Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
2 janvier 2006 1 02 /01 /janvier /2006 04:35


L’extrême droite dure...

 

Article paru dans l'édition de l’HUMANITE du 19 mars 2001.

 

Le second tour a confirmé les tendances du premier : là où l’implantation est avérée, soit en élus, soit en hommes de terrain, l’extrême droite résiste assez bien, compte tenu de son éclatement. Même si elle a joué les faire-valoir dans la plupart des triangulaires, montrant l’érosion de son pouvoir de nuisance sur la droite, elle conserve des " niches " suffisantes pour assurer sa survie politique.

 

Un mouvement qui profite d’abord à Bruno Mégret. Le MNR, en conservant Vitrolles et Marignane, sauve en effet sa tête - et ses finances. En optant pour une façade tranquille, sans rien renier de sa famille d’origine, le maire sortant MNR, Daniel Simonpieri, est largement réélu face à son challenger DL.

 

À Vitrolles, Catherine Mégret fait de même grâce au report des voix de la droite, en dépit des " casseroles " qui ont émaillé son premier mandat. Le MNR confirme aussi son implantation à Salon-de-Provence, où il réalise 22 %. Pas de quoi pavoiser toutefois, " l’élan " espéré par Bruno Mégret au plan national se cantonne aux villes où il comptait déjà en 1995, telles Mulhouse.

 

Le FN, en comparaison, doit se contenter d’un bilan moins glorieux. Il ne peut que mettre en avant sa victoire à Chauffailles (Saône-et-Loire), 4 500 habitants.

 

Orange gagné au premier tour, restent des résultats limitant le recul, comme à Noyon, où Pierre Descaves réalise le score de 34,3 %.

 

Toulon, l’ancien " laboratoire " autoproclamé par Jean-Marie Le Pen, revient largement à droite après avoir élu deux députés PS.

 

Enfin à Bollène, où un accord de désistement avec la droite devait la favoriser, Marie-Claude Bompard (FN) a échoué.

 

Mais en Alsace ou dans le Territoire-de-Belfort, toutes tendances confondues, l’extrême droite a progressé ou fait une entrée en force.

 

Son enracinement sonne alors comme un sérieux avertissement : là où on lui permet de gérer, ses élus sont suffisamment habiles pour avancer masqués et laissent redouter l’émergence, certes limitée, d’un lepénisme ou mégrétisme municipal durable.

 

Lionel Venturini

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Histoire politique de Vitrolles : 1999 - 2001