Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 05:18

N'oubliez pas la chronique de Bernard Maris « l'autre économiste » tous les matins sur France Inter.

 

Hier 21 mars, il traitait du problème de la gestion de l'eau dans les communes.

 

L'eau est un bien public essentiel à la vie, et ne doit pas être une source de profit... C'était un enjeu dans certaines communes lors de la dernière municipale.

 

Et pourquoi pas Vitrolles ?

 

DH

 


Rendons l'eau à la vie publique!

 

Avec France Inter, la chronique de Bernard Maris, journaliste et écrivain. Des exemples comme Paris montrent que la mainmise d'entreprises privées sur le marché de l'eau est loin d'être évidente. Ni souhaitable, d'ailleurs...


L'eau, c'est l'or bleu... La France ne manque pas d'eau et ne manquera pas d'eau, elle est un véritable château d'eau, dont pourra profiter éventuellement notre voisin l'Espagne. Ainsi, Barcelone envisage de faire venir de l'eau par bateaux-citernes. Cependant, l'eau française est polluée : 50 à 60% de la nappe phréatique est polluée par les pesticides et les nitrates, bien au-delà des normes européennes. 75% des rivières sont polluées par les pesticides. Responsable : l'agriculture - rappelons que la France, premier pays agricole d'Europe, est aussi le second utilisateur de pesticides dans le monde. L'agriculture consomme 75% de l'eau française (alors que la population agricole représente moins de 2,5% de la population active française) mais n'assume que 4% de son coût. Les consommateurs, les ménages en paient 82%, l'industrie 14%.


Des prix faramineux, des pertes colossales


Le prix de l'eau a deux grandes composantes : la distribution et la dépollution d'une part, la collecte et le traitement des eaux usées d'autre part. Trois grandes compagnies privées distribuent l'eau en France, Véolia, Suez et la SAUR. Véolia c'est l'ancienne Vivendi-environnement, et on se souvient des déboires de Jean-Marie Messier qui utilisait la rente de l'eau, le prix payé par les usagers, pour faire des galipettes cinématographiques outre-Atlantique. Or ces compagnies privées coûtent cher...


A tel point que certains envisagent de revenir à une gestion municipale de l'eau. C'est le cas de Paris. Bertrand Delanoë a décidé de remunicipaliser la distribution de l'eau à Paris, de ne pas renouveler à Véolia et Suez leurs concessions. Pourquoi ? Non seulement parce que le prix de l'eau est trop élevé, mais parce que les entreprises privées entretiennent mal le réseau (on estime que le taux de perte à Paris est colossal, dans certains secteurs, c'est 20% d'eau perdue !). Dans les villes où l'on est revenu à une gestion municipale de l'eau, les prix ont baissé. A Neuchâteau, à Castres, on a constaté une baisse des prix de 20%. Et surtout la rente de l'eau est utilisée pour l'eau ! On est sûr que ce que rapporte l'eau va à l'amélioration de la distribution, ce qui n'est pas le cas avec les entreprises privées qui entretiennent ou entretenaient des danseuses ici ou là, dans les télés par exemple. Il s'agirait ainsi, une fois n'est pas coutume, de s'approcher avec bénéfice du modèle américain, un exemple de gestion publique de l'eau.


La phrase du jour : «Faire boire un âne qui n'a pas soif». Avez-vous essayé de faire boire un âne qui n'a pas soif ? C'est la phrase qui traduit l'échec des politiques monétaires aujourd'hui...


Retrouvez « L'autre économie » de Bernard Maris, en direct sur France Inter, du lundi au vendredi à 6h49.


Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Rien n'est inéluctable - mobilisons nous !