorismes de Grégoire (182), p.32, Max Milo, 2006)

  14. Une croix, vue de profil, perd beaucoup de son intérêt.
    (Les Euphorismes de Grégoire (221), p.37, Max Milo, 2006)

  15. Une chose m'inquiète : si le Paradis a une porte, c'est qu'il y a des murs...
    (Les Euphorismes de Grégoire (238), p.39, Max Milo, 2006)

  16. Paradoxe mathématique : π n'est pas un chiffre rond.
    (Les Euphorismes de Grégoire (258), p.42, Max Milo, 2006)

  17. L'idée fixe est aussi paralysante pour le cerveau que la crampe pour le muscle.
    (Les Euphorismes de Grégoire (296), p.47, Max Milo, 2006)

  18. Quand on s'interdit de critiquer qui que ce soit on n'est pas loin d'admirer n'importe qui.
    (Les Euphorismes de Grégoire (305), p.48, Max Milo, 2006)

  19. Il y a des raisonnements qui tombent sour le sens et ne s'en relèvent pas.
    (Les Euphorismes de Grégoire (309), p.48, Max Milo, 2006)

  20. Il y a des couples où l'un des deux, au moins, est de trop.
    (Les Euphorismes de Grégoire (348), p.54, Max Milo, 2006)

 

  1.  
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Chronique du dimanche
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 05:47

 

 


 

 

Et voici une analyse du dernier livre du camarade Jacques Généreux, vue par un proche de Dupont-Aignan… C’est toujours intéressant et je vous conseille bien évidemment la lecture de ses livres !

 

DH

 


 

 

Jacques Généreux fustige la libéralisation et le capitalisme

 

L'économiste Jacques Généreux (1), engagé en politique auprès du Parti de Gauche, a publié « la Grande Régression ». Laurent Pinsolle a compulsé cette synthèse de la pensée de Généreux et de ses nombreux ouvrages.

 

935270-1109136.jpg

 

L’économiste du Parti de Gauche, qui a longtemps officié au Parti socialiste, a publié il y a quelques mois  la Grande Régression, une synthèse abordable de sa pensée et des nombreux ouvrages qu’il a pu publier (et notamment La dissociété, dont j’avais écrit une revue en trois parties).

 

Le procès de la libéralisation

 

Comme avec Jacques Sapir, l’intérêt de l’analyse de Jacques Généreux est qu’elle est systémique, prenant en compte la libéralisation du commerce et de la finance. Mais si le premier y ajoute une dimension plus historique, le second y ajoute une analyse plus psychologique et philosophique, sur laquelle je reviendrai demain. Au global, les analyses des deux auteurs sont extrêmement proches. Ils mettent tous les deux en cause la libéralisation généralisée de l’économie depuis les années 1970.


Pour lui, les pays du Nord « ont placé leurs propres travailleurs en état de guerre économique (…) ; ils ont restauré les pleins pouvoirs du capital en déréglementant les transactions financières et en étendant le principe du libre-échange ». « En instituant une libre concurrence entre des pays où les standards de rémunération, de droits sociaux, de sécurité sociale et d’imposition des revenus sont très différents, la généralisation du libre-échange ne peut avoir d’autre effet ni d’autre but que de miner la compétitivité de ceux qui ont les standards les plus élevés ».


Il critique la libéralisation des mouvements de capitaux, et souligne « qu’un marché où la compétition est sans limites n’institue pas un doux commerce profitable à tous les hommes, mais une guerre impitoyable où les gagnants accumulent toujours plus de moyens pour renforcer leur domination ». Il critique un système où l’on oppose « les poids mouches aux super-welters ». Pour lui, « ce que le capitaliste revendique en réalité, dans son appel au marché libre, c’est la liberté d’agir à sa guise pour dominer tous ses concurrents au sens large, c’est à dire tous ceux qui se mettent en travers de sa course au profit ». En fait, « la libre concurrence susceptible de menacer les profits est en même temps l’outil nécessaire à l’élimination de la concurrence, car elle n’est au fond que la loi du plus fort qui élimine les plus faibles ».


Il dénonce également les inégalités entre une Bourse « sangsue qui pompe bien plus de revenus aux entreprises qu’elle ne leur fournit de capitaux propres » mais aussi les inégalités de revenus en soulignant qu’à un certain niveau, elles ont un effet démobilisateur  pour la majorité de la population. Il critique vertement le modèle étasunien, sa violence, sa pauvreté et souligne qu’au contraire, ce sont nos services publics qui font que la France attire toujours autant de capitaux.

 

Un processus historique

 

Jacques Généreux synthétise les mouvements de l’histoire ainsi : « la phase précédant la Grande Régression avait enclenché une dialectique positive dans laquelle le capitalisme s’adaptait aux exigences de la société. La contre-révolution néolibérale des années 1980 a mis ce moteur dialectique en marche arrière, contraignant désormais la société à s’adapter continuellement aux exigences toujours plus hautes du capital ». Puis il s’attarde un peu plus longuement sur la crise que nous traversons.


Il souligne justement que les attaques contre quelques capitalistes (Madoff, Kerviel ) sont surtout un moyen « d’épargner le capitalisme ». Il montre que plus qu’une régulation de la finance, c’est à une « régulation des Etats conforme aux attentes des marchés financiers » que l’on assiste. Il note que « la capacité de notre société à survivre à une crise mondiale de la finance affaiblit la contestation du système fauteur de crise », indiquant la victoire de la lecture néolibérale de la crise.

 

Il souligne les dangers de la couverture des risques, qui distord les intérêts des banques : « imaginez que vous puissiez vous assurer contre le risque d’incendie non seulement chez vous, mais aussi chez n’importe qui : voilà de quoi susciter des vocations de pyromanes ! ». Il rappelle que la baisse du pouvoir d’achat a été compensée par l’endettement des ménages. Enfin, il attaque le plan européen « d’aide » à la Grèce en disant qu’il revient à « pratiquer une saignée sur un patient en pleine hémorragie ».


Ce nouveau livre de Jacques Généreux a l’intérêt de représenter une synthèse extrêmement bien balancée des carences de notre système actuel. Demain, j’étudierai son volet sociétal.


(1) Source : Jacques Généreux, La grande régression, Seuil


Retrouvez Laurent Pinsolle sur son blog.

 

 

Source :

http://www.marianne2.fr/Jacques-Genereux-fustige-la-liberalisation-et-le-capitalisme_a207083.html

 


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 05:07

 


 

Notre Canard Enchainé local, c’est le journal Le Ravi dont je conseille la lecture et qu’il faut soutenir en tant que presse indépendante !


Dans l’édition de juin 2011, j’ai relevé un entrefilet qui concerne dans la 12ème circonscription des Bouches du Rhône et son Député UMP Eric DIARD…

 

La porosité UMP-FN bien connue à Vitrolles est soutenue par Eric DIARD, ce n’est pas un scoop, mais cela se confirme !

 

DH

 

 


 

 

Thierry et Marine trinquent ensemble (*)

 

L’UMP poursuit son opération de séduction en direction du FN. Dernier fait d’armes en date (Le Canard Enchainé du 18 mai) : « Le 28 avril, le secrétaire d’Etat aux transports, Thierry Mariani, a déjeuné avec Marine Le Pen […]. »

 

Pour rappel, le député du Vaucluse est le co-fondateur de la Droite Populaire, mouvement qui regroupe une quarantaine de députés de l’UMP particulièrement décomplexés, dont Richard MALLIE, Eric DIARD, Dominique TIAN, Valérie BOYER, Maryse JOISSAINS, Bernard REYNES et Jean ROATTA pour le 13. Une droite qui s’autoproclame « rempart » contre la poussé du FN. Et un pont pour une alliance UMP-FN en 2012.

 

 

(*) Le Ravi n°86 de juin 2011

 

 

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche Vitrolles
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 05:46


 

 

Fête 2011 d'Attac des Bouches-du-Rhône samedi 11 juin à Vitrolles Fontblanche

 

 ATTAC.gif

 

Les Attac des Bouches du Rhône font leur Fête en 2011 le samedi 11 juin dès 11 heures, dans un site prestigieux, à vocation culturelle et artistique chargé d'histoire, le domaine de Fontblanche à Vitrolles.

 

Le thème « Quel Monde pour demain ?» irriguera les débats des ateliers à partir de 16H, en prise avec l'actualité politique récente (révolutions arabes, catastrophe nucléaire de Fukushima, mobilisation contre l'exploitation des gaz de schiste).

 

- l'Eau bien commun de l'humanité " avec Thomas Coutrot, Co-président d'Attac France.

- En route pour le Forum Alternatif Mondial de l'Eau en 2012 

- G8/G20, les peuples d'abord, pas la finance !

- Les printemps des peuples arabes.

- Energie: Gaz de schiste, nucléaire...quel monde demain ?

 

« Le monde en crise et l'altermondialisme » seront en débat en début de soirée avec Gustave Massiah, membre du Conseil International des Forums Sociaux Mondiaux et Thomas Coutrot, Co-président d'Attac.

 

La fête 2011 sera également pour Attac, une étape dans la préparation des grandes mobilisations à venir dans notre région :

 

- Mobilisations départementales contre le G7 finances le 9 et 10 septembre à Marseille,

- Forum des peuples à Nice contre le G20 qui va se dérouler les 3 et 4 novembre à Cannes

 

le Forum Mondial de l'eau qui va se dérouler également à Marseille en mars 2012. Évidemment, tout au long de la journée, on pourra rencontrer des associations, boire et manger dès midi, et écouter de la bonne musique.

 

C'est donc une journée champêtre, militante... et pleine de couleurs......

 

 

Programme de la Fête d'Attac 2011


La fête départementale d'Attac se tiendra cette année au domaine Fontblanche à Vitrolles, le 11 juin, à partir de 11 heures.

 

Le lieu : le domaine de Fontblanche

 

Situé en bordure du ruisseau de la Cadière, au sud de la commune, le domaine de Fontblanche fut un grand domaine agricole dans les années 1830. Il comprenait une bergerie, un moulin à vent, un moulin à eau. L'activité meunière cessa en 1960.

Racheté par la ville en 1989, sa vocation culturelle et artistique y démarra et perdure aujourd'hui...avec notamment un grand Festival de jazz qui se déroule chaque année début juillet Charlie Jazz Festival 2011 [14e édition] 1, 2 et 3 Juillet

 

Le déroulement est prévu comme suit :

 

11h00 : " Eau, bien commun de l'humanité " avec Thomas Coutrot, co-président d'Attac France

13h00 : Ouverture du marché paysan et des stands d'Attac et des associations.

 Déjeuner sur l'herbe......

15h00 : Espoir William, groupe musical

16h00 : LES ATELIERS

 

- En route pour le Forum Alternatif Mondial de l'Eau de 2012 avec la coordination de " Eau Bien Commun "

- G8/G20, les peuples d'abord, pas la finance avec Anne Marie Alary & Raphaël Pradeau

- Les Printemps des peuples du monde arabe avec Gus Massiah, Nacer EL Idrissi (ATMF) & Michaël B Ayari (Chercheur)

- Énergie : Gaz de schiste, Nucléaire...quel monde demain ? avec Rémy Carrodano(Vigilance gaz de Gardanne) et Dominique Pouyat

 

 Les Succulentes nous font déjeuner sur l'herbe.

 

20h30 Le monde en crise & l'altermondialisme avec Gustave Massiah, membre du Conseil International des Forums Sociaux Mondiaux & Thomas Coutrot co-président d'Attac France

 

22h30 Grand concert avec Macadam Bazar

Repost 0