Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 00:00

 

Le pire, pour moi,  dans cette histoire, c'est la salariée à qui la proposition a été faite qui à la télévision se pose la question de comment vivre avec 69 € en Inde, même si là bas se serait un salaire qui permette de vivre ( ?). Se poser la question, c'est déjà imaginer que cela peut être possible...

 

Comme le dit « rageusement »  le camarade Gilbert, « Incroyable, mais vrai! Jusqu'à quand ? »

 

DH                      

 


 

Allez bosser pour 69 euros en Inde, l'UMP vous le rendra ! (*)

 

Par Slovar. Pour le parti du Président, il faudrait être prêt à tout pour garder son emploi. Y compris aller travailler en Inde comme le propose l'entreprise Carreman. Le patron n'y est pour rien : c'est la loi qui oblige l'employeur à faire une proposition alternative au licenciement.


Garder son travail et gagner ... 69 euros brut par mois. On était de bonne humeur le 6 mai dernier à la salle Pleyel. En effet, l'UMP encadrée par ses dirigeants et ministres, fêtait les deux ans de présence à l'Elysée de son champion. Extraits : « L'action continue ! Le 6 mai, pour les deux ans de l'élection de Nicolas Sarkozy, François Fillon et 12 ministres du gouvernement se sont rassemblés autour de Xavier Bertrand pour rappeler les résultats de deux ans d'action menée au service des Français » 

 

Au cours de cette « sauterie », l'actuel Ministre du Travail et des relations sociales Brice Hortefeux « a répondu aux attaques de l'opposition sur la réforme du travail le dimanche en expliquant qu'en temps de crise le gouvernement se devait de tout tenter pour défendre l'emploi ». Défendre l'emploi, c'est exactement ce que fait le patron de Carreman qui a décidé de licencier 6 personnes en leur proposant un reclassement en... Inde. 

 

Carreman est une entreprise qui avait déja fait parler d'elle en 2005 :    Le 30 novembre 2005 on pouvait lire sur le site du Journal La dépêche

 

« Castres (81) - Textile : Carreman vend son unité de 160 salariés- Le fait du jour. Les salariés castrais s'opposent à l'externalisation de leur usine alors que le groupe intègre 600 salariés en Roumanie et en Inde. L'heure est grave dans l'entreprise textile Careman et en particulier sur l'unité de Castres où pour la toute première fois de son histoire, la quasi totalité des employés devrait être en grève aujourd'hui entre 11h30 et 14h30 (...). Les salariés ne veulent donc pas devenir des façonniers dont le principal handicap est justement de jouer la «variable d'ajustement» lorsque les commandes s'affaiblissent (...) »


Le 9 mai 2009 on pouvait lire cette dépêche de l'AFP 


« Un chef d'entreprise textile de Castres a récemment proposé à neuf salariés licenciés un reclassement en Inde pour 69 euros brut par mois, provoquant stupeur et colère au sein de l'entreprise et dans la région. La direction de l'usine textile Carreman, qui emploie 150 personnes à Castres, a décidé de licencier neuf de ses salariés et leur a proposé un reclassement dans une autre usine du groupe à Bengalore, en Inde. La proposition, jugée scandaleuse par les salariés, est de 69 euros brut par mois pour six jours de travail. Elle inclut un 13e mois, une assurance médicale et une caisse de prévoyance (...). La direction de l'usine a répondu qu'elle ne faisait qu'appliquer la loi. "C'est la loi française qui nous oblige à faire par écrit une proposition de reclassement si on dispose d'autres sites, même si c'est en Papouasie ou au Bengladesh. Je suis conscient que c'est stupide, mais c'est la stupidité de la loi", a déclaré le PDG de Carreman, François Morel, dans un entretien au quotidien régional la Dépêche du Midi vendredi. ». 

 

« Nous sommes dans un milieu très concurrentiel avec des clients qui ne sont pas toujours très loyaux et qui veulent acheter de plus en plus loin pour payer de moins en moins cher, alors qu'ils revendent toujours au même prix, poursuit le PDG. On a été obligé de délocaliser, sinon c'était la fin. »


Des alternatives acceptables étaient possibles

 

Pour le maire UMP de Castres, cette proposition n'est tout simplement «pas responsable». «Un petit chèque plutôt qu'un reclassement aurait été plus tolérable», s'indigne pour sa part un responsable CGT de l'entreprise. Autant dire que la colère n'est pour le moment pas retombée sur le site de Carreman. D'autant que les salariés auraient découvert hier qu'un voyage à Bora-Bora était prévu prochainement pour les commerciaux du groupe. (Source D&S)


C'est probablement en pensant à ces méthodes d'un autre âge que le Premier Ministre déclarait le 6 mai : « Malgré la crise, le gouvernement a en effet maintenu son effort de changement : « cet élan réformiste ne s'arrêtera pas  ». Car les lendemains de crise verront s'opposer les nations gagnantes et les nations perdantes « les gagnantes seront celles qui auront l'audace de se transformer dans la crise pour en faire un tremplin ».


Tremplin pour qui ?

 

Retrouvez le blog de Slovar

 

(*) Marianne.fr /  Slovar - Blogueur associé | Lundi 11 Mai 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE
commenter cet article

commentaires