Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 14:00


Vitrolles : les Mégret dynamitent le social et le culturel

 
 
 

Article paru dans l'édition de l’HUMANITE du 21 juin 1997.

 
 
 

Le Front national a décidé d’attaquer le tissu social et culturel de Vitrolles à l’arme lourde. Quatre mois après son élection à la tête de la cité provençale, l’équipe lepéniste a lancé une offensive d’envergure lors d’un conseil municipal réuni jeudi soir. Sous la bannière du maire Catherine Mégret, directement « conseillée » par son mari Bruno, le parti d’extrême droite frappe à la caisse associations et syndicats, impose l’ordre moral, pourchasse les opposants politiques, noyaute le terrain.

 
 
 

La première salve, tirée durant cette séance marathon de l’assemblée communale, vise S.O.S.-Racisme, un membre du mouvement Ras l’Front et deux adhérents du PCF. Le 23 mai dernier, peu avant le premier tour des législatives, une bagarre avait éclaté sur le marché de Vitrolles entre des affidés du candidat Mégret et des militants anti-FN. De part et d’autre, plainte fut déposée. Mais le parquet vient de débouter Catherine Mégret et son premier adjoint, Hubert Fayard. Acharné, l’édile frontiste souhaite que la collectivité territoriale se porte partie civile contre les prétendus agresseurs.

 
 
 

Le deuxième coup de canon est dirigé contre le cinéma municipal. Les nouveaux maîtres accusent la directrice du lieu d’avoir programmé des courts métrages de prévention contre le SIDA, qualifiés par les censeurs de « films X » et de propagande homosexuelle. La responsable de la salle, déjà sanctionnée d’une faute professionnelle sous le motif d’« incitation à la pédophilie (sic) », sera désormais sous la tutelle d’une « commission de contrôle » de la programmation du cinéma.

 
 
 

Au reste, la charge lepéniste la plus violente s’est concentrée sur les associations ainsi que les organisations de salariés, jugées « partisanes et engagées, parasitaires et tentaculaires » par Bruno Mégret.

 
 
 

L’AVES, qui gère deux centres d’animation agréés par la CAF, le mouvement Léo-Lagrange, le bar-concert Le Sous-Marin, les unions locales CFDT et CGT, tous se voient privés de subvention. Au total, l’enveloppe budgétaire consacrée aux associations a été amputée de 50%. Le coup de hache s’inscrit dans « un plan d’économie drastique ». Déjà, 80 employés communaux non titulaires ont été licenciés. Le déroulement de carrière du personnel a été gelé. Le droit au transport gratuit pour tous les chômeurs vitrollais a été supprimé. Un projet d’augmentation de 45% du tarif des cantines scolaires était prévu. Il a été ajourné devant la protestation des parents d’élèves. La municipalité FN, prétextant la situation financière « catastrophique » léguée par l’ancien maire socialiste Jean-Jacques Anglade, impose en fait une cure d’austérité à la population.

 
 
 

Le Front national se montre en revanche plus généreux envers ses satellites. Fraternité française, organisme caritatif lié au FN, a reçu 30.000 francs. Il bénéficie en outre d’une mise à disposition - gratuite - de locaux. Le 24 mai, le conseil d’administration du Centre communal d’action sociale (CCAS), présidé par Catherine Mégret, avait transféré la gestion des colis alimentaires à l’appendice frontiste. Aux assistantes sociales succèdent les dames patronnesses lepénistes, imbibées de discours discriminatoires sur la préférence nationale.

 
 
 

Mais Vitrolles ne se laisse pas brutaliser sans réagir. Jeudi soir, plus de 200 personnes se sont rassemblées à la mairie, à l’initiative de diverses organisations, pour s’opposer au rouleau compresseur du couple Mégret. Une cinquantaine d’associations locales appellent, par ailleurs, à une manifestation, le 27 juin, contre la destruction amorcée du secteur social et culturel.

 
.
 

(1) S.O.S.-Racisme, MDC, Ras l’Front, PCF, PRS, Verts, LCR, Léo-Lagrange...

 
REMI BROUTE.

Partager cet article

Repost 0

commentaires