Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 06:42

 


 

 

Et maintenant le Portugal...

 

DH


 


 

 

Plier ou faire plier


  

plier-ou-faire-plier

 

Hier, le peuple portugais est descendu dans la rue pour s'opposer au plan d'austérité prévu dans les principaux secteurs du pays. Encore une fois, un gouvernement cherche à faire payer au peuple le prix d'une crise dont il n'est en rien responsable. Mais les Portugais ne semblent pas vouloir se laisser faire et ont réussi la plus grande grève générale que le pays ait connu depuis 1988. Nous ne pouvons qu'être solidaire de leur combat, tout comme nous avions exprimé notre solidarité à l'égard du peuple grec au mois d'avril. Voici donc l'occasion de relire un éditorial publié à cette époque sur la situation en Grèce car bien évidemment les banques et les marchés financiers procèdent de la même manière dans leurs attaques contre la Grèce, l'Irlande ou encore le Portugal.


 

Dans le calvaire grec, la responsabilité des dirigeants politiques du pays est écrasante. Non pas que le Grec soit génétiquement dépensier et corrompu comme on le susurre. Le refrain des élites européennes est connu : les pauvres ne savent pas gérer l'argent qu'on leur donne. Bon prétexte pour les laisser crever la gueule ouverte. En vrai, la corruption découle du déversement sur une petite économie d'un flot d'argent distribué selon le mode opaque de l'Union européenne. Elle marque une croissance exclusivement basée sur les services, l'immobilier et la finance... piliers des prétendus « miracles économiques » vantés par les dirigeants européens. Et si la chaîne a cédé en Grèce, elle craque aussi en Espagne, en Grande-Bretagne, au Portugal, en Irlande.


Non, la plus grande faute des dirigeants socialistes grecs est de vouloir surmonter cette crise en obéissant aux diktats des banques et des marchés.  Les sacrifices imposés au peuple ont été immédiatement captés par la finance à travers le relèvement des taux d'intérêt. Les vampires de la Finance sont excités et non calmés par l'odeur de la saignée ! On le sait d'expérience. Il leur faut toujours plus, au point où la société implose comme cela s'est produit non pas une fois, mais à plus de dix reprises en Amérique Latine. C'est en effet la logique même du système que de chercher l'accumulation maximale en « testant » la capacité des Etats à résister à la spéculation. Dès lors céder au premier choc, c'est inviter la Finance à une nouvelle offensive.


La seule attitude efficace, c'est de rendre coup pour coup. Refuser l'argent du FMI comme l'ont fait les Argentins. Exproprier les multinationales comme Deutsche Telekom et Siemens qui se sont offert le service public grec des télécoms avec moult pots de vin au passage au lieu de leur promettre de nouvelles privatisations. Sanctionner Goldman Sachs car c'est cette banque qui a maquillé les comptes comme elle le fait pour tous ses clients. Ne pas mendier une solidarité européenne désormais officiellement enterrée avec l'appel au FMI, mais la provoquer de force en menaçant de faire exploser tout ce système financier qui prend les peuples à la gorge. Hélas ceci n'est pas envisageable par la social-démocratie qui dirige en Grèce. Donc les banques continuent. Elles plieront le jour où un peuple audacieux portera l'autre gauche au pouvoir.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article

commentaires