Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 05:53

Nous sommes en plein krack financier. Tout viendrait des fameuses « subprimes », qui consistaient il faut le rappeler à vendre de l'immobilier à des gens qui n'avaient pas les moyens d'acheter. Et on s'étonne ensuite du résultat...

 

Tout cela est un « véritable scandale ». il importe cependant de bien comprendre les mécanismes qui amènent à ces situations. Encore une fois on se moque de nous, et c'est nous qui en final allons payer...

 

Et pur finir, que l'on arrête de parler des investisseurs. On se trompe de vocabulaire. Ce ne sont que des spéculateurs, mais au niveau du vocabulaire, cela fait moins présentable à TF1 le soir...

 

J'ai trouvé, sur internet cette bonne et simple explication des « subprimes », ainsi qu'une petite BD pour expliquer le krach...

 

Vous pouvez aussi récupérer la BD en format PDF, ici.

 

A lire et à diffuser sans modération !!!

 

DH


Crise des « subprimes » : si vous n'avez toujours rien compris... (*)

 

Par Mr Greed | Trader | 03/09/2008 | 


C'est un témoignage venu de l'intérieur du système financier. Greedy boy, trader, démonte, pour Rue89, la mise en place de bulles spéculatives liés à aux prêts immobiliers à risque (les « subprimes ») qui ont commencé à exploser l'an dernier aux Etats-Unis, et qui plombent aussi les résultats des banques européennes


Après la remise du rapport Ricol sur la crise financière ce mardi au président de la République, peut-on espérer que l'éthique revienne sur le devant de la scène financière  ? Ses propositions seront en tout cas discutées au conseil informel des ministres européens des Finances la semaine prochaine à Nice.


C'est un rapport très sévère contre les banques et l'ensemble du système financier, responsable selon son auteur, d'une crise sans lien originel avec l'économie réelle.


Un système fondé sur le toujours plus


L'économie capitaliste tourne bien quand il y a du charbon dans la chaudière, c'est-à-dire quand les ménages consomment et les entreprises produisent, et que les ménages consomment encore et toujours plus, etc. Et que ce cycle ne s'arrête jamais.


Aux Etats-Unis, les banques ont décidé d'embarquer tout le monde, même les plus fragiles, dans le train de la dépense  : acheter des voitures, des maisons, de tout ce que vous voulez. Vous n'avez pas l'argent  ? Qu'à cela ne tienne  : on va vous faire un crédit aux petits oignons, en tordant un peu le mode de calcul de votre capacité de remboursement.


Quand une banque estime la capacité de remboursement d'un ménage en fonction de son revenu disponible (approche de « trésorerie »), elle prend un risque sur la baisse des revenus (perte d'emplois, etc.) de son client.


Quand elle estime la capacité d'endettement d'un ménage non pas en fonction de son revenu disponible, mais en fonction de son patrimoine (approche « patrimoniale »), elle prend un risque sur la conjoncture globale.


Prenons un exemple illustrant cette approche patrimoniale  :


1.                  J'achète une maison et je m'endette à taux révisable avec un délai de grâce de deux ans (je ne commence les remboursements que dans deux ans). Mon crédit est adossé à une hypothèque sur la maison qui vaut 100.

2.                  Deux ans plus tard, je commence à rembourser, et comme les taux d'intérêt ont monté, je me retrouve au maximum de ma capacité de remboursement, c'est-à-dire que tout mon revenu disponible passe dans le remboursement de mon crédit immobilier. Pourtant il faut vivre (nourriture, déplacement, équipement etc...).

3.                  Dans l'intervalle, le marché immobilier a grimpé en flèche et ma maison dont la valeur était de 100, est maintenant estimée à 130. Ma banque accepte de réévaluer mon hypothèque et m'accorde un crédit supplémentaire. Ce crédit supplémentaire est lié à ma nouvelle situation patrimoniale.

4.                  Comme mon revenu disponible n'a pas changé, très vite je ne peux plus faire face à mon endettement et je stoppe les remboursements sur l'un ou l'autre de mes crédits.

                 

Aux Etats-Unis, l'endettement des ménages (par l'approche patrimoniale) a été poussé au maximum par les banques, et facilité par des politiques monétaires et budgétaires très accommodantes. A la fin 2007, l'endettement des ménages américains dépassaient très largement leur revenu disponible, et nombre de foyers ne pouvaient plus faire face aux remboursements.


Tous ces crédits représentent une masse de créances énorme. Du coté des banques, ces créances ont été regroupées puis « titrisées » [on en a fait des titres échangeables sur les marchés, ndlr] et vendues un peu partout, diffusant dans le système financier mondial une masse considérable de titres toxiques.


La diffusion aux hedge funds


On peut imaginer le circuit simplifié suivant pour illustrer la diffusion  :


1.                  La banque accorde un crédit

2.                  La banque titrise cette créance

3.                  Elle vend le titre à un hedge fund [un fonds d'investissement à risques, ndlr]

4.                  Ce fonds emprunte auprès de la banque pour acheter encore plus de titres émis, profitant à fond de l'effet de levier [qui permet d'emprunter plus pour gagner plus, ndlr].

5.                  Quand le débiteur fait défaut ou même qu'on considère que le risque qu'il fasse défaut augmente, la valeur de la créance titrisée dégringole, mettant en péril le hedge fund.

6.                  Celui-ci doit financer des pertes et se trouve en situation délicate vis-à-vis de la banque qui le finance.

7.                  La banque doit déprécier sa créance sur le hedge fund et lui refuse les nouveaux crédits dont il a besoin pour financer ses pertes et assurer la continuation de son activité.

8.                  Le hedge fund fait faillite.

9.                  A son tour, la banque elle aussi peut se retrouver en difficulté. Elle a tout à coup besoin d'argent et se tourne vers d'autres banques ; mais ces dernières se méfient car elles estiment que la situation de leur homologue est très dégradée étant donnée la nature de ses engagements. Elles refusent de lui prêter ou alors à des conditions très dures.


C'est l'histoire simplifiée de la faillite de la banque d'investissement américaine Bear Stearns et le mécanisme de diffusion de la crise à tout le système financier.


Le recours aux fonds souverains incontournable


Pendant les sept dernières années, les banques d'investissements et les banques de détail ont exigé des rentabilités toujours plus importantes. Elles ont accepté de financer l'activité de fond d'investissement utilisant des effets de leviers énormes générant des montants d'engagements colossaux sans réellement mesurer les risques car il s'agissait de satisfaire l'appétit d'actionnaires et d'investisseurs jamais repus.


Le château de cartes s'est écroulé, et les banques enregistrent des pertes abyssales. Elles doivent maintenant faire appel aux fonds d'investissements souverains d'Asie et du Moyen-Orient pour reconstituer leur fonds propres et sauver leur peau.


Et lorsque les banques ou les institutions financières ne trouvent plus de fonds souverains étrangers ou d'actionnaires privés pour les renflouer, elles appellent au secours les Etats. Ainsi, le Trésor américain s'active pour sauver les deux géants du crédit hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, dont les besoins de capitaux sont estimés à au moins 100 milliards de dollars.


La crise se diffuse, et quand elle commence à coûter aux Etats cela creuse les déficits publics et limite les possibilités de l'action budgétaire. Si l'Etat américain doit sauver ces deux monstres, il devra couper drastiquement dans l'investissement public.


Demander à tout le monde de faire des efforts, voilà le résultat moralement difficile à accepter de la voracité, du court-termisme et des décisions d'investissements hasardeuses des banques pour qui la privatisation des profits et la socialisation des pertes est une chose normale.


Fannie et Freddie seront quoi qu'il arrive sauvés par l'Etat car ils sont « too big to fail », prouvant -une fois de plus- que la théorie suivant laquelle les marchés s'autorégulent est fausse.


Ainsi, comme le suggère le rapport Ricol, il semble absolument nécessaire de contrôler le « ratio de solvabilité » des banques [jusqu'à quel point elles peuvent prêter de l'argent] et d'établir un nouveau mode de calcul de celui-ci pour limiter l'effet de levier. Un contrôle strict sur les produits financiers les plus complexes et une régulation des agences de notation semble aussi indispensable.


Enfin, c'est un trader qui le dit, les principes de rémunération de ceux qui jouent sur ces marchés ne sont pas seulement indécents, ils sont pousse-au-crime...


(*) Rue89  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mansano richard 21/09/2008 17:37

Didier, ce qui m'étonne le plus c'est le mutisme total de notre "super président" comme si cette crise financiére ne concernait que les USA.lui qui devait aller nous chercher les points de croissance avec les dents et bien c'est raté.le PIB américain c'est 25 % du PIB mondial donc quand l'économie américaine vacille c'est l'économie mondiale qui tremble.le risque majeur c'est que cette crise financiere se transforme en crise économique car les banques vont etre trés frileuses pour accorder les crédits aux entreprises qui en ont besoin pour gagner des marchés et embaucher et le crédit aux particuliers qui sera trés dur a obtenir mais surtout qui coutera plus cher.cette crise aura un effet positif c'est d'assainir le milieu financier pour quelques temps.A+Richard Mansano

Didier HACQUART 21/09/2008 18:26


Tout à fait, et le JDD de se matin qui claironait que la crise était finie me parait bien optimiste. Après la crise financière, c'est bien une crise économique qui risqued e s'installer.

Quant au mutisme de Sarko, peut-être faut -il le mettre sur le compte de son coté libéral qui attend que le marché se régule de lui-même ? C'est effectivement aberrant qu'il soit totalement absent
des enjeux de cette crise. Qui plus est, n'est -il pas en ce moment le "Président" de l'Europe ? c'est encore plus grave...

Je ne sais pas si le milieu financier va vraiment s'assainir, car l'intervention des états, laisse supposer que les erreurs sont toujours réparées, suivant le bon principe que les pertes sont
publiques, et les profits sont privés...

Je pense que cela va cependant ralentir certaines dérives pendant quelques temps, et que malheureusement, cela redérivera. La recherche du profit reprendra le dessus...

A+ Didier