Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 05:20

 


 

N'oublions pas que "nous ne faisons qu'emprunter la planète à nos enfants"...

 

Quelque part cela rejoint, involontairement, quoique (!), ma chronique de lundi. 

 

DH

 

 

 


 

La course à l'abime

  

iaea_bandeau

 

La très officielle Agence internationale de l'énergie vient de publier des chiffres catastrophiques sur les émissions de gaz à effet de serre dans le monde. En 2010, 30,6 gigatonnes de CO2 ont été rejetées dans l'atmosphère, soit « un bond de 5% par rapport à la précédente année record de 2008 ». L’Agence parle de « sérieux revers » de la lutte contre le réchauffement climatique et estime que si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas drastiquement réduites l’objectif de limiter la hausse moyenne des températures à 2°C sera « une belle utopie ». Selon l’AIE c’est plutôt 4°C qu’il faut craindre. Un scénario catastrophique : non seulement la chaleur deviendrait insupportable dans certaines parties du globe, mais les changements climatiques « mèneraient à un large mouvement de migrations et à des conflits, perturbant la vie de centaines de millions de personnes à travers la planète. »

 

 

Cette information est-elle moins intéressante que l’affaire DSK ou le PMU politique des primaires socialistes ? Le sujet méritait-il moins d’être discuté au G8 que celui de la « moralisation du web » ? Le silence qui accompagne ce rapport confine à l’inconscience suicidaire. Mais il s’explique. La lutte contre les émissions de GES contredit les dogmes en vigueur et les intérêts des puissants. Ceux à court terme cela va de soi mais le long terme ne compte pas dans ce capitalisme financier obsédé de rentabilité immédiate.

 

Les derniers chiffres publiés montrent notamment que la principale cause de cette hausse est le développement du commerce mondial qui est l’un des piliers du consensus néolibéral et l’objectif d’institutions comme l’OMC. On avait l’habitude de saluer la baisse des émissions de carbone des pays développés réalisée depuis le sommet de Rio de 1990 en critiquant la hausse continuelle dans les pays « émergents ». Or une étude récente établit que cette baisse était optique. En réalité, les émissions dans les pays développés ont été « délocalisées » à travers la hausse des importations de produits manufacturés. Si l’on réintègre dans le total des émissions de gaz à effet de serre le poids des importations, on passe ainsi d’une baisse de 2% à une hausse de 7% (et même de 12% si l’on exclut la Russie et l’Ukraine dont les économies se sont effondrées au début des années 90).

 

Les fables du capitalisme vert et de la finance verte sortent étrillées de ces chiffres. Centre de la finance mondiale et phare des néolibéraux, les Etats-Unis obtiennent ainsi le pire résultat des pays développés avec une hausse sur la période de 17% à l’intérieur de leurs frontières et 25% en tenant compte des importations (alors que le pays avais promis de baisser ses émissions de 7%). Cette étude montre aussi le caractère anti-écologique de la désindustrialisation vantée comme un summum de modernité. L’économie britannique, largement dominée par les services, affiche ainsi une baisse des émissions de GES de 5% de 1990 à 2008. Mais sitôt le commerce extérieur réintégré, elle connaît en réalité l’une des plus fortes hausse avec un bond de 16% !

 

Face à l’urgence environnementale, il faut à l’inverse relocaliser l’économie, réindustrialiser les pays « développés » et reconvertir les industries polluantes. Un protectionnisme internationaliste avec une taxation kilométrique aux frontières de tous les pays permettrait de réintégrer le coût environnemental des importations et de dégager des fonds pour la lutte contre les émissions de GES. Ce qui implique d’abord que l’intérêt général des peuples reprenne le pouvoir.

 
  

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article

commentaires