Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 14:37

Face au FN
 

Article paru dans l'édition de l’HUMANITE du 10 février 1997.

 
 

Seule l’action pour une politique de justice et de solidarité peut garantir l’efficacité du combat contre le Front national.

 

Les résultats de Vitrolles provoquent un grand choc dans l’opinion. Elle est traversée par une inquiétude largement partagée devant la montée du Front national, notamment dans certains milieux populaires. C’est grave et cela demande justement de ne pas trop vite céder à l’émotion et de prendre le temps de la réflexion : comment un tel phénomène est-il possible ? Comment y faire face ?

Ces résultats viennent après les échecs du Front national à Gardanne et à Dreux. Ecrire cela ne consiste pas à se rassurer à bon compte mais incite à prendre du recul.

 

Les commentateurs s’accordent à dire que le candidat opposé à Catherine Mégret n’était pas le meilleur. Il fallait un rassembleur proche des citoyens, ce fut un maire ressenti comme distant, aux pratiques financières contestées. A tel point que la section socialiste locale elle-même n’en voulait pas comme chef de file. De plus, l’implantation du Front national à Vitrolles s’appuie depuis plusieurs années sur l’amertume provoquée par le chômage, la conviction profonde d’avoir été abusé, voire humilié. Mais au-delà, le sentiment que la société se délite, que les gens sont méprisés par un pouvoir qui n’écoute pas, ne tient aucun de ses engagements, entraîne la nation dans une situation qui met en cause à la fois son devenir, son identité, sa souveraineté, provoque un profond désarroi.

 

La pensée unique refuse tout débat, engage le pays sur la voie de l’application du traité de Maastricht, de la monnaie unique. Elle ouvre ainsi un espace immense au Front national et fait de la politique un monde à la fois inaccessible et consensuel. La désillusion, ce sentiment d’abandon, de faillite des partis politiques qui ne proposent que de se résigner, conduit des citoyens à recourir à ce vote impasse pour faire entendre leur douleur et leur protestation.

 

Le Parti communiste n’a pas le monopole de la lutte contre le Front national et ne prétend pas l’avoir. Il se retrouve au moment où il le faut avec toutes celles et tous ceux, certainement de plus en plus nombreux, décidés à chercher les moyens efficaces de dissuader des hommes et des femmes blessés par la crise d’y trouver un ultime recours. On peut néanmoins se demander pourquoi ce qui a été possible à Gardanne ne l’a pas été à Vitrolles alors que les villes sont voisines. On peut s’interroger sur les différences de crédibilité des deux candidats. Mais au-delà, quand, d’une manière générale, la majorité de l’opinion exprime son scepticisme sur la capacité du Parti socialiste à faire une autre politique, cela n’a-t-il pas handicapé la liste conduite par Jean-Jacques Anglade, particulièrement auprès des milieux les plus touchés par la crise ?.

 

L’apport original du Parti communiste au combat contre l’extrême droite et au racisme qu’elle développe réside dans le fait qu’il est porteur de réponses positives à l’exigence profonde de justice et de développement de la nation. Il prend ainsi le mal à la racine. Son apport réside également dans sa conception de la politique. Il ne considère pas les citoyens comme des pions qu’on manipule, mais place leur libre réflexion et leur intervention au cœur de toute la vie politique. L’avancée de telles conceptions peut modifier bien des données.

Partager cet article

Repost 0

commentaires