Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 02:01

 


 

 

C'est l'été et c'est ma lecture actuellement et cela cadre avec la rubrique du dimanche

 

DH

 

 

http://www.magazine-litteraire.com/content/system/media/fargues.jpg

 

 

La bourgeoisie de gauche, les trentenaires, les roitelets du show business et la classe moyenne blanche : d’un livre à l’autre, Nicolas Fargues ausculte ces catégories et leur époque, avec une bonne dose d’autodérision.

 

Dans Le Roman de l’été, il observe les habitants d’une ville côtière à l’heure des vacances. Voici donc John, Parisien bobo qui tente d’écrire un roman sur sa terrasse ; son voisin Jean, qui n’ose pas lui demander la permission de percer une fenêtre dans son mur pour voir la mer ; sa fille Mary et son insupportable petit ami Hubert ; le fils de Jean, Frédéric, chargé d’encadrer de jeunes banlieusards dans un stage de parapente... Une myriade de personnages secondaires complète la galerie et permet à Fargues de retrouver ses thèmes fétiches : le narcissisme (John), l’arrogance des branchés (Hubert), la jalousie de classe (Jean), le conflit Paris-province (John et Jean), les préjugés et antipréjugés raciaux (Frédéric). La malice de l’auteur pourra agacer, de même que son style relâché.

 

Reste que ses portraits savoureux et les faux airs de comédie de moeurs estivale qu’il donne à son texte font mouche.

 

http://www.magazine-litteraire.com/content/critique-fiction%20/article?id=19914

 

 

 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans Chronique du dimanche
commenter cet article

commentaires