Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 06:34

 


 

Le modèle Allemand fait souvent référence en économie. Un collègue m'a fait passser l'article ci-après tout à fait intéressant et qui revient sur certains principes de base. L'autre matin, j'ai entendu d'ailleurs Oncle Bernard (bernard Maris) sur Franc eInter qui reprenait une des idées développées dans cet article. "Si tous les pays étaient exportateurs comme l'Allemagne en vendant plus qu'il n'achètent il y aurait un problème !...


A Méditer...


DH


Il n'y a pas de modèle Allemand

 

angela-merkel.1273539761.jpgDepuis l’éclatement de la crise économique, une idée reçue a fait florès : il y aurait une vertu allemande, et pour l’Europe un modèle allemand. Cette sottise a pris racines dans un indicateur  où le bon sens croit reconnaître la vertu : les échanges extérieurs allemands se soldent par un excédent courant  imposant, tandis que la plupart des autres pays européens affichent un déficit.

Ceux qui en restent là justifient l’obstination allemande à serrer le cou des Grecs – au nom de la vertu, bien entendu.

Or le premier pas du bon sens est rarement suffisant. Il lui faut de toute urgence en franchir un deuxième, et se demander s’il est une vertu qui ne puisse être universelle, un modèle vers lequel ne pourraient jamais tendre tous les pays ensemble.

solde-des-transactions-courante-en-milliards-de-dollars.1273439233.pngPosons-nous la question. Tous les pays du monde pourraient-ils afficher en même temps un excédent de leurs échanges ? Evidemment non, puisque cela reviendrait  à afficher un excédent mondial. Un excédent vis-à-vis de qui ? De Mars, de la lune ?

Les échanges internationaux de marchandises, de services et de revenus sont forcément chacun un jeu à somme nulle. Ce qu’un pays importe, un autre l’exporte nécessairement. Ce qu’un pays verse, un autre le reçoit. Et tout aussi nécessairement,  la somme des excédents courants égale très exactement la somme des déficits (1). Bref, il n’y a pas d’excédents sans déficits. Ni vice, ni vertu.

Le même constat vaut pour les mouvements de capitaux, puisque chaque pays emprunte l’équivalent de son solde-des-transactions-courantes-en-du-pib.1273439393.pngdéficit courant, ou prête l’équivalent de son excédent.  Tout comme un particulier prête à sa banque (à taux zéro) les revenus qu’il ne dépense pas, ou lui emprunte (le découvert est payant…) les dépenses qui excèdent ses revenus.

L’excédent courant allemand n’en est pas moins imposant. Près de 7% du PIB et plus de 240 milliards de dollars : il est, dans les deux cas, à l’échelle de l’excédent chinois, comme on le lit sur les deux premiers graphiques. Par son ampleur gigantesque, l’excédent allemand contribue largement aux déséquilibres internationaux.

balances-courante-2008-ocde.1273439588.pngD’un côté (graphique 3), il y a les pays excédentaires, qui disposent d’une surabondance d’épargne, et qui doivent nécessairement prêter aux autres pays. Ce sont les pays producteurs de pétroles, qui ne peuvent dépenser tous les revenus de l’or noir et doivent prêter une bonne partie de ceux-ci à l’étranger. Ce sont encore et surtout la Chine, l’Allemagne et le Japon.

De l’autre côté, il y a  les pays déficitaires, qui empruntent  l’équivalent de leurs déficits courants. Ce sont en premier lieu les Etats-Unis (706 milliards de dollars en 2008), mais aussi la plupart des pays européens, Espagne et Italie en tête.

D’où cette autre question : de l’emprunteur ou du prêteur, qui a l’initiative du déséquilibre ? Avant de désigner un fautif, mieux vaut y regarder à deux fois.

L’excédent courant des pays producteurs de pétrole ne leur est imposé par personne : ils sont tout simplement incapables de consommer ou d’investir chez eux les énormes revenus de l’or noir, lorsque le prix du baril s’envole. La Chine ? Sa surabondance d’épargne vient de la situation faite à ses propres salariés : maigres salaires, absence de protection sociale, énormes profits que leurs bénéficiaires doivent en partie placer à l’étranger - et qui achètent des bons du Trésor américain parce qu’ils sont un placement sûr.

augmentation-du-cout-salarial-unitaire-2000-2008.1273439808.pngL’Allemagne, toutes proportions gardées, est bien la Chine de l’Europe. Elle ne se distingue pas seulement des autres pays européens par son excédent courant gigantesque. Elle s’en distingue d’abord par le coup de frein donné aux salaires et à la protection sociale.  Entre 2000 et 2008, le coût salarial unitaire (2) s’est accru de près de 15% en moyenne dans la zone euro. En Allemagne, il s’est accru de 1,9% (graphique 4).

part-des-salaires-dans-la-valeur-ajoutee-allemagne-1993-2008.1273440087.pngDepuis la réunification, le partage de la valeur ajoutée des entreprises allemandes s’est considérablement déformé au détriment des salariés. Ceux-ci en ont abandonné plus de 10 points  aux actionnaires entre 2000 et 2007 (graphique 5). Résultat : l’Allemagne s’est distinguée depuis dix ans par une des croissances économiques les plus lentes d’Europe (graphique 6).

pib-indice-100-2000-zone-euro-pays-eurostat.1273440200.pngC’est ce que certains appellent « la compétitivité allemande »,  un « modèle » qu’ils rêvent d’étendre à toute l’Union.

C’est évidemment une chimère, pour les raisons susdites. Ce serait surtout une compétition où il n’y aurait que des perdants : tous les peuples d’Europe confrontés à la déflation.  Evoquer cette occurrence au conditionnel est  un parti pris optimiste.  N’entend-on pas déjà citer les « efforts grecs » comme des exemples à suivre ?

——————————— 

(1) Un solde mondial non nul apparaît dans les tableaux du FMI : il n’est dû qu’à des désajustements statistiques qui se sont sensiblement aggravés avec la mondialisation.

(2) C’est le coût salarial nécessaire pour produire un euro de PIB.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires