Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 07:21


Vitrolles, Marignane, Toulon, Orange :

Constats d’échec du FN (*)

 
 
 

Il y a plus de vingt ans, maintenant, que le Front national s'est installé dans le paysage politique. C'est une force marginale et cependant menaçante, capable de peser lourdement sur le débat démocratique, comme en 2002, et de s'effacer ensuite. Son potentiel électoral est un enjeu essentiel de la campagne pour l'élection présidentielle de 2007.En dépit de ses scores, le FN n'est parvenu à s'installer durablement dans aucune position institutionnelle.


Des quatre mairies importantes qu'il détenait avant les municipales de 2001, les électeurs lui en ont retiré deux, Toulon et Vitrolles. Il a perdu les deux autres par le départ des maires, qui ont rejoint l'UMP dans le cas de Marignane et le Mouvement pour la France (MPF) dans le cas d'Orange.

 

L'histoire de Toulon est la plus révélatrice de l'incapacité du Front national à exercer les responsabilités auxquelles il se porte candidat. Dans la plus grande des communes où ils avaient conquis le pouvoir en 1995, ses cadres et ses élus n'ont pas réussi à résoudre la contradiction entre leur programme et les réalités sociales d'une ville de 160 000 habitants. Fidèle à Jean-Marie Le Pen, le maire, Jean-Marie Le Chevallier, s'est inspiré de son dilettantisme et de sa recherche permanente du conflit. Ce qui peut marcher pour attirer l'attention sur la scène médiatique nationale est désastreux quand il s'agit de diriger des services municipaux et de produire du consensus dans la population.

 
A Vitrolles, Bruno Mégret, qui tenait la mairie par l'intermédiaire de sa femme, a essayé de répondre aux besoins de la majorité de la population tout en illustrant les idées de l'extrême droite sur des sujets symboliques ou culturels, faute de pouvoir le faire dans des domaines où s'imposent la législation et la réglementation nationales. Il n'a pas réussi, néanmoins, à inventer un « frontisme municipal » comme les communistes, tout aussi marginaux dans les années 1920 que le FN quatre-vingts ans plus tard, avaient fabriqué un communisme municipal. Passé par le moule de la haute fonction publique, Bruno Mégret a rompu avec Jean-Marie Le Pen. Mais cet adepte d'une extrême droite plus sophistiquée que celle de son ancien patron et se nourrissant des élaborations idéologiques de la nouvelle droite postnazie n'a pas pu tirer de son culturalisme radical des recettes de gestion électoralement performantes (Voir rapport de la cour régionale des Comptes de juillet 2002 :


  http://didier-hacquart.over-blog.com/article-1599219.html

 

 
La sortie du FN semble s'opérer plus sûrement vers la droite dure, mais républicaine - Daniel Simonpieri, maire de Marignane, s'est fait admettre chez les élus UMP des Bouches-du-Rhône -, ou vers le souverainisme incantatoire, mais encore républicain, quand Jacques Bompard, maire d'Orange, s'associe avec Philippe de Villiers. En s'éloignant ou en donnant l'apparence de s'éloigner des transgressions de l'extrême droite, ces élus pensent se mettre en situation d'élargir leur assise électorale.
 
 
 

Extraits d’un article paru dans l'édition du journal Le Monde du 22 avril 2006

 
 
  
 

Complément : Un rapport de la Cour Régionale des Comptes pointe la gestion de la Mairie de Marignane. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on retrouve dans ce rapport beaucoup de points similaires à ceux énoncés dans le rapport sur la Ville de Vitrolles de 2002 (gestion financière, gestion du personnel, etc.).

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans L'action du FN et du MNR à Vitrolles