Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 04:53

 


 

Finalement, c'est la suite de mon billet d'hier...

 

 

Et pourquoi pas l'annulation de la dette ? La question doit être posée !

 

DH

 


 

Grèce : La faillite est certaine

standard-poors

 

L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé lundi de trois crans la note de la Grèce. Une nouvelle baisse de cette ampleur placerait la dette souveraine du pays au niveau le plus bas que prévoit cette notation. Oui mais la Grèce trouve toujours des prêteurs sur les marchés se rassurent ceux qui professent les vertus autorégulatrices du marché. Sauf que les taux sont de plus en plus prohibitifs. Une baisse de note alourdit paradoxalement la dette qu’elle juge trop pesante.

 

 

Le résultat n’est pas l’équilibre mais l’emballement. Même fournies hors marché par l’Union Européenne et le FMI, les liquidités dont la Grèce a besoin viendront d’Etats eux-mêmes déficitaires et endettés. Ils seront donc empruntés sur les marchés, creusant le coût du financement public au moment même où les besoins de refinancement des banques privées atteindront un sommet : le fameux mur de la dette que l’on percutera en 2012.

 

Le défaut de l’Etat grec est en réalité devenu une certitude. Si les marchés financiers semblent imperturbables c’est que leur unique horizon est le court terme. Jusqu’à la veille du krach, il y a encore de l’argent à se faire et l’investisseur doit en ramasser pour rester dans le jeu concurrentiel. Comme cette course de voitures dans la Fureur de vivre, il faut rester pied au plancher jusqu’au bord de la falaise. C’est effrayant de voir comment ce temps court de la finance a pris le pouvoir sur tous les autres. Il domine les institutions politiques dont la fonction est au contraire de penser le temps long où se construit l’intérêt général. On les voit mener des politiques qui aggravent une catastrophe inéluctable pour donner un bref délai au festin de la finance. C’est le cas notamment du pacte euro plus et des recommandations hallucinantes de la Commission Européenne aux Etats membres qui mises en œuvre conduiraient à une récession violente et généralisée. Une telle distorsion entre les politiques menées par les gouvernements et l’intérêt général révèle la confiscation du pouvoir au profit d’une oligarchie qui, elle, s’enrichit dans la financiarisation de l’économie.

 

Quand le défaut grec se produira, il frappera les banques. C’est la vraie bombe à retardement pointée récemment par le FMI qui en est à souhaiter que les prochains crash test conduisent à la disparition d’un certain nombre d’établissements européens. Ce sont des banques françaises et allemandes qui sont les principaux détenteurs de dette grecque. Mais la BCE, gardienne de la zone euro aussi ! Et l’effet d’interconnexion du système financier est tel, « mondialisation » oblige, que les banques moins exposées mais plus fragiles pourraient être emportées. Cela concerne l’intégralité du système bancaire de plusieurs pays : l’Irlande, la Grèce, le Portugal, tous en zone euro. Soit ces Etats laissent couler leurs banques et leur économie s’effondrera, soit ils viennent à leur secours et c’est eux qui s’effondreront à leur tour. La restructuration de la dette mondiale laissera des morts.

 

Un monde qui s’effondre, ça n’existe pas, se rassure le naïf qui-croit-dans –les-autorités-de-son-pays. Eh pourquoi pas ! Un referendum adopté à 95% dans un pays européen membre des 10 premières puissances économiques du monde contre une loi votée majoritairement quelques semaines auparavant par son Parlement élu, ça n’existe pas non plus ? C’est pourtant ce qui vient de se produire en Italie. Pas pour une loi, mais pour quatre d’entre elles. Pour penser l’avenir, il faut penser l’instabilité, l’inattendu, la rupture.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article

commentaires

Patrick Vedel 28/06/2011 05:00



Et comme en Argentine, il y aura un changement politique profond, progressiste, avec des dirigeants réellement de Gauche qui s'assiéront sur la dette à l'instar de Nestor Kirchner.



Didier HACQUART 28/06/2011 12:41



A suivre !


Didier