Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 22:15

 


Conseil Municipal de Vitrolles du 31 mai 2007

 
 
 


Le prochain Conseil Municipal de notre ville se tiendra le 31 mai 2007 à 18h30 à l’Hôtel de Ville.

 
 


Parmi les points forts de ce conseil, on peut retenir les points 49 qui concernent le vote du compte administratif du budget 2006, après le vote du budget au précédent conseil.

 
 


Plusieurs délibérations concerneront des approbations de marchés notamment pour les bibliothèques, des travaux pour les satellites de restauration, des travaux au stade la Doumègue, du mobilier urbain, la réhabilitation de groupes scolaires, etc.

 
 


Il faut noter aussi la délibération qui attribuera le titre de citoyen d’honneur de la ville de Vitrolles à Monsieur Pierre GHAZARIAN.

 
 


N’hésitez pas à venir nombreux à assister au Conseil Municipal, ouvert à tous, et véritable espace de citoyenneté.

 
 


Pour en savoir plus :

 
 
 
 

DH
Repost 0
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 12:31

 



Un nouveau site internet PS sur Vitrolles pour la campagne aux législatives de

 
Jean – Claude DENJEAN
 
 
 



J’ai le plaisir de vous annoncer la naissance d’un nouveau site internet pour la campagne de Jean - Claude DENJEAN, notre candidat PS à la législative dans la XIIème des BdR..

 
 

 
 

http://ps.vitrolles.free.fr/



Bon surf !
 
 


DH
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 07:27

 



Manifestation de l’ADEV le 25 mai 2007 à l’Aéroport Marseille Provence

 
 

« contre les bruit des avions au dessus de Vitrolles ! »

 


05-2005-Manifestation-du-25-mai-07-bb.jpg
 
 
 


En complément de l’article du 26 mai 2007, voici l’Article paru dans la Provence et un site à consulter pour en savoir plus :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une réunion de l'ADEV est prévue le mardi 29 mai à 18h30 à la maison de quartier des Pinchinades.


A suivre,
 
 

DH
Repost 0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 07:03

 



MEGRET, le retour à Vitrolles ?

 
 
 

Bruno MEGRET ose revenir à Vitrolles et se présente dans la XIIè circonscription des BdR.

 
 

J’ai bien dit, « il ose » après avoir mis quasiment en faillite notre ville, lui qui n’a jamais habité Vitrolles, ni même les Bouches du Rhône, lui qui vit en région parisienne. Il s’est servi de Vitrolles comme d’un laboratoire sur notre dos !

 
 

Il ne faut pas oublier non plus son dernier procès relatif à sa dernière campagne électorale de 2002…

 
 

Vendredi 25 mai, Il distribuait un tract au marché des Pins. J’ai noté qu’il était accompagné de quelques individus dont les voitures sont immatriculées dans le 38 et le 66…

 
 

Pourquoi faire appel à des « étrangers » (*) ? Il doit se sentir bien seul à Vitrolles ???

 
 

Seul détail amusant qui donne l’ambiance à l’extrême droite, il rappelle « avoir retiré sa candidature face à Jean – Marie Le PEN (la formule est bizarre, non ?). Aux législatives, Jean – Marie LE PEN a placé son majordome face à Bruno MEGRET. » (Là cela me parait plus juste !)


 
 

Mais au fait à qui peut bien servir la candidature de MEGRET dans la XXIème ?

 
 


A suivre,


DH


 
 
 
 
(*) Du département 13 !
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 13:07

 



Manifestation de l‘ADEV contre le survol des avions à Vitrolles !

 


 
 
 


Comme annoncé depuis quelques jours, une manifestation a été organisée à l’Aéroport Marseille Provence contre le bruit des avions liés au survol de notre ville, particulièrement dans les quartiers sud.

 
 

Les revendications concernent essentiellement l’arrêt des approches à vues, le couvre feu la nuit, et de revoir les trajectoires de décollages.

 
 

De nombreux élus de Vitrolles qui sont aussi des habitants de Vitrolles incommodés par le bruit des avions se sont joints aux manifestants :

 
 

Jean - Claude DENJEAN (1er Adjoint et candidat PS dans la XIIè des BdR), Philippe GARDIOL, Malik MERSALI (Candidat PC dans la XIIème), Claude MICHEL, Pascale MORBELLI, Marie - Thérèse THIBAULT et moi-même !

 
 
A suivre,

 
 
DH


Repost 0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 07:37

 



Elections législatives 2007 dans la XIIème circonscription des Bouches du Rhône


 
 
 

Jean – Claude DENJEAN, 1er adjoint à Vitrolles, candidat PS pour la XIIème circonscription des BdR inaugure son local de campagne le 26 mai à 11h30, Place de Provence à Vitrolles.

 
 

Pour ne pas donner une majorité écrasante à Nicolas SARKOZY, il faut soutenir et voter pour Jean – Claude DENJEAN le 10 juin prochain !

 
 

A tous ceux qui soutiennent Jean Claude DENJEAN, RdV samedi à 11h30 !

 
 
DH
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 07:06

 



Le gouvernement FILLON attaque tous azimuts, le contrat unique, le service minimum, etc.

 

Jean – Luc MELENCHON nous livre aujourd’hui une réflexion éclairée sur le service minimum.

 

A méditer…

 

DH



LE SERVICE MINIMUM DE MONSIEUR FILLON, par Jean – Luc MELENCHON
 
 
 
 
 

Le premier ministre, monsieur Fillon, a déclaré qu'il laissait au syndicat trois mois pour faire leurs propositions concernant la mise en place du service minimum après quoi il déposerait lui-même un texte de loi si rien ne lui est proposé. Bingo!

 
 
 

C'est fort: il s'agit de demander aux syndicats de proposer eux-mêmes ce qu'ils ont toujours refusé jusqu'à ce jour. S'ils ne le font pas le premier ministre prendra l'opinion à témoin: "Regardez ces gens qui refusent de dialoguer. Ce sont des sectaires qui se moquent de l'intérêt général".

 
 
 

Les gros beaufs branleront du chef compulsivement. Et les bons esprits modernes de la gauche non archaïque (futur sollicités pour faire ministres de gouvernement de droite "sans abandonner ses convictions!") lèveront les yeux au ciel avec des soupirs navrés. Moi, je ne suis pas d'accord avec le service minimum.

 
 
 

Chaque fois que la question a été posée, c'est à dire après chaque victoire électorale de la droite et après chaque grève massive dans les services publics, j'ai remarqué que nous n'étions qu'une poignée d'élus politiques à gauche pour aller braver les partisans du bon sens et de l'ordre tranquille sur les plateau de télé. Apparemment ça s'est su. Je l'ai payé.

 
 
 

Un jour à Orly, j'allais prendre un avion pour Strasbourg (une des lignes les plus pourries de l'aviation civile que l'on peut dorénavant s'épargner en prenant le TGV). Le personnel de piste s'était mis en grève "sauvage". Dès que l'information en a été donnée, c'est à dire après une heure d'attente sans explications, des gens très énervés ont commencé à protester haut et fort. On comprend. Moi même je ne peux pas dire que je nageais dans l'allégresse....Puis quelques excités se sont mis à dire les sottises que vous connaissez sur les "planqués qui se la coulent douce", etc... Puis un ou deux s'en sont pris à moi: "alors vous êtes content ! La voila votre grève! Ah ils sont beaux vos amis " et ainsi de suite. C'est comme si j'avais donné le mot d'ordre de grève.

 
 
 

"Grève sauvage"! Qu'est ce qu'une grève sauvage? Une grève sans préavis. Le préavis est devenu obligatoire sous De Gaulle. L'idée c'était que le préavis donnait un délai pour discuter et régler le problème sans besoin d'aller au conflit ouvert. Supposons que le préavis soit déposé. Dans combien de cas discute-t-on pour éviter le conflit ? Pratiquement jamais. Qui ne veut pas discuter ? L'employeur. Pourquoi ? Pour ne rien céder si c'est possible, en comptant que les salariés n'ont pas les moyens de tenir la grève assez longtemps pour l'obliger à composer. Toute grève est donc un échec dont la responsabilité n'est pas du fait des grévistes. Ce n'est pas facile à expliquer, surtout à ceux qui se sont au moins une fois heurté à un train qui reste à quai à la fin d'une journée de travail crevante ou à ceux qui se sont trouvé coincés dans un de nos riant aéroports à attendre des explications concernant l'annulation de leur vol.

 
 
 

N'empêche. On n'a pas fini d'en parler. La grève est un échec. C'est parce qu'on ne peut faire autrement pour se faire entendre qu'on fait grève. Ce n'est jamais une partie de plaisir pour ceux qui la font: ils y perdent du salaire et vivent un stress d'autant plus grand qu'ils mesurent eux-mêmes l'ampleur de la gène qu'ils provoquent en connaisseurs qu'ils sont d'un service qu'ils font tourner tout le reste du temps..

 
 
 

On n'a pas fini d'en parler! Car le droit de grève est un droit constitutionnel. Et, je le signale, c'est un droit individuel. Donc une liberté individuelle. Quoi qu'en pensent les porteurs de gros sabots la matière est délicate à manier dans ce genre de domaine.

 

On n'a pas fini d'en parler! Car de plus si l'idée parait simple comme un mouvement de menton, elle est cependant assez compliquée à mettre en œuvre.... Voyons ça...

 
 
 

Lire la suite

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Parti Socialiste
commenter cet article
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 07:17

 La santé nous concerne tous, et c’est un sujet éminemment politique. Alors que la droite française s’inspire du modèle américain, j’ai trouvé intéressant un article dans Le Monde qui explique en quelques mots et très simplement ce système. Par ailleurs, la santé et ce système américain sont mis sur le devant de la scène avec en présentions hors complétion à Cannes le film de Mickael MOORE, « SICKO ». 

La Gauche et la Droite ce n’est pas la chose. Pour vous en convaincre, sur le sujet de la santé, je vous conseille les orientations du PS et de l’UMP pour comparaison…
 
 
Bonne lecture,
 
 
DH
 
 

 

Vices et vertus du système de santé américain (*)

 

 Le réalisateur Michael Moore montre pour la première fois à Cannes Sicko, documentaire sur les inégalités du système de soins aux Etats-Unis. Qu'en est-il réellement ? Victor G. Rodwin, spécialiste des systèmes américain et français, analyse le modèle outre-Atlantique.

   

Dans votre livre sur le système de soins français, vous essayez d'expliquer aux Américains qu'il y a du bon dans ce modèle. Ne craignez-vous pas d'aller à contre-courant ?

 
 

En dehors de la gastronomie et de la mode, la France n'est pas prise très au sérieux aux Etats-Unis. L'image qui vient tout de suite, en termes de politiques publiques, c'est la centralisation, les impôts élevés, une nation qui applique des politiques anachroniques à une époque où l'économie est mondialisée. Mais, en fait, il y a beaucoup à apprendre du système français.

 
 

Chez vous, quand on parle de réforme, c'est pour préserver la combinaison d'une assurance-maladie universelle et d'une médecine libérale. Tout le monde est couvert. Il y a un secteur public et un secteur privé. L'architecture du système est assez bonne. Le problème, c'est comment mieux le gérer pour assurer une meilleure qualité des soins et une meilleure intégration des services entre les hôpitaux, les cliniques et la médecine de ville... Aux Etats-Unis, quand nous parlons de réformer le système de santé, c'est parce que le nombre de personnes n'ayant pas d'assurance-maladie ne cesse de croître, et la qualité des soins est très inégale.

 
 
Comment décrire le système américain ?
 
 

C'est un système extraordinairement pluraliste et décentralisé. L'Etat fédéral, en partenariat avec les Etats, couvre les gros risques : les personnes âgées, les handicapés lourds, les pauvres. Certains conservateurs diraient que nous avons en fait un système de couverture universelle dans la mesure où tout le monde est couvert à condition de devenir pauvre...

 
 

Il n'y a pas un système obligatoire qui couvre toute la population. On n'est pas automatiquement couvert : cela, c'est inconcevable pour un Français. Mais c'est la logique d'un système organisé autour d'une industrie d'assurances privées, financées sur la base de primes actuarielles.

 
 

Prenons un exemple. Un Américain a une bronchite : que fait-il ?

 
 

Cela dépend de son âge, de ses revenus et de son éventuel employeur. S'il s'agit d'une personne âgée de plus de 65 ans, elle bénéficie du système Medicare. Ce système ressemble à l'assurance-maladie en France, sauf qu'il y a des forfaits avant d'être remboursé et que le ticket modérateur est plus élevé qu'en France. S'il s'agit d'un malade qui vit sous le seuil de pauvreté, il a droit au système Medicaid. Celui-ci varie d'un Etat à l'autre et bénéficie à environ 40 millions d'Américains. Il couvre à peu près tout, mais paie très mal les médecins. Pour eux, il n'y a guère d'avantages à prendre ces patients dans leurs cabinets libéraux sauf à multiplier les actes.

 
 

A New York, la consultation Medicaid est d'environ 20 dollars. Alors que, si le médecin soigne une personne âgée, il touche 100 dollars. C'est une inégalité frappante. Puisque ce malade sait qu'il aura beaucoup de mal à se faire soigner en cabinet libéral, il se rend aux urgences ou aux consultations externes d'un hôpital à but non lucratif privé ou d'un hôpital public. Et là, il attend plusieurs heures pour être soigné.

 
 

Qu'en est-il de la majorité des Américains ?

 
 

Ils disposent d'une assurance privée, qui leur est offerte par leur employeur. C'est le cas de 58 % des Américains. Les prestations varient d'une assurance à l'autre. Les gros employeurs proposent en général de meilleurs systèmes de couverture. Une très faible minorité des assurés (moins de 3 %) bénéficie d'un système comparable au vôtre, où le patient peut aller consulter n'importe quel médecin pour n'importe quelle raison et se faire rembourser.

 
 

De manière globale, il faut bien comprendre qu'il n'existe pas de prix uniforme pour la consultation. Cela dépend de l'endroit où l'on habite. A New York, c'est plus cher. Si vous allez voir un médecin spécialisé en médecine interne, vous payez 100 dollars minimum. Dans le cadre du système Medicare, les personnes de plus de 65 ans sont remboursées à hauteur de 70-80 %. Le prix de la consultation n'est pas fixé par une négociation annuelle entre les groupes de médecins et l'Etat comme en France. Il suit des procédures extrêmement techniques. Une commission nationale remet ses propositions chaque année au ministre de la santé.

 
 
Et il y a les fameuses HMO...
 
 

Les Health Maintenance Organisations ("organisations d'entretien de la santé") sont des centres de santé où les malades vont directement consulter. Ils ne versent qu'un ticket modérateur. Mais ils sont contraints de ne voir que les médecins du HMO, sauf s'ils acceptent de payer plus. 70 % des HMO, appelées aujourd'hui "managed care organizations", sont privées à but lucratif. Les Etats-Unis sont le seul pays qui ait un secteur aussi important de fournisseurs de soins cotés en Bourse.

 

Les Américains acceptent donc un système n'offrant pas la liberté du choix...

 
 

Chez vous, tout le monde est couvert par le même système d'assurance-maladie. Chez nous, parmi les gens couverts par leur employeur, la liberté de choix de l'assureur est considérable, mais presque 20 % de la population n'est pas couverte.

 
 
Qui sont ces non-assurés ?
 

La plupart sont des employés qui ont des petits salaires, des "working poor". Ils travaillent dans de petites entreprises qui ne peuvent pas payer les primes d'assurance-maladie pour eux. La durée moyenne pendant laquelle une personne reste sans assurance est de deux ans. Ensuite, soit elle trouve un emploi pourvu d'une assurance, soit elle devient si pauvre qu'elle peut être couverte par Medicaid. Une étude du National Institute of Medicine a montré que le risque de mortalité chez les non assurés est de 25 % plus élevé que chez les assurés.

 
 

Mais s'il s'agit d'une question de vie ou de mort, même les hôpitaux privés sont contraints de "stabiliser" le patient. Ils ne sont pas obligés de pratiquer des actes autres que ceux qui peuvent maintenir la survie. Mais ils doivent stabiliser le malade avant de l'envoyer à l'hôpital public.

 
 
Qui paie dans ce cas ?
 

L'hôpital public prend ces dépenses sur son budget, qui est financé par les collectivités locales. Le problème, c'est qu'il n'y a pas d'hôpital public dans tous les comtés des Etats-Unis, seulement dans les grandes villes.

 
 

Comment expliquez-vous que les Etats-Unis dépensent plus qu'en France pour la santé avec 46 millions de non-assurés ?

 
 

Oui, nous affectons près de 16 % de notre PIB aux dépenses de santé, alors que les Français dépensent autour de 10 %. Mais les prix de tous les biens et services dans le secteur de la santé sont beaucoup plus élevés chez nous, y compris les salaires du personnel médical et infirmier. L'intensité des soins est aussi plus élevée. Nous avons plus d'infirmières par lit que vous ; plus de technologies lourdes et coûteuses, par exemple les IRM. En outre, nous dépensons beaucoup plus en frais administratifs puisque nous avons des centaines d'assurances différentes : chacune exige des protocoles de remboursement et de vérification différents.

 
 

Notre système génère donc pas mal de gaspillage, mais nous sommes cependant un laboratoire pour le reste du monde. De nombreux systèmes américains de gestion des services de santé ont été repris ailleurs. Le système de mesure de l'activité hospitalière (output) par exemple. Comment évaluer ce que fait l'hôpital, la gravité des maladies soignées ? Par un indicateur qui s'appelle le DRG (Diagnosis-Related Group). Il a été repris dans la plupart des pays du monde.

 
 

Les médecins sont donc mieux payés qu'en France ?

 
 

Beaucoup mieux. Mais, en échange, ils ont accepté une perte d'autonomie. Ils sont soumis à l'intervention permanente des multiples payeurs, qui peuvent demander aux médecins et à l'hôpital de rendre des comptes sur la raison pour laquelle ils ont ordonné tel ou tel traitement. Ils doivent défendre les soins qu'ils ont mis en place pour le malade. Vous commencez, du reste, à connaître ce phénomène en France.

 

Ils gagnent beaucoup plus, mais ils ont aussi beaucoup plus de frais. Ils doivent rembourser leurs emprunts à la faculté de médecine, payer leurs primes d'assurance pour erreur médicale, et les frais administratifs pour gérer les payeurs. La médecine à l'acte est devenue encore plus anachronique qu'en France. Il est rare de pratiquer seul en cabinet libéral aux Etats-Unis.

 
 

Quelles sont les perspectives de réforme aux Etats-Unis ?

 

Il faudrait arriver à généraliser Medicare à toute la population. Mais le secteur d'assurance-maladie privée s'oppose à la mise en place d'un système national. Aux Etats-Unis, nous avons encore un problème d'accès aux soins. En France, il a été résolu pour les soins primaires et les services des généralistes. Mais l'accès à des services de spécialistes de qualité est assez inégal. Il y a d'énormes disparités d'un département à l'autre. Cela peut aller de 1 à 10, par exemple pour le taux d'angioplasties, de pontages coronariens ou de remplacements de la hanche. C'est le grand enjeu de l'avenir : rendre accessibles à tous les soins de grande qualité.

 

 

Victor G. Rodwin est professeur en économie et gestion des services de santé à la Wagner School of Public Service de la New York University. Il vient de publier aux Etats-Unis Universal Health Insurance, How Sustainable ? Essays on the French Healthcare System.

 
 
 
(*) lemonde.fr du 20.05.07
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Législatives 2007
commenter cet article
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 07:14

 


Réalité de l’Extrême droite : Attention danger avec le GRIF
 
Voir la mise à jour de l'article du 20/08/07
 
 
 

J’ai « l’honneur » d’être cité sur le site du GRIF,  le Groupe de Résistance Identitaire Français dans un article :

  
http://legrif.wordpress.com/2007/05/22/dans-la-famille-%c2%ab-gros-con-%c2%bb-je-demande-didier-hacquart%e2%80%a6/
 
 

L’article n’amène pas de commentaire tellement cela est ridicule, tout en étant inquiétant sur les pratiques de ce groupuscule.

  

Ce qui est moins drôle, se sont les menaces proférées à mon encontre par cette mouvance. Je vous renvoie à lecture des commentaires d’un texte que j’ai publié sur la banalisation du  FN :

  

Voir : 

http://didier-hacquart.over-blog.com/article-5744749.html#anchorComment

 
 

Le plus grave ce sont les idées racistes, xénophobes, négationnistes, antisémites,  diffusées sur ce site qui sont la base idéologique des Identitaires.

 

Il faut dénoncer sans cesse ces pratiques, illégales et dangereuses pour la démocratie et notre République.

  

Le GRIF soutient les candidats FN pour les législatives. Il faut le dire et le diffuser largement.

 

Il va de soit, que je vais interpeller la LDH, la LICRA, sur ces pratiques.

  

Je remercie sincèrement K. de m’avoir prévenu.

 

A suivre,


DH



 NB :

Je signale à tous les internautes tentés par des insultes et diffamations en déposant des commentaires sur ce blog que je posséde les adresses IP qui permettent d'identifier les auteurs des menaces et diffamations à toutes fins utiles.



MAJ du 03/06/07 : Un nouvel article me concernant est paru sur le site du GRIF :


http://legrif.wordpress.com/2007/06/03/le-stalinien-didier-hacquart-est-de-retour%e2%80%a6/



MAJ du 20/08/07 : Le GRIF a fait le ménage sur son site internet et les articles me concernant ainsi que d'autres plus compromettant ont disparu (thèses résolument xénophobes, racistes, et néonazies. A toutes fins utiles, j'ai gardé cependant des copies.

Le GRIF semble vouloir se donner une apparence plus "présentable" au travers d'une vitrine, l'association "Faisceaux". Il suffit de lire les statuts pour en comprendre les objectifs. Il est surprenant que de tels statuts puissent être acceptés en préfecture ?

Je remercie par ailleurs les internautes de divers horizons qui m'ont communiqué le nom du leader du GRIF.

A suivre...

DH

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans FN - MNR et Extrème Droite
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 07:34


Nicolas SARKOZY a été élu le 6 mai dernier. Le combat pour la
défense de l’environnement et de l’avenir de la planète doit cependant continuer ! Cela reste l’enjeu majeur des années à venir.
 
 
 
Le combat continue notamment sur l’EPR, et la nécessaire sortie du nucléaire, malgré un nouveau Président pro-nucléaire.. C’est pourquoi, il est plus que nécessaire d’enclencher des actions républicaines et civiques, notamment en signant la « charte du réseau « Sortir du Nucléaire » !
 
 
 
N’hésitez pas non plus à consulter le site du Réseau sortir du nucléaire.
 
 
 
DH
 
 
 
 
 
Signez la Charte du Réseau "Sortir du nucléaire"
 
 
Charte du Réseau "Sortir du nucléaire"
 

- Considérant les risques d'accidents majeurs croissant dus au vieillissement des installations nucléaires,

 

-  considérant les dangers que fait courir l'accumulation des déchets radioactifs vis-à-vis des générations présentes et futures,

 

-          considérant les risques pour la santé liés à la pollution radioactive due à toute installation nucléaire,

 

-  considérant le risque de prolifération nucléaire à des fins militaires,

 

- considérant le coût prohibitif de la filière nucléaire (construction et démantèlement des installations, gestion des déchets radioactifs),

 

- considérant les dangers que représente le lobby nucléaire pour la démocratie,

 

-  considérant que la France est le dernier pays en Europe à tout miser sur le nucléaire,

 

A cette période charnière où se pose le problème du renouvellement du parc nucléaire français, nous, citoyens, scientifiques, élus, associations, entreprises... voulons une décision immédiate de sortie du nucléaire.

 
Nous voulons :
 

- l'arrêt des projets d'enfouissement de déchets radioactifs,

- l'arrêt du retraitement du combustible usé à La Hague et l'arrêt de l'utilisation du plutonium à des fins énergétiques (combustible MOX),

-  l'arrêt des exportations d'électricité et de toute technologie nucléaire,

- le non renouvellement du parc nucléaire,

- la fermeture des réacteurs en fonctionnement.

 
C'est possible avec :
 

-  le développement des économies d'énergie,

- la mise en place d'une autre politique énergétique basée sur les énergies renouvelables (éolien, solaire, bois,...) fortement créatrices d'emplois,

- le recours en phase transitoire, à des techniques de production énergétique les moins néfastes possibles pour l'environnement (centrales au gaz, cogénération,...).

 
 
Pour signer :
 
 
Repost 0