Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 13:10

AIDER

Par Jean-Luc Mélenchon
 
Dans les jours qui viennent les traits essentiels de la présence de la gauche dans l'élection présidentielle seront dessinés. Depuis dimanche, le ralliement à Ségolène Royal de Jean-Pierre Chevènement après celui du PRG préfigure la centralité absolue de la candidature socialiste. L'impasse de « l'autre gauche », si elle se confirme, la certifierait. Dans ce tableau chacun est bien pleinement responsable de son sort actuel.
 
Côté socialiste : l'énergie d'une dynamique construite sur le remord du 21 avril s’est nourrie de toutes les révoltes contre la droite. Ensuite, une compétition âpre entre trois personnes et trois lignes a débouché sur une décision claire que personne ne conteste. Côté de « l'autre gauche » c'était l'hésitation. C'est devenu l'impuissance. A présent une débandade pleine de rancoeurs semble s'annoncer. Ici, la contradiction est complète avec l'attente exaspérée d'un ample secteur du peuple de gauche. A l'image de ces milliers de personnes qui se rassemblent dans les meetings de cette gauche, il est à la fois anti libéral et fondamentalement unitaire. Et il est surtout avide d'une recomposition qui lui donne une force politique nouvelle, à l'image de la diversité d'origine de ceux qui le composent. Cependant « l'autre gauche » est, à cette heure, en voie de pulvérisation. Les dégâts impliqueraient toute la gauche. Car si efficace et convaincant que parvienne à devenir ou non le rassemblement qui s'opère autour de Ségolène Royal, qui, pourtant, est prêt à dire qu'il suffira à entraîner la masse profonde de désemparés qui est l'enjeu de cette élection ? Qui, par exemple, est certain que le cancer lepéniste a cessé de ronger les masses populaires que l'arrogance de la droite ne suffit pas à pousser vers l'évanescence de la gauche social-démocrate ?
 
En réponse à ces questions c’est la thèse en faveur de « l'union dans l'union » que je propose avec un nombre croissant de socialistes inquiets du resserrement de la gauche. Nous avons agi de toutes nos forces, de toutes les façons possibles, pour favoriser l'union de « l'autre gauche ». Nous avons voulu être un trait d'union actif et fraternel. Bien des gauchistes s'en sont contrariés. Les sectaires sont aussi de ce côté, rappelons le. Nous n'avons pas toujours été bien compris par certains de nos camarades socialistes. Beaucoup nous ont regardés avec scepticisme. Ils sourient aujourd'hui. D'autres ont demandé des sanctions contre ce qui leur paraissait être une transgression de l'esprit de parti.
 
Quoiqu'il en soit, à cette heure, la dynamique se concentre d'un seul côté. De fait, par exemple, la candidature socialiste de Ségolène Royal semble avoir enjambé le oui et le non de gauche quand elle affiche ses alliances. De fait, l'autre gauche ne parvient pas à trouver le moyen de représenter l'arc de force qu'elle incarnait le 29 mai ! Au contraire, le front se fractionne. D'un côté une dynamique, de l'autre côté une dépression. Tout nom proposé dans la machinerie du « double consensus » chère au « collectif national » est déchiqueté avec plus ou moins de délicatesse.
 
Dorénavant les forces politiques constituées sont traitées avec la même brutalité. Absurde ! Quel peut-être la finalité de la violence qui se tourne depuis peu contre les communistes, leur parti ou leurs décisions collectives? Aucune recomposition de l'autre gauche ne peut se faire sans eux ou contre eux. Dans les conditions actuelles, le Parti Communiste, quelle que soit sa faiblesse électorale, est le lieu de plantation de la force nouvelle. Mais cela non plus ne lui est pas acquis pour toujours.
 
Pourtant il y a urgence. Car il faut y revenir: en France comme dans le reste de l'Europe et du monde il s'agit de passer à l'invention d'une autre voie à gauche, au delà de la faillite du communisme d'Etat et du naufrage de la sociale-démocratie dans le social-libéralisme. C’est le raisonnement fondateur de l’association PRS que je préside. Il est proposé à toute la gauche et non aux uns pour nuire aux autres ! Ce n’est pas un prétexte à dispute pour justifier des répartitions de circonscriptions.
 
C’est le constat que je tire de ce que j’observe à ce moment de la mondialisation libérale. Ce diagnostic, je n’ai cessé de le nourrir d’observations de terrain notamment au fil de mes déplacements politiques à l’étranger, dans les forums sociaux européens ou dans l’Amérique latine des révolutions démocratiques. Je l’ai surtout inscrit dans une réalité militante avec mes camarades en allant par exemple faire un meeting à Berlin sur les enseignements du « non » français avec Oskar Lafontaine et les dirigeants du Linkspartei. Ainsi, quand mon nom a été proposé au pire moment de blocage de la réunion place du colonel Fabien samedi, mes camarades qui ont beaucoup donné de leur temps et de leur énergie m'ont pris au mot de mes propres déclarations à ce sujet. Qu'ils s'agissent d'eux, des communistes ou des républicains de gauche qui ont repris cette proposition, je sais qu’aucun n'a voulu proposer autre chose que ce qui allait avec dans leur esprit: commencer concrètement cette construction politique nouvelle.
 
Trop tôt, trop tard? La réponse sur ce point aussi dépend de la décision des communistes et de leurs instances ce week-end. Ils ont la clef de ce processus. En toute hypothèse nulle force politique  ne peut penser se donner le confort du huis clos. En effet, le nombre à gauche s'intéresse de près à toutes ces constructions dont il est meilleur connaisseur que beaucoup le croient. Mais il le fait dans la limite du raisonnable. Au delà de cette limite, chacun en revient à l'essentiel : comment battre la droite et avec qui ? S'il y a deux propositions gouvernementales solides à gauche, il y aura une compétition dont la dynamique entraînera jusqu'au plus désorienté. Le Pen y perdra. Bayrou y perdra. Sarkozy s’y bloquera. Et donc, toute la gauche y gagnera. Et sinon ? Oui, sinon : quoi ? La vie est si dure pour un si grand nombre ! La logique de l'efficacité politique ne quittera pas les esprits, j'en suis certain Mais  trouvera-t-elle son chemin à gauche jusqu'aux urnes ? L’utilité consistera à l’y aider, quoi qu’il en soit.
Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans La Gauche Antilibérale