Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 05:22


Nous nous doutions à l’époque qu’il ya avait une arnaque avec la vente par l’Etat des autoroutes. Il s’agissait en 2006 d’une privatisation à un cout défiant toute concurrence pour renflouer les caisses de l’Etat sans se soucier que les autoroutes avaient été payées par le contribuable, et qu’en plus cela rapportait des recettes à l’Etat. Bien sûr, « on ne pouvait, parait-il pas faire autrement »… Qui plus est les péages n’ont cessé d’augmenter pour les utilisateurs…

 

Aujourd’hui, Marianne, qui a décortiqué le rapport de la cour des comptes révèle ce que nous subodorions…

 

On se moque vraiment de nous les citoyens…

 

DH

 


Selon la Cour des comptes, les autoroutes ont été bradées

 

Marianne l'avait écrit, mais aujourd'hui la Cour des comptes le confirme : les autoroutes françaises ont été vendues à un prix inférieur de 10 milliards d'euros à sa véritable valeur.



C'est une toute petite note de bas de page  dans le rapport annuel 2009 de la Cour  des comptes, mais elle a son importance (voir encadré ci-dessous).


Les magistrats révèlent en effet que la  vente des concessions d'autoroutes en  2006 aurait dû rapporter à l'Etat non pas  14,8 milliards d'euros mais 24 milliards  d'euros - ce qui, au passage, donne raison à Marianne, qui à l'époque s'était  fortement mobilisée contre cette cession à vil prix. On peut d'ailleurs s'étonner qu'un tel écart n'ait pas donné lieu sinon à un rapport complet, du moins à un chapitre décrivant une privatisation si  favorable aux opérateurs privés (Vinci, Eiffage, etc.).



En attendant, Bercy envisage d'augmenter la redevance domaniale annuelle  que les sociétés concessionnaires acquittent au titre de l'occupation de l'espace  public, qui passerait de 170 millions  d'euros à 370 millions, soit + 114 %. Mais même  si cette hausse de 200 millions par an  devenait pérenne, l'Etat serait encore loin  de récupérer les 10 milliards qui lui manquent. En réalité, pour que l'Etat touche  le juste prix de ces autoroutes, il faudrait  multiplier cette redevance par 7 et la porter à 1,2 milliard d'euros par an !.


Extraits du rapport de la Cour des Comptes (p 202)


Les orientations politiques en matière d'infrastructures de transport avaient été fixées en 2003 par le comité interministériel d'aménagement du territoire. Elles l'ont été très récemment par le projet de loi de programme relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement. La stratégie affichée exprime une volonté croissante de report des modes de transport au détriment de la route sans que soient explicités les moyens d'infléchir les comportements pourtant contraires des agents économiques, entreprises et ménages (90).


Les enjeux financiers sont considérables, particulièrement dans une période où prospèrent des projets d'infrastructures d'un coût très élevé (plusieurs milliards, voire dizaine de milliards d'euros chacun (91) et d'une rentabilité socio-économique parfois très incertaine.


Le conseil d'administration de l'AFITF, par lequel doivent être approuvées les conventions de financement, est composé  de 12 membres, choisis à parts égales parmi les élus locaux et nationaux et parmi les représentants des administrations concernées. Dans la quasi-totalité des cas, il accepte les projets de conventions qui lui sont soumis, sans se prononcer sur l'opportunité économique de chaque opération.


L'AFITF aurait peut-être pu, en devenant un lieu de concertation, voire d'expertise, prendre une place dans un dispositif national renforcé d'évaluation des projets d'investissements publics préalable à la prise de décision. En fait, l'agence n'a pas cherché à pallier par ses débats le manque  persistant d'évaluation sérieuse, publique et contradictoire des projets d'investissements avant leur lancement.


                                                 
90) Ainsi, par exemple, les personnes interrogées pour des sondages pensent que 36,2 % des habitants de province utilisent régulièrement (au moins une fois par semaine) les trains express régionaux alors qu'ils ne sont que 2,8 % à le faire (sondages CAT Ipsos octobre 2006 et mai 2007)


91) A titre d'exemples, estimations initiales : Canal Seine Nord 4 Md€ ; liaison Lyon- Turin 19 Md€. Par comparaison, la valeur globale des 7 000 km d'autoroutes publiques dont la concession a été privatisée en 2006 a été estimée à 24 Md€ et leur cession a rapporté 14,8 Md€ à l'Etat. 


Marianne2.fr Vendredi 13 Février 2009 - 15:37


Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !