Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Référencement

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog
  Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com

 

Wikio - Top des blogs - Politique

Archives


Pour mieux connaitre  l’histoire politique de Vitrolles, gérée pendant 5 années (1997 - 2002) par l'extrême droite et le couple Bruno et Catherine MEGRET, plus de 200 articles de presse sont à votre disposition (colonne de droite, rubrique "thèmes" sur ce blog). A l'heure de la banalisation de l'extrême droite, un devoir de mémoire s'impose avec l'expérience vécue à  Vitrolles.

Cette histoire politique est désormais complétée par des vidéos que vous pouvez retrouver dans le thème "l'histoire politique de Vitrolles en vidéo", dans la colonne de droite. Cette rubrique sera renseignée au fil du temps.

@ DH
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 15:27


Ne pas confondre les électeurs de et les projets de BAYROU, la précision n’est pas inutile. En effet BAYROU est logiquement dans une optique 2012, le coup d’après. Il a une base UDF, mais on voit bien que son ossature, c'est-à-dire ses députés, prend l’eau et rallie l’UMP. Ensuite, il y a ses électeurs dont certains viennent de la Gauche, il faut les reconquérir, et d’autres qui ont peur de "l’Etat SARKOZY". Il faut aussi les conquérir, sans perdre son âme.
 
Pour autant le PS, doit – il remettre en cause son histoire et faire un virage idéologique à la va – vite ? Il n’est jamais sain de changer dans l’urgence de positionnement, cela peut générer le rejet autant d’une partie des socialistes, de l’autre gauche, et ce ne sera pas crédible pour les électeurs de BAYROU.
 
Je vous livre l’interview de Jean – Luc MELENCHON, dans l’HUMA de ce matin, qui remet certaines choses en place.
 
DH
 
« Ne pas confondre les électeurs et les projets de BAYROU », par Jean – Luc MELENCHON (*)
 
 

Pour Jean-Luc Mélenchon, sénateur socialiste de l'Essonne, un accord avec le dirigeant de l'UDF distendrait les liens avec une part de l'électorat de gauche. Entretien réalisé par Rosa Moussaoui

 

Vous refusez toute perspective d'alliance politique avec l'UDF. Mais Ségolène Royal a-t-elle le choix ?

 

Jean-Luc Mélenchon. S'adresser aux électeurs de M. Bayrou est une chose. Entrer dans une logique d'alliance comportant des ministres au gouvernement et des accords de désistement dans les circonscriptions en est une autre. S'adresser aux électeurs, et le faire d'une manière convaincante, par l'entremise d'un débat public, mille fois oui. C'est ainsi que l'on peut faire de ce deuxième tour un moment de débat transparent et utile aux citoyens. D'autant que de nombreux électeurs de M. Bayrou ont voté pour lui de manière contextuelle, le pensant le mieux placé pour battre Nicolas Sarkozy. Une grande partie d'entre eux sont des électeurs de gauche, mécontents du Parti socialiste, qu'ils ont jugé en décalage avec leurs attentes. Je pense, par exemple, à certains enseignants. Il y a aussi ces millions de citoyens qui participent à des élections pour la première fois. Ce sont des cœurs à prendre. Ils devront faire, au deuxième tour, un choix différent du premier. Il faut évidemment s'adresser à eux, les convaincre. Mais un accord politique avec l'UDF relève d'un tout autre registre. Une large part des électeurs de gauche y est opposée. Parmi ceux qui ont choisi Ségolène Royal le 22 avril se trouvent, en outre, des communistes, des altermondialistes ayant pratiqué le « vote utile ». Ceux-là sont d'accord pour un débat avec les électeurs de M. Bayrou. Pas avec un accord politique. Nous devons en tenir compte.

 

Ces positions vous valent d'être qualifié par un éditorialiste (1) de « dinosaure chez lequel la réalité met longtemps à arriver jusqu'au cerveau »...

 

Jean-Luc Mélenchon. Je suis très surpris de la violence de certains journalistes. Parmi les politiques, personne ne me parle ainsi. Les insultes n'ont pas leur place dans le débat démocratique.

 

Ce débat est-il conjoncturel ou renvoie-t-il a des options de long terme défendues par les uns et les autres au sein du Parti socialiste ?

 

Jean-Luc Mélenchon. Il y a un débat conjoncturel, lié à des choix tactiques que je désapprouve, mais que l'on peut comprendre. D'ailleurs ma récente intervention, en brisant le gel, n'est pas étrangère à la clarification dont Julien Dray s'est fait l'écho en distinguant l'adresse aux électeurs de M. Bayrou et la perspective d'un renversement d'alliances. Mais certains voient dans cette séquence politique l'occasion rêvée d'accomplir ce que les socialistes français ont refusé ces trente dernières années : pousser le PS à un changement de centre de gravité.

 

L'effondrement des partenaires de gauche du PS ne rend-il pas incontournable cette ligne de recentrage ?

 

Jean-Luc Mélenchon. L'affaiblissement de la gauche autour du PS ouvre la voie à ceux qui poussent dans ce sens. C'est une évidence. C'est la raison pour laquelle en novembre dernier, j'avais mis en garde l'autre gauche contre des divisions qui lui ont été préjudiciables et font aujourd'hui le jeu d'autres stratégies d'alliances. Il serait néanmoins très injuste de reprocher à cette autre gauche sa faiblesse tout en se félicitant du vote utile qui, précisément, l'a affaiblie. Considérer cette autre gauche, en particulier les communistes, à l'aune de ce seul résultat électoral serait un contresens total.

 

Où est, pour vous, la clé d'une victoire de la candidate socialiste ?

 

Jean-Luc Mélenchon. Elle est dans le rassemblement de la gauche, dans le travail d'éducation populaire de terrain et dans l'interpellation, que j'approuve, des électeurs de M. Bayrou. Je le répète, ma conviction profonde est que le centre n'existe pas. Ce qui existe, ce sont les électeurs de M. Bayrou, qui devront faire un choix au second tour.

 
(1) Libération du 26 avril.

(*) Interview dans l’Humanité du 27/04/07

Partager cet article
Repost0
Published by Didier HACQUART - dans Présidentielles 2007