Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 06:13





Nous nous étions battus, il y a quelques mois contre le fichier Edvige. Je crois qu'il va falloir à nouveau nous mobiliser suite à la parution de 2 décrets par le gouvernement le jour de la sainte Edvige. Si, si vous pouvez vérifier !

 

Mais comme il faut mieux se méfier de l'humour de Sarko 1er, il faut lire d epret les décrets et rien n'est réglé.

 

A suivre donc...

 

DH


 

 

Deux décrets ressuscitent le décret créant Edvige !

 

Communiqué du collectif « Non à Edvige »


Datés du 16 octobre, jour de la sainte Edwige, et publiés le 18 octobre, deux décrets ressuscitent le décret créant Edvige, pourtant retiré le 20 novembre 2008, après une mobilisation de près de 250 000 citoyens et 1300 organisations.

 

Datés du 16 octobre, jour de la sainte Edwige, et publiés le 18 octobre, deux décrets ressuscitent le décret créant Edvige, pourtant retiré le 20 novembre 2008, après une mobilisation de près de 250 000 citoyens et 1300 organisations

 

Il est indéniable que cette mobilisation n’a pas été totalement ignorée, qu’il s’agisse de l’abandon nécessaire d’une mesure phare, celle qui consistait à ficher la vie sexuelle et l’état de santé, considérées comme des données sensibles au sens de l’article 8 de la loi du 6 janvier 1978, ou du mélange des finalités, aujourd’hui distinctes dans deux textes différents, ou bien encore de la traçabilité de l’accès aux données et à leur effacement mieux garantis. Pour autant, de nombreuses dispositions qui avaient fait réagir perdurent. Ainsi :

 

 le fichage des mineurs dès 13 ans sur la base de la présomption d’atteinte à la sécurité publique ou des mineurs dès 16 ans pour les enquêtes administratives liées à la sécurité publique,

 

 le recueil de données sensibles comme les « activités publiques » ou les « motivations politiques, religieuses, philosophiques ou syndicales », considérées comme pouvant être incompatibles avec l’exercice de certaines fonctions ou missions, sans que soient mieux précisées ces « motivations »,

 

 ou bien encore « l’origine géographique » qui pourrait conduire à stigmatiser des populations non seulement au regard de leur origine ethnique, mais également au regard de leur résidence dans certains quartiers.

 

Les organisations membres du collectif « Non à Edvige » déplorent et dénoncent le fait que des décrets ont été signés dans la précipitation, alors que de nombreux représentants de l’État et parlementaires, y compris de la majorité présidentielle, avaient convenu que la création de tout fichier portant atteinte aux libertés et aux droits fondamentaux devait être du ressort de la loi.

 

Ils considèrent que ces deux décrets ne répondent en rien aux objections qui avaient été émises à l’encontre d’Edvige. Ils appellent donc à une mobilisation de même ampleur. Ils se réservent par ailleurs le droit de former des recours contre ces décrets devant le Conseil d’État. Ils réclament qu’un large débat démocratique s’instaure sur la question du fichage.

 

Paris, le 20 octobre 2009

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

CICERON 04/11/2009 00:14


Arretez ! snif , je vais pleuré , qu'est ce que je devrais dire au niveau d etre catalogue ??  mi ancien du FN


Didier HACQUART 04/11/2009 18:08


Mais pas forcément fiché !!!

DH


cicéron 03/11/2009 20:47


Pour le syndicalisme , je suis assez d accord mais pour les extrémes de gauche comme de droite , je suis pour


Didier HACQUART 03/11/2009 23:04


Le pb, c'est que pour certains, le Parti de Guche, c'est l'extrême gauche. A certaines époques être au PS suffisait à être catalogué.

En fait, on ne sait plus ou cela commence et ou cela s'arréte. c'est le début de la fin des libertés individuelles.

L'affaire de TARNAC est assez éloquente à ce sujet.

DH


CICERON 01/11/2009 10:48


L état doit défendre ses citoyens et pour cela il doit bien connaitre et identifier les criminels ou fouteurs de troubles , il doit etre en mesure d anticiper toutes actions allant contre les
intérets des français et comprendre pourquoi et l origine des peturbateurs et criminels

alors oui je suis pour edwige , et n oubliez pas qu il y a des gamins de 13 a 18 ans dans les cités qui sont déja des délinquants en puissance

 


Didier HACQUART 03/11/2009 18:07


Certes oui.

Pour autant, je ne tiens pas à être fiché, parce que je suis militant syndical, ou que j'appartiens à tel parti politique. Ces activités autorisées en france, ne doivent pas faire de moi, un
fauteur de troubles en puissance. Si je suis fiché pour cela, c'est une grave atteinte à ma liberté.

DH