Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 05:15

Un internaute « Iconoclaste » me faisait remarquer hier que je tardais un peu pour réagir à l’intervention de Sarkozy l’autre soir. C’est vrai, mais j’ l’avoue, j’ai été pris par d’autres activités…

 

Mais comme il a raison et on ne peut pas ne pas réagir à cette intervention. Pour une fois, j’ai fait l’effort d’écouter notre Président pendant 90 minutes.

 

J’ai retenu comme tout le monde qu’il n’y a rien eu de concret, qu’il renvoie la balle aux syndicats, en oubliant d mentionner qu’ils doivent négocier certains sujets avec le MEDEF, qui par exemple n’est pas prêt à parler de partage de richesse… Cela lui laisse du temps, et le dégage de ses responsabilités immédiates.

 

Il refuse toute hausse du SMIC, et va mettre à mal toutes les collectivités locales en supprimant la taxe professionnelle.

 

Bien sûr, il s’oppose à la mesure OBAMA, qui aurait été taxée de gauchiste il y a à peine 2 à 3 mois, de limiter les salaires des banquiers  qui sont soutenus par l’Etat et donc l’argent du contribuable. Normal, Laurence Parisot du MEDEF s’y oppose fermement. Elle a même cette phrase admirable dans une interview dans la tribune : « Ils sont peut –être pour partie responsables de la crise, mais ce sont les plus compétents pour trouver des solutions »…Cherchez l’erreur ? Ou de qui se moque – t-on ?

 

Le pire dans l’interview, sui cela est possible, c’est le mensonge. Dans son show médiatique, il a parlé de Gandrange. Une équipe de Canal+ a suivi l’interview le show de Sarkozy, avec des syndicalistes de l’usine Mittal de Gandrange. C’était édifiant ! Si Sarkozy a pu semer le doute dans les esprits, et c’était son but, les salariés de l’usine étaient outrés des mensonges proférés. Ce sont les mêmes qui la veille symboliquement avec une stèle avaient enterré les promesses de Sarkozy… Un à un ils ont démonté les propos tenus par Sarkozy devant des millions de français. Non seulement il ment et en plus il raconte n’importe quoi. Il parle d’un site de stockage de CO2, mais il se trompe de site, et cela ne concerne pas les salariés de Gandrange en difficulté !

 

Pour finir, Sarkozy reste cohérent en défendant toujours les classes supérieures au détriment des autres. On ne peut pas lui reprocher. C’est pourquoi, il faut « maintenir le cap et les réformes »…

 

Il n’y a pas eu un mot sur l’origine de la crise ! « Elle est venue des Etats-Unis ». Certes oui, mais qui défend le système qui a conduit à la crise ? Qui avait proposé dans sa campagne électorale des « subprimes » à la française pour que chacun accède à la propriété ? Etc.

 

Le Parti de Gauche, se positionne évidemment par rapport à l’intervention du chef l’Etat. Je vous le livre ici…

 

DH


  Un numéro d'obstination et d'enfumage

 

Jeudi, 05 Février 2009 22:00


Communiqué du Parti de Gauche


Nicolas Sarkozy s'entête et enfume. L'émission « face à la crise » aurait dû s'appeler « grâce à la crise » tant il a cherché pendant 90 minutes à profiter de la crise pour justifier sa politique tout en bottant en touche face aux demandes des Français. Sa politique est pourtant en déroute. Ses plans sont des échecs cuisants, comme le prouve la hausse continue du chômage. Les Français se mobilisent massivement contre son action. Mais il reste « droit dans ses bottes » et refuse de changer de cap.


Sourd à la crise, Sarkozy a annoncé qu'il ne changerait rien à ses réformes. Cet entêtement est désastreux pour notre pays. En supprimant massivement des emplois dans les services publics, le gouvernement invite à la multiplication des licenciements. En refusant de toucher aux cadeaux fiscaux pour les plus riches, il justifie les enrichissements les plus indécents. En cherchant à faire ratifier le traité de Lisbonne, il empêche la mise en place de la taxe carbone ou la lutte contre les paradis fiscaux dont il se réclame par ailleurs. En supprimant la taxe professionnelle, un nouveau cadeau de plusieurs milliards d'euros aux entreprises, il prépare l'étranglement des collectivités locales et de nouveaux impôts sur les particuliers.


Sarkozy a donc cherché à enfumer les citoyens et endormir les organisations syndicales après le succès de la journée du 29 janvier. Quand il fallait venir au secours des banques, il a dégagé des milliards en quelques heures. Mais quand il s'agit de répondre à l'urgence sociale ou d'imposer des contreparties aux entreprises, il reste dans le flou et renvoie à la négociation entre partenaires sociaux.

Face à la crise, c'est donc toujours le peuple travailleur qui pâtit. Sarkozy l'a reconnu ce soir avec une franchise désarmante : ce sont les Français qui vont payer.


Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans PARTI DE GAUCHE