Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 04:28

 


 

Comment peut-on être Président de la république et avoir une telle méconnaissance des dossiers ?  

 

Nicolas Sarkozy prétend parler du social et critique allégrement le modèle français en s’appuyant sur l’exemple de nos collègues allemands, alors qu’il n’y connait rien !

 

C’est inquiétant…

 

Libé rétablit la vérité sur les 35 heures en France et en Allemagne…

 

DH

 

 


 

 

35 heures : le roman allemand de Sarkozy

 

DESINTOX

 

Le Président de la République, qui s'est distingué en inventant un bouclier fiscal allemand, fait la preuve qu'il ne connaît pas non plus l'histoire sociale du voisin d'outre-Rhin

 

 

 «Lorsque la France a connu les 35 heures, les syndicalistes allemands ont dit: “Les 35 heures en France, c’est une bonne nouvelle pour les ouvriers allemands.”»

 

Nicolas Sarkozy le 21 octobre lors d’une table ronde en Eure et Loir

 

INTOX

 

Dire du mal des 35 heures est un plaisir que Nicolas Sarkozy se refuse rarement, y compris quand cela n’a rien à voir avec le sujet de ses interventions. Le 21 octobre, lors d’une table ronde avec les maires ruraux d’Eure-et-Loir, le Président s’est ainsi laissé aller à une digression sur son sujet favori : «Quand on est les seuls au monde à expliquer qu’en travaillant trente-cinq heures, on préservera nos emplois, nos cadres de vie et nos salaires, on a menti aux Français. D’ailleurs, les syndicalistes allemands, lorsque la France a connu les 35 heures, ont dit : "Les 35 heures en France, c’est une bonne nouvelle pour les ouvriers allemands."»

 

DESINTOX

 

La France du gouvernement Jospin et de «sa lubie» des 35 heures aurait donc été coupée du monde, jusqu’à être raillée par les syndicats allemands, ravis de pouvoir tailler des croupières aux ouvriers français ? Le tableau dressé par Nicolas Sarkozy reflète bien mal le contexte dans lequel la France a mis en place son dispositif de réduction du temps de travail, à partir de 1999.

 

L’objectif de la semaine de trente-cinq heures était largement partagé par les syndicats européens : lors de son congrès de 1999, la CES (Confédération européenne des syndicats) adopte ainsi une résolution dans laquelle elle s’engage à «poursuivre l’objectif de la semaine de trente-cinq heures et toute autre forme de réduction du temps de travail».

 

Pis, en décidant de s’appuyer sur l’exemple du voisin allemand pour ridiculiser le choix français, Nicolas Sarkozy prend le plus mauvais exemple. Les syndicats allemands n’ont pas moqué l’incongruité de l’initiative française des 35 heures, pour la bonne raison qu’ils l’avaient initiée dans leur propre pays bien avant les lois Aubry. L’idée de créer - ou de préserver - des emplois en réduisant le temps de travail a été allemande avant d’être française.

 

En 1984, après sept semaines de grèves dans la métallurgie et treize dans l’imprimerie, le syndicat allemand de la métallurgie IG Metall obtenait le passage progressif à la semaine de trente-cinq heures dans la sidérurgie, l’imprimerie et la métallurgie. Dans les années qui suivirent, bon nombre d’accords prévoyant un passage de quarante à trente-huit ou trente-cinq heures furent signés. Fin 1993, Volkswagen lança la semaine des quatre jours, soit trente-deux heures.

 

Mieux, en 2002, suite à la généralisation de la réduction du temps de travail à l’ensemble de l’économie française, Frank Bsirske, président du plus grand syndicat allemand, Ver.di (représentant le secteur tertiaire), déclarait au quotidien Die Welt que la semaine des trente-cinq heures devait être introduite «le plus tôt possible» en Allemagne, parce qu’elle répondait aux souhaits des actifs, et qu’elle permettait de combattre efficacement le chômage. L’année suivante, IG Metall lançait une grève - qui sera un échec - pour la mise en place des 35 heures dans l’ex-Allemagne de l’Est.

 

Au milieu des années 2000, la crise aidant, le mouvement s’inverse outre-Rhin. Les patrons de certaines entreprises industrielles obtiennent alors des syndicats un allongement de la durée du travail en échange de la préservation de l’emploi. Il n’empêche : l’Allemagne fait encore partie, comme les Pays-Bas, des pays européens affichant une durée moyenne du travail inférieure à celle de la France. Selon l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), la durée annuelle moyenne du travail en 2007 était de 1 559 heures pour les actifs français, contre 1 432 heures en Allemagne.

 

Par Cédric MATHIOT / Libé.fr (05/11/10)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ABBA 11/11/2010 19:37



Et voilà comment, avec beaucoup de culot et quelquefois la complicité des médias, on arrive à faire passer des contre-vérités.


Mais notre président n'en est pas à cela près. C'est même le secret de sa réussite.



Didier HACQUART 12/11/2010 10:51


Et oui... DH