Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 06:34


Le congrès de Reims est dans quelques semaines. Le 6novembre les militants vont voter pour les différentes motions.

Nous sommes très nombreux à parcourir les sections pour défendre nos idées et notre motion ! Pour moi, c'est la motion C "un monde d'avance" autour de Benoit HAMON.

Henri Emmanuelli, pointe quelque chose que j'ai fortement ressenti lors des réunions de section, c'est la dépolitisation du PS, et l'acceptation du néo libéralisme par grand nombre de militants. J'y reviendrai.

Je vous livre aujourd'hui, l'interview d'Henri Emmanuelli dans le courrier Picard.

A méditer...

 

DH

 


Le PS n'a plus vraiment le choix

 

Henri Emmanuelli, député PS des Landes, était en visite hier à Amiens. L'occasion de faire le point sur la campagne au secrétariat général de son parti. Entretien recueilli par PHILIPPE FLUCKIGER.

 

Courrier picard : Henri Emmanuelli, vous êtes partisan de la motion « c » présentée par Benoît Hamon, qui prône un réancrage à gauche du Parti socialiste. Vous pensez que le PS est mûr pour entendre ce discours ?

 

Henri Emmanuelli : Je crois que le PS est aujourd'hui très dépolitisé. Il faut reconnaître que la social-démocratie européenne a accepté beaucoup de paradigmes néolibéraux. Mais la crise est là et j'ai la certitude qu'elle va remettre pas mal de pendules à l'heure. Alors, est-ce que le PS est mûr pour entendre cela ? Je dirais qu'il n'a pas tellement le choix. Si même Sarkozy devient socialiste, pourquoi pas le PS ? Je plaisante...

 

On perçoit nettement chez certains socialistes la tentation d'une alliance au centre droit, au détriment d'une alliance historique à gauche...

 

Cela fait trois fois que nous perdons la présidentielle parce que nous confondons de premier tour et le deuxième. Nous ne sommes pas les seuls. Sur 16 élections majeures survenues ces derniers mois en Europe, la social-démocratie en a perdu 13. Certains y voient un glissement à droite de la société. Je pense plutôt que c'est parce que nous n'avons su répondre aux aspirations des électeurs de gauche.

 

Après avoir été élus sur des programmes de gauche, les socialistes ont souvent mené des politiques à peine moins à droite que celle de la droite assumée. N'est-ce pas là, la cause de l'échec ?

 

Je ne suis pas sûr que ces programmes étaient de gauche. Cela dit, en France ce n'est pas exact. En 1981, il y a eu une vraie politique de gauche. C'était vrai aussi en 1997. Je vous rappelle les 35 heures, la CMU...

 

Tout de même, le démembrement de la SNCF, la privatisation d'Air-France, de France Télécom...

 

C'est vrai, sur les dernières années j'ai été amené à dénoncer des affichages qui n'étaient pas compatibles avec une politique de gauche. Mais je rappelle que jusqu'en 2002, le salaire médian a continué à augmenter. Depuis, il n'y a plus que les très gros salaires qui progressent ce qui masque la stagnation de la majorité des revenus. Et la vraie question est là, c'est celle de la répartition des richesses. Je pense que le principal échec de la gauche, c'est que les inégalités se sont remises à augmenter.

 

Si à l'issue du congrès vous constatez que le PS n'entend pas ce discours et qu'il s'ancre dans une dérive droitière, vous faîtes quoi ?

 

Quand j'écoute les discours aujourd'hui au PS, tout le monde est très à gauche. J'espère qu'après le congrès cela durera, parce que sinon le PS sera en danger de rupture. Mais j'ai des bons échos partout. J'ai la conviction que la crise aidant, on va redécouvrir des réalités qu'on a fait semblant d'ignorer. La question du pouvoir d'achat, celle des inégalités. Il faudra en particulier veiller à la problématique de la redistribution. C'est en répondant à ces questions qu'on rassemblera le Parti socialiste, et au-delà toute la gauche.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Congrès PS 2008