Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 21:14


Le Groupe des Socialistes des Entreprises Aéronautiques organise un colloque sur l’avenir pour l’Aéronautique en France et en Europe.
 
Être socialiste d’entreprise, c’est aussi réfléchir sur l’avenir du secteur dans lequel nous intervenons !
 
L’invitation est ouverte à tous les socialistes et sympathisants intéressés par le sujet.
 
 
DH
 
                                                     
 
INVITATION
 

Rencontre Socialiste

 
 
 

Quel Avenir pour L’Aéronautique

en France et en Europe ?

 
 
 
8 Novembre 2006 de 18h à 21H00
 REPORTE AU 29 NOVEMBRE 2006

 
Salle M. T. Eyquem,
 

Parti Socialiste, 10 rue de Solferino, Paris 7ème

 

 
 
Introduction :
 
 
 

Cette « rencontre socialiste » est destinée à contribuer au positionnement du Parti Socialiste sur les problèmes du secteur aéronautique.

 
 
 
                                                 Programme
 
 
 

18h00 - Ouverture : accueil des participants et présentation de la rencontre : Alain VIDALIES, secrétaire national aux entreprises / Jean - Paul CLAVIER, secrétaire du GSEN Aéronautique.

 
 
1. Contexte politique pour l’Aéronautique civile et de Défense.
 
 

18h15 Pierre COHEN, Député PS, Rôle de l’Europe, de l’Etat et des Régions.

 
18H30 Les perspectives pour la défense : Émile  BLANC, ancien Directeur Général de L’Armement sous le gouvernement de Pierre MAUROY :quelle place pour l’industrie nationale et européenne de l’armement en aéronautique, face à la puissance de l’industrie américaine ?
 

19h00 : Table ronde-débat sur ces deux présentations : modérateur (AD) Didier HACQUART, Émile BLANCYan GALLUT, P. DUCOURTPaul QUILES, Jean-Pierre MASSERET

 
 
 2. Contexte industriel
 
 

19h30 : Sont invités des représentants des industries aéronautiques :

 
 

François COURTOT (SAFRAN), d’EADS à confirmer, Jean BESSE (SAFRAN), BAYLE (MBDA) à confirmer

 
 

20h00 : Table ronde-débat sur ces deux présentations : modérateur (AD) Roger LOPEZ, Émile BLANC, Yan GALLUT, P. DUCOURT, Paul QUILES, Jean – Pierre MASSERET

   
20H30 Conclusions tirées par Alain VIDALIES
 
 

Clôture de la rencontre par le premier secrétaire du PS,  François  HOLLANDE

 
 
2OH45 – Pot de l’amitié.



Pour en savoir plus, le blog du secteur entreprise du PS :

http://entreprises.parti-socialiste.fr/






 
 
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Industrie Aéronautique
commenter cet article
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 19:30


Réunion de PRS Vitrolles

Soutien à Laurent FABIUS

 
 
 

Nous vous proposons avec Christiane SOUCHON, une réunion de PRS Vitrolles le vendredi 10 novembre 2006 à 18h00 à la section PS de Vitrolles avec l'OdJ suivant :


   - Situation politique nationale et locale


   - Primaire du PS


   - Préparation du débat de la section de Vitrolles


   - Préparation du vote de section


   - Meeting du 13 novembre à Marseille


  - Questions diverses


Tous les militants Socialistes Vitrollais qui soutiennent la candidature de Laurent FABIUS sont cordialement invités.



Amicalement,

Didier HACQUART



NB : Prévenir les non - connectés à Internet !

 
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 18:23

EXTRÊME FRANCE…
 
Un nouveau livre de Fiammetta VENNER (*) vient d’être publié, intitulé Extrême France, les mouvements frontistes, nationaux - radicaux, royalistes, catholiques traditionnalistes et pro-vie. A l’heure, où sur Vitrolles, les liens entre la mouvance la plus extrême des jeunesses identitaires et le FN local ne font plus aucun doute, ce livre arrive à point nommé pour mieux comprendre la nébuleuse de cette « Extrême France ». Je vous en conseille la lecture et reproduit ici la 4ème de couverture. Sans publicité aucune, il est en vente à CARREFOUR Vitrolles (21,50 €, 518 pages). Bonne lecture...
 
DH
 

Par delà l’expression électorale classique de l’extrême droite qu’est le front National, les nostalgiques d’une France d’antan forment une nébuleuse qu’on pourrait appeler « l’Extrême France ».


Cette Extrême France incroyablement diverse, organisée, parfois fanatique, juge le présent décadent et ne rêve que d’un passé « idéal ». Elle est active, très organisée et irrigue profondément nos mouvements politiques traditionnels.


Cet essai hors du commun révèle une France méconnue. Apres des années d’enquêtes de terrain, d’entretiens, de rencontres, et s’appuyant sur le décryptage de plus de 20 000 mobilisations, Fiammetta VENNER a classifié cette extrême France en 5 familles : Les frontistes, les nationaux – radicaux, les royalistes, les catholiques traditionalistes, les pro-vie.

 

L’auteur nous fait découvrir, de l’intérieur, ces groupes minoritaires mais inquiétants : commémorations en l’honneur de PETAIN ou de Louis XIV, commandos contre l’avortement, opérations de soutien aux serbes, campagnes contre le blasphème, soirées Skin heads, repositionnement du Front National, tout est soigneusement recensé et expliqué.


Chaque « famille » est analysée en profondeur : objectifs, méthodes, pouvoir réel, réseaux d’influence, chants, sites internet, journaux, librairies. Grâce à ce travail rigoureux et inédit, Fiammetta VENNER nous livre la radiographie d’une « certaine idée de la France ».


Un livre référence, fondé sur la thèse de l’auteur soutenue à l’IEP de Paris sous la direction de Pascal PERRINEAU.

 
 

(*) Politologue, Fiammetta VENNER a fondé en 1997 la revue ProChoix. Elle est l’auteur, entre autres, de "L’opposition à l’avortement" (Berg, 1995), avec Caroline FOUREST, d’un livre qui connut un grand retentissement : "Le guide des sponsors du Front National et de ses amis" (R.CASTELLS, 1998), et plus récemment de "Tirs croisés, la Laïcité à l’épreuve des intégrismes juifs, chrétien et musulman" (Calmann-Lévy, 2003).

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans FN - MNR et Extrème Droite
commenter cet article
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 16:56

Meeting Unitaire National le 6 novembre 2006 au Mans à 18h30 avec :
 
 
M.G.BUFFET, J.BOVE, Y .SALESSE, C.VILLIERS, C.PICQUET, F.BAVAY, R.REVOL, C.AUTAIN, C.DEBONS, E.COQUEREL, J-J.BOISLAROUSSIE
 
 
Toutes les forces de la Gauche antilibérale s’unissent pour 2007
 
Le meeting sera retransmis en direct sur public sénat (TNT, Canal Satellite, TPS et sur internet : www.publicsenat.fr)
 
 
  
RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE ANTI-LIBERALE


CE QUE NOUS VOULONS
 

Introduction et propositions - au 20 octobre 2006

 
 

CE QUE NOUS VOULONS 

 
 

Le programme est présenté ici en 8 parties distinctes.

 

[Les points de débat ou nécessitant précisions sont entre crochets]

 

- INTRODUCTION

 

- 1 - SECURISER L’EMPLOI, AMELIORER LE NIVEAU DE VIE, RESTAURER LA PROTECTION SOCIALE

 

- 2 - UN NOUVEAU TYPE DE DEVELOPPEMENT

 

- 3 – ECOLE – CULTURE – MEDIAS - RECHERCHE : construire une société de la culture, de l’information et de la connaissance partagée

 

- 4 - POUR L’EGALITE HOMMES – FEMMES

 

- 5 - POUR UNE 6e RÉPUBLIQUE

 

- 6 - UNE AUTRE EUROPE DANS UN AUTRE MONDE

 

- 7 - LES MOYENS FINANCIERS DE NOTRE POLITIQUE

 

- ANNEXE ET MANQUES

 

La réflexion n'est pas l'apanage du PS. Cela bouge à la Gauche du PS, dans une démarche innovante et constructive, même si tout n'est pas simple. Tout cela comptera pour la Présidentielle et les législatives 2007. Les amis du PS, doivent tenir compte de cette mouvance, ne pas la négliger voire la mépriser. Le choix du candidat PS n'est pas neutre. Seul Laurent FABIUS est en mesure aujourd'hui d'être le meilleur rassembleur de l'ensemble de la Gauche. Il ne faut pas l'oublier...

DH
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007
commenter cet article
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 09:00


Appel de syndicalistes membres du Parti Socialiste
 
 
 

La question sociale sera au cœur des prochaines échéances électorales.

 

Parce que depuis 2002, de nombreuses luttes ont eu lieu sur l’emploi, contre les délocalisations, pour le pouvoir d’achat… sans compter les grandes mobilisations de 2003 contre la loi Fillon sur les retraites et celles de 2006 contre le CPE, les attentes sont fortes et le niveau d’exigence aussi. A chaque scrutin important depuis 2002, une majorité s’est exprimée contre la droite et sa politique, contre le libéralisme.

 

L’urgence sociale est au cœur des attentes des salariés et de la majorité des français.

 

En tant que syndicalistes de tous horizons et en tant que socialistes, nous sommes à un poste d’observation de ces réalités. A partir de nos expériences et de nos pratiques concrètes, nous témoignons que des engagements forts et précis sont attendus de la part de ceux qui représentent le salariat sur le terrain politique et en premier lieu les socialistes.

 

Sur les salaires et le pouvoir d’achat d’abord. Plus personne ne croît à la valeur des indices mesurant le pouvoir d’achat tant les produits et services de première nécessité pèsent dans le budget de chaque salarié. Au-delà du sentiment de décrochage des salaires par rapport aux prix, il y a la réalité des fins de mois. Il faut donc un acte politique fort.

 

C’est pourquoi la hausse du SMIC à 1500 euros doit être le plus rapide possible, avec 100 euros de plus par mois tout de suite. C’est urgent pour celles et ceux qui ont les revenus salariaux les plus faibles. C’est aussi le point de départ des négociations à mener dans l’ensemble des branches professionnelles.

 

Nécessaire, cette hausse n’est pas suffisante. Elle doit s’accompagner de mesures sur la grille des salaires afin que ceux-ci suivent les prix et la productivité des entreprises.

 

Le « politique » a les moyens de donner des signaux forts en revalorisant les salaires de la fonction publique. C’est à cette condition que le rapport de forces dans les négociations pour les salariés du privé peut s’inverser contrairement aux dernières années ou le partage des richesses s’est fait au détriment du travail.

 

Sur les 35 heures, leur généralisation à toutes les entreprises doit être une mesure de justice sociale. Il faut les encadrer par la loi en rétablissant la majoration des heures supplémentaires dès la 36ème heure et en revenant sur la flexibilité, les horaires maximum, les forfaits.

 

Sur les retraites, la belle conquête du droit à la retraite à 60 ans à taux plein doit être réaffirmée. C’est un acquis de la gauche. Ni la retraite à la carte, ni les calculs de la durée du travail sur la durée de la vie n’y réponde. Comme le projet l’affirme, la retraite à 60 ans doit demeurer un droit.

 

Pour assurer son financement il faut s’appuyer sur le plein emploi, mais il faut surtout mettre à contribution les ressources des entreprises qui accumulent les profits financiers et cherchent à privatiser l’épargne retraite socialisée : celle assise sur les cotisations.

 

Une négociation sera nécessaire revenant sur les décrets Balladur de 1993 et la loi Fillon de 2003 qu’il faut abroger. Mais au-delà de la concertation sociale indispensable, c’est la Loi qui doit trancher pour assurer l’égalité de toutes et de tous face à la retraite.

 

Les désordres du monde poussent des entreprises à délocaliser. Face aux drames humains, aux licenciements, les mesures d’accompagnement ne peuvent suffire. Il faut agir à l’échelle internationale et européenne mais il faut aussi des contraintes qui interdisent le laisser faire et les pratiques patronales multiples. Le principe « délocalisateur-payeur » est un garde fou en ce sens bien plus efficace que les déclarations moralisatrices contre les patrons dits « voyous ».

 

Sur tous les sujets sociaux, on voit ressurgir la vieille lune du contrat qui serait supérieur à la Loi. C’est faire croire qu’il y a égalité entre les contractants … Bien sûr qu’il faut négocier, qu’il faut des accords, des conventions collectives … c’est l’une des activités principale des syndicalistes que nous sommes. Bien sûr qu’il y a des compromis possibles mais à la condition que les règles soient claires. Pas d’accord, de contrats, ni de conventions en dessous de la Loi doit être la première règle. La loi doit encadrer parce que les salariés sont dans un lien de subordination avec leur employeur, le syndicalisme qui les représente souffre du même rapport d’infériorité. Développer le syndicalisme est une nécessité en n’agréant que les accords majoritaires, en asseyant la représentativité sur des règles objectives mais pour prendre tout son sens, le dialogue social doit pouvoir s’appuyer sur de bonnes lois qui rétablissent l’égalité entre salariés et employeurs. De bonnes lois conduisent à de bons contrats. Toute notre pratique le démontre et l’histoire sociale aussi. Procéder à l’inverse affaiblit celles et ceux qui sont les moins protégés, divise le salariat, multiplie les situations et contribue à la précarité.

 

Tous les syndicalistes le savent, renvoyer à la négociation –sans base législative sur laquelle s’appuyer- renvoie le plus souvent aux constats de carence ou d’impuissance. Ce n’est pas à la gauche et aux socialistes de tenir ce discours-là.

 

Les questions posées depuis 5 ans, et bien souvent depuis plus longtemps, nécessitent des réponses claires et des engagements précis.

De même les menaces et les propositions du Medef sur le droit du travail notamment doivent être contrecarrées

 

Quels que soient nos engagements antérieurs, nous constatons que seul Laurent Fabius en tirant un certain nombre de leçons du passé et en analysant la situation concrète s’engage dans cette voix.

 

C’est pourquoi nous, syndicalistes et membres du Parti Socialiste, appelons à voter pour lui le 16 novembre. C’est la meilleure façon de voter pour nous.


Si vous voulez signer l'appel, vous pouvez contacter l'un des initiateurs :


- Jean-Claude Branchereau / jcbranchereau@yahoo.fr
- Jean-Yves Lalanne / jean-yves.lalanne@wanadoo.fr
- Gérard Gaumé / ggaume@numericable.fr
- Eric Thouzeau / eric.thouzeau@wanadoo.fr



Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 08:45


Extrême droite et démocratie, expérience personnelle…

 

J’ai ouvert ce blog en janvier 2006. J’ai fait le pari éditorial de répondre à tous les commentaires et de ne pas les censurer.

 

J’ai tenu jusqu’à aujourd’hui, malgré des commentaires parfois rudes de l’opposition à la municipalité à laquelle j’appartiens.

 

Vitrolles n’est pas une ville ordinaire. Vitrolles a été marquée par une montée de l’Extrême Droite dans les années 90, qui s’est concrétisée par la prise de la mairie par Catherine MEGRET de 1997 à 2002.

 

L’Extrême – Droite au pouvoir même au niveau local, n’est pas une chose anodine. Ce blog a aussi pour objectif d’apporter un témoignage sur cette période, et sur les conséquences de la gestion FN/MNR, comme sur l’accession au pouvoir de l’équipe MEGRET.

 

Nous sommes en 2006, et Le PEN tend à être banalisé, l’âge aidant, dans les médias. Ce blog est la démonstration que sous une image qui tend à se banaliser, à se civiliser avec Marine Le PEN,  à gommer certaines amitiés, à cacher certains sentiments, le FN reste toujours ancré dans ses vieux démons.

 

Pendant plusieurs mois, un responsable du FN Vitrollais, sous le pseudo CICERON » a déposé des commentaires sur mon blog. Cela a donné lieu à des échanges parfois vifs, parfois limites, mais en final très instructif à mon sens pour les uns comme les autres. Nous ne nous sommes pas épargné l’un et l’autre. Cela a permis de mieux nous connaître, et parfois lever certains clichés ou à priori.  Cela m’a permis aussi de mieux cerner et mieux comprendre la pensée profonde du militant engagé du FN.

 

Ces derniers jours, des militants des « jeunesses identitaires » ont déversé une avalanche de commentaires sur le blog avec de multiples renvois sur leurs blogs et sites internet. Les jeunesses identitaires, renvoient à des mouvances les plus extrêmes, les plus haineuses, les plus racistes et les plus dangereuses de l’Extrême Droite Française. Est - il possible de débattre avec eux ? Est - il nécessaire de débattre avec des gens qui en final rejettent la démocraie, les droits de l'homme et les fondements de notre République ?


La « surprise » fut le soutien à cette mouvance du responsable FN Vitrollais.

 
Le voile est donc tombé.
 

Mon blog n’ayant pas vocation à être une tribune pour la diffusion de l’extrême droite la plus dure, j’ai décidé dans un premier temps de ne pas répondre aux commentaires.

 

L’avalanche de haine ne s’est pas fait attendre du responsable du FN Vitrollais en s’attaquant non plus sur les idées mais sur les personnes, avec des menaces à peine voilées. Le débat n’étant plus possible, je supprime donc tous les commentaires en conservant, à toutes fins utiles une copie des messages.

 

La première réflexion que je tire de cette expérience, c’est que le FN ne change pas et n’évolue pas. La pensée profonde reste la haine de l’autre, et une guerre des croisés chrétiens, contre le monde musulman. Le FN n’est pas un parti comme un autre. Il ne faut jamais le banaliser. Devant une façade qui recherche une respectabilité, avec Marine Le PEN par exemple, se cache toujours la pire idéologie.

 

La seconde réflexion pose la question de la démocratie et de l’extrême droite. Par une nouvelle avalanche de commentaires, que je supprime au fur et à mesure, je me fais attaquer pour être un non démocrate et refuse le débat. Mais peut –on réellement débattre avec des gens qui n’ont que la haine à la bouche et qui refusent la différence ? La Belgique, est aussi confrontée à la montée de l’Extrême Droite ; On peut trouver de nombreux articles sur ce sujet sur la toile internet. La Sénatrice Belge Marie-José LALOY s’interroge sur cette question. Je vous livre sa réflexion, qui me parait très pertinente.

 

Pour finir provisoirement, je reviendrai sur ce sujet, je rappelle que j’ai toujours fait la distinction entre l’électeur FN qui pour une raison ou une autre, rarement par idéologie se tourne vers ce parti pour trouver des solutions à ses problèmes, et les militants FN qui eux ne peuvent pas ignorer, et donc adhérent idéologiquement à la pensée FN, à son histoire, à son dessein,…

A suivre,


DH

NB : Je ferai à l'occasion à l'intention des internautes, une analyse des commentaires que je reçois et supprime, sur leur teneur, leur origine, etc.

 


Quand l’Extrême Droite prend la démocratie en otage ? (*)

 

Le vote d’extrême-droite, qu’il soit d’adhésion ou de protestation, fait malheureusement partie du paysage électoral, en Belgique comme dans la plupart des Etats européens. Une interprétation optimiste du phénomène voudrait y voir la force de la démocratie et sa capacité à intégrer politiquement ce qui la conteste. La représentation de l’extrême droite dans les institutions et sa quête de respectabilité éviteraient la dispersion, autrement dangereuse, de ses partisans dans les rues. De ce point de vue, la violence des discours se substitue alors aux violences physiques de bandes incontrôlables, comme un moindre mal.


Une interprétation plus pessimiste soulignerait la permanence de ce socle électoral et la banalisation des idées d’extrême droite dans la société tout comme leur influence sur le débat politique (les fameuses mauvaises réponses à de bonnes questions).

La démocratie est prise en otage ; l’électeur a le pouvoir de la libérer

Thermomètre d’une société malade qui ne parviendrait pas à guérir, le fardeau d’extrême droite serait le prix de notre relative impuissance à transformer l’ordre des choses.

L’extrême droite instrumentalise la démocratie, en suggérant une interprétation restrictive du pluralisme des opinions. Elle s’en proclame afin de progresser électoralement. Pour ce faire, elle n’hésitera jamais à flatter les passions populaires (« le peuple a toujours raison »). Usant de l’invective plutôt que d’arguments, les partis d’extrême-droite, populistes ou fascistes, revendiquent le respect de leurs opinions et de leurs électeurs dont ils se disent les porte-parole. Dans le même temps les autres partis sont considérés comme des ennemis ou des traîtres (au pays, à une communauté, au peuple).


La démocratie, comme système de valeurs et rassemblement des différences dans une volonté de vivre ensemble, est par contre rejetée.

 

Dans la conception simpliste d’un monde dual, séparant ‘profiteurs’ et ‘gens honnêtes’, ‘amis’ et ‘ennemis’, ‘nationaux’ et ‘étrangers’, il n’y a de victoire possible que dans la négation politique de l’autre.

 

De la même façon qu’il n’y a pas de compromis possible avec les ennemis de la démocratie, l’extrême droite ne peut exister qu’en cultivant sa raison d’être ‘anti-système’.

 

A la fois à l’intérieur et à l’extérieur du champ démocratique, l’extrême droite joue habilement de cette ambivalence : elle met au défi les forces démocratiques d’accepter sa présence au nom de valeurs (pluralisme politique, liberté d’expression) qui lui sont étrangères.

 

Dans le même temps elle sape les fondements de nos institutions démocratiques.


Nous en sommes toujours à chercher une réponse à ce défi.
On sait que l’interdiction n’apporte pas de solution durable au phénomène de désarroi, de ressentiment ou d’égoïsme social qu’exprime alternativement l’extrême droite. Briser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre d’un corps social tourmenté.

Le ‘cordon sanitaire’ déployé au nord du pays, dans une perspective prophylactique suggérée par l’usage de la métaphore médicale, a également montré ses limites. Il n’a pas empêché la diffusion des thèses du Vlaams Belang par de multiples relais (notamment des médias souvent complaisants, au croisement de leur lectorat et de l’électorat potentiel du VB). La prégnance de l’idéologie d’extrême droite dans la société flamande tétanise littéralement les autres partis. L’ordre du jour politique semble insidieusement fixé par le VB. Les dirigeants de ce parti sont parvenus à transformer leur marginalisation forcée en puissance politique déterminante.

Enfin, la suppression de la dotation financière s’attaque bien au nerf de la guerre mais en confortant précisément le discours le plus convenu de l’extrême droite : les partis traditionnels sont complices pour faire taire les seuls authentiques porte-parole du peuple.


La démocratie est prise en otage ; l’électeur a le pouvoir de la libérer.


(*) Marie-José Laloy


http://www.mjlaloy.be/mjlaloy/index.php?id=10,285,0,0,1,0

Repost 0
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 17:32

Primaires du PS, pour qui voter ?
 
 

Si vous hésitez sur le candidat qui représente le mieux vos idées, n’hésitez pas à faire ce petit test !

 


Pour moi, cela ce confirme, c'est FABIUS !!!!



Attention, le meeting avec Laurent FABIUS à Marseille le 13 novembre change de lieu :

Voir : 

http://didier-hacquart.over-blog.com/article-4335319.html

 
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 07:50

STOP !
 
 
 

« Un informateur » de la mouvance « jeunesse identitaire » déverse depuis ces derniers jours un flot de commentaires, qui n’est en fait que de la propagande d’extrême droite la plus nauséabonde, et la plus extrémiste.

 
 
 

Voir : http://didier-hacquart.over-blog.com/article-4390407.html

 
 
 

Il s’appuie pour cela notamment sur l’agence d’information NOVOPRESS (*), qui n’est qu’une émanation de l’extrême droite.

 
 
 

Je pense que la démonstration est faite avec le soutien du FN Vitrollais, à cette pire mouvance extrémiste.

 
 
 

Ce blog n’ayant pas vocation à servir de diffusion de cette propagande, je me réserve le droit de supprimer les commentaires de cet « informateur ».

 
DH
NB : A toutes fins utiles, je signale que je conserverai tous les commentaires postés/supprimés.


 
 
 
 

(*) Présentée comme une « agence de presse internationale », Novopress n’est en fait que l’émanation de l’extrême droite la plus radicale. Evidemment, le ton de certains « articles » s’en ressent...

 
 
 

Au début, ça pourrait ressembler à une bonne surprise : « Tiens, une nouvelle agence de presse qui donne des infos sur la région ». Sur sa page d’accueil, le site Novopress se présente comme une « agence de presse internationale, iconoclaste et réactive ». Dans la colonne de droite, toute une série de sous-rubriques concernant des zones géographiques ou des pays étrangers (Amérique du Nord, Ecosse, Espagne, Italie, Québec, Roumanie et Suisse), ainsi que des régions françaises, désignées à l’occasion sous leur appellation en langue régionale : Alsace, Breizh (c’est-à-dire Bretagne), Euskadi (Pays basque), Flandre, Lyon et Paris.

 
 
 

Novopress affirme défendre « une information alternative et sans tabous » pour lutter contre « le monde de la pensée et de l’information unique, un monde où Big Brother voit, entend, lit et dirige tout ». Ce n’est qu’en lisant plus attentivement certains textes mis en ligne que l’on comprend mieux ce que Novopress appelle « une information alternative et sans tabous ».

 
 
 

Des articles pompés sur La Voix du Nord

 
 
 

Au premier abord, la partie consacrée à la Flandre, selon les jours où on s’y connecte, peut paraître anodine. On trouve ainsi des annonces de manifestations locales (Fêtes de Gayant à Douai, programme des visites estivales de l’Office de tourisme de Lille...). Parmi les sujets plus développés, figurent aussi des articles consacrés au dossier du Grand stade de Lille ou encore à la désignation des pôles de compétitivité.

 
 
 

Sans grande originalité par rapport aux commentaires faits par la presse régionale. Et pour cause... puisque nombre d’entre eux, vérification à l’appui, sont des articles intégralement pompés dans les éditions de La Voix du Nord. Evidemment, une telle pratique est déjà en soi répréhensible mais ce n’est pas le plus grave. Loin de là.

 

Le plus grave, c’est le ton d’autres « articles », qui dégagent une nauséabonde odeur de xénophobie et d’incitation à la haine raciale. Ainsi, le texte mis en une le 7 juillet et titré « C’est chaud le Nord ! » Ce dernier liste une série de faits divers régionaux récents mettant en cause des personnes d’origine maghrébine (ou que le rédacteur supposent telles). Avec en prime, des commentaires qui se veulent sûrement humoristiques et qui sont rien moins que racistes.

 
 
 
Correspondant anonyme
 
 
 

Vient ensuite la conclusion, chef d’œuvre de réflexion intellectuelle : « A Lille, l’association cultu(r)elle de la mosquée El-Fatha, en attendant de pouvoir occuper l’ancienne salle des ventes qu’elle vient d’acheter, va pouvoir partager les salles paroissiales mises à disposition par l’association diocésaine. C’est pas beau l’œcuménisme, coco ? Vous me direz que cela n’a rien à voir avec les 4 paragraphes précédents... Ben, tiens ! » S’ensuit, s’il était besoin d’être encore plus clair, une série de considérations sur ces « faits divers » qu’il faudrait requalifier de « faits d’occupation étrangère »...

 
 
 

Le 13 avril, c’est un compte-rendu d’audience au tribunal qui évoque le tabassage en règle d’une jeune fille par un jeune homme au nom à consonance maghrébine. Recopié intégralement dans La Voix du Nord, seul son titre a été changé pour une version sans équivoque : « Intégration ? Assimilation ? » Et, bien entendu, le texte en question a été archivé dans la catégorie « Religion »...

 
 
 

Toujours dans cette rubrique « Religion », le 14 juin, en dessous d’une sélection de sourates du Coran, figure un montage graphique du meilleur goût. L’image rappelle la forme d’un paquet de cigarettes, dont la marque, sur fond vert, serait « Coran » et le message préventif : « Etre lapidée après la grossesse nuit à la félicité de votre enfant »...

 
 
 

Inutile de préciser que Novopress (pour sa section France comme pour sa section Flandre) s’en est donné à cœur joie après les attentats de Londres pour amalgamer Islam et terrorisme, avec des titres du style : « Etre tolérant avec l’Islam... » (au-dessus d’une photo d’explosion) ou « L’Europe une nouvelle fois touchée par le terrorisme musulman ».

 
 
 

A ce stade de la lecture, l’envie démange d’en savoir un peu plus sur les responsables de ce site. Une adresse e-mail (impersonnelle) mentionnée sur la page d’accueil nous a permis d’échanger quelques messages avec un correspondant anonyme, que l’on peut supposer être l’animateur de la section Flandre. Après une promesse d’entretien téléphonique, ce dernier ne donnera plus de nouvelles [1], malgré deux relances. Il nous faut donc nous contenter des quelques réponses faites par courriel.

 
 
 

« Retour à nos racines et à nos traditions »

 
 
 

Sans surprise, ce dernier reprend l’argumentaire général de Novopress (lire plus haut), en y ajoutant sa petite touche, car « chaque antenne Novopress a ses spécificités ». « Pour Novopress Flandre, nous voulons faire ressortir les informations régionales de premier abord sans importance mais qui reflètent bien la société dans laquelle nous vivons. Ceci est très important car la totalité de la presse régionale est aux mains des tenants d’un gauchisme attardé ou boboïsant. » Ce dernier aspect de la presse du Nord-Pas-de-Calais avait dû nous échapper...

 
 
 

L’autre remarque rend beaucoup moins anodine les annonces de fêtes locales présentes sur le site. « Nous voulons également mettre en avant notre culture régionale, trop souvent combattue et mise en sourdine par les tenants de la République une et indivisible, écrit notre correspondant anonyme. C’est pourquoi nous mettons souvent en avant des activités culturelles intéressantes, prônant le retour à nos racines et à nos traditions. Nous voulons également que Novopress soit une passerelle entre la "Flandre française" et la "Flandre belge", étant convaincus que nous faisons partie du même peuple et de la même culture. »

 
 
 

Ces commentaires cadrent bien avec la mythologie entretenue par l’extrême droite autour des « traditions » et du « retour aux racines », ainsi que l’idée qu’elle se fait des liens avec la Belgique flamande.

 
 
 

Dans la rubrique « Politique » de Novopress Flandre, Carl Lang est le seul homme politique régional dont les communiqués sont repris (avec renvoi vers son site internet). Sur Novopress France, c’est la 22e Fête des Bleu Blanc Rouge qui fait l’objet d’une présentation louangeuse, avec tous les détails pratiques nécessaires.

 
 
 
Liens étroits avec le Bloc Identitaire
 
 
 

Restait à savoir qui se trouve derrière le nom de domaine Novopress. Inutile de chercher sur le site des coordonnées, à part des adresses e-mail impersonnelles. En revanche, une simple requête sur le site Gandi.net nous en apprend beaucoup plus [2]. Le nom de domaine Novopress (valide jusque décembre 2006) a été déposé par un certain Fabrice Robert. Un inconnu ? Pas vraiment...

 
 
 

A 33 ans, Fabrice Robert a un CV bien rempli. Ex-conseiller municipal FN à La Courneuve, ex-membre du Conseil national du MNR (de Bruno Mégret), c’est aussi l’ancien porte-parole d’Unité radicale. C’est à cette organisation, interdite depuis, qu’appartenait Maxime Brunerie, qui avait tenté de tirer sur Jacques Chirac le 14 juillet 2002. Parmi d’autres « exploits », Fabrice Robert est aussi le fondateur du groupe de rock radical Fraction Hexagone, qui promet « une balle pour les sionistes, une balle pour le cosmopolitisme, et une balle pour la police » ou rend hommage à la croix celtique, symbole depuis longtemps récupéré par les groupuscules fascistes.

 
 
 

Aujourd’hui, Fabrice Robert est président du Bloc identitaire (qui, entre autres, dit « son opposition totale au dogme du métissage ethnique »), créé en 2003, après la dissolution d’Unité Radicale. Tout soupçon d’homonymie est à écarter : l’adresse postale (à Nice) du Bloc identitaire (précisée sur son site) et celle du dépositaire de Novopress sont les mêmes.

 
 
 

La filiation entre les deux structures est de toute façon évidente. Un lien sur le site de Novopress renvoie vers ID Magazine (domicilié à Nivelles, en Belgique), publication commune au Bloc Identitaire et aux Jeunesses Identitaires, présidées par un comparse de Fabrice Robert. Par ailleurs, Novopress a relayé la campagne, pour une élection partielle à Nice, d’un « candidat identitaire », « soutenu par Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire ».

 
 
 

Et voilà comment, pensant trouver le site d’une nouvelle agence de presse, on tombe en fait sur une émanation d’un groupuscule de l’extrême droite la plus radicale. Au fait, on oubliait le « meilleur » : Novopress met en exergue, en haut de chaque page, une phrase de Jacques Prévert : « Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie »...

 
 
 
Pour en savoir plus : http://www.acrimed.org/
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans FN - MNR et Extrème Droite
commenter cet article
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 08:13


J’ai reçu sur mon blog, une rafale de commentaires des « jeunesses identitaires » sur les émeutes en banlieues, l’islam, etc. Les commentaires redirigent les internautes sur différentes vidéos, et sites « identitaires ».
 
 
 
Voir commentaires à la suite de l’article :

http://didier-hacquart.over-blog.com/article-4263818.html

 

 
 
Curieux, je suis allé visiter les sites en question. On y découvre toute une galaxie de nostalgiques des gaulois, de Clovis ou de Jeanne - d’Arc, sans oublier la haine contre les élus et l’islam. La haine des élus explique surement pourquoi la plupart des commentaires ont été postés dans l'article sur l'ordre du jour du conseil Municipal.

Pour éviter de se faire traiter de racistes etc., ils se présentent dans une belle vidéo qui fleure bon le « travail, famille patrie » de PETAIN ! Sincèrement, cela vaut le détour. Le grand crédo de tous ces sites est évidemment la défense « des gaulois » contre l’envahisseur islamique. Nous retrouvons encore le thème classique de la guerre des croisés chrétiens contre les islamistes.
 
 
 
Mais j’ai voulu en savoir plus sur ce qu’était réellement les Jeunesses identitaires. C’est un peu moins glorieux et même inquiétant. En fonction de tout cela, je ne juge donc pas utile de répondre aux provocations des commentaires des Jeunesses Identitaires sur ce blog...
Il est intéressant que le militant FN vitrollais qui intervient réguliérement sur ce blog sous le pseudo "CICERON", soit intéressé par les propos tenus par "l'informateur des jeunesses identitaires". Cela nous éclaire un peu plus sur le FN Vitrollais et ses amitiés. Il est vrai que tout cela est dans la lignée d'un sujet déjà évoqué :

                                 http://didier-hacquart.over-blog.com/article-3262972.html

 

DH
 
 
 
 
 
Mieux connaitre le "Bloc identitaire"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le Bloc identitaire est un mouvement politique identitaire français créé le 6 avril 2003. Le logo du Bloc identitaire représente un sanglier stylisé. C'est une composante d'un nouveau courant de l'extrême droite française apparu récemment et appelé « mouvance identitaire ».

 
 
 
Création
 
 
 

Suite à la tentative d'assassinat perpétrée par Maxime Brunerie, membre du Mouvement national républicain (MNR) et sympathisant d'Unité radicale, contre le président français Jacques Chirac, le groupe Unité radicale est dissous le 6 août 2002.

 
 
 

Les conclusions de l’instruction menée par la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy rendues en juillet 2004 avaient établi que la tentative d'attentat, isolée, n'avait pas de lien avec l’engagement politique de Maxime Brunerie. Deux des dirigeants d'Unité radicale (Fabrice Robert et Guillaume Luyt) participent peu après au lancement du site les-identitaires.com et de l'association Les identitaires, avant de contribuer, en avril 2003, à la fondation du Bloc identitaire - Mouvement social européen. Fabrice Robert devient président du Bloc identitaire et Guillaume Luyt vice-président[1].

 
 
 
Idéologie
 
 
 

Le Bloc identitaire se donne pour objectif de « fédérer les jeunes Français et Européens fiers de leurs racines et de leur héritage ». Il se présente comme étant « né de la rencontre de militants issus de parcours politiques divers mais partageant tous le même rejet du système dominant :

 
 

- Dégoût du matérialisme, du consumérisme et de l'exploitation des travailleurs par le grand actionnariat international,

 

- Opposition au métissage ethnique et à la culpabilisation permanente des peuples européens,

 

- Dénonciation de la non-représentativité du système électoral français et de la confiscation de la démocratie par une oligarchie (technocratique, financière, syndicale et médiatique),

 
 
- Refus du prêt-à-penser et du terrorisme intellectuel,
 
 

- Hostilité à l'impérialisme, qu'il soit nord-américain ou islamique. »

 
  

Le Bloc identitaire se positionne de diverses manières dans le corpus idéologique d'extrême droite. Il prend une posture ruraliste en « défendant la ruralité comme alternative à la schizophrénie urbaine » et en s'opposant à l'« horreur mondialiste. » Même s'il défend les « racines et de l'héritage » européen, le BI utilise peu les thèmes du traditionalisme catholique. Ainsi introduit-il le thème de « la conjugaison de la résistance identitaire au féminin[2] ».

 
  

Le Bloc identitaire fustige de manière radicale l'immigration avec des slogans comme « racaille immigrée » et demande « Pas de kärchers, mais des charters ! ». Ses membres affirment défendre les personnes de « souche européenne » et les « petits blancs de banlieue[3] ». De plus, le Bloc identitaire entend donner à ses actions une dimension européenne puisque, par exemple, il soutient « nos frères serbes du Kosovo » contre les Albanais musulmans au Kosovo.

 
 
 
Structures connexes
 
  

Le Bloc identitaire est à l’origine de l’agence de presse Novopress[4] et du label musical Alternative-s. Il pilote plusieurs associations qui se veulent à vocation humanitaire et sociale : Comité d’entraide aux prisonniers européens, Solidarité-Kosovo, Solidarité des Français, Soulidarietà… Il a créé avec l'association Terre et peuple le Conseil représentatif des associations blanches. Il entretient des liens étroits avec les mouvements identitaires suisses, belges, québécois et portugais. Il publie le trimestriel ID Magazine.

 
  

Le Bloc identitaire est également proche des Jeunesses identitaires. Les deux dirigeants du bloc ont reconnu leur « influence » sur celles-ci[5]. Enfin, le nom de domaine du site officiel des Jeunesses identitaires a été déposé par Nos racines qui utilise la même boîte postale que le Bloc identitaire[6]. De plus, le porte-parole des JI, Philippe Vardon, est membre du groupe de musique Fraction (anciennement Fraction Hexagone) dont fait aussi partie Fabrice Robert[7]. Enfin lors de sa création, le BI décrivait les Jeunesses identitaires comme son « mouvement de jeunesse ». Néanmoins dans son dossier de présentation de janvier 2005[8], les liens semblent avoir évolué car le BI adopte la position suivante : « En aucune manière les Jeunesses identitaires ne sont le mouvement de jeunesse du Bloc. »

 
  
Actions et lobbying
 
 
 

Le Bloc identitaire s'est notamment fait remarquer par l'organisation d'actions de « lobbying ».

 
 
En 2003, ses militants ainsi que ceux des Jeunesses identitaires ont déclenché une campagne médiatique contre le groupe de rap Sniper, accusé d’être « anti-français » et raciste « anti-blanc », en saturant les organisateurs de concerts et les municipalités où ceux-ci avaient lieu de coups de téléphone, de fax et de courriels.
 
 
 

Cette campagne a été reprise par des députés de la droite parlementaire UMP et s'est traduite par l'annulation de plusieurs concerts. Le ministre de l’Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, a été interpellé à ce sujet à l’Assemblée par la député Nadine Morano et 200 députés ont demandé - sous l'impulsion du député François Grosdidier - l’interdiction de groupes de rap présentés comme faisant l’apologie de la violence et du racisme, cependant sans succès.

 
 
 

En 2004, c’est Cesare Battisti (ancien membre des Brigades rouges, condamné dans son pays pour plusieurs braquages et assassinats) qui est pris pour cible par les militants identitaires. Cesare Battisti est alors menacé d’expulsion et le Bloc identitaire déclenche alors une campagne contre lui : manifestation devant l'ambassade de France à Rome, alerte des parlementaires français, intrusion de ses militants en plein conseil municipal de Paris, protestations auprès des « soutiens » de l'ancien terroriste (notamment les librairies qui diffusent une pétition en sa faveur), publication d'un entretien avec le fils de Lino Sabbadin, assassiné par Battisti[9], etc. Les menaces sur sa sécurité et celle de ses proches font partie des éléments qui entraînent la cavale de Battisti en août 2004. En avril 2006, Cesare Battisti, toujours en fuite, publie aux éditions Rivages et Grasset un livre intitulé Ma Cavale. Il y accuse notamment le Bloc identitaire d’avoir été financé par l’ambassade d’Italie pour l’« agresser[10] ». À la suite de cette publication, les dirigeants du Bloc identitaire ont porté plainte contre Battisti et ses éditeurs pour diffamation.

 
 
 
Soupes identitaires
 
 
 

Depuis 2003, le Bloc identitaire organise ou appuie, d'abord directement puis par l'intermédiaire d'associations satellites ou amies, la distribution de « soupes identitaires » aux sans domicile fixe. Ces distributions ont lieu dans plusieurs villes en France et en Belgique : à Strasbourg par le collectif Solidarité alsacienne proche d'Alsace d'abord, à Nice par l'association Soulidarietà, à Paris par l'association Solidarité des Français ainsi qu'en Belgique : à Bruxelles par l'association Renaissance sociale et à Anvers par l'association Antwerpse Solidariteit proche du Vlaams Belang (*). Le principe de ces soupes identitaires est de contenir du porc ce qui a pour conséquence d'exclure de facto les juifs et les musulmans pratiquants qui souhaiteraient respecter les interdits alimentaires imposés par leur religion respective, et ce, en dépit de leur condition de SDF.

 
 
 

Ces distributions sont l'objet de vives critiques (comme celles de la députée européenne Catherine Trautmann) car jugées par certains comme « discriminatoires et xénophobes[11] ». Le préfet du Haut-Rhin a interdit la distribution de la soupe identitaire à Strasbourg le 21 janvier 2006. La distribution a également été interdite à Paris. Pour sa part, le Bloc identitaire défend les soupes identitaires en arguant que « le porc est partie intégrante du patrimoine culinaire de la France[12] ». L'association provençale Soulidarietà revendique « de servir "lu nouostre davant lu autre"[13] (« les nôtres avant les autres ») ».

 
 
 
Dirigeants et membres du Bloc identitaire
 
 
 

Fabrice Robert (ancien cadre d'Unité radicale, ancien élu du Front national, ancien membre du Mouvement national républicain). Il a été condamné à 5 000 euros d’amende pour injure et diffamation[14] suite à la publication sur le site internet des Jeunesses identitaires d'un message où le proviseur du lycée Louis-Majorelle de Toul « se voyait critiqué pour l'interdiction en vigueur dans son établissement de porter le "Harrington", un blouson de type "bomber", au motif qu'il est "un symbole d'appartenance à un groupe dont l'idéologie est le racisme" ». Le journaliste a rajouté le commentaire suivant « Pauvre chéri… Et la casquette de rappeur qui est le signe d'appartenance à un gang de dealer ou de racketteur, ça ne te gêne pas ? Vieux con de gauche, ça se soigne, docteur ?[15] ». Fabrice Robert s'est pourvu en cassation.

 

Guillaume Luyt (ancien activiste de l'Action française, ancien cadre d'Unité radicale, ancien directeur du Front national de la jeunesse, ancien cadre du Mouvement national républicain), associe la radicalisation de son engagement à la lecture des œuvres de Guillaume Faye.

 
 
 
 
 
(*) ex Vlaams Blok, cher à Hubert FAYARD, ex FN, ex MNR, ex élu Vitrollais avec Catherine MEGRET, aujourd’hui proche de Christian BORELLI, UMP
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans FN - MNR et Extrème Droite
commenter cet article
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 14:41

Les débats du Zénith à Paris pour la désignation du candidat socialiste à la Présidentielle en vidéo !



Laurent FABIUS


Laurent Fabius au Zénith
Vidéo envoyée par Razzye


                                             Ségolène ROYAL




Ségolène Royal au Zénith
Vidéo envoyée par Razzye
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article