Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 05:16




Réunion publique du Front de Gauche à Marignane

 



Le 20 mai à 18h00, au restaurant « Mar y sol », route du Jaï le Front de Gauche organise une réunion publique sur « l'Europe que nous voulons » avec :


-          Jean- Marc Coppola du PCF membre du comité exécutif du PCF en charge des questions européennes


-          Hélène Lecacheux du Bureau National du Parti de Gauche


Venez nombreux pour débattre des questions européennes à quelques jours à peine de l'échéance du 7 juin !


DH



Pour en savoir plus :


Au niveau des Bouches du Rhône :


Le Parti de Gauche dans les BdR


Le Front de Gauche dans les BdR


Au niveau national :


Le Parti de Gauche


Le Front de Gauche


Sans oublier le blog de Jean-Luc Mélenchon  !

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 05:46



Campagne du Front de Gauche dans la 12ème des BdR, suite !

 



Dans la 12ème circonscription des BdR, le Parti de Gauche mène une campagne active pour les Européennes au sein du Front de Gauche avec les camarades du PC !


Les réunions publiques s'enchainent les unes après les autres (Vitrolles, Berre, Gignac, Le Rove) et prochainement à Marignane le 20 mai.


L'affichage bat son plein, ainsi que le boitage et les tractages sur le marché de Vitrolles notamment.

 

 



A l'invitation des camarades du PC de Berre - Rognac, nous étions quelques Vitrollais à être présents pour la foire de Berre pour distribuer les tracts Front de Gauche.

 




ABBA avec les camarades PCde Berre et Rognac









L'enjeu des élections européennes du 7 juin, rappelons qu'il n'y a qu'un seul tour, ce sont les abstentionnistes.


L'enjeu pour le Front de Gauche et le Parti de Gauche, c'est de se faire connaître et faire connaître la démarche engagée pour la Gauche. Il faut débattre et expliquer sans cesse, que seul le Front de Gauche peut apporter autre chose à Gauche.


Ce ne peut pas être le PS qui a soutient sans ambigüité, c'est dans son programme, le traité de Lisbonne, la pale copie du TCE rejeté par une majorité de Français en 2005.


Ce ne peut pas être le NPA de Besancenot qui a publiquement affirmé que les députés Européens ne servaient à rien. Dans ces conditions pourquoi voter pour eux ?


Au-delà, il faut s'opposer à la politique de SARKOZY, et le Parti de Gauche est fier d'être le fer de lance de la campagne « Casse toi pov' con ! »...

 


A suivre.


DH

 



Les prochaines réunions publiques dans les BdR :


18/05/09 Gardanne : Energie publique dans l'Europe du futur


18h30 Maison du Peuple


Avec la participation de :


Karim Ghendouf, Conseiller régional PACA délégué à l'énergie, Conseiller municipal de La Ciotat, Candidat du PCF sur la liste du Front de Gauche dans la circonscription Sud-Est


Claude Debons, militant syndicaliste, coordinateur des collectifs du 29 mai (pour le NON dans référendum sur la constitution européenne), candidat Parti de Gauche sur la liste du Front de Gauche dans la circonscription Sud-Est


19/05/09 : Noves : Pour une Europe sociale, écologiste, pacifiste...


18 H 30, Mairie de NOVES,


Grande réunion publique du Front de Gauche pour une Europe sociale, écologiste, pacifiste et faisant des progrès en démocratie ainsi qu'en solidarité.


Avec :


Hélène Le Cacheux (Parti de Gauche)

Georges Julien (maire de NOVES)

Karim Ghendouf (Parti Communiste)


20/05/09 : Marie-Christine VERGIAT, tête de liste du Front de Gauche dans le Sud Es, à Marseille


9 H 30 Rencontre avec d'inlassables militants des droits de la personne dont des membres de  la Ligue des Droits de l'Homme, Cimade ...


Lieu : Section du PCF centre ville Rue Balard


11 H 00 Conférence de presse aux Arcenaux (en présence des membres du Comité de soutien 13 au Front de Gauche)


Lieu : Les Arcenaux sur le Cours d'Estienne d'Orves


13H 30 Diffusion de propagande Front de Gauche auprès des employés des Docks


Lieu : Place de la Joliette


14 H 30 Rencontre avec associations de défense de l'environnement et des transports collectifs


Lieu : section PCF du 7ème,   rue CHATEAUBRIANT


16 H 00 Rencontres avec des associatifs des quartiers Nord de Marseille


18h 00 Débat avec des acteurs du monde de la Culture


Lieu : Patio du Théâtre Toursky

 



20/05/09 : Ensemble à Marignane


18h00, Restaurant du Jaï «  Mar y sol »


Avec Gérard PERRIER  pour le Parti de Gauche

Jean-Marc COPPOLA pour le PCF.

 



21/05/09 : Gauche Unie à Lambesc


19 h 00


Avec la participation de :


Karim Ghendouf, Conseiller régional PACA délégué à l'énergie, Conseiller municipal de La Ciotat, Candidat du PCF sur la liste du Front de Gauche
de la Circonscription Sud-Est

Gérard PERRIER, coordinateur du Parti de Gauche en PACA


23/05/09  Gauche réelle d'Aix-en-Provence

18 h 00 Salle des Cèdres,

Avec la participation de :
Karim Ghendouf, Conseiller régional PACA délégué à l’énergie, Conseiller municipal de La Ciotat, Candidat du PCF sur la liste du Front de Gauche de la Circonscription Sud-Est

Claude Debons, Militant syndicaliste, Coordinateur des collectifs du 29 mai, Candidat du Parti de Gauche sur la liste du Front de Gauche de la Circonscription Sud-Est

Anne Mesliand, Syndicaliste à l’Université d’Aix-Marseille, Candidate d’ouverture sur la liste du Front de Gauche de la Circonscription Sud-Est
Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 06:08



Le travail de terrain pour la campagne des Européennes menée par le Front de Gauche commence à porter ses fruits. Le Front de Gauche est le premier à être parti en campagne pour sensibiliser les français aux enjeux de l'élection européenne du 7 juin, scrutin à un seul tour, comme il faut aussi le rappeler.


 De nombreuses réunions publiques sont organisées dans tous les départements. C'est le cas dans les Bouches du Rhône (coi l'agenda sur le site du Parti de Gauche 13). C'est bien sûr le cas dans la 12ème des Bouches du Rhône avec les réunions de Vitrolles, Berre, Gignac, Le Rove et le 20 mai prochain à Marignane (18h00, restaurant du Jaï le "mar y sol").  
   
 Un article du Monde met en avant cette percée sensible du Front de Gauche. Une remarque cependant, le Front de Gauche n'est en aucun cas la « Gauche radicale », c'est la Gauche tout simplement, et je suis fier d'adhérer au Parti de Gauche ! 
   
 DH 



 

La compétition s'intensifie au sein de la gauche radicale, qui bénéficie d'un vent porteur



Les équilibres électoraux sont ils en train de changer dans la gauche radicale ? Selon un sondage IFOP, réalisé les 6 et 7 mai auprès de 886 personnes, pour Paris Match pour les européennes, le total des intentions de vote en faveur des listes de la gauche du PS (LO, NPA, Front de gauche) dépasse les 15 %. En 2004, cette même frange avait totalisé 8,6 %. La progression est réelle face au PS qui voit son capital électoral s'effriter.


Mais la répartition de ce potentiel électoral au sein de la gauche radicale évolue. Dans les sondages, le Front de Gauche, alliance du PCF et du Parti de Gauche, progresse. Selon l'IFOP, il aurait rattrapé son retard sur le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) avec 6,5 % des intentions de vote contre 7 % pour le parti d'Olivier Besancenot. Alors qu'il obtenait 9 % en février, ce dernier subit un tassement qui profite aux amis de Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon.


"On sent un début de dynamique en faveur des listes du Front de gauche. Dans les milieux les plus politisés ou syndicaux, cette alliance ressemble à l'unité recherchée de la gauche de la gauche", remarque Jérome Fourquet, directeur de l'IFOP.


CONTEXTE D'ABSTENTION


Le contexte d'une abstention forte favoriserait ce rééquilibrage. L'électorat du NPA, plutôt jeune et populaire, constitue une frange sociale particulièrement touchée par la crise et fortement encline à s'abstenir. "Les électeurs du PCF et du Parti de gauche sont plus participants", souligne M. Fourquet.


Le constat est partagé par Stéphane Rozès, président de la société de conseil CAP : "Le réservoir de voix du NPA se trouve dans un vote de contestation. Le Front de gauche apparaît comme plus utile pour que les choses changent en Europe", analyse le sondeur.


Sur le terrain, le Front de Gauche s'est lancé tôt dans la campagne et commence à en récolter les fruits. On voit un peu partout fleurir ses affiches rouge et jaune comme ses autocollants ; ses militants sont très présents dans les manifestations et multiplient les réunions publiques. "On constate une petite dynamique depuis la semaine du 1er mai avec plus gens dans les réunions et plus de non-militants", raconte François Delapierre, bras droit de Jean-Luc Mélenchon.


Ce n'est pas encore le cas du NPA : ses militants ont donné la priorité aux luttes sociales, aux mobilisations syndicales. La crise a accaparé l'essentiel des forces de ce parti qui rêve d'une grève générale. " L'échéance européenne est lointaine pour nos franges sympathisantes. L'enjeu est de mobiliser cet électorat abstentionniste en expliquant qu'on peut protester utile", admet Pierre-François Grond, le bras droit d'Olivier Besancenot.


Le NPA s'efforce désormais de faire le lien entre la crise économique et l'Europe en estimant qu'il existe une convergence des luttes que ce soit en Grèce, en Espagne ou en Italie. Il affiche un objectif modeste : "Si on obtient un élu, on sera content", insiste M. Grond.


"Il ne faut pas oublier que les européennes sont les élections plaisir dans lequel l'enjeu de pouvoir est faible. Et avec ce niveau, le NPA a installé son électorat", fait remarquer Vincent Tiberj, chercheur au Centre d'études européennes.


Sylvia Zappi


Article paru dans l'édition du Monde.fr du 14.05.09


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 00:00

 

Le pire, pour moi,  dans cette histoire, c'est la salariée à qui la proposition a été faite qui à la télévision se pose la question de comment vivre avec 69 € en Inde, même si là bas se serait un salaire qui permette de vivre ( ?). Se poser la question, c'est déjà imaginer que cela peut être possible...

 

Comme le dit « rageusement »  le camarade Gilbert, « Incroyable, mais vrai! Jusqu'à quand ? »

 

DH                      

 


 

Allez bosser pour 69 euros en Inde, l'UMP vous le rendra ! (*)

 

Par Slovar. Pour le parti du Président, il faudrait être prêt à tout pour garder son emploi. Y compris aller travailler en Inde comme le propose l'entreprise Carreman. Le patron n'y est pour rien : c'est la loi qui oblige l'employeur à faire une proposition alternative au licenciement.


Garder son travail et gagner ... 69 euros brut par mois. On était de bonne humeur le 6 mai dernier à la salle Pleyel. En effet, l'UMP encadrée par ses dirigeants et ministres, fêtait les deux ans de présence à l'Elysée de son champion. Extraits : « L'action continue ! Le 6 mai, pour les deux ans de l'élection de Nicolas Sarkozy, François Fillon et 12 ministres du gouvernement se sont rassemblés autour de Xavier Bertrand pour rappeler les résultats de deux ans d'action menée au service des Français » 

 

Au cours de cette « sauterie », l'actuel Ministre du Travail et des relations sociales Brice Hortefeux « a répondu aux attaques de l'opposition sur la réforme du travail le dimanche en expliquant qu'en temps de crise le gouvernement se devait de tout tenter pour défendre l'emploi ». Défendre l'emploi, c'est exactement ce que fait le patron de Carreman qui a décidé de licencier 6 personnes en leur proposant un reclassement en... Inde. 

 

Carreman est une entreprise qui avait déja fait parler d'elle en 2005 :    Le 30 novembre 2005 on pouvait lire sur le site du Journal La dépêche

 

« Castres (81) - Textile : Carreman vend son unité de 160 salariés- Le fait du jour. Les salariés castrais s'opposent à l'externalisation de leur usine alors que le groupe intègre 600 salariés en Roumanie et en Inde. L'heure est grave dans l'entreprise textile Careman et en particulier sur l'unité de Castres où pour la toute première fois de son histoire, la quasi totalité des employés devrait être en grève aujourd'hui entre 11h30 et 14h30 (...). Les salariés ne veulent donc pas devenir des façonniers dont le principal handicap est justement de jouer la «variable d'ajustement» lorsque les commandes s'affaiblissent (...) »


Le 9 mai 2009 on pouvait lire cette dépêche de l'AFP 


« Un chef d'entreprise textile de Castres a récemment proposé à neuf salariés licenciés un reclassement en Inde pour 69 euros brut par mois, provoquant stupeur et colère au sein de l'entreprise et dans la région. La direction de l'usine textile Carreman, qui emploie 150 personnes à Castres, a décidé de licencier neuf de ses salariés et leur a proposé un reclassement dans une autre usine du groupe à Bengalore, en Inde. La proposition, jugée scandaleuse par les salariés, est de 69 euros brut par mois pour six jours de travail. Elle inclut un 13e mois, une assurance médicale et une caisse de prévoyance (...). La direction de l'usine a répondu qu'elle ne faisait qu'appliquer la loi. "C'est la loi française qui nous oblige à faire par écrit une proposition de reclassement si on dispose d'autres sites, même si c'est en Papouasie ou au Bengladesh. Je suis conscient que c'est stupide, mais c'est la stupidité de la loi", a déclaré le PDG de Carreman, François Morel, dans un entretien au quotidien régional la Dépêche du Midi vendredi. ». 

 

« Nous sommes dans un milieu très concurrentiel avec des clients qui ne sont pas toujours très loyaux et qui veulent acheter de plus en plus loin pour payer de moins en moins cher, alors qu'ils revendent toujours au même prix, poursuit le PDG. On a été obligé de délocaliser, sinon c'était la fin. »


Des alternatives acceptables étaient possibles

 

Pour le maire UMP de Castres, cette proposition n'est tout simplement «pas responsable». «Un petit chèque plutôt qu'un reclassement aurait été plus tolérable», s'indigne pour sa part un responsable CGT de l'entreprise. Autant dire que la colère n'est pour le moment pas retombée sur le site de Carreman. D'autant que les salariés auraient découvert hier qu'un voyage à Bora-Bora était prévu prochainement pour les commerciaux du groupe. (Source D&S)


C'est probablement en pensant à ces méthodes d'un autre âge que le Premier Ministre déclarait le 6 mai : « Malgré la crise, le gouvernement a en effet maintenu son effort de changement : « cet élan réformiste ne s'arrêtera pas  ». Car les lendemains de crise verront s'opposer les nations gagnantes et les nations perdantes « les gagnantes seront celles qui auront l'audace de se transformer dans la crise pour en faire un tremplin ».


Tremplin pour qui ?

 

Retrouvez le blog de Slovar

 

(*) Marianne.fr /  Slovar - Blogueur associé | Lundi 11 Mai 2009

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 21:09




Les problèmes de présentation du BLOG sont indépendants de ma volonté et sont en cours de règlement par l'équipe d'over-blog !


La diffusion des articles reprendra dès que possible !!!!


DH

Repost 0
Published by Didier HACQUART
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 07:18




Je dirai même plus, au moins 7 bonnes raisons de voter Front de Gauche le 7 Juin 2009 !!!


DH



7 RAISONS DE VOTER FRONT DE GAUCHE AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES DU 7 JUIN 2009


Par le Mouvement politique d'éducation populaire (M'PEP) (1)


Le 12 mai 2009.


Le M'PEP poursuit ici les explications concernant les raisons de son appel à voter pour le Front de Gauche le 7 juin.


 1.- Pour s'engager en politique


« Si tu ne t'occupes pas de politique, la politique s'occupe de toi ». Certains peuvent avoir tous les griefs de la terre contre les partis politiques ou contre la politique elle-même, mais s'ils restent à pester dans leur coin cela ne sert à rien, les choses n'avancent pas pour autant. Voter pour les listes du Front de Gauche n'exige pas un accord sur tous les sujets. La preuve : le M'PEP a de nombreuses différences avec le Front de Gauche, mais aussi des points d'accords qui justifient son soutien ! Dans un « front », il faut de la diversité ! Ceux qui considèrent que le Front de Gauche va dans le bon sens doivent donc s'y engager. Par exemple, ne serait-il pas cohérent que le mouvement altermondialiste appelle à ne pas voter pour les partisans du traité de Lisbonne (UMP, PS, MoDem, liste Europe écologie), sans pour autant appeler à voter ?


 2.- Pour affaiblir électoralement les partis pro-système


Le 7 juin 2009, voter pour les listes de l'UMP, du PS, du MoDem et des Verts, ce sera du pareil au même. Tous ces partis étaient hier favorables au Traité constitutionnel européen, tous sont aujourd'hui des adeptes du Traité de Lisbonne qui en est la copie conforme. Il faut faire barrage aux listes des partis pro-systèmes en ne votant pas pour elles aux élections européennes.


 3.- Pour mettre un grain de sable dans le système européen


L'élection de beaucoup de députés du Front de Gauche ne permettra évidemment pas de changer d'Europe. Mais ces élus seront les relais et les vigies des luttes sociales qui s'opposeront aux directives libérales élaborées par la Commission européenne.


 4.- Pour ne pas disperser ses voix


Pour être efficaces, encore faut-il que les électeurs de gauche concentrent leurs voix sur les listes qui présentent la perspective politique ayant le maximum de potentiel, en écartant les listes de division qui conduisent à l'impasse comme celles du NPA et de LO.


 5.- Pour soutenir les analyses et propositions du Front de Gauche


Le Front de Gauche appelle à « Changer d'Europe ». Il s'agit d'un appel à refonder toute la construction européenne, sa conception même, et non plus simplement de tenter de la faire bouger en s'inscrivant dans son cadre actuel. Pour le M'PEP, cette question est centrale, car se sont bien les fondements de la « construction » européenne qui doivent être revus, et non simplement ses politiques.

 6.- Pour encourager la seule initiative unitaire


Ce dont a besoin la gauche de gauche, avant tout, c'est d'unité. La gauche de gauche doit faire preuve d'intelligence politique et admettre qu'elle ne parviendra pas à surmonter ses divergences d'un coup de baguette magique ; alors, en attendant, il faut s'unir sur des bases acceptables par tous afin de faire face à la droite. C'est ce que semblent avoir compris les partis fondateurs du Front de Gauche, et ils sont les seuls à avoir lancé une démarche unitaire à la gauche du Parti socialiste.


 7.- Pour progresser dans la reconstruction de la gauche


Après le désastre de l'élection présidentielle de 2007, l'heure est à la reconstruction de la gauche. Cette reconstruction doit porter sur deux aspects : rétablir des repères idéologiques solides ; réorganiser les alliances. L'élection européenne est une étape importante dans cette perspective.


VOTEZ ET FAITES VOTER POUR LE FRONT DE GAUCHE !


(1) http://www.m-pep.org/spip.php?article1289


Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 06:22




Manifestation de l'ADEV à L'Aéroport Marseille Provence le 15 mai 2009 !



Le15 mai à 18h00, l'ADEV, l'Association de Défense de l'Environnement Vitrollais, organise une manifestation à l'Aéroport Marseille Provence.


Depuis plusieurs années maintenant l'association se mobilise contre le bruit généré par le survol des avions. Des solutions réalistes existent, des propositions de trajectoires ont été proposées, mais l'association doit faire face à des lobbies importants puisque des intérêts économiques sont en jeu.


Habitant dans les quartiers sud, j'ai soutenu l'association lorsque j'étais Elu et je suis toujours adhérent de l'association et je serai donc le 15 mai à l'Aéroport !


DH


Pour en savoir plus, cliquez ici


Sans oublier, le site de L'ADEV : http://www.vitrolles-sans-avions.com/adev-infos.pdf

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 05:41

 



MEDIAPART est un journal sur Internet crée il y a quelques mois par Edwy PLENEL, un ancien du journal Le Monde. Le principe est l'abonnement payant.


L'intérêt de MEDIART est d'être bien documenté et de présenter de bonnes analyses sans oublier de s'attaquer à des dossiers « sensibles ».


Ce fut le cas avec « l'affaire PEROL », du nom du secrétaire adjoint  à l'Elysée auprès de Sarkozy 1er, nommé à la tête des Caisses d'épargne et des Banques Populaires.


Aujourd'hui, une avalanche de procès tombe sur MEDIAPART. Un appel est lancé pour soutenir ce média indépendant...


Pour soutenir MEDIAPART et signer la pétition, cliquez ICI.


A suivre, DH

 



Affaire Pérol-Caisses d'Epargne : soutenez Mediapart !



Texte de l'appel :


Nicolas Sarkozy a promu l'un de ses plus proches collaborateurs, François Pérol, à la présidence des Caisses d'épargne et des Banques populaires. Pour avoir révélé cette information, le 21 février, et s'être interrogé sur le sens de cette promotion, Mediapart fait aujourd'hui l'objet d'une citation directe à comparaître devant le Tribunal correctionnel de Paris du chef de diffamation de la part de François Pérol.


L'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée poursuit le journal en ligne pour avoir affirmé coup sur coup les jours suivants :


- que cette nomination était entachée d'illégalité ;


- que François Pérol avait déjà par le passé méconnu un avis de la Commission de déontologie, en date du 22 décembre 2004, lui interdisant de participer à la création de la banque Natixis ;


- que la banque Rothschild lui avait versé un bonus fin 2006 du fait notamment de cette opération Natixis.


Cette action fait suite à dix autres, déposées par l'ancienne direction des Caisses d'épargne et par la personne morale, et maintenues jusqu'à ce jour par François Pérol. Pour avoir donné l'alerte sur la crise de la banque mutualiste, bien avant que la crise financière ne s'accélère, dans le cadre d'une longue enquête mise en ligne au début de 2008, les journalistes Edwy Plenel et Laurent Mauduit ont tous deux été mis en examen à dix reprises et renvoyés devant le Tribunal correctionnel, le premier en qualité de directeur de la publication de Mediapart et le second en qualité d'auteur des articles.


Les soussignés :


- estiment que dans les deux cas, celui de l'affaire des Caisses d'épargne, comme celui de l'affaire Pérol, Mediapart a rempli sa mission, celle d'une information libre et honnête à propos d'un sujet relevant de l'intérêt général ;


- s'indignent que François Pérol, au travers de ces onze plaintes, cherche à intimider ou à faire taire le journal dont la mission d'information est de rechercher s'il a été fait fi d'obligations légales lors de sa nomination ;


- s'inquiètent de l'acharnement des dirigeants de la Caisse d'Epargne et d'elle-même à utiliser la justice contre un média indépendant, tandis que dans le même temps l'Elysée faisait peser de lourdes menaces sur le pluralisme de la presse ou l'indépendance de la radio et de la télévision publiques ;


- rappellent avec force que la liberté de la presse est une liberté fondamentale dans une démocratie, comme l'énonce régulièrement la Cour européenne des droits de l'homme ;


- assurent les deux journalistes visés par ces actions judicaires de leur plein soutien et de leur solidarité ;


- invitent, enfin, tous les citoyens attachés au pluralisme et à la liberté de la presse à soutenir financièrement Mediapart pour que le journal, encore jeune et donc fragile, puisse faire face à ces procès qui l'opposent à un géant financier.


Les premiers signataires ...


Parmi les dirigeants ou élus politiques :

Pouria Amirshahi, secrétaire national du PS aux Droits de l'homme
Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste

Denis Baupin (maire adjoint de Paris, Verts)
François Bayrou (président du Modem)
Daniel Bensaïd (philosophe, NPA)
Olivier Besancenot (porte-parole NPA)
José Bové (syndicaliste paysan)
Jean-Marc Brûlé (maire Vert de Cesson)
Marie-George Buffet (secrétaire nationale du PCF)
Daniel Cohn-Bendit (co-président du groupe Verts au Parlement européen)
Olivier Dartigolles (porte parole du PCF)
Cécile Duflot
(secrétaire nationale des Verts)
Laurent Fabius (député socialiste, ancien Premier ministre)
Aurélie Filippetti (député PS, écrivain)
Hélène Flautre (eurodéputée Verts)
Michel Françaix, député PS
Christophe Girard, adjoint au maire de Paris
Benoît Hamon (porte-parole du Parti socialiste)
François Hollande (ancien premier secrétaire du Parti socialiste)
Eva Joly (ancienne magistrate)
Alain Krivine (NPA)
Corinne Lepage (présidente de Cap 21)
Noël Mamère (député Verts)
Ségolène Royal (présidente socialiste du Conseil régional de Poitou-Charente)
François de Rugy (député Verts)
Michel Sapin (secrétaire national du PS à l'économie, ancien ministre des finances)
Marielle de Sarnez, (député européen, vice-présidente du Modem)
Djamila Sonzogni (porte-parole nationale des Verts, conseillère régionale Alsace)
Anne Souyris (conseillère régionale d'Ile-de-France, Verts)
Christiane Taubira (député, radicale de gauche)
Henri Weber (sénateur PS)

Par ailleurs Dominique de Villepin (ancien Premier ministre) nous a adressé un message affirmant qu'il « soutient Mediapart dans son travail d'alerte et d'information, et s'élève contre toute procédure qui pourrait limiter ce devoir d'information, nécessaire à toute démocratie ».

Parmi les intellectuels, les universitaires, les artistes, les responsables associatifs ou syndicaux:


Paul Alliès (professeur à l'Université de Montpellier)
Christian Baudelot (professeur de sociologie, Ecole normale supérieure)
Luc Boltanski (sociologue, directeur d'études EHESS)
Jacques Bouveresse (philosophe, professeur au Collège de France)
Michel Broué (mathématicien)
Rodolphe Burger (musicien)
André Burguière (historien directeur d'études EHESS)
Roger Chartier (historien, professeur au Collège de France)
Annick Coupé (porte-parole de l'Union syndicale Solidaires-SUD)
Régis Debray (philosophe, directeur de la revue Médium)
François Dubet (professeur de sociologie)
Pierre Encrevé (linguiste, EHESS)
Annie Ernaux (écrivain)
Arlette Farge (historienne, directrice de recherche CNRS)
François Gèze (éditeur)
Patrick Fridenson (historien, directeur d'études EHESS)
Anouk Grinberg (comédienne)
Edouard Glissant (écrivain)
Angélique Ionatos (chanteuse)
Yannick Jadot (ancien directeur des campagnes de Greenpeace France)
Julia Kristeva (linguiste, sémiologue, psychanalyste, écrivain)
Bernard Lahire (professeur de sociologie, Ecole normale supérieure)
Sandra Laugier (professeur de philosophie, Université de Picardie)
Cyril Lemieux (sociologue, EHESS)
François Maspero (écrivain)
Pierre-Michel Menger (sociologue, directeur de recherche CNRS et EHESS)
Pap Ndiaye (historien, EHESS)
Emmanuelle Perreux (présidente du Syndicat de la magistrature)

Alain Rey (linguiste)

Jean-Marc Roberts (éditeur)
Pierre Rosanvallon (historien, professeur au Collège de France)
Christian Salmon (écrivain, chercheur CNRS)
Tzvetan Todorov (écrivain, directeur de recherche CNRS)


Parmi les journalistes, la presse...:

Pierre-Louis Basse
(journaliste, Europe 1)
Pascal Canfin (Alternatives économiques)
Christian Fevret (directeur de publication des Inrockuptibles)
Vittorio de Filippis (journaliste, Libération)
Pierre Haski
(président de Rue89)
Jacques Julliard (écrivain, directeur délégué de la rédaction du Nouvel bservateur)
Jean-François Julliard (secrétaire général de Reporters sans frontières)
Yves de Kerdrel (éditorialiste, Le Figaro)
Jean Leymarie (journaliste)

Philippe Merlant, président de la société des rédacteurs de La Vie
Pascal Riché (rédacteur en chef de Rue89)
Colombe Schneck (journaliste, France Inter)
Denis Sieffert (directeur de la rédaction de Politis)
Stéphane Soumier (journaliste, BFM)
Maurice Szafran (directeur de Marianne)




Nouveau : Personne à droite du Modem ?


Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 06:06




La grippe A : la grippe de l'agro-industrie ! Comme quoi, il est toujours important d'approfondir les sujets, car TF1 ne nous dira pas tout !


DH



Grippe A, le modèle agro-industriel mis en en cause (*)


La bataille qui s'engage sur le nom de la grippe A-H1N1 permet d'occulter, dans le déferlement médiatique, les réelles causes de l'apparition et de la propagation de ce virus. Pourtant, de plus en plus d'ONG, de chercheurs, de journalistes nord-américains et de témoignages des populations mexicaines mettent en cause le modèle agro-industriel, piloté par les multinationales et engendré par la mondialisation néolibérale.


Il n'existe aucune certitude sur l'origine précise du virus, mêlant des souches humaine, aviaire et porcine. Mais tout laisse à penser que sa transmission est fortement liée à l'agro-industrie. Cela fait des années que de nombreux scientifiques avertissent que l'industrialisation des élevages et la très forte concentration des animaux favorisent la transmission et la recombinaison virales [1].


Une piste sérieuse concerne la plus grande multinationale de viande porcine, Smithfield Foods, qui s'est implantée, sous le nom de Granjas Carroll, dans la communauté mexicaine de la Gloria. Depuis des mois, les habitants se plaignent de maladies respiratoires et de morts étranges, qu'ils ont très rapidement liées aux conditions d'hygiène scandaleuses de la multinationale (par exemple, des charognes de porc qui pourrissent à l'air libre) [2]. C'est ici que le premier cas de grippe porcine a été diagnostiqué dans le pays. Les autorités mexicaines se sont visiblement efforcées d'étouffer l'affaire. Smithfield Foods a pourtant déjà été dénoncée par les populations victimes de ses pratiques d'élevage, qui mettent en danger la santé publique. Mais, comme pour d'autres multinationales agroalimentaires, l'impuissance ou le laxisme des autorités ont permis à la loi du libre investissement de s'imposer.


Un autre foyer potentiel a pu être identifié par des chercheurs américains en Caroline du Nord, où l'agriculture porcine est la plus concentrée et la plus industrialisée du pays [3]. D'autres foyers pourront être identifiés. L'important est de bien voir les énormes risques sanitaires engendrés par une industralisation à outrance de l'élevage par quelques multinationales, cela malgré les avertissements de très nombreux chercheurs et institutions. Depuis quarante ans, on est passé de cinquante à mille porcs par ferme en moyenne aux États-Unis. Les élevages de Smithfield Foods concentrent chacun plusieurs dizaines ou centaines de milliers de porcs confinés dans d'immenses hangars, dans des mares d'excréments, avec de très importantes déjections polluantes et des antibiotiques qui multiplient les résistances. On est à dix mille lieues de l'élevage paysan et familial.


Les causes profondes : libre-échange et mainmise des multinationales


Le fait que cette grippe ait d'abord été localisée au Mexique et en Amérique du Nord n'est certainement pas un hasard. Depuis 1994 a été créée une zone de libre-échange, l'ALENA, entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, consacrant le libre marché au mépris notamment du principe de précaution. Sans possibilité de protection, l'agriculture mexicaine a été décimée par une importation massive de produits agricoles à très bas prix. Les multinationales agroalimentaires des États-Unis ont pu investir et s'implanter massivement au Mexique pour échapper aux réglementations contraignantes imposées dans leur pays. Sans oublier que le Mexique a été soumis à des programmes d'ajustement structurel du FMI et de la Banque mondiale à partir des années 1980. Ces programmes ont notamment poussé l'agriculture à s'orienter vers les exportations, au détriment des productions vivrières et paysannes. Les conditions étaient réunies pour une dérive vers une agriculture industrialisée, polluante et sans règles environnementales, sociales et sanitaires.


La propagation de cette grippe révèle également l'échec des systèmes de prévention, notamment de l'Organisation mondiale de la santé, et des systèmes de santé publique en Amérique du Nord, privatisés, avec trop peu de moyens et incapables d'une réaction rapide et coordonnée. De plus, l'industrie pharmaceutique a tout fait pour combattre les initiatives des pays du Sud visant à produire, de façon publique et générique, des antiviraux aussi cruciaux que le Tamiflu des laboratoires Roche [4].


Comme pour la grippe aviaire, une cause profonde se trouve du côté du libre-échange et de la mainmise des multinationales. Il est urgent que soit mise en place une évaluation indépendante de l'origine du virus, des impacts de l'industrialisation des élevages, notamment en Amérique du Nord, et du délabrement du système de santé publique. Ce ne sera pas chose facile : de même que pour la grippe aviaire, il est probable que l'industrie porcine fasse tout pour obstruer les enquêtes. À plus long terme, le modèle agricole industriel, ainsi que les accords de libre-échange et la libéralisation des marchés qui l'ont engendré, doivent être remis en cause. Les échanges mondiaux doivent devenir solidaires et coopératifs, dans le respect du droit à la souveraineté alimentaire et de celui de chaque peuple à protéger son agriculture, en particulier contre les multinationales [5]. Sinon, il faut s'attendre à des catastrophes sanitaires d'une ampleur toujours plus grande.


Auteur-e(s) : Attac France, Confédération Paysanne



(*) http://www.france.attac.org/spip.php?article9914


Notes

[1] Voir le site de l'ONG Grain (http://www.grain.org/articles/?id=50) ; Bernice Wuethrich, "Chasing the Fickle Swine Flu", Science, Vol. 299, 2003 ; voir aussi l'article "Expert Panel Highlights Serious Public Health Threats from Industrial Animal Agriculture", qui relate les avertissements d'un panel d'experts devant le Congrès, en novembre 2008, sur les grands risques sanitaires liés à la concentration des élevages de porcs, http://www.pewtrusts.org/news_room_....


[2] Selon notamment le quotidien régional La Jornada. Dans cette région existent également de nombreux élevages intensifs et industriels de volailles et une grippe aviaire y a sévi récemment, source potentielle d'une recombinaison virale.


[3] Article de Michael Greger, directeur de la santé publique et de l'élevage pour "The Humane Society of the United States", http://sheepdrove.wordpress.com/200.... Le "Bulletin de l'Académie vétérinaire de France" écrivait également en 2004 : "Depuis le début des années 2000, la grippe du porc en France concerne avant tout les élevages de Bretagne, où la densité porcine est la plus élevée. Elle a un impact économique considérable dans les élevages de cette région. L'activité grippale est le fait de virus A/H1 d'origine aviaire (A/H1N1) ou de réassortants (A/H1N2). L'instabilité des virus grippaux suppose d'adapter régulièrement les outils de détection afin de permettre une épidémiosurveillance efficace."


[4] http://www.guardian.co.uk/commentis....


[5] Sur ce sujet paraît bientôt un livre d'Attac Europe-Via campesina Europe, Souveraineté alimentaire : que fait l'Europe ?, Paris, Syllepse, 2009.


Repost 0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 05:45

 



Réunion du Front de Gauche au Rove le 5 mai !

 


Le Front de Gauche mène campagne dans les Bouches du Rhône avec notamment de nombreuses réunions publiques.


Dans la 12ème circonscription après Vitrolles, Berre, Gignac, c'était au tour du Rove le 5 mai dernier.


Notre camarade, Gérard PERRIER représentait le Parti de Gauche à la tribune devant près de 200 personnes !

 


Notre jeune adhérent lycéen Patrick VEDEL, du Parti de Gauche Vitrolles-12ème a fait une intervention remarquée et très applaudie !

 


La campagne continue, et l'enjeu ce sont les abstentionnistes, alors au boulot pour convaincre tous nos concitoyens de l'importance de ce vote le 7 juin prochain !


A suivre...


DH

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Front de Gauche
commenter cet article