Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 05:10

 

 


 

Encore une fois, on a oublié de nous l'expliquer au journal de 20 heures...

 

DH

 


 

Politiques économiques et sociales : l’étau européen se resserre


étau européen

 

Adopté par l'UE sous la pression de l'Allemagne, un mécanisme de contrôle des budgets et politiques des Etats se met en place sous le nom de « semestre européen ». Ainsi les Etats devront soumettre à la Commission européenne leurs projets de budgets avant qu'ils soient adoptés par les parlements nationaux.

 

En plus de ce contrôle des budgets, les Etats doivent aussi soumettre à la Commission un « programme national de réforme » (PNR) recensant les réformes économiques et sociales envisagées pour satisfaire les objectifs fixés par l'UE. Auparavant ces programmes s'inscrivaient dans la « stratégie de Lisbonne », tentative non contraignante pour faire converger dans un sens libéral les politiques sociales des Etats. Désormais en étant liés au « semestre européen » ces programmes de réforme seront beaucoup plus contraignants pour les Etats puisque la Commission pourra s'en saisir pour pointer du doigt un Etat dans le cadre de l'examen de son budget. Avec le risque pour l'Etat récalcitrant de voir sa note dégradée par les agences de notation et sa dette publique attaquée par les marchés.

 

Dans le « programme national de réforme » qu'il va envoyer mi-avril à la Commission européenne, le gouvernement français fait du zèle libéral.

 

Pour augmenter l'emploi des seniors jusqu'à 64 ans (!), le gouvernement vante sa réforme des retraites, « juste » et « favorable à la croissance et à la maîtrise des finances publiques ».

 

En matière économique, le gouvernement fait carrément de l'auto-flagellation. Il pointe du doigt les taux « élevés » d'imposition des bénéfices des sociétés en France, qui « peuvent constituer des facteurs défavorables à la compétitivité des entreprises ». Il s'engage aussi à « renforcer la concurrence dans les industries de réseau (électricités, transports, postes, télécoms) » sans dire un mot du service public.

 

En matière d'emploi et de lutte contre la pauvreté, le gouvernement vante sa politique de « modération du salaire minimum » et plaide pour le « renforcement des allégements généraux de cotisation sociales sur les entreprises ». Il se targue même de « rendre attractif l'exercice d'emplois faiblement rémunérés » ! Ce qui est bien sûr contradictoire avec l'objectif de réduction de la pauvreté.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article

commentaires