Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 14:35

Vitrolles : le FN arrache la ville d’une courte tête
 

Article paru dans l'édition de l’HUMANITE du 10 février 1997.

 
De notre envoyé spécial.

SUSPENSE hier soir à Vitrolles. Toutefois, à l’heure où ces lignes étaient écrites, le dépouillement des deux tiers des bulletins donnait 52% des voix à la liste du FN conduite par Catherine Mégret, contre 48% à la liste « Ensemble pour Vitrolles » (Union de la gauche) menée par Jean-Jacques Anglade, le maire socialiste sortant.

 

Des indications parvenues entre-temps confirmaient d’ailleurs cet écart. Ainsi donc, pour en être réel, le sursaut des démocrates vitrollais n’aura pas suffi à surmonter le handicap du premier tour. Par son épouse Catherine interposée, Bruno Mégret, le bras droit de Le Pen, présidera donc aux destinées d’une quatrième ville de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur). C’est un coup dur pour la ville, un coup dur pour le Sud-Est, un coup dur pour la démocratie.

 

Hier matin, les trois quotidiens régionaux avaient placé l’événement à la une de leur édition du dimanche. « La France a les yeux tournés vers Vitrolles », titrait « le Provençal ». Sans contester cette réalité, « le Méridional » s’interrogeait sur le caractère de « test national » qu’il attribuait à « la médiatisation à outrance d’un scrutin local ». « En fait, ajoutait-il, le vote des Vitrollais n’aura pas autant de poids que veulent le dire certains commentateurs. » Et de banaliser l’alternative entre « la reconduction d’une équipe de gauche, aux commandes depuis 1983, et la désignation d’un maire Front national, comme l’ont fait avant les Vitrollais les habitants d’Orange, de Marignane et de Toulon ».

 

C’est au contraire au rejet de cette éventualité que Guy Hermier appelait « tous les républicains » dans son éditorial de « la Marseillaise ». Si « Vitrolles n’est pas la France », ce « deuxième tour est d’une exceptionnelle importance pour la démocratie », écrivait-il. Et de poursuivre : « Nul doute que Bruno Mégret, le principal théoricien du FN, qui deviendrait le maître de Vitrolles, cherche à en faire une terre d’expérimentation des idées de rejet de l’autre, de xénophobie, de racisme. Sans parler de l’utilisation qui serait faite de ce résultat dans la perspective de 1998. »

 

11 heures. Le froid souffle. Le taux de participation est de 27,8%. Certes supérieur à celui du premier tour à la même heure (24,75%). Mais il était loin de celui enregistré lors du second tour du 18 juin 1995 (33,9%). Or, à ce moment-là, c’est la forte mobilisation des abstentionnistes du premier tour qui avait permis à la liste conduite par Jean-Jacques Anglade de l’enlever d’une courte tête. 7.466 voix (45,3%) contre 7.113 (42,90%), soit un écart de 353 voix tandis que la liste Guichard (UDF-RPR), qui s’était maintenue, recueillait 2.012 voix (12,07%). On était passé de 75,70% de votants au premier tour au taux exceptionnel de 85,10% au second. A l’heure des comptes, on atteignait toutefois le taux en progression sensible sur le premier tour de 81%. Du côté de la permanence de la liste « Ensemble pour Vitrolles », les visages étaient graves. Personne n’osait le moindre pronostic. Même réticence à commenter « ce qui s’est passé vers 15 h 30 ». Comme par refus d’ajouter de la tension à la tension. A ce moment-là, un véhicule 4 x 4 avait renversé deux jeunes motocyclistes de l’équipe mise en place par la municipalité pour contribuer à la sécurité des quartiers. Selon certains témoins, l’agression serait délibérée. Poings américains, battes de base-ball ont été trouvés dans la voiture. Les deux jeunes ont été hospitalisés. Les trois occupants du véhicule, membres de l’équipe Mégret, étaient attendus au commissariat.

 

Puis c’était l’attente. Déçue pour près d’un Vitrollais sur deux. Reste à présent aux forces démocratiques à tirer tous les enseignements de ce scrutin. Gardanne n’est pas si loin et, ici, le ressaisissement d’entre deux tours prouve que l’ascension du FN, si dangereuse soit-elle, n’a rien d’irrésistible.

 
CHRISTIAN CARRERE

Partager cet article

Repost 0

commentaires