Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 09:16

«Sarkozy et Moi», un documentaire corrosif inédit sur le Net
 
Ce documentaire d'une heure et demie, mis en ligne en six parties sur Dailymotion, développe les grandes orientations de Nicolas Sarkozy en matière d'immigration, de sécurité et d'économie.
 
Il dissèque les liens entre le candidat de l'UMP et les médias, en particulier dans ses relations avec les journalistes. Et n'hésite pas, à l'instar d'un Michael Moore, à impliquer directement l'auteur qui cherche désespérément à nouer un contact avec Nicolas Sarkozy.
 
Un documentaire à ne pas manquer, notamment pour ses savoureux entretiens de Claude Goasguen et de Patrick Devedjian.
 
Mieux vaut savoir avant qu’il ne soit trop tard…
 
DH


 






Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 16:20




Cette semaine, un numéro vérité de Marianne ! L’hebdo brise l’omerta et nous dévoile le vrai caractère de Nicolas SARKOZY. A lire absolument et en urgence avant le 22 avril.

DH


L’article de Marianne est désormais disponible en ligne. (Maj du 23/04/07)



Le VRAI SARKOZY !

Le 13/04/2007 - par Jean-François Kahn

Vous voulez tout savoir sur Sarko, y compris ce que l’on ne vous a jamais dit ? Alors, le numéro de Marianne de cette semaine est fait pour vous ! Une petite lecture pas inutile avant votre rendez vous de dimanche dans l’isoloir… Explications par Jean-François Kahn.

Au moins, désormais, est-ce clair. Quelque chose a basculé, dans la dernière ligne droite de cette campagne électorale. Pour la première fois depuis quarante ans, un candidat - pas celui que l’on croit et dont on fait, un peu artificiellement, un absolu épouvantail - a employé un ton et des arguments qui rappellent furieusement (le mot est le bon) la façon dont l’extrême droite d’avant-guerre et les staliniens d’après-guerre poussaient le terrorisme intellectuel et verbal jusqu’à nier la légitimité, l’humanité même de leurs concurrents ainsi diabolisés. Comme si le lapin était déjà fasciné par le boa, les médias, y compris ceux qui font profession d’extrême vigilance en la matière, tel notre confrère Le Monde, n’ont quasiment pas moufté.

Au-delà d’une saine compétition entre personnalités différentes et talentueuses, au-delà d’opinions divergentes mais légitimes, c’est donc bien, en réalité, notre conception de la République et le devenir de notre démocratie qui sont en jeu. C’est grave !

Il est donc temps, grand temps, de dévoiler ce qu’on semble avoir décrété indicible, de faire tomber les masques, de mettre toutes les cartes entre les mains des électeurs qui n’entendent pas favoriser une nouvelle fois l’avènement du césarisme. Il ne faut pas qu’on puisse dire, demain, qu’on ne savait pas, qu’on n’était pas prévenu, qu’on n’avait pas été informé.

Donc, cette semaine Marianne brise l’omerta que favorise le verrouillage médiatique, dit ce qu’on n’ose pas vous dire, et se libère de la conspiration du silence pour jeter, dans le débat, cette lourde vérité dont on voudrait vous interdire l’accès !

Dès aujourd’hui, lisez ce numéro essentiel. Au nom de tout ce qui nous rassemble, aidez-nous à lui assurer la plus large diffusion. Offrez-en un ou plusieurs numéros autour de vous, à vos amis ou connaissances. Le 23 avril, il sera trop tard…

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 08:31

Arnaud Montebourg, porte-parole de la candidate socialiste, revient sur la dérive des indemnisations des patrons. Il pointe les rapports entre l’UMP et le MEDEF, et dénonce SARKOZY qui s’agite aujourd’hui, alors que pendant des années le gouvernement auquel il a appartenu et sa majorité se sont opposés à toute réglementation.
 
Il faut sans cesse expliquer que la gauche et la droite, ce n’est pas la même chose, et qu’au travers de ces deux termes, ce sont bien 2 projets de société qui s’opposent.
 
DH
 
 
 
«Il y a des rapports fusionnels entre la droite et le Medef» (*)
 
Par Muriel GREMILLET
QUOTIDIEN : vendredi 13 avril 2007
 
En 2004, Arnaud Montebourg, porte-parole de Royal avait déposé une proposition de loi avec le député Christophe Caresche. Elle visait à la transparence et au «contrôle des rémunérations» des mandataires sociaux des sociétés cotées.
 
Que révèle «l'affaire Forgeard» ? 
 
Nous sommes en face d'une aristocratie financière qui professe des leçons de modération salariale à la terre entière quand elle se sert elle-même dans la caisse des entreprises. Voilà où nous en sommes, car le législateur n'a pas voulu intervenir. La droite a toujours refusé, malgré le nombre impressionnant de rapports décrivant ces dérives. Tout simplement parce que la droite politique, et notamment l'UMP, entretient des rapports fusionnels avec la droite économique, c'est-à-dire le Medef.
 
La droite fait confiance à l'autorégulation... 
 
Résultat, depuis quelques années, on assiste à un emballement sur la question de la rémunération des dirigeants. De Philippe Jaffré, l'ex-patron d'Elf, en passant par Antoine Zacharias, de Vinci, à Daniel Bernard, de Carrefour, jusqu'à Laurence Danon, du Printemps, la liste est longue des patrons qui sont partis avec d'énormes indemnités. Aujourd'hui, nous voici face à Noël Forgeard. Qui est en plus soupçonné de délit d'initié sur fond d'accident industriel. Il a montré son incapacité à diriger son entreprise et reçoit un chèque astronomique. Au-delà, c'est le pacte social à l'intérieur des entreprises qui est en train d'exploser.
 
Que peut faire le législateur ? 
 
Ségolène Royal interviendra. Il faudra d'abord décloisonner la question salariale. Les conseils d'administration doivent statuer sur les salaires. Ce sera la fin des privilèges pour les dirigeants. Et, pour ce faire, il faut que des salariés soient élus et siègent avec voix délibératives dans ces instances. C'est le seul moyen d'associer vraiment les salariés aux choix stratégiques de l'entreprise. Ensuite, l'assemblée générale des actionnaires devra aussi fixer un écart maximal entre le plus petit et le plus haut des salaires. Enfin, la plus grande transparence doit régner. Toutes les clauses contractuelles devront être publiées, sous peine de nullité. Aujourd'hui, si les rémunérations ne sont pas publiées, il n'y a pas de sanction. La responsabilité des dirigeants doit pouvoir être mise en cause devant les tribunaux, qui doivent pouvoir remettre en cause leurs avantages financiers.
Comment jugez-vous la proposition de Nicolas Sarkozy d'interdire les golden parachutes 
 
Mais, enfin, c'est le candidat du Medef et des têtes couronnées du CAC 40 ! Il a empêché toute réglementation pendant cinq ans au gouvernement, et il théorise que la politique n'a pas à se mêler de la vie économique. Il n'a aucune crédibilité à annoncer quoi que ce soit en la matière. Il est l'allié objectif des intérêts de la finance.
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 07:14


Comment ne pas rester insensible au drame qui se joue actuellement au DARFOUR ? Il est urgent d'agir. L'Europe doit se mobiliser. les candidats à la Présidentielle doivent aussi se positionner et s'engager clairement sur ce problème.

DH



EN FRANCE: 1 MILLION DE SIGNATURES POUR LE DARFOUR
 
 

EUROPETITION D'URGENCE aux chefs de gouvernements et aux institutions de l’Union européenne pour l’envoi immédiat d’une force de protection internationale au Darfour.

 

Initiative coordonnée par le Collectif Urgence Darfour (www.urgencedarfour.com)

 

A Mesdames et Messieurs les chefs de gouvernement des États membres de l’Union européenne,


A Monsieur José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne,
A Monsieur Javier Solana, Haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité commune



Nous, citoyens français et européens, ne pouvons rester plus longtemps indifférents et passifs face à la véritable guerre contre les civils qui se déroule actuellement au Darfour, dans l’ouest du Soudan.



L’armée soudanaise et les milices janjawids ont massacré par villages entiers, principalement en raison de leur identité « africaine noire », leurs concitoyens fours, massalits, zaghawas… qui constituent la majorité des six millions d’habitants du Darfour.

Certains parlent du premier génocide du XXIe siècle.



Déjà 400 000 hommes, femmes et enfants innocents sont morts. Des dizaines de milliers de personnes ont été violées, torturées et terrorisées. Plus de deux millions et demi d’autres ont été chassées de chez elles. Chaque heure, chaque jour, le nombre de victimes augmente !



L ’ONU a qualifié les exactions commises contre les populations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, et a saisi la Cour pénale internationale.

L’action humanitaire est intentionnellement entravée par le gouvernement soudanais: des ONG ont ainsi été obligées de suspendre leurs programmes et de quitter la zone, quand elles n’ont pas été tout simplement expulsées.

Aujourd’hui selon les observateurs des Nations unies, plus de deux millions et demi de réfugiés ou personnes déplacées n’ont pas ou plus accès à l’aide internationale et sont désormais exposés à la mort par malnutrition et maladie.

Cette situation insupportable qui perdure au Darfour déstabilise encore plus cette région déjà fragilisée et aggrave d’autres désastres humanitaires au Tchad et en République centrafricaine.



En quatre ans, dix résolutions ont été votées par les Nations unies sans aucun résultat concret sur le gouvernement de Khartoum.

 

En décembre dernier, au moment de quitter ses fonctions, Kofi Annan reconnaissait que le Darfour était le plus grave échec de l’ONU de ces dernières années.



Chaque minute coûte la vie à davantage d’innocents.



Mesdames, Messieurs, comme l’a demandé le Parlement européen dans sa résolution du 15 février 2007 votée à l’unanimité, vous devez agir maintenant !

En droite ligne avec la résolution 1706 du Conseil de sécurité de l’ONU, les Etats européens doivent envoyer immédiatement une force d’interpositionayant pour mandat de :

 

- protéger effectivement les populations d’un massacre généralisé ;

 

- mettre en place des corridors humanitaires sécurisés permettant aux organisations humanitaires d’accéder à l’ensemble des populations nécessitant une aide vitale ;

 

- déférer devant la Cour pénale internationale tous les individus inculpés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

 
D’autre part, il faut :
 
- établir une zone d’exclusion aérienne sur tout le Darfour ;
 

- appliquer des sanctions ciblées, conformément à la dernière résolution du Parlement européen ;

 

- favoriser les conditions d’un véritable accord de paix entre toutes les parties, permettant aux populations déplacées ou réfugiées de retourner sur leurs terres en toute sécurité.

 

Il est du devoir de l’Europe d’intervenir aujourd’hui et d’exercer sa responsabilité de protéger !

 
IMPORTANT : Aidez-nous en relayant cette pétition !


Si nous voulons être entendus, nous avons pour objectif de réunir, en France, 1 million de signatures !


Faites signer cette pétition au plus de personnes possible, autour de vous !


Envoyez-la, par e-mail, à tous vos contacts de messagerie, et demandez leur qu'ils la relaient à leur tour... pour créer, ainsi, une chaîne d'union pour le DARFOUR.

 
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 05:34

Il est temps de moraliser le monde des affaires et de la finance. L’annonce des indemnités de départ de Noël FORGEARD l’ex patron d’EADS suscite de nombreuses réactions à gauche essentiellement. Le PS et sa candidate se sont positionnés clairement. Coté UMP, FN et autres MPF, c'est plutôt le mutisme. N'est - ce pas logique ?
 
Pour le PS, un tel scandale remet en cause le plan Power 8 d’Airbus, dont Noël FORGEARD est un des responsables des problèmes de l’A380.
 
A suivre.
 
DH
 
 

Mercredi 11 avril 2007

 

Communiqué du Secrétariat national

aux Entreprises du Parti Socialiste

 

Le Parti socialiste dénonce la décision prise par EADS d’accorder des indemnités de 8,5 millions d’euros à l’ancien PDG d’Airbus et co-président du groupe. L’État étant actionnaire de référence du groupe EADS, il est évident que le gouvernement a autorisé le versement de ces indemnités.

 

Défaut de contrôle, défaut d’anticipation, erreur stratégique dans la nomination du management, dérive vers une logique financière, indemnités exorbitantes et injustifiées… la litanie est longue des erreurs accumulées par la droite. Le Parti socialiste rappelle à cette occasion son opposition au plan Power 8 qui prévoit 10000 suppressions d’emplois à Airbus.

 

Il renouvelle son engagement d’encadrer par la loi le montant et les conditions de versement  des rémunérations des dirigeants, en particulier les stock-options et les indemnités de départ de toutes natures. Le Parti socialiste entend également rendre obligatoire la publication dans les groupes côtés d’un rapport qui fixera une fourchette entre les plus basses et les plus hautes rémunérations, stock options et indemnités de départ  comprises.

 
 
 
 
 
Plus de 8 millions d'euros d'indemnités ont été versés à l'ancien co-président d'EADS lors de sa démission en 2006. Des sommes jugées "scandaleuses" et "injustifiées" par les syndicats et de nombreux candidats à l'élection présidentielle. Ségolène Royal demande l'annulation du plan de restructuration d'Airbus.
 

Polémique après l'annonce mardi du montant des indemnités de départ accordées à l'ancien co-président d'EADS, Noël Forgeard, pour plus de 8 millions d'euros. Alors que le groupe européen d'aéronautique s'apprête à lancer son plan de restructuration Power 8 qui prévoit la suppression de 10.000 emplois en Europe, le "parachute doré" dont a bénéficié l'ex-patron suscite ce mercredi des réactions indignées de la part des syndicats et de certains candidats à l'élection présidentielle.

 

Dans un document adressé mardi aux actionnaires par le conseil d'EADS en vue de l'Assemblée Générale du 4 mai, il est précisé que l'ancien président d'Airbus a perçu lors de son départ en juillet 2006 six mois de préavis, soit 1.223.317 euros et des indemnités de départ de 4.893.268 euros. A ces sommes s'ajoute, depuis le début de l'année, une indemnité de non-concurrence de deux ans qui représente un montant brut mensuel de 101.917 euros, soit un total de 2.444.008 euros.

 

Des sommes d'autant moins bien acceptées que Noël Forgeard avait dû démissionner un an après sa prise de fonction en raison des retards dans la livraison de l'Airbus A380. L'ancien dirigeant est aussi au cœur d'un scandale né de l'exercice de ses stocks options peu avant l'annonce des retards. Cette opération lui avait rapporté une plus-value de quelque 2,5 millions d'euros.

 

Au sein du groupe européen, les réactions sont vives. Les principaux syndicats d'Airbus estiment "scandaleux" et "choquant" le montant des indemnités versées à Noël Forgeard, alors même que les salariés de l'entreprise doivent affronter des suppressions de postes. "Alors qu'on fait un plan de restructuration, les actionnaires ont accepté les conditions négociées par Forgeard. J'ai du mal à comprendre que d'un côté on parle d'économies et que de l'autre côté on accepte ses conditions", a ainsi déclaré mercredi à l'AFP Jean-François Knepper, délégué syndical FO et vice-président du comité européen d'Airbus.

 

Bernard Van Craeynest, le président de la CFE-CGC, deuxième syndicat d'Airbus a quant à lui déploré le versement d'une "prime à l'incompétence", à l'origine d'un "fossé" croissant entre certains dirigeants et l'ensemble des salariés.

A moins de quinze jours de l'élection présidentielle, la polémique est également reprise par certains candidats à l'Elysée. Ségolène Royal a dénoncé ce mercredi un "scandale" et une "provocation", demandant "aux dirigeants d'Airbus de retirer la totalité du plan" Power 8 pour mettre à plat "la façon dont sont justifiées les suppressions d'emplois." La candidate socialiste à l'élection présidentielle a promis, si elle était élue, que "l'Etat mettra en place de vraies politiques industrielles et ne tolèrera pas que des dirigeants qui ont échoué partent avec la caisse tandis que des salariés, eux, paient les pots cassés".

 

François Bayrou, en campagne électorale à Tours, s'est lui prononcé sur l'adoption d'une "loi de moralisation de la vie économique", censée mettre fin à "des dérives difficilement acceptables". Selon le candidat de l'UDF, cette loi "obligera à ce que ces avantages soient décidés en assemblée générale de manière à ce que tout le monde en soit informé".

 

Un encadrement législatif également proposé par le candidat altermondialiste José Bové, qui préconise la création d'une "commission d'enquête parlementaire sur les patrons voyous".

 

Autre réaction politique: celle du candidat de la LCR à la présidentielle Olivier Besancenot qui a jugé le montant des indemnités versées à l'ex-PDG d'Airbus "stupéfiant" et "inadmissible", réclamant "une autre répartition des richesses", notamment pour augmenter les salaires.

 

Ces réactions font suite à celle de Marie-George Buffet, candidate PCF à l'Elysée, qui a fustigé mardi dans un communiqué la "prime au mauvais patron", se demandant "comment une société peut accorder une telle prime à un patron dont tout le monde s'accorde sur la désastreuse gestion, alors que dans le même temps, les salariés qui ont créé les richesses se voient contraints à un plan social".

 

Auparavant, le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, avait déclaré vendredi dans un entretien sur BFM TV que Noël Forgeard avait "une part de responsabilité" dans les difficultés actuelles d'EADS. Revenant plus généralement sur le cas des indemnités de départ accordées aux anciens PDG, il a déploré l'absence de contrôle moral et politique sur de tels niveaux de rémunération.



Serge Tchuruk a touché 8,2 millions d'euros en 2006


L'ancien président d'Alcatel, devenu président du conseil d'administration d'Alcatel-Lucent, a touché une indemnité de départ de ses fonctions exécutives de 5,7 millions d'euros en 2006, à laquelle il faut ajouter une rémunération de 1,4 million d'euros de salaire fixe et 1,1 million d'euros de part variable. Il dispose de plus de 236.000 actions Alcatel-Lucent d'une valeur de près de 2,1 millions d'euros. L'ex-patron bénéficie des termes du contrat signé avec Alcatel à son arrivée en 1995 à la tête de l'entreprise. En onze ans, l'action Alcatel a cependant perdu près 30% de sa valeur.



Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Industrie Aéronautique
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 07:54



Après la chasse aux délinquants de 3 ans, SARKOZY s’attaque à la pédophilie qui serait innée. C’est tout simplement abjecte. Avec de telles théories c’est la porte ouverte à l’eugénisme et au tri pré natal des fœtus… SARKOZY est vraiment dangereux.

 
 
 
DH
 
 
 
 
 

Les propos du candidat UMP sur la pédophilie et le suicide «innés» choquent.

 
 
 

Sarkozy prend les catholiques à rebrousse-foi (*)

 
 
 

Par Jean-Dominique MERCHET

 
 
 

QUOTIDIEN : lundi 9 avril 2007

 
 
 

L'homme est-il libre ? Beau débat philosophique que celui lancé ­ sans doute bien involontairement ­ par Nicolas Sarkozy avec ses déclarations sur la prédisposition génétique à la pédophilie ou au suicide. Il a en tout cas réussi à unir contre lui le très antichrétien Michel Onfray et les milieux catholiques.

 
 
 

Samedi, l'archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, a asséné un coup de crosse au candidat de l'UMP, qui ne manque pourtant pas de se dire «catholique» . «L'homme est libre, a affirmé l'ecclésiastique sur RTL. Ce qui me paraît le plus grave, c'est l'idée que l'on ne peut pas changer le cours de l'existence. Dire que quelqu'un est prédéterminé [...], cela veut dire que l'homme est conditionné absolument.» 

 
 
 

Mécontents. Dans un entretien avec le nietzschéen Michel Onfray, récemment publié par Philosophie magazine d'avril, Nicolas Sarkozy déclarait : «J'inclinerais à penser qu'on naît pédophile» et plus loin : «Il y a 1 200 ou 1 300 jeunes qui se suicident en France chaque année [...] parce que génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable [...]. Les circonstances ne font pas tout, la part de l'inné est immense. » Sur cette question, les catholiques ne peuvent qu'être très mécontents du candidat vers lequel penche pourtant la majorité des pratiquants (1). Partisan d'une «culture de la vie», les cathos ne cessent en effet de dénoncer tout ce qui ressemble de près ou de loin à l'eugénisme, le tri des embryons et, désormais, la «chasse génétique» , selon le mot de Mgr Vingt-Trois.

 
 
 

Les catholiques de l'UMP se retrouvent bien embarrassés. Sur leur site Internet (2), ils renvoient dos à dos Nicolas Sarkozy et Michel Onfray : «A chacun de se faire son opinion.» D'un côté, l'homme déterminé par ses gènes, de l'autre l'homme déterminé par son milieu. La cathosphère s'emballe : ainsi l'animateur du très conservateur blog « Le salon beige » s'emporte :  «'est du racisme. Nicolas Sarkozy semble penser que c'est l'hérédité qui fait le criminel. Il nie la liberté et la responsabilité humaine.» 

 
 
 

Evidemment, le très croyant François Bayrou n'est pas en reste. «Quand Nicolas Sarkozy en vient à dire qu'un bébé peut naître en ayant en lui une condamnation à la perversité ou au suicide, mais dans quelle société vit-on ?» s'est il exclamé, samedi, sur France 3. Depuis la Corse, le candidat de l'UDF avait déjà dénoncé les «propos terriblement inquiétants et glaçants» de son rival : «Ce sont des propos qui ne sont plus des propos humanistes. Ça voudrait dire qu'on a aucune chance, que son destin est joué à l'avance.» Quant à Jean-Marie Le Pen, il réagissait dès mercredi sur le même registre : «Si nous sommes habités par des gènes qui sont en eux-mêmes criminogènes, ça veut dire que nous n'avons pas la responsabilité de ce que nous faisons. »

 
 
 

Exonération. A gauche, le généticien Axel Kahn a affirmé hier sur RTL qu' «il n'y a pas de gène d'un destin malheureux» . Il a accusé Nicolas Sarkozy de «s'exonérer par avance de ses responsabilités en disant : si ça survient, le monde que je vais essayer de construire n'y sera pour rien.» Ségolène Royal s'est contentée vendredi d'un «Je laisse les scientifiques répondre» , alors que son directeur de campagne, Jean-Louis Bianco, trouvait «surprenants» les propos de Nicolas Sarkozy. L'intéressé, lui, «ne souhaite pas polémiquer» sur ce sujet, a-t-il fait savoir samedi, lors d'un déplacement à Saint-Remy-de-Provence.

 
 
 

(1) 72 % au second tour selon un sondage Ifop La Croix réalisé du 23 au 26 février auprès de 1 842 personnes.

 
 
 

(2) http://catholiques-ump.typepad.fr/catholiques_de_lump/

 
 
 

(*) http://www.liberation.fr/actualite/politiques/246357.FR.php

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 08:03



Honteux. Le FN n’est pas un parti politique comme les autres. Un Elu FN remet en cause
Lucie AUBRAC. C’est proprement scandaleux. Et dire qu’aujourd’hui Le PEN est parait –il fréquentable ?...
 
 
 
DH
 
 
  
 
 
 


Les "interrogations" d’un élu FN sur Lucie Aubrac
 
 
 
 
 

"Quand vous saurez qui elle était vraiment, vous rigolerez moins, bande de crétins!", a lancé Régis de la Croix Vaubois au groupe communiste qui voulait rebaptiser du nom de la célèbre résistante un lycée bourguignon.

 
 
 

Emoi au Conseil régional de Bourgogne. Les propos d’un élu Front National sur la résistante Lucie Aubrac, lundi lors d'une session plénière, ont provoqué un tollé dans l'assemblée. En fin de session, un vœu a été présenté par le groupe communiste visant à rebaptiser un lycée de la région du nom de Lucie Aubrac, fille de viticulteurs bourguignons, décédée le mois dernier à l'âge de 94 ans

 
 
 

Au moment du vote, seul le groupe FN s'est opposé à ce vœu, Régis de la Croix Vaubois, conseiller frontiste de la Nièvre, lançant : "Quand vous saurez qui elle était vraiment, vous rigolerez moins, bande de crétins!". Cette réflexion a provoqué un concert de protestations, dont celle du premier vice-président PS du Conseil régional, Christian Paul.

 
 
 

Interrogé par téléphone, Régis de la Croix Vaubois a précisé à l’AFP qu'il ne visait pas "son passé de résistante" mais ses prises de positions ultérieures en faveur des sans-papiers.

 
 
 

Plus tard, l’élu a cependant ajouté une phrase lourde de sous-entendus : "Ca ne remet pas en cause son passé de résistante, qui est globalement reconnu même s'il reste quelques interrogations".

 
 
 

Contacté par lefigaro.fr, Régis de la Croix Vaubois a estimé que le "degré de participation" de Lucie Aubrac dans le Résistance n’était "pas clairement établi".

 
 
 

Sollicité par lefigaro.fr, le directeur de la communication du Front National, Alain Vizier, s’est refusé à tout commentaire renvoyant les journalistes au seul Régis de la Croix Vaubois.

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans FN - MNR et Extrème Droite
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 11:23

"Sarko mot à mot" : un documentaire inédit sur Internet
 
Sarkozy est en tête des sondages.  Il est donné vainqueur au 2nd tour. Sarko, mot à motest un documentaire inédit sur Nicolas Sarkozy qui vient de sortir... sur le Net. Réalisé par Claude Théret, écrit par deux journalistes – Gérard Leclerc de France 2, et Florence Muracciole du Journal du dimanche –, Sarko, mot à mot, qui est diffusé en quatre parties, est soumis au jugement de 25 Français interrogés, à partir d'extraits de discours, sur des thématiques – la réussite, la France ou encore la discrimination positive. En contrepoint, historiens, politiques, présidents d'association... commentent ces propos.
 
Inquiétant…
 
DH

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 10:44




Le réchauffement de la planète est l’enjeu majeur des années à venir. Le GIEC vient de sortir un rapport alarmant sur le sujet.

 

J’ai déjà par lé du réchauffement climatique sur ce blog notamment au travers du film d’Al Gore, « une vérité qui dérange » du GIEC et d’un rapport du Sénat sur le sujet.

 

Nicolas HULOT a réussi à placer l’environnement dans le débat de la campagne électorale. C’est une première étape, cependant insuffisante. A part Dominique Voynet et José Bové, je ne suis pas sûr que les « grands candidats » aient pris toute la mesure ce qui va arriver et des mesures qu’il faut prendre. C’est aussi tout un modèle économique qu’il faut repenser. Ce n’est pas une simple adaptation sur les bases de rentabilité financière qui réglera le problème. Quel est la finalité d’une logique de rentabilité de 15 % pour des actionnaires, si la planète est détruite. Cousteau disait que « nous ne faisons qu’emprunter la planète à nos petits enfants ». Si nous voulons la leur rendre en bon état, il faut s’y mettre de suite !

 

J’espère que le rapport du GIEC interpellera les candidats à la Présidentielle…

 
DH
 
 

Le GIEC accouche d'un rapport alarmant sur le climat (*)

 

Les experts du climat ont publié vendredi 6 avril 2007 à Bruxelles un diagnostic alarmant des impacts du réchauffement climatique, à l'issue d'une nuit de discussions où plusieurs pays, notamment les Etats-Unis et la Chine, ont contesté leurs conclusions. Au-delà de 2 à 3 degrés supplémentaires par rapport à 1990, aucune région n'échappera aux effets négatifs d'un réchauffement climatique, a prévenu le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec).


D'ici 2080, estiment les experts dans un rapport de 1400 pages, jusqu'à 3,2 milliards d'humains seront exposés à de graves pénuries d'eau et 600 millions à la faim en raison des sécheresses, de la dégradation et de la salinisation des sols. Chaque année, deux à sept millions de personnes supplémentaires pourraient subir des inondations, notamment sur les côtes où la pression démographique s'accentue et dans les grands deltas d'Afrique de l'Ouest, d'Asie ou du Mississippi, aux Etats-Unis. Toutes les formes de vie sur terre seront affectées: "de 20 à 30 % des espèces végétales et animales connaîtront un risque croissant d'extinction si les augmentations de la température mondiale dépassent 1,5 à 2,5°C" par rapport à 1990, indique le rapport.


"Les populations pauvres, même dans des sociétés prospères, sont les plus vulnérables au changement climatique", a souligné le président du Giec, Rajendra Pachauri, lors d'une conférence de presse. "Ceci requiert notre attention, car les plus pauvres sont aussi les moins aptes à s'adapter", a-t-il ajouté. Le réchauffement climatique est susceptible de déclencher des déplacements massifs de population du fait du risque croissant de sécheresses et d'inondations de vastes zones côtières, a souligné pour sa part le principal responsable de la lutte contre le changement climatique à l'Onu Yvo de Boer.


L'Afrique risque d'être la région du monde la plus touchée. Le changement climatique va compromettre la sécurité alimentaire et exacerber les pénuries d'eau sur le continent. 80 à 200 millions de personnes supplémentaires devraient être confrontées aux famines d'ici 2080. Les récoltes pourraient diminuer dans certains pays africains de 50% en 2020 et même de 90% en 2100. Près de la moitié des plantes endémiques d'Afrique australe sont menacées d'extinction et jusqu'à 12% des grands mammifères du continent. Il pourrait aussi y avoir des conséquences sur le plan sanitaire (expansion du paludisme...). L'Asie devrait subir inondations, sécheresses et pénuries d'eau, aggravées par les effets de la pression démographique et de l'industrialisation sur les ressources naturelles. L'Arctique est également menacée, avec la fonte attendue d'une grande partie des glaces et le sort de l'Antarctique reste incertain.

 
En Europe, le réchauffement climatique aura un impact fort mais inégal. Les pays méditerranéens feront face à des risques accrus de sécheresse, des récoltes appauvries et des vagues de chaleur mortelles, à l'image de la canicule de 2003, tandis que les pays situés à des latitudes supérieures subiront davantage d'inondations, mais bénéficieront dans un premier temps d'un allongement des saisons propices aux cultures. L'Amérique du nord sera confrontée à des vagues de chaleur éprouvantes dans les villes, et à des tempêtes plus intenses près des côtes, à l'instar du cyclone Katrina en 2005. Dans le domaine de la santé, c'est la population âgée de plus de 65 ans qui sera le plus fragilisée par les vagues de chaleur, une population qui devrait augmenter brutalement à partir de 2010 avec les baby-boomers. La pollution à l'ozone, engendrée par le réchauffement, favorisera les maladies respiratoires et l'asthme chez les enfants.


L'Europe comme les Etats-Unis commencent dès lors à se mobiliser. Au nom de l'UE, la chancelière allemande Angela Merkel a exigé une "action rapide et énergique" de la communauté internationale pour protéger l'environnement. L'UE s'est engagée en mars sur une série d'objectifs pour lutter contre le réchauffement de la planète, passant par un coup d'accélérateur dans les énergies renouvelables. Même Washington reconnaît désormais l'urgence: "un des principaux messages (du rapport du GIEC) est que le changement climatique représente un défi mondial et nous reconnaissons tous que cela nécessite des solutions internationales", a déclaré vendredi la chef de la délégation américaine à Bruxelles, Sharon Hays.

 

(*) LExpansion.com du 06/04/2007

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Ecologie politique - environnement
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 08:36

Contrairement au discours ambiant, et à la pensée unique relayée chaque jour par les médias, ce sondage remet à mon sens les choses en place et me parait plus proche de la réalité.
 
Non les français n’ont spécialement envie de travailler au-delà de 60 ans.
 
Oui les français souhaitent disposer de temps pour profiter de la vie !
 
Il est évident, que cela est aussi lié à des problèmes de revenus, de montant de retraite, et de situations familiales. La vie sur terre est suffisamment courte, pour ne pas la sacrifier au travail jusqu’à plus de 60 ans. Le sens du progrès qui permet un allongement de la vie doit nous permettre à tous de profiter pleinement de cet allongement et non de le perdre dans du travail supplémentaire. C’est un choix philosophique, mais aussi un véritable choix politique. Dans quelle société voulons – nous vivre ?
 
A l’heure où le FN, l’UMP et l’UDF préconisent un allongement de la durée de travail, les français devront se positionner le 22 avril 2007…
 
DH
 
Les Français actifs souhaiteraient prendre leur retraite à 55 ans

Le troisième baromètre annuel Axa de la retraite souligne combien la question de l'arrêt de l'activité constitue une préoccupation grandissante chez les Français, actifs comme retraités. De fait, ils souhaitent partir à la retraite assez tôt... et commencent donc à la préparer également très tôt!
 
En pleine campagne électorale, les candidats seraient bien avisés de jeter un œil sur la troisième édition du Baromètre Axa de la Retraite*: premier enseignement, les actifs considèrent que l'âge idéal de départ à la retraite est de 55 ans. De plus, ils se déclarent opposés à l'allongement de l'âge de la retraite.
 
L'âge limite acceptable serait de 62 ans, légèrement au-dessus de l'âge légal actuel (60 ans).
 
Du point de vue du financement de la retraite, l'étude confirme que l'Etat "reste la clé de voûte du système", puisque 82% des actifs considèrent qu'il doit financer la retraite. Mais ils sont 65% à considérer qu'ils doivent eux aussi y contribuer. Cette prise de conscience se double d'un passage à l'acte: ils commencent à préparer leur retraite en moyenne à 31 ans, en économisant 198 euros par mois. Les hommes mettent de côté 248 euros par mois tandis que les femmes épargnent seulement 134 euros par mois.
 
Assez logiquement, les versements s'accélèrent à partir de 45 ans, quand la retraite devient une échéance plus concrète. Assurance vie, versements sur des dispositifs d'épargne salariale et immobilier sont les solutions les plus utilisées.
 
Mais outre la nécessité de se procurer des revenus complémentaires pour la retraite, les Français souhaitent majoritairement préserver leur capital pour le transmettre à leurs enfants: 53% des actifs le souhaitent, et ce chiffre monte à 63% parmi les retraités. Une préoccupation spécifiquement française: selon le Baromètre Axa, seuls 20% des retraités et 12% des actifs allemands affichent cette préoccupation. Mais si les Français pensent à leurs enfants, l'inverse est également vrai : 49% des actifs considèrent que les enfants doivent soutenir leurs parents retraités par des aides financières.


Paru dans La Tribune du 23/03/2007


* Etude menée auprès de 11.590 personnes dans 16 pays. Pour la France, 300 actifs de plus de 25 ans et 301 retraités ou préretraités de moins de 75 ans ont été interrogés.
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !