Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 03:49

 


 

 

 

Le gouvernement AYRAULT a lancé un grand plan sur Marseille suite au « coup de gueule » de la Sénatrice Samia GHALI. Sa proposition de faire intervenir l’armée est peut-être maladroite, mais je la comprends !

 

Malheureusement, le plan AYRAULT s’est transformé en un débat pour ou contre la métropole entre élus de droite comme de gauche. En fait les Marseillais contre « le reste du département »… Mais tout ceci est bien loin des problèmes rencontrés par les marseillais au quotidien ! Je pense que la métropole leur passe bien au-dessus de la tête. Tout cela est bien dommage…

 

Par contre, les choses bougent tout de même et sans les politiques. La semaine La Provence a publié un article intéressant dans le débat actuel intitulé : Marseille : à qui profite l'argent du crime ? Malheureusement l’édition sur internet n’est que partielle par rapport à l’édition papier (pleine page). Je trouve cet article important, car réalisé par le journal local qui traite de non-dits et d’un système hypocrite. L’argent des de la drogue des « voyous des quartiers nord » est recyclé dans les beaux quartiers commerçants. Il y a tout un business qui fait marcher les affaires, et certains ne sont pas regardant pour remplir leur tiroir-caisse tout en fustigeant les quartiers nord… Par ailleurs, comme l’a rappelé Samia GHALI, s’il y a des dealers, c’est parce qu’il y a des acheteurs, et ces derniers viennent d’autres quartiers de marseille.

 

Bravo à La Provence, et un tel article montre que les choses évoluent…

 

A suivre !


DH

 


 

Marseille : à qui profite l'argent du crime ?

 

Par Laetitia SARIROGLOU

 

 

Et si c'était vrai ? Et si les remèdes annoncés par le comité interministériel du 6 septembre dernier étaient fatals à l'économie souterraine, galopante, à Marseille ? Et si la nouvelle section locale du Gir (Groupe d'intervention régional), épaulée par les nombreux renforts policiers, arrivait à traquer, dans les moindres recoins des zones de sécurité prioritaires, toute trace d'argent sale ? Zéro trafic. Plus de transaction douteuse. Plus de violence. Scénario idéal ou... scénario catastrophe ? 

Éradiquer les trafics ne signifie pas éradiquer la misère. Problème numéro un dans ces quartiers sensibles. "Sans ces tonnes de cannabis qui y transitent, ça exploserait", assure le sociologue Michel Kokoreff. Les trafics, et surtout l'argent qu'ils génèrent, sont-ils un mal nécessaire ?

 

Au-delà de la survie qu'il permet à des centaines d'habitants, l'argent qui en découle est forcément, indirectement, réinjecté par l'achat de biens, dans l'économie locale. "Les gros trafiquants placent leur argent, notamment à l'étranger. Sur des comptes, en contractant plusieurs assurances vie ou en investissant dans l'immobilier. Les intermédiaires, ici, ouvrent des snacks ou des points phone. Mais les petites mains brûlent dans le week-end, ce qu'ils ont gagné dans la semaine en faisait le chouf ou le rabatteur, raconte un pénaliste marseillais. Où ? Dans le centre ! En achetant des vêtements de marque. Et forcément, tout en liquide !"

 

Une situation qui ne rebute pas vraiment les grandes enseignes de luxe, qui finalement y trouvent aussi leurs comptes, puisque leur magasin marseillais ne s'est jamais aussi bien porté... alors que 26 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Soit 10 % de plus que sur le plan national ! Alors, qui sont ces clients ? "L'argent n'a pas d'odeur, admet objectivement Jean-Luc Blanc, président de la maison du commerce à la CCI. Rue Grignan ou rue Saint-Fé, il n'y a pas que des touristes canadiens ! Il est évident que les trafics font, indirectement travailler le commerce. Mais de tout temps, les marginaux ont aimé flamber. À Marseille, le paraître est dans l'ADN ! Mais, c'est le commerce. Refuser de vendre est interdit. Sur quel motif ? Tout est bien encadré. Au-delà d'une certaine somme, les commerçants n'ont plus le droit d'accepter du liquide !" Du côté de Terre de commerce, le sujet fâche carrément.

 

"Ce n'est pas à vous à savoir où va l'argent mais à la police !", rétorque sèchement le président, Laurent Carratu en assurant qu'il n'était absolument pas prouvé que "les commerçants vivaient, aussi, grâce à l'argent des trafics". Même agacement du côté de la Ville. "Que voulez-vous que je vous dise, s'impatiente l'élue aux commerces, Solange Biaggi. Oui il y a des trafiquants, et oui, ils s'habillent. C'est un drame mais ce n'est pas propre à Marseille". Certes.

 

Mais certains signes ostentatoires de richesse sont désormais dans la ligne de mire de la police. "On peut imaginer des surveillances à proximité de certains commerces de luxe, histoire de voir qui flambe", confie-t-on à la Dipj de Marseille. Certains loueurs de voitures haut de gamme ont d'ores et déjà reçu la visite de la PJ. "Louer une voiture 3 000 euros en liquide pour le week-end pour un mariage, oui, ça peut être suspect", note-t-on à l'Evêché.

 


URL source: http://www.laprovence.com/article/actualites/marseille-a-qui-profite-largent-du-crime

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires